d

11 sept. 2013 - ROGAAAJJ Divers

Les dérives du crowdfunding

Les dérives du crowdfunding

Chips & Noi, ZeratoR, Anoss, mak0z... si vous aimez le sport électronique, vous avez forcément entendu parler d'eux, peut-être même que vous regardez leurs streams régulièrement. Et si vous suivez l'actualité esport, vous savez donc qu'un point commun les unit, avec d'autres non mentionnés ici : ils ont tous monté, ces derniers mois, un projet de financement participatif (crowdfunding). En l’occurrence, tous les projets cités ici ont été propulsés par un seul et même site, My Major Company.

Le concept est on ne peut plus simple : un projet est soumis sur une plateforme de financement, directement auprès des internautes. Ces derniers, s'ils sont intéressés par le projet, peuvent décider de faire un don, du montant qu'ils souhaitent, en échange d'une contrepartie financière ou matérielle. L'objectif est, pour le projet, d'atteindre une somme fixée à l'avance, afin de valider le financement et de passer à sa mise en œuvre. MMC pour reprendre cet exemple, a dans un premier temps agi comme label musical participatif (en lançant Gregoire et son album Toi + moi en 2008, puis bien d'autres), avant de se diversifier pour devenir aujourd'hui une plateforme polyvalente, nous permettant donc d'y voir des projets en lien avec l'esport.


Kere a critiqué le projet d'Anoss, voici le résultat. #humour

Volontairement, cet article met de côté tous les projets de crowdfunding étrangers, ainsi que ceux qui ne concernent pas l'esport. L'idée, c'est de resserrer le sujet pour en arriver à quelques questions essentielles qui nous concernent, en bons fans d'esport. Aucun projet n'a été annoncé depuis quelques semaines, et les tensions liées à certains de ces projets sont aujourd'hui retombées, ce qui nous permet de prendre un certain recul. Après l'échec cuisant du projet "Esport pour tous" sur MMC, le crowdfunding a-t-il franchi la ligne jaune ? Ces appels aux dons ne vont-ils pas, à court ou moyen terme, épuiser la générosité des internautes ? Quid du rôle des plateformes de crowdfunding dans les projets, et dans les "dramas" qui peuvent en être la conséquence ? Tentons d'y apporter quelques réponses.

Une passion unique, des projets multiples.

Ces derniers mois, et uniquement pour la plateforme MMC, ce se sont pas moins de sept projets que nous avons vu passer. Depuis le tournoi Tales of the Lanes des amis Chips & Noi, au financement du Barcraft "Game Over" à Nantes, en passant par les projets personnels d'Anoss ou de mak0z, tous ces projets tournent autour d'une passion commune, l'esport, mais présentent des caractéristiques parfois très différentes. Cette différence est déjà particulièrement visible dans les contreparties qui sont accordées aux internautes. Le projet TOTL a par exemple permis à Chips & Noi de réaliser une prévente de l’événement (pour tout don supérieur à 35 euros), ce qui diminuait au maximum le risque de faire "un bide" tout en permettant de financer sainement ce show en amont. D'autres projets, tels que la ZeratoR TV ou celui d'Anoss ont rapproché au maximum le financement des internautes à l'idée du don simple, puisque ne proposant en échange que des contreparties purement symboliques.

En suivant la trame chronologique, les deux premiers projets ont été bien accueillis par la communauté (TOTL et ZTV), tandis que ceux d'Anoss et de mak0z ont en revanche entraîné des réactions plus marquées et partagées, souvenez-vous de ce billet signé Eeel les qualifiant d'opportunistes. Mais ces projets, bien que critiquables pour leur soudaine apparition, restaient légitimes. Pro ou anti, tout le monde s'accordait en revanche à dire que cette solution de financement, considérée jusqu'alors comme alternative, devenait une solution de facilité. Effectivement, un projet de crowdfunding est un moyen très simple, pour une personnalité, de récupérer des fonds, sans passer par une pénible entreprise personnelle de démarchage de sponsors et autres partenaires, souvent infructueuse.


