d

23 févr. 2019 - Bobinou League of Legends

Les games de légende : CLG.eu - World Elite, 2012

Les games de légende : CLG.eu - World Elite, 2012

Vous voulez découvrir des games mythiques ? Vous replonger dans vos vieux souvenirs ? Ou bien vous pensez simplement que LoL c'était mieux avant ? Dans tous les cas, cette chronique est faite pour vous. Au programme de ce seizième épisode : un thriller haletant et la recette d’une game parfaite. Voici CLG.eu – Word Elite, demi-finale de l’IPL 5 !

L’esport à son plus beau, c’est ce moment où les deux adversaires sont tellement proches et agréables à voir jouer qu’on ne veut pas les départager. Un duel serré, long et haletant, qui en devient inoubliable. Prenez le cas de CLG.eu – World Elite aux IPL 5 par exemple, et suivez la recette.

Contexte : La recette pour une légende

Idéalement, pour avoir une game incroyable, mieux vaut prendre le meilleur tournoi possible. Ça tombe bien, l’IPL 5 est probablement le tournoi international le plus prestigieux jamais organisé. L’Europe, avec Fnatic, CLG.eu et M5, l’Amérique avec TSM et CLG.na, la Chine avec World Elite, la Corée avec Azubu Blaze, l’Asie du Sud-Est, avec TPA : chaque région possède au moins une équipe capable de viser le titre. Après des Worlds troublés par des problèmes organisationnels et la méforme de plusieurs favoris, l’IPL 5, avec son format en double bracket, a acquis très vite la réputation de championnat du monde officieux.

 

 

Deux équipes au sommet de la hiérarchie mondiale

Une fois qu’on a le bon tournoi, il nous faut deux protagonistes à la hauteur. CLG.eu – WE est encore parfait de ce côté-là. Réputée pour sa capacité légendaire à bloquer une partie éternellement, CLG.eu accumule les titres européens depuis un an. Quant à World Elite, c’est l’épouvantail du moment. Très performante depuis l’acquisition de Clearlove en jungler, la structure chinoise s’appuie sur des vétérans expérimentés, comme Misaya et Weixiao. Les deux équipes arrivent motivées comme jamais à Las Vegas, pour se venger de leurs Worlds en demi-teinte.

 


Preuve de la rivalité : l'affiche de leur quart aux Worlds a des airs d'anime.


Ajoutez à cela un zeste de rivalité : à ce niveau-là, l’affrontement promet de faire des étincelles. Il y a en effet un parfum de revanche dans l’air, les deux écuries s’étant déjà fait face à deux reprises dans le passé, pour autant de victoires européennes. Leur second duel, en quart de finale des derniers Mondiaux, a été absolument épique. Perturbé par plusieurs coupures Internet, leur BO3 a duré la bagatelle de 10h. Logiquement, pour le troisième épisode, les chinois ont soif de revanche.

L’alignement des stars

Idéalement, il faut un petit ingrédient supplémentaire pour pimenter le tout. Cette game n’en manque pas. Déjà, elle met aux prises deux équipes au top de leur forme, encore invaincues dans le tournoi malgré des adversaires coriaces. Mais elle offre surtout un affrontement entre deux des meilleurs joueurs du monde : Froggen, le danois spécialiste d’Anivia, contre Weixiao et son placement parfait.

 


Monstrueux depuis quelques mois, Weixiao fait la fierté de la scène chinoise. Crédits : Riot Games


Dès la première manche de ce BO3, le prodige chinois fait d’ailleurs étalage de ses incroyables mécaniques sur son Ezreal et offre l’avantage 1-0 à WE. Dos au mur, CLG.eu a besoin de remporter cette partie pour continuer dans le winner bracket. Ce 2 décembre 2012, tous les ingrédients sont réunis pour assister à une game historique. Et même si parfois les films avec les plus beaux castings font les plus gros flops, cette partie tient plus du Ocean’s Eleven que du Astérix au Jeux Olympiques.  Pour vous dire, sa VOD Youtube s’appelle « The best Lol match ever played ». Ça pose le décor.

Trois raisons pour lesquelles cette game doit impérativement être vue

1. Parce que cette game est folle, tellement que c’en est dur à décrire. C’est une course effrénée et meurtrière de CLG.eu contre le score, façon 24h chrono.

2. Parce que World Elite est surement d’une des dix meilleures équipes de tous les temps, imprenable lorsqu’elle était en état de grâce, portée par un Weixiao qui a révolutionné son poste.

 

 

3. Parce que l’IPL 5 est probablement le tournoi international le plus relevé de tous les temps. Super homogène, avec un format compétitif et des matchs d’anthologie.

La draft et le déroulement de la game

Le but de cette chronique est de redécouvrir quelques-unes des meilleures parties de LoL de l’histoire. Nous vous conseillons donc vivement de regarder celle-ci. Elle est pleine de bons souvenirs.

 

 

Si vous manquez de temps, vous pouvez regarder seulement les meilleurs moments de la partie, ci-dessous. Dans tous les cas, la suite de l'article décrit les événements de la partie et ses rebondissements et soyez-en certains, il y en a beaucoup.

