d

13 avr. 2018 - Bobinou League of Legends

Les games de légende : SKT T1 - ROX Tigers

Les games de légende : SKT T1 - ROX Tigers

Vous voulez découvrir des games mythiques ? Vous replonger dans vos vieux souvenirs ? Ou vous pensez simplement que LoL c'était mieux avant ? Dans tous les cas, cette chronique est faite pour vous. Au programme de ce quatrième épisode : des tigres adorables, un niveau stratosphérique et une Miss Fortune support. Voici SKT T1 - ROX Tigers, demi-finale des Worlds 2016 !

L’e-sport adore les contes de fée. Vous savez, ces récits où la petite équipe de héros, malgré toutes les embûches, parvient à devenir championne du monde ?  Dans la vraie vie, la réalité rattrape souvent la fiction et le prince finit par buter sur une marche trop haute pour lui. Lorsque ROX Tigers rencontre SKT T1 en demi-finale des Worlds 2016, c’est pour faire taire cette logique. Et pour offrir une fin joyeuse à son histoire digne de Cendrillon.

Le rêve Tigers

Pour un récit réussi, il faut d’abord une bonne situation initiale. À la fin de l’année 2015, celle des Koo Tigers est quasi idyllique. Ils ont impressionné tout le monde en Corée et sortent tout juste d’une finale aux Worlds, perdue 3-1 contre SKT T1. L’équipe est talentueuse et semble déterminée à rester unie pour la saison six. Jusqu’à ce que, catastrophe et élément modificateur, son principal sponsor, Koo TV, se retire pour problèmes financiers. Le prince promis à un avenir radieux se retrouve alors sans le sou.
 


Sous leur ancien nom de Koo Tigers, les ROX s'étaient inclinés en finale des Worlds à Berlin.
Crédits : Riot Games
 

The eye of the Tigers

S’en suit une multitude de rebondissements. Les performances des Tigers l’année précédente ont été remarquées dans le monde entier : beaucoup de structures, notamment en Chine, sont prêtes à offrir des contrats faramineux pour les services des joueurs. Mais rien à faire, eux veulent devenir ensemble la meilleure équipe du monde. Quitte à revoir leurs ambitions salariales à la baisse, ils restent en Corée et changent de nom pour devenir les ROX Tigers. Leur jungler, Hojin, ayant pris sa retraite, ils choisissent Peanut, un jeune prometteur, pour le remplacer.
 


Recruté en provenance de Najin, Peanut est devenu un élément central de ROX, adoré par ses fans.
Crédits : Riot Games
 

C’est l’élément de résolution qu’il leur fallait. Si les ROX Tigers s’inclinent en finale du Spring Split, encore une fois contre SKT, ils remportent le Summer Split 3-2 contre KT Rolster. Avec ce titre de championne de LCK, ROX s’assoit sur le trône en Corée. Au top, Smeb est impérial et domine outrageusement tous ses adversaires, bien assisté par un Peanut au sommet de son art.

Le dernier monstre à occire

Cela devrait être la situation finale. La bande de potes restée soudée malgré l’appel de l’argent et qui a su devenir, à force de travail, la meilleure équipe de Corée. L’histoire aurait pu s’arrêter là, mais nous ne sommes pas dans un conte pour enfants. Pour rester dans l’histoire sur League of Legends, il n’y a qu’une échéance qui compte : les Championnats du monde. Et ce juge de paix s’accompagne de son boss final, l’ultime monstre à abattre pour gagner le cœur de la princesse : SKT T1.
 


Habitués des happenings et des déguisements, les Tigers ont su conquérir le cœur des spectateurs sur l'année 2016. 

Crédits : OGN


La rencontre tant attendue a lieu au Madison Square Garden, en demi-finale des Worlds. ROX a pour elle ses certitudes du Summer Split, SKT a pour elle son ascendant psychologique. Dans ces conditions, dur de déterminer un favori. Mais les deux équipes sont remontées comme jamais et prêtes à en découdre. Ce qui va en découler, c’est, pour beaucoup, le plus beau Bo5 jamais joué, une bataille mentale et mécanique irréelle d’intensité. SKT emporte la première manche, emmenée par sa botlane Ashe-Zyra. C’est le moment que ROX choisit pour apporter encore un peu plus de folie dans ce match. Et pour essayer d’aller chercher sa « happy end ».
 