Tales of the Lanes, la belle réussite d'un projet
financé par des fans

Critiqués ou non, tous ces projets ont été des réussites pour leurs créateurs, dépassant parfois énormément le seuil fixé. Sept projets que nous pouvons considérer comme importants, compte tenu des sommes d'argent en jeu, ont été (ou vont être, puisqu'un seul n'est pas terminé, ThunderBot) financés. Tales of the Lanes avait besoin de 80 000€ et en a obtenu 105 000€, et de la même manière, ZeratoR (3 000€/31 900€), Anoss (3 000€/20 750€), mak0z (3 000€/18 300€), le Game Over (10 000€/12 800€), le PyRo HQ du côté de chez Ulule (10 000€/10 300€) ainsi que ThunderBot (5 000€/8 000€ à 13 jours de la fin) ont non seulement atteint, mais aussi est surtout dépassé leur objectif. Près de 210 000€ recueillis auprès des fans de sport électronique, et rien qu'en France, plutôt pas mal non ?

Malgré ces succès, en coulisses, une question a commencé à brûler bien des lèvres : à quand le premier scandale sur fond de crowdfunding, à la manière de ce projet américain, sur Kickstarter, où le créateur du projet a dépensé les 120 000 dollars récoltés, mais pas pour le projet ! Et finalement, la réponse est arrivée, peut-être bien plus vite que prévu.

Esport pour tous, drama utile ou mal nécessaire ?

Dès son annonce, le projet a fait couler beaucoup d'encre, mais pouvait-il en être autrement ? Des auteurs qui préfèrent rester anonymes, des idées qui ne sont pas annoncées, soi-disant par peur d’être volées... Esport pour tous a très rapidement senti le gaz. Nombreuses sont les voix qui se sont élevées contre ce projet, la meilleure étant celle d'Only chez nos confrères d'aAa. Inutile de revenir une nouvelle fois en détail sur ce qui s'est passé, les informations sont disponibles un peu partout sur internet, et sont également présentes dans le Podcraft #34 de Lelfe et Kere.

Rapidement, Esport pour tous s'est transformé en "l'affaire Esport pour tous", un drama, un de plus. Ces fameux dramas dont officiellement tout le monde se plaint... A chaque fois, la même phrase revient : de la même manière qu'on veut "faire avancer l'esport" à toutes les sauces, une expression qui ne veut rien dire, ces dramas "porteraient tort" à l'image du sport électronique. Le drama, c'est toujours une sorte de moment unificateur, tout le monde se rassemble et donne son avis. Sur les sites d'actualité, les articles catalogués "dramas" ont souvent des statistiques de lecture ainsi qu'un nombre de commentaires largement supérieur à un billet classique. Oui, les gens aiment ces affaires un peu sales, c'est peut-être la manifestation d'un côté primitif enfoui (la presse People le prouve depuis des années)... Alors, les dramas portent-ils tort à l'image de l'esport ? Pouvons-nous dire que l'image de notre discipline préférée, qui fonctionne dans l'anarchie la plus totale et sans aucune réelle réglementation, est atteinte à chacune de ces affaires ? Non, car les Dmitry Smilyanets ne courent pas les rues, et heureusement d'ailleurs...


Dmitry Smilyanets, ancien boss de l'équipe Moscow5, arrêté par le FBI. Un vrai drama XXL

Alors oui, ceux qui ont lancé le projet Esport pour tous se sont définitivement grillés aux yeux de la communauté, mais pour autant, leur projet n'a pas dépassé la frontière encore très hermétique des sites d'actualité esport (ainsi pour l'occasion que de MMC). Et si cet échec provoqué par la communauté et dans l’intérêt de la communauté, n'était qu'un mal nécessaire afin d'effectuer un filtrage dans les projets ? Le crowdfunding, c'est un peu comme si un entrepreneur pouvait directement présenter à un panel de consommateurs une ébauche à mi-chemin entre le cahier des charges et l'échantillon, et que son financement résultait de la satisfaction de ces consommateurs. Si Smith vivait aujourd'hui - et dans l'hypothèse où il aurait été fan d'esport -, il expliquerait peut-être que ce "Esport pour tous" est en fait une composante importante dans ce qui serait une autorégulation des projets de crowdfunding (avec pour le coup une main pas si invisible que ça, qui a laissé des traces sur les joues des créateurs du bidule en question).

