d

06 août 2018 - Bobinou League of Legends

Les games de légende : KT Bullets - SKT T1, 2013

Les games de légende : KT Bullets - SKT T1, 2013

Vous voulez découvrir des games mythiques ? Vous replonger dans vos vieux souvenirs ? Ou bien vous pensez simplement que LoL c'était mieux avant ? Dans tous les cas, cette chronique est faite pour vous. Au programme de ce dixième épisode : regardez la Purge, regardez les moves, Faker, qu’est-ce que c’était que ça ? Voici KT Bullets- SK Telecom T1, finale des OGN Champions Summer 2013 !

Un moment hors du temps

Ces instants, vous les connaissez tous. Diego Maradona marquant illicitement de la main contre l’Angleterre. Usain Bolt, aérien, ralentissant sa foulée à Pékin après avoir surclassé ses opposants. Michael Jordan, en suspension, offrant le titre NBA aux Chicago Bulls d’un tir au buzzer. Sur LoL aussi, il y a ce moment. Celui qui décroche la mâchoire de n’importe quel spectateur la première fois qu’il le voit, dont la simple évocation parle même aux profanes : le duel Zed contre Zed de Faker et Ryu. Et une action de légende comme celle-ci ne peut pas venir sans une game de légende. Ça tombe bien, la game 5 de KT Bullets – SK Telecom T1, en finale des OGN Champions Summer 2013, est de cette trempe-là. 




Vous avez déjà vu Faker et Ronaldo ensemble, mais Faker et Michael Jordan ? Je ne pense pas.
Crédits : Riot Games

 

Guerre et rivalité

Pour un moment d’anthologie, il faut un match de haut niveau. Domestiquement, impossible de faire mieux qu’une finale d’OGN, impossible de faire mieux que le match déterminant quelle est la meilleure équipe de la meilleure région. En 2013, la Corée s’éveille doucement à la compétition de haut niveau sur LoL et, déjà, les spécialistes y voient un Eldorado de mécaniques et de stratégies.

Pour un moment d’anthologie, il faut aussi un contexte d’anthologie. Pour ça, on fait difficilement mieux qu’une Telecom War. Depuis Starcraft, les géants de la téléphonie coréenne, que sont KT Rolster et SKT, se livrent une lutte sans merci pour être la structure esportive dominant le pays du Matin calme. Ce duel s’étend logiquement à League of Legends lors de l’ouverture des compétitions sur le jeu à la Corée. Tels les pro-chocolatine et les défenseurs du pain au chocolat, sur LoL, impossible de tourner autour du pot : entre KT et SKT, il faut faire un choix.

 


Pour la dernière Telecom War, Noi avait clairement fait son choix. 

 

Personne ne représente plus cela que les deux équipes de ce match. Dans un coin, SKT : la révélation du split, une seule manche perdue sur tout le tournoi, le tout porté par l’éclosion du nouveau prodige de la scène, Faker. Face à elle, KT Bullets, montée en puissance au cours de la phase éliminatoire, vainqueur impressionnant de CJ Entus Frost 3-0 au tour précédent, très expérimentée. Si les SKT semble favoris, l’affrontement promet surtout d’être explosif.




Le style de jeu de Faker est aussi stylé que sa vidéo d'intro aux OGN.
Crédits : OGN

 

Stuck in the midlane with you

Pour un moment d’anthologie, il faut également un duel exceptionnel, entre les tous meilleurs joueurs. Parfait ! Ce match met aux prises les deux midlaners les plus talentueux de la saison 3. Pour KT Bullets, Ryu est dans la meilleure forme de sa carrière. Agressif à l’extrême, le Coréen, connu pour son visage inexpressif, excelle alors sur les assassins les plus exigeants mécaniquement, qui sont justement à la mode. Il fait face à l’étoile montante du moment : Faker, qui est en train de justifier son statut de meilleur joueur du monde, portant SKT sur ses frêles épaules en accumulant les performances de MVP.