 

 

La draft

Les deux compositions se ressemblent énormément dans leur polyvalence. Toutes deux sont extrêmement fortes en combats d’équipe et possèdent un hyper carry efficace en fin de partie, avec Ezreal pour Weixiao et Kog’Maw pour Yellowpete. Mais là où WE a aussi coché l’assurance « splitpush » avec le Rengar de Caomei, CLG.eu a plutôt opté pour le supplément « assassin », avec le Lee Sin mid de Froggen.
 


Même dans les pronostics des fans, les deux équipes sont impossibles à départager.

 

La game

Le résultat de cette recette complexe, c’est un véritable thriller bourré d’action. Word Elite fait très vite la course en tête grâce au bon farming de tous ses joueurs. Si Wickd et ses coéquipiers parviennent à refaire leur retard, ils ont une massive épine dans le pied : le Rengar de Caomei. Imprenable en 1 contre 1, le toplaner chinois pourrit la vie de ses adversaires et permet aux siens de dicter le tempo sur la carte, si bien qu’ils récupèrent leur premier inhibiteur après 30 minutes. Vous pourriez alors vous dire que la suite de la partie va être une formalité ? C’est mal connaître CLG.eu.

 


Avec un tel entraînement, CLG.eu n'a pas peur d'attendre 60 minutes pour l'emporter. 

 

Le casse-tête chinois

Coup sur coup, les Européens remportent deux teamfights cruciaux et parviennent à donner un peu d’air à Yellowpete. Même si leur base est toujours à la merci de Caomei, qui récupère un deuxième inhibiteur et entame même les tourelles du Nexus, CLG.eu joue son style préféré, celui dans lequel elle excelle : la défense. Et ça paie : elle passe devant aux kills et récupère enfin un Nashor à la 40ème, ce qui lui permet de mettre un premier inhibiteur à nu. L’espoir renaît.

 


A 40 minutes, CLG.eu repasse enfin devant aux kills grâce à Froggen.


La partie prend alors des allures d’équation insoluble. Avec une base décimée et exposée à tous les vents, CLG.eu ne peut se risquer hors de sa base, alors même qu’elle remporte tous les combats. Mais face au casse-tête chinois, elle fait quand même le choix de l’agressivité et échange un inhibiteur adverse et un Nashor contre ses deux tourelles Nexus, à l’issue d’une série d'empoignades sanglantes et d’évènements rocambolesques. Désormais, les Européens sont devant aux kills et aux golds, mais cela n’a plus d’importance. A 52 minutes de jeu, la victoire reviendra à l’équipe la plus forte mentalement.

Le sacrifice de Clearlove

Les actions irrespirables s’enchaînent, toujours plus serrées, et aucune équipe ne parvient à se détacher. Jusqu’au déclic : alors que Caomei détruit un énième inhibiteur sous le feu d’un Wickd désemparé, le 4 contre 4 à l’autre bout de la carte s’achève sur un décisif 3 pour 0 en faveur de CLG.eu. Alors que le destin de la partie semble scellé, Clearlove se sacrifie pour les siens. Il se rue sur la base européenne avec Caomei et menace de backdoor, forçant le retour en catastrophe de trois adversaires. C’est le point de rupture :  CLG n’a plus d’inhibiteur en vie. Plus que jamais, la game ne tient vraiment qu’à un fil.

 


En se sacrifiant pour un inhibiteur, Clearlove maintient en vie son équipe. 

 

Coincés dans leur base, les Européens doivent concéder un dernier Nashor. Tout se joue alors dans un ultime combat. Snoopeh se jette dans la mêlée, mais Yellowpete est complètement zoné par Caomei et ne peut atteindre les joueurs adverses. Froggen tombe, suivi de Krepo. C’est fini. Pour la première fois depuis 50 minutes, les Européens viennent de perdre un teamfight. WE l’emporte, après 69 minutes d’une intensité terrible.

 


Après un ace, WE achève le Nexus après un combat de près d'une heure et d'une rare intensité.

 

L’après game

Cette partie est absolument épique, par son déroulement, sa fin tragique, mais aussi l’impact qu’elle a sur la dynastie des deux équipes. Dans la foulée, CLG.eu est reversée en looser bracket puis immédiatement éliminée contre TPA. L’écurie de Froggen ne retrouvera plus jamais son niveau de 2012. De son côté, WE parvient par deux fois à battre Fnatic et remporte le tournoi. Weixiao et les siens rentrent dans l’histoire.

 

Le tableau final de l'IPL 5, dont Rekkles, avec Fnatic, a été la révélation. Crédits : Leaguepedia.

 

Le MVP de la partie

Caomei – Rengar – World Elite – 6/5/7
 


Alors qu'il jouait encore pour WE, Caomei a pris sa retraite en 2014.


Utilisé comme splitpusher par son équipe, Caomei a fait vivre une heure de souffrance à Wickd et à tous les CLG.eu, les menaçant constamment de backdoor, prenant des inhibiteurs à lui tout seul… Et en sortant Yellowpete du dernier combat, Wei Han-dong a offert le match aux siens.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.