d

25 juin 2019 - Hatnuz League of Legends

Les notes du match : Fnatic - G2 Esports

Les notes du match : Fnatic - G2 Esports

Nous l’attendions, vous l’attendiez, ils l’attendaient. Le match au sommet de cette première partie de Summer Split a sacré les vice-champions du monde au détriment des champions du MSI. Un match sanglant, rocambolesque, parfois clownesque, qui mérite bien des petites notes de match toujours objectives et justifiées.

 

Crédits : Gamesoflegends.com

 

Fnatic

Bwipo (9) : Cela faisait longtemps qu’on n'avait pas vu la Bwipe dans une telle folie furieuse. Armé de son meilleur Renekton, il a détruit Caps avec la subtilité d’un porte-conteneur et a très largement profité du travail de son jungler pour dominer sans partage sur la carte.

Broxah (9.5) : Ce Broxah-là, c’est Maradona contre l’Angleterre en 86, c’est Nadal à Roland Garros, c’est Usain Bolt aux JO de Pékin. Une démonstration et un temps d’avance sur tout le monde du début à la fin de la partie. Son Gragas (9/1/11) a navigué entre la toplane et la midlane, trouvant les meilleurs timings et les meilleures trajectoires. Avec en prime une prise de décision implacable comme ce body-slash au top lors d’un 2v2 crucial. Il n’est pas magnifique ce Broxah ? Il est magnifique.

Nemesis (7.5) : Un Twisted Fate « à la Crown » pour porter l’offensive et enfoncer les lignes G2, le choix aurait pu mal tourner après quelques erreurs, mais le jeune midlaner ne s’est pas laissé abattre et a pu participer à la fête une fois les premières escarmouches en place.

Rekkles (7) : Performance majeure de la part de l’ADC qui place avec une rigueur maladive son bouclier sur Bwipo ou Broxah, récoltant ainsi immédiatement trois ou quatre assistances tout en pouvant d'ores et déjà débriefer sa partie. Je ne sais pas vous, mais moi, une telle performance ça me donne envie de chanter « MVP, MVP, Rekkles » toute la journée.

Hylissang (8) : Le style d’Hylissang sur Pyke est unique. Mais tout le monde s’accorde à dire qu’entre ses coups de folie et ses plongeons dans les lignes ennemies parfois peu contrôlés, il reste une menace significative pour ses adversaires.

Coaching staff (8.5) : Une draft comme celle-ci, on a envie de se marier avec. Agressive, spectaculaire et extrêmement mobile, cette stratégie de « combattre le feu par le feu » rend hommage à l’agressivité originelle qui est et restera toujours dévolue à Fnatic.

 

G2 Esports

Wunder (6.5) : Placée sur la voie du milieu, sa Irelia se fait gank par une horde de joueurs Fnatic en colère. Et lorsqu’il reswap avec Caps, il se retrouve face à un Renekton déchaîné et déjà trop fort. Un peu décourageant pour le bon Wunder qui aura un ou deux mots à dire à son coéquipier midlaner.

Jankos (3) : Marcin n’a peut-être pas gank avant que la partie ne soit d’ores et déjà perdue, il a peut-être abandonné ses solo lanes à leur sort, il a peut-être loupé le Hérault, le Dragon et sa stopwatch. Mais au moins, il a farm ses loups. Puis Jankos s’est dit qu’il devait se battre, et il a mené un dive où lui et trois de ses coéquipiers sont morts. Le métronome.

Caps (2.5) : On ne s’ennuie jamais avec Caps dans une partie de League of Legends. Après ne pas avoir respecté le commandement n°1 du Manuel du Challenger  (« Devant le Renekton niveau 2 tu reculeras »), il refile la patate chaude à son pote Wunder et s’en va s’amuser quelques minutes contre le Twisted Fate avec une envolée aussi unique que son early game. Un Happy Caps pour une Happy Game, en quelque sorte.

Perkz (7) : La botlane a été relativement tranquille d’un côté comme de l’autre. Perkz a donc farm comme il sait le faire, puis il a décalé comme il sait le faire, mais il a rencontré un Renekton à 6/2 et un Gragas à 7/0. Autant vous dire qu’il a bégayé autrichien avec son pauvre Ezreal Manamune.

Mikyx (5) : Difficile de noter le match de la Yuumi de Mikyx. Perpétuellement attachée aux basques de Perkz, il lui fut donc impossible de décaler pour aider ses équipiers qui en auraient bien eu besoin. En dehors du fait de jouer un champion exécrable, déséquilibré et artistiquement nullissime, il n’y a pas grand chose à reprocher au support G2.

Coacing staff (6) : Une composition à la G2 qui aurait pu faire mouche sans cette saugrenue idée de swap Caps