 



L'une des rares photos de Ryu avec le sourire.
Crédits : OGN

 

Enfin, pour un moment d’anthologie, il faut un suspens à s’en ronger les ongles. Ce 31 août 2013, KT démarre fort sa finale, avec un combo innovant, Gragas-Fiddlesticks, qui lui permet de valider assez facilement les deux premières manches du Bo5. Et se retrouve donc à une victoire d’un premier titre en LCK très convoité. Sauf que SKT a de la ressource, change de champions, sélectionne une Vi pour Bengi et surtout un Zed pour Faker. Le plan marche à la perfection : SKT reprend l’ascendant en forçant KT à se rendre en 20 minutes. En game 4, c’est avec Ahri que Faker domine la partie, permettant à son équipe d’égaliser. Tout est donc réuni : Faker et Ryu brillent, SKT et KT sont à 2-2 et ont leur premier trophée en ligne de mire. La décision se fait donc sur une cinquième game à couteaux tirés, avec une sélection à l’aveugle qui plus est. Peut-être pour mieux préparer les yeux des spectateurs à ce qu’ils s’apprêtent à voir.



Après les deux CJ, KT veut la peau de SKT.
Crédits : Leaguepedia

 

Trois raisons pour lesquelles cette game doit impérativement être vue

1. Parce qu’elle contient le move que tout le monde a déjà vu, même sans avoir jamais regardé les LCS. Un instant hors du temps, qui ne peut pas vous laisser indifférent.

2. Parce que c’est l’occasion de revoir les sélections de champions à l’aveugle, désormais disparues, qui ont fait la renommée des OGN. Voir les meilleurs joueurs du monde s’affronter sous tension sur les mêmes champions, ça n’a pas de prix.




Montecristo et Doa rendent hommage au fameux meme « WTF 2 Shen »,
hérité de ces manches décisives en blind pick. 
Crédits : OGN

 

3. Parce qu’au-delà du Zed vs Zed, la game est dingue. Imaginez : une Telecom War, en finale des OGN, qui va jusqu’à la cinquième manche. Une folie.

La draft et le déroulement de la game

Le but de cette chronique est de redécouvrir quelques-unes des meilleures parties de LoL de l’histoire. Nous vous conseillons donc vivement de regarder celle-ci. Vraiment, c’est un immanquable de l'histoire de LoL.

 

 

Si vous manquez de temps, vous pouvez regarder seulement les meilleurs moments de la partie, ci-dessous. Dans tous les cas, la suite de l'article décrit les événements de la partie et ses rebondissements et soyez-en certains, il y en a beaucoup.

 

 

La draft

C’était une marque de fabrique des OGN, qui a longtemps fait leur renommée. La fameuse game 5 à l’aveugle, sur le modèle des parties non-classées. En finale des OGN, c'est la deuxième fois que cela arrive, après Azubu Frost – CLG.eu au Summer 2012.




Deux match-ups "miroir" dans cette finale : Zed contre Zed et Shen contre Shen.
Crédits : OGN

 

Dans ces moments historiques, rarissimes et plein de surprises, la stratégie et la tactique s’estompent pour laisser place à l’instinct et aux automatismes. De chaque côté, peu de risques sont pris : au top et au mid, les deux favoris du moment sont sélectionnés : Shen et Zed. Pour le reste, KT veut jouer sur l’effet de surprise, avec Evelynn et Fiddlesticks, là ou SKT vise plus les combats d’équipe, avec Vi et Zyra notamment.

La game

Mieux valait ne pas arriver en retard. En moins d’une minute de jeu, le match se montre déjà à la hauteur de nos espérances. Décidées à prendre les devants, les deux équipes se rencontrent dans la rivière pour une invade explosive, avec un mort de part et d’autre.

La première fusée

Si ce début de partie pose les bases, le feu d’artifice doit venir de la midlane. Les deux stars, sur leur champion du moment, sont obligées de prendre des kills pour avoir un impact dans la partie. Alors, forcément, le duel doit faire des étincelles. Et la première fusée est bien rouge, de la couleur du côté où évolue SKT. Assisté par le Soutien indéfectible d’Impact, Faker parvient à prendre le meilleur sur Ryu.
 



Ryu tombe pour la première fois sous les shurikens de Faker. Prémonitoire.
Crédits : OGN

 

Après ce premier tir, c’est un festival pyrotechnique. KT reprend la tête après un bon ultimate de Mafa qui permet de récupérer deux kills. SKT répond d’un petit pétard à la quinzième minute, lorsque Faker et Bengi parviennent à tuer un Kakao isolé. Le spectacle commence à prendre une teinte plus prononcée lors d’une escarmouche épique quelques secondes plus tard ; escarmouche que SKT remporte avec la réussite du futur champion.

Le bouquet final

Les éclats de Faker et ses coéquipiers se multiplient alors. La sélection à l’aveugle permet en effet à chaque joueur de SKT d’évoluer sur son meilleur champion, qu’il exploite à la perfection. Bengi, notamment, qui dispute alors la meilleure saison de sa carrière, saisit toutes les opportunités possibles pour briser les espoirs de ses adversaires avec ses Marteaux-pilons.  L’écart entre les deux formations grandit doucement, jusqu’à atteindre la demi-heure de jeu, bouclée par les hommes de Kkoma avec 14 000 golds d’avance.

 



Vous savez tous ce qui arrive.
Crédits : OGN


C’est l’heure du bouquet final. Avancé au mid, Faker se fait engager par Ryu avec son ultime et tombe très bas en vie. Tout va alors très vite, si vite que seul un ralenti permet d’apprécier les mécaniques incroyables du leader de SKT sur l’action. À l’œil nu, tout ce qu’on voit est la vie de Ryu se faire grignoter petit à petit et Faker rester en vie, triomphant, sur son cadavre. L'expression dépitée qui passe alors sur le visage du héros déchu de KT en dit long sur le coup de massue que vient de prendre son équipe. Cinq minutes plus tard, SKT achève le Nexus et par là-même, sa remontée fantastique. Tous les fans de Lol n’ont alors plus qu’une phrase à la bouche : « Faker, what was that ? »




Le reverse sweep achevé, SKT peut aller soulever son premier titre en OGN.
Crédits : Cloth 5

 

L’après game

Pour SKT




Derrière la locomotive Impact, SKT enchaîne sur une victoire aux Worlds.
Crédits : Riot Games

 

Historiquement, ce match est un tournant. Avec ce premier titre, SKT pose les fondations d’une dynastie. Avec la même composition, l’équipe fanion de la Corée a réalisé le triplé : Champions Summer – Worlds 2013 – Champions Winter. Après ça, Faker et Kkoma ont continué à enfiler les trophées comme des perles, à l’international et à domicile. Trois titres de champion du monde, deux MSI, six OGN... Sur ces cinq dernières années, la domination de SKT est incontestable et son palmarès, incomparable.

Pour KT




Le seul survivant pour KT, cinq ans plus tard : Score.
Crédits : Inven

 

Forcément, KT souffre dans l’ombre de son rival, avec un OGN et un IEM World seulement à se mettre sous les dents. Mais la structure historique peut se targuer d’être l'une de celles ayant le plus poussé SKT dans ses retranchements, au cours de Telecom War homériques. Symbole de cette équipe de perdants magnifiques : Score, son capitaine, toujours présent dans la structure cinq ans plus tard.

Le MVP de la partie

Impact – 7/3/9 – Shen




Après sa saison 3 quasi parfaite, Impact a quitté SKT pour rejoindre Team Impulse en NA.
Crédits : Riot Games

 

Plus qu’un affrontement de Zed, cette game était aussi un duel de Shen. Et à ce petit jeu, Impact a été bien meilleur qu’Insec. Un taunt flashé d’entrée de jeu pour donner le premier sang à son équipe, des Soutiens indéfectibles aux petits oignons pour assister Faker et une menace constante en splitpush. Jung Eon-yeong, la valeur sûre.

Le move de la partie

 

 

32:00 : qu’écrire qui n’ait pas été déjà dit ? Ryu engage Faker pour un duel de Zed. Il parvient à mettre son adversaire à 300 PV, mais se prend un retour de bâton magistral. Faker utilise son Ceinturon de mercure, évite tous les sorts de son vis-à-vis et parvient à retourner la situation contre toute attente. Trente secondes plus tard, il se permet même le luxe de mourir exécuté par la tour. Légendaire.

C'est fini pour cette game de légende ! On se retrouve dans deux semaines pour se plonger à nouveau ensemble dans l'histoire de LoL !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.