d

23 févr. 2016 - Perco StarCraft 2

Les chroniques d'un joueur lambda #3 : Jouer « sale » est-il respectable ?

Les chroniques d'un joueur lambda #3 : Jouer « sale » est-il respectable ?

En voyant Cripseil poser ses balloches sur HOTS et faire son fameux build Protoss contre Terran, celui qui dit « Tiens, regarde, je proxy mes bâtiments sous ton nez et tu peux rien faire », je me souviens m'être dit que, quand même, poussée à son paroxysme, la crasse pouvait devenir de l'art.

Cheeser n’est pas jouer
 


Il faut pourtant le reconnaître, 90% du temps, lorsque l'on se prend un gros cheese bien dégueulasse, c'est l'agacement plutôt que l'admiration qui prend le dessus.

Alors bien sûr, c'est le jeu, ce n'est pas de la triche, « c'est legit » comme on dit dans l'inimitable franglais starcraftien. Peut-être, mais est-ce respectable pour autant ?

Il faut sans doute chercher à comprendre pourquoi ce style de jeu provoque ce sentiment d'injustice avant toute autre chose.

Soyons clair, le cheese en mode crado exaspère car il donne la sensation au perdant d'un coitus interruptus :
 

- « Chérie, je t'assure que je peux faire mieux, je sais pas ce qui c'est passé... laisse moi 5mn et on recommence.

- C'est pas grave je t'assure, ça arrive à tous le monde tu sais...

- Ouais mais bon, c'est la première fois, promis. Le stress sans doute.

- Oui... Sans doute.»


Voilà pour la frustration, ça fera 100 € s'il vous plaît.

Mais pour l'aspect qualitatif ?

Car voilà le cœur de la question ici : l'idée que le cheeser bien porc gagne car son plan de jeu est facile à faire et difficile à contrer.

En gros, l'impression que la règle fondamentale de tout jeu d'opposition est brisée, qu'il existe une fenêtre pendant laquelle les joueurs ne sont pas à armes égales et que l'opposant, sournois, en profite lâchement.


Vous savez ce qui est agaçant ? C'est que c'est partiellement vrai.

Alors bien sûr, il y a les Mozarts du cheese, les Rembrants de la saleté. Ceux-là ont des subtilités admirables dans leurs saloperies qui nécessitent autant de skill qu'une bonne grosse partie bien macro, mais ils sont rares, tout le monde n'est pas Has.

 

 

Sur le ladder, les pelletés de proxy reapers, de proxy gates ou de pool rapides ne nécessitent ni APM, ni nœud au cerveau, ni talent particulier.

Il sont faciles à faire, efficaces et mettent l'adversaire face à une situation peu enviable : c'est à toi de me voir, de connaître le contre parfait et de l'exécuter sans faille.

Beaucoup de joueurs lambda ne connaissent d'ailleurs même pas eux-mêmes le contre idoine à leur propres cheeses.

Donc il y a bien inégalité, déséquilibre de skill et injustice ? Eh bien non.

 

L’âme rush
 


Le grand dogme de tout jeu d'affrontement est bien respecté, les joueurs sont sur un plan d'égalité car ils possèdent tout deux la même option en début de partie : cheeser comme un cochon.

Aucun ne peut se prévaloir d'une option en moins dans son jeu, le déséquilibre est créé par une décision, celle de partir sur l'idée d'une partie « normale » et que l'adversaire peut, doit, faire la même chose. Cool story  bro, mais il faut être deux pour s'accorder, et si l'autre n'est pas dans le même état d'esprit, personne n'y peut rien.

Même scouté, même analysé à des kilomètres, un opening de ce style peut rester si fort que rien n'y fait, vous perdez. Votre opposant vous a mis devant le fait accompli, la partie sera de ce type et c'est comme ça. Contre-le ou meurt.