Les deux favoris de la compétition s'affrontent pour décrocher leur ticket pour la finale au Staples Center.
Crédits : Riot Games
 

Trois raisons pour lesquelles cette game doit impérativement être vue

1. Parce-que cette game est une ode à une équipe magnifique. Personne n’est prêt à oublier ces Rox Tigers, leur communication décalée, leur style de jeu hyper-actif et la Miss Fortune de Gorilla.

2. Parce-que c’est le sommet d’un Bo5 fantastique, le plus bel affrontement de la Saison 6 et peut-être même de l’histoire. Une bataille démentielle, apogée d’une fin de Worlds haletante.

3. Parce-que PraY est une légende à lui tout seul. Cinq participations aux Worlds, trois titres de champion de Corée avec trois équipes différentes et dans ce match, une Flèche de Cristal d’anthologie.

La draft et le déroulement de la game

Le but de cette chronique est de redécouvrir quelques-unes des meilleures parties de LoL de l’histoire. Nous vous conseillons donc vivement de regarder celle-ci (qui commence réellement à 2:18:40). Juste pour le niveau de jeu affiché, ça vaut le coup.
 


 

Si vous manquez de temps, vous pouvez regarder seulement les meilleurs moments de la game, ci-dessous. Dans tous les cas, la suite de l'article décrit les événements de la partie et ses rebondissements et soyez-en certains, il y en a beaucoup.
 


 

La draft

Les Tigers vont apprendre de leurs erreurs et axer leur draft autour du combo qui leur a fait si mal à la première manche : Ashe – Zyra.  

Dès leur première rotation, ils sélectionnent l’Archère de Givre pour PraY, puis une Karma, apparemment pour l’assister. Ils laissent ainsi délibérément Zyra disponible pour Wolf. Le joueur des SKT mord à l’hameçon et la sélectionne immédiatement, aux côtés d’un Ezreal pour Bang.  GorillA peut alors dévoiler la géniale réponse des ROX à la Dame aux ronces : Miss Fortune support. Le choc est total dans l’assistance, à tel point que les commentateurs pensent d’abord à une erreur. Mais la botlane ROX sait ce qu’elle fait et ne demande qu’à le prouver.
 

Les analystes, ici Dash, expriment leur joie et leur surprise sur Twitter face à ce pick de Gorilla.
 

Côté SKT, les conditions de victoire sont simples : attendre la fin de partie et démonter les lignes arrières adverses avec Olaf et Ekko. Pour ROX, c’est plus complexe. Les chouchous du public ont l’ascendant sur toutes les lignes en début de partie, mais il leur faut vraiment boucler la partie en trente minutes et compter sur un Peanut encore plus agressif que d’habitude.
 


La draft finale avec, au centre de tous les débats, la Miss Fortune support, permise par le flex pick de Karma.

Crédits : Riot Games
 

La game

Mener l’attaque, Peanut adore ça. Trois minutes de jeu, un piège de génie au top et le premier sang est récupéré sur Duke. Mission réussie pour le prodige de ROX : la partie est dynamitée. Les Tigers suivent l’hyper-agressivité de leur coéquipier. Et à la neuvième minute, le génie de leur draft entre en œuvre.

Une botlane ravageuse

PraY et Gorilla viennent tous deux d’atteindre le niveau six. Flèche de Cristal de Ashe sur Wolf, suivie d’un Barrage de plomb de la Miss Fortune. La Zyra adverse est annihilée. Ce combo inédit des Tigers leur permet de débloquer deux tours, leur octroyant 2 000 golds d’avance à douze minutes de jeu.
 


8 minutes 55 : PraY et GorillA font parler leur magie avec leurs ultimes.

 Crédits : Riot Games
 

Mais les SKT ne sont pas tenants du titre pour rien et s’accrochent pour rester en vie. Les ultimes de PraY et les prises d’initiatives de Faker animent la game et la rendent passionnante. À la trentième minute, les ROX parviennent enfin à creuser un écart conséquent en récupérant un Nashor puis un triple kill sur Ashe. L’avance ainsi acquise leur permet de commencer à assiéger la base SKT.