Mais ce drama devrait guider notre raisonnement vers une autre question qui n'a jusqu'à maintenant pas été abordée sur les pages des sites d'actualité esport : quelle est, dans ces affaires, la responsabilité des plateformes de crowdfunding ?

My Major Company, responsable, mais pas coupable ?

Pour chaque projet, il nous faut des gens motivés, des idées... et la plateforme qui va permettre de récolter les fonds. Et lorsque le financement d'un projet est une réussite, une commission d'un pourcentage fixe (10%) est prélevée par la plateforme. C'est assez simple à comprendre : plus le nombre de projets financés est important, plus la plateforme gagne d'argent. La dérive possible, c'est donc tout simplement de vouloir en faire trop, en gagner trop, et d'accepter des projets dont la viabilité et le sérieux laissent à désirer.

Chez MMC, ils aiment l'esport, et ne s'en cachent pas. Parmi les pages du très bon dossier de Millenium sur le sujet, Stephane Bittoun, DG chez MMC parle de cette proximité qui peut exister entre l'entreprise et le sport électronique. Et directement sur les pages du site internet MMC, le président - Michael Goldman -, qui n'est autre que le fils de la personnalité préférée des Français, se présente ouvertement comme un féru d'esport.


MMC, les patrons

Dans le même temps, la charte MMC est très claire : tous les projets ne sont pas acceptés, loin de là, et sont étudiés dans le détail. Une question se pose alors : comment et pourquoi un site tel que MMC, dirigé par un fan d'esport arrive à laisser passer (après étude, en théorie) un projet dont les contours varient entre le flou et l'obscur, et pour lequel quelques minutes suffisent à se rendre compte que le seul nom présent (Mitilène Ohamae) respire le fake à plein nez ?

Les plateformes de crowdfunding sont une véritable opportunité de financement pour un certain nombre de gens liés au sport électronique, mais il ne faut pas perdre de vue le fait que ces sites sont et restent des entreprises, dont le but est donc de générer du profit.

Oui, MMC a sa part de responsabilité, puisque c'est le site qui crée la passerelle entre un projet - dangereux - et les éventuels donateurs. D'ailleurs, de nombreuses personnes se sont déjà élevées dans le passé contre le site à la couronne verte, comme le résume bien cet article publié sur Le Point au mois de janvier 2013. Dans le droit de réponse accordé par Le Point à MMC, le site tente de répondre à quelques critiques, mais reconnaît des dysfonctionnements et un manque de transparence auprès des contributeurs.


Tout n'est pas rose sous la couronne verte

Si MMC a sur le moment senti le besoin d'apporter des éclaircissements, c'est que la grogne montait. Sur Facebook, un groupe intitulé "My Major Company, tes producteurs sont en colère, et cela va se savoir..." rassemble plus de 1000 "co-producteurs" mécontents du site, un groupe sur lequel des documents (chiffres de vente en particulier) sont disponibles.

MMC manque de transparence, la plupart des projets de crowdfunding cités plus haut dans cet article aussi... ce qui au final rend une copie toujours très obscure, notamment pour les moins initiés d'entre nous.

Soyez responsables, renseignez-vous.