C'est ce sentiment de perte de contrôle qui provoque l'inconfort du joueur cheesé : même pour un instant, vous êtes devenu sa chose, son jouet, vous êtes la Anastasia Steele de Fifty Shades of Grey.

Voilà pourquoi l'idée que tout ceci n'est pas très respectable à la vie dure et  peut avoir du sens car, il faut le reconnaître, sur le ladder, vous êtes une soumise pas vraiment consentante.

 

Mais au fond... t'aime ça hein ?
Coquine...

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

13 commentaires

Nocteo
Nocteo - 23/02/2016 17h25

Sympa l'article ! Enfin, les clins d’œil sexistes étaient pas nécessaires...

suprazitoire
suprazitoire - 23/02/2016 17h29

Un cheese c'est sale ! moche ! inhumain ! mais un cheese contré est doublement une satisfaction.

percol
percol - 23/02/2016 18h08

@Nocteo :

C'est purement pour l'effet ma/mon cher(e), rien de bien sérieux.

ByOrgansim
ByOrgansim - 23/02/2016 18h26

D'accord, donc le mec qui choisit de cheese, que tu ne sois pas d'accord ou non, tu es obligé d'aller dans sons sens... Ca m'a pas l'air d'être si "égal" que ça, du coup...

percol
percol - 23/02/2016 18h34

@ByOrganism :

J'ai dis "égal", j'ai jamais dis que c'était juste ;)

Makio
Makio - 24/02/2016 12h21

Article sympa a lire mais peu profond et qui ne traite pas le point de vu du cheezeur.

Et sinon pareil que @Nocteo, clin d oeil sexiste non nécessaire.

liclic
liclic - 24/02/2016 16h47

Parfois cheeser une fois de temps en temps permet d'être moins prévisible. Cela peut clairement servir un joueur pro.

Hyperion67
Hyperion67 - 24/02/2016 16h57

Je vois pas ce qu'il y a de sexiste? Il se fout de la gueule d'un mec qui a une panne aussi. Sinon, certes ce n'est pas une dissert de philo, mais je pense pas que c'est le but.

Ce qu'il dit simplement c'est que le cheese n'est pas "unfair". C'est un choix, à l'autre de le contrer.

Et tous les très bons joueurs ont quelques cheese dans la poche.

percol
percol - 24/02/2016 18h29

@ Hyperion67
"Sinon, certes ce n'est pas une dissert de philo, mais je pense pas que c'est le but."

Tout à fait cher lecteur, cela n'est et ne restera que de l'humour.
Ne prenez pas cette chronique au premier degrés, ce n'est pas l'intention d'écriture ;)

Afrouner
Afrouner - 24/02/2016 21h55

Faut détendre son slip et rigoler un petit coup les amis et arrêter de crier au sexisme là où il n'y en a pas --'

tensai_sendo
tensai_sendo - 25/02/2016 11h47

C'est clair, toujours à crier au sexisme au moindre mot sorti ..
La réflexion n'est pas poussé à bout, mais un bon article pour le pauvre cheesé :D

Ank
Ank - 26/02/2016 21h58

Il y a de l'idée et on se plait à le lire les amis, c'est l'essentiel.

LBot
LBot - 29/02/2016 00h29

Quand on joue a un jeu, y a des règles. Le reste c'est de la triche.
Le cheese fait partie des règles, de plus quand c'est vraiment trop fort ca finit par être patch.
Quand on perd face a qqun qui suit les règles faut juste devenir meilleur. Apprendre à défendre les all-ins en fait partie.

Whine sur le cheese c'est juste la mauvaise foi du perdant qui ne veut pas voir ses propres lacunes. Le scouting par exemple...
Je dis ca, je sais pas cheese a part quelques tentatives lamentables de photon rush, mais par contre quand je m'en mange un, je perd 9 fois / 10 mais ca me donne l'occasion d'apprendre a le défendre. Le replay permet de savoir quoi scout la fois suivante.

95% des défaites viennent du fait que votre adversaire a été meilleur que vous...

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.