La flèche d'une vie

Les champions en titre continuent quand même à y croire. Ils parviennent à récupérer quatre kills sur une action dans leur base. L’espoir semble renaître pour SKT qui envisage d’assiéger les tourelles adverses. Mais à l’autre bout de la carte, PraY et Kuro pénètrent avec leurs sbires dans la base adverse et commencent à taper un inhibiteur. Si SKT ne parvient pas à les arrêter, c’est la défaite. Duke commence à incanter sa téléportation pour revenir défendre… Sauf que PraY décoche sa Flèche de Cristal.
 


L'enceinte magnifique du Madison Square Garden retient son souffle pour ce dénouement irrespirable. 

Crédits : Riot Games
 

En 2011, pour la première édition des Worlds, Yellowstar avait réussi un ultime d’exception sur sa Ashe, qui avait fait exulter les quelques spectateurs présents sur place. Six ans plus tard, ce sont 18 000 personnes qui se lèvent à l’unisson lorsque PraY touche sa cible. Sans ennemi face à eux pour les stopper, les ROX parviennent à remporter la partie. Et font définitivement rentrer cette game dans la légende.
 


Cible atteinte pour PraY, qui interrompt Duke d'une flèche entre les deux yeux. 

Crédits : Riot Games

L'après game

Ce n’est que le début d’un Bo incroyable. Les Tigers remportent la troisième manche, emmenés par un extraordinaire Peanut. Mais à 2-1 contre eux, les SKT réagissent en champions. Kkoma décide de bannir Miss Fortune et surtout de faire rentrer en jeu Bengi dans la jungle à la place de Blank. Coaching gagnant : le vétéran coréen porte à lui seul la quatrième game avec sa Nidalee, un champion qu’il n’avait jamais joué en compétitif. Le sort du match se joue donc sur une cinquième game décisive, qui finit par tourner en faveur de SKT en quarante-cinq minutes. La culture de la gagne a parlé : Bengi et Faker seront, pour la troisième fois, sacrés champions du monde.
 


Bengi (assis) et Kkoma peuvent exulter : à eux deux, ils ont fait basculer le BO5 en faveur de SKT.

 Crédits : Riot Games
 

ROX s’incline donc avec les honneurs à l’issue d’un affrontement épique et échoue à sauver la princesse. C’est la fin de l’aventure pour les Tigers, qui jouaient là leur dernier match ensemble et se dispersent ensuite dans toute la Corée. Un an et demi après, Peanut, PraY et GorillA avec Kingzone DragonX et Kuro avec Afreeca Freecs sont encore en course pour décrocher un nouveau titre de LCK ce samedi. Mais aucun d’entre eux n’a encore réussi à réaliser leur rêve à tous : être champion du monde.

Le MVP de la partie

PraY – Ashe – 7/2/7
 


Décisif dans cette game deux, PraY fait aujourd'hui les beaux jours de Kingzone, en finale de la LCK ce samedi. 

Crédits : Riot Games
 

En compagnie de GorillA, il a écrasé la botlane SKT. Incroyable de précision avec sa Ashe, Kim « PraY » Jong-In a tout débloqué dans cette partie grâce à ses Flèches de Cristal millimétrées. Alors, si on y ajoute la plus belle Arrow jamais vue en compétitif pour offrir la victoire à son équipe, dur d’attribuer le titre de MVP à quelqu’un d’autre. 

Le move de la partie

32:23 dans la partie : ROX initie un splitpush sur la toplane où un inhibiteur est à nu. Obligé de revenir défendre sa base, Duke incante son Téléport. Au même moment, à l’autre bout de la carte, PraY lance instinctivement sa Flèche de cristal. Elle traverse toute la carte pendant sept secondes avant de faire mouche, interrompant le joueur des SKT. Avec cette inspiration de génie, l’AD carry des ROX vient d’offrir la game à son équipe.
 


 

C'est fini pour cette game de légende ! On se retrouve dans deux semaines pour se plonger à nouveau ensemble dans l'histoire de LoL !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.