Peu importe les éventuels scandales, il ne faut pas perdre de vue le fait que le crowdfunding reste un excellent moyen de collecter des fonds. Dans un concept où le contributeur-donateur sort de son simple rôle de consommateur passif, et peut, par son action, disposer d'un levier dans la mise en œuvre d'un projet. Mais nul n'est parfait en ce monde, alors tachez de vous informer au maximum avant d'investir ou de vous investir dans un de ces projets. De plus, n'hésitez pas à vous informer sur les créateurs, leur expérience et leur passif dans ce milieu, quitte à les contacter directement : c'est votre argent que vous donnez, c'est vous qui êtes en position de force.

Le fiasco du projet "Esport pour tous" peut être considéré comme l'explosion d'une première bulle, une bulle qui n'a pas eu le temps de faire de dommages collatéraux, et tant mieux. Coïncidence ou non, depuis ce scandale, on a l'impression que la vague est retombée, puisqu'à l'exception du projet Thunderbot, rien d'autre n'est apparu. Une chose est en revanche certaine : les prochains projets seront observés de très près.

En attendant, les lignes commencent à bouger, et les gens commencent à prendre lentement conscience des risques liés au crowdfunding, qui possède des problématiques qui lui sont propres. C'est dans cet axe que Kickstarter a publié sur son blog un article destiné à faire comprendre aux gens que le surfinancement, c’est-à-dire bien au-delà de la limite des 100%, ne représente pas forcément un bonus, de l'argent gratuit, et peut parfois obliger les créateurs de projets à être extrêmement réactifs pour s'adapter.

Alors, le crowdfunding est-il dans le monde de l'esport un mode de financement fiable et d'avenir, ou était-ce une vague éphémère de plus ? Réponse dans quelques mois.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

19 commentaires

barbatouffe
barbatouffe - 11/09/2013 10h16

Très bon article exposant bien la situation, (bien mieux que le venin de eel meme s'il n'avait pas tort partout)je pense que le meilleur moyen d'éviter des "soucis" de ce genre a l'avenir serais que mmc integrent un genre de journal de bord a chaque projet que les créateur seraient obligés de mettre a jour regulièrement pour montrer l'avancé du projet . Et pour filtrer il faudrait aussi demander un veritable cahier des charges avant meme d'accepter le projet pour voir si ça a été bien pensé ou si c'est juste un gros bobard.

Sabbasth
Sabbasth - 11/09/2013 11h19

Quand on fait un deal avec un intermédiaire il prend une commission, c'est normal puisqu'il est censé se porter garant de chaque partie, comme un notaire par exemple.

MMC fait commerce de cela et assure au créateur du projet les dons qui lui sont faits (l'argent est encaissé puis reversé aux contributeurs à hauteur de leur participation si le projet ne se lance pas).

MMC prendrait 10% de la somme obtenue. Mais il récupère également la fructification du capital sur la durée du financement.

Un notaire touche (une fois enlevées les taxes de l'état/de la région réceptionnées par le notaire) environ 1,5-2,5% du montant pour une transaction se situant entre 100-200K €

MMC n'ayant aucune obligation de garantie apparemment, ni aucune taxe liée à la transaction à reverser, "ils se mettent bien" si vous me permettez l'expression.

HelDra
HelDra - 11/09/2013 11h31

Je trouve étrange que Zerator et Anoss on été traités "d’opportuniste" (et même toutes les personnes en général qui reçoivent de l'argent via MMC)

Ils avaient tout les deux annoncé un projet précis. Pour Anoss le but principale était de faire un compétition hebdomadaire. Alors pourquoi il serait opportuniste alors que TOTL a fait la même chose? Pour Zerator, le but de son MMC était de compléter la qualité de son stream en plus de l'argent des sponsors. Contrairement à ce que dit cette article il n'ont pas juste fait la quête!!!

Yunyuns
Yunyuns - 11/09/2013 14h06

Tout ce qu'Anoss a annoncé vouloir faire dans son "projet", il le faisait déjà, que ce soit avec O'Gaming ou sur son stream perso. Donc quand tu demandes de l'argent supplémentaire pour lancer... ce que tu fais déjà (!!), oui c'est faire la quête.

Mais bon, à sa place et sachant que des pigeons sont prêts à me donner 20k€, j'aurais fait pareil.

kungfupanda
kungfupanda - 11/09/2013 15h28

MMC fait commerce de cela et assure au créateur du projet les dons qui lui sont faits (l'argent est encaissé puis reversé aux contributeurs à hauteur de leur participation si le projet ne se lance pas).

MMC prendrait 10% de la somme obtenue. Mais il récupère également la fructification du capital sur la durée du financement.

Un notaire touche (une fois enlevées les taxes de l'état/de la région réceptionnées par le notaire) environ 1,5-2,5% du montant pour une transaction se situant entre 100-200K €

MMC n'ayant aucune obligation de garantie apparemment, ni aucune taxe liée à la transaction à reverser, "ils se mettent bien" si vous me permettez l'expression.

 
On va quand même pas se mettre à plaindre les notaires !!! De son  côté le notaire bénéficie d'un monopole largement critiquable (et critiqué il va sans dire) qu'il ne partage qu'avec ses pairs.De fait le risque économique pesant sur eux est quasi nul. MMC de son côté est concurrencé par les autres boites délivrant la même prestation mais aussi par les circuits "classiques" de financement et notamment les banques (dont les marges vont bien au-delà de 10%).
Mais surtout le notaire profite  de l'obligation faite de passer par eux pour un certain nombre d'actes pourtant courant (et sans grande difficulté juridique) mais qui prennent appui sur un échange économique important sur lequel s'indexe leur rémunération (ce qui peut d'ailleurs paraître curieux). Il faut quand même soit être notaire soit être véritablement crédule pour penser que l'argent touché sur la vente d'un immeuble se justifie par la prestation fournie. Il suffit pour s'en convaincre de comparer cette situation au coût d'un cabinet d'avocat dans une affaire juridique complexe.
 
 Bref, MMC ne semblent n'est ni pire ni meilleurs que les autres (même si sur le fond, je suis d'accord avec toi ils se font, en effet, de l'argent facile sans véritablement faire quoi que ce soit qui mérite un tel financement). A choisir de voir les pouvoirs public se préoccuper de l'un deux entre ce type de boites ou les notaires, je préférerai les voir s'occuper de ceux qui selon le site notaire de France réalisent au 31 mai 2013 7 milliards d'euros de chiffre d'affaires (pour 9 446 notaires)...en exerçant la plupart du temps une mission de service public !
 
PS : si tu voulais grossir le trait en montrant que MMC se met bien en la comparant à une autre acteur qui se met "grave bien" en foutant pas grand chose pour montrer à quel point MMC profite de la situation, mea culpa. C'est difficile de relever le sarcasme à l'écrit quand il est trop fin.
Fachier
Fachier - 11/09/2013 17h40

Très bon article, merci ROGAAAJJ !

Oui tu as raison Kungfupanda, des gens qui voient passer 600 Milliards d'euro par an et qui font un chiffre d'affaire de 7milliards d'euro c'est indigne, ah attend ça fait quoi en pourcentage ça ? Oh mince 1,16% !

Le fils de Goldman parvenu parmi tant d'autres il a fait quoi pour mériter les 10% qu'il demande ? J'attends de voir !

Cordialement.

Nether
Nether - 11/09/2013 17h58

à la base mymajorcompagny est prévu pour financer des projets et avoir un retour financier en cas de réussite. Dans tous les MMC liés à l'eSport c'est toujours des appels aux dons.....

kungfupanda
kungfupanda - 11/09/2013 20h13

Oui tu as raison Kungfupanda, des gens qui voient passer 600 Milliards d'euro par an et qui font un chiffre d'affaire de 7milliards d'euro c'est indigne, ah attend ça fait quoi en pourcentage ça ? Oh mince 1,16% !

T'es payé à "voir passer" des trucs toi ?? T'as de la chance ! Moi je suis payé pour faire des trucs. Tout de suite c'est moins glamour.

J'ai pas écrit que c'était indigne, j'ai écrit qu'ils bénéficiaient d'un privilège contesté. Je pleurerai pas sur leur sort bien que j'ai des copains parmi eux.

MMC peut couler aussitôt que plus personne ne l'utilise. L'Etat ne garantit pas à Goldman fils que des projets passeront par lui (ou ses pairs). Si tu juges que ses tarifs sont trop élevés par rapport à ce qu'il fait (et je suis d'accord là dessus) au moins tu peux aller voir ailleurs ou encore te débrouiller autrement (les banques, la vente de rein, l'appel à mamie, la manche ou une visite à la mafia sont des solutions tout aussi viables).

Au fond, qu'est ce qu'il fait pour mériter ses 10% : rien à part mettre une plateforme connu à disposition. Mais les gens qui passent par lui se trouvent là parce qu'ils n'ont pas d'autres alternative (qui imagine une seconde que les projets de Zerator, d'Anoss ou esport pour tous auraient pu passer par une banque dans l'état dans lequel ils étaient présentés ?).

Une banque ne fait pas de dons dans ce type de situations. Or c'est de fait ce qui est demandé dans ces cas.

Je trouve MMC (et autre) très bien adapté au domaine artistique puisqu'ils permettent de squizzer les studios et boites de prod pour permettre de financer des productions pas très mainstream tout en confirmant qu'il y a un réel public pour celles-ci. En fait, ils font un peu le boulot des anciens labels indé qui prenaient tous les risques avant que leurs poulains ne finissent par signer chez universal...sauf que eux ils font peser le risque sur d'autres gens que eux-mêmes. Dans l'esport ils remplissent aussi cette tâche pour un événement comme tales of the lane, je trouve ça logique car on y trouve ces apports. Ztv c'est déjà autre chose puisque MMC sert à financer la création d'une boite et plus vraiment d'un projet artistique ou événementiel éphémère. Et là, on demande aux internautes d'être des actionnaires sans aucun retour...ça me dérange un peu plus :s

fridzouille
fridzouille - 11/09/2013 21h46

De tout de façon dès qu'il y a de l'argent à se faire dans n'importe quel domaine il y a des gens pour ne pas jouer le jeu.
La donnation par du MMC c'est une évolution dans la création d'une entreprise et c'est une bonne chose. Tout comme certaines entreprises attendent un week end pour vider leurs locaux et disparaître là ça peut se passer de la même façon... mais, de nos jours, on arrive toujours a retrouver la personne pour qu'elle réponde de ses actes.

(je rêve ou kungfupanda s'est répondu à lui même... oO)

Psyence
Psyence - 12/09/2013 02h08

(je rêve ou kungfupanda s'est répondu à lui même... oO)


Les ravages de la schizophrénie XD
Grabouh
Grabouh - 12/09/2013 02h38

Suivez un peu le fil de la conversation, c'est juste un quote du post situé 2 posts avant le sien, et il l'a juste pas mis en balise "quote".

^^"

MajinJack
MajinJack - 12/09/2013 11h40

Si j'en avais la possibilité je ferais un crown funding pour faire une campagne de pub pro esport (genre pour une competition). Apres tout il y a des pub pour les jeux et s'offrir une meilleur visibilité n'est pas une mauvaise chose.

RonanMonvoisin
RonanMonvoisin - 12/09/2013 14h45

C'est quoi "Esport pour tous" ?

J'aime pas écouter des gens parler je préfère lire, quelqu'un aurait un article qui en parle a me linker svp ?

HelDra
HelDra - 12/09/2013 18h53

Tout ce qu'Anoss a annoncé vouloir faire dans son "projet", il le faisait déjà, que ce soit avec O'Gaming ou sur son stream perso. Donc quand tu demandes de l'argent supplémentaire pour lancer... ce que tu fais déjà (!!), oui c'est faire la quête.

Mais bon, à sa place et sachant que des pigeons sont prêts à me donner 20k€, j'aurais fait pareil.

(Houla, un peu de retard sur la reponse...)

Faut! je ne voit pas comment tu peux dire ça et la preuve en une seul question : Est qu'Anoss fessait des compétition hebdomadaire du top FR? Non! Avant de se lancer dans un jugement une rapide recherche peu être rapide. Je t'aide un peu...

http://www.mymajorcompany.com/projects/anoss

Mon projet serait de créer du contenu autour de Starcraft 2 en montant une compétition périodique de qualité. On se retrouverait une fois par semaine pour caster une compétition courte, sur une soirée, avec des joueurs de qualité (minimum Top Europe) en horaire prime time.

Rien qu'avec ce petit paragraphe (les premières lignes de son MMC -_-") continuer de dire qu'Anoss -et ZrT  par la même occasion, je ne parle pas de Makoz parce que je ne connais pas bien son projet MMC- font la quête c'est ausso dire que TOTL fait la quête (ce que personne ne dit). Jusqu’à 10.000$ c'est le même projet de compétition et à partir de la, le reste des fond sert a peaufiner la qualité de son projet de VOD MAIS SURTOUT de ses compétitions.

Je cherche à souligné par la que si on dit Anoss et ZrT font la quête, je ne voit pas quels projet n'en font pas, TOTL fait pareille, IronSquid de même et les projets musicaux de concert etc etc...revient à faire la même chose (aprés c'est vrait que le projet e-sport pour tous est vraiment flippant pour le futur de MMC ou des MMClikes. Voila voila :)

MajinJack
MajinJack - 12/09/2013 20h24

Le gros probleme pour le moment c'est qu'il y a bien plus de personnes prete a mettre 10€ ou plus pour un MMC eSport que de projets.

Je m'explique, actuellement quelqu'un qui veux mettre de l'argent pour faire avancer la communauté n'as pas énormément de choix. Si il y avais 10 projets en même temps le type qui veux mettre 10€ regarderais chaque projet et ferais le choix du projet qui lui parais le mieux.

Je suis pour qu'il y ai plus de projet comme du fan art, du cosplay (si un groupe de diplomé de couture sortais un MMC pour faire une boutique de cosplay de bonne qualité je donnerais sans pb !) Si on a un projet cosplay vs un projet comme celui de makoz les internautes ferons leur choix !

mousnich
mousnich - 13/09/2013 11h18

Juste pour vous signaler que le lien vers le podcraft 34 marche bien, mais que le podcraft en lui-même (dans cette news) n'est plus dispo, ce qui est bien dommage car je l'aurais bien écouté :(

Vaag
Vaag - 14/09/2013 01h35

L'article aAa est plutôt drôle à lire (surtout quand l'auteur s'invente des qualités de juriste en citant des articles du code pénal que l'on étudie en droit des affaires), sur MMC la personne qui veut aider un projet fait un "don".

C'est inimaginable qu'une personne qui demande 3000€ les obtienne sans qu'il ne soit "connu" du grand public, les chances qu'il ne fasse pas son projet sont donc hyper faibles.

La question intéressante c'est la qualification de la somme donnée par un utilisateur alors même que le total est atteint. Pour moi on est plus dans du "don pour le projet" on est dans le "don pour le don". La personne sait très bien que le projet est financé alors POURQUOI ferait elle un don supplémentaire si ce n'est pas pour aider l'auteur du projet en dehors du projet là en question ? Et donc parfaitement l'autoriser à utiliser l'argent en question comme il le souhaite ? Évidemment il peut se dire "bin pour qu'il fasse un truc encore mieux!" mais jamais l'auteur ne s'est engagé à faire "mieux" !

Donc abus de confiance ou même escroquerie, non, les bases du droit sont à revoir mon cher Eeel si tu nous lis.

Seraphin69
Seraphin69 - 19/09/2013 23h40

Salut,

J'ai posé une petite question à l'auteur de l'article mais apparemment il ne consulte pas sa boite de messagerie du forum Ogaming.

Quelqu'un a son email ?

Merki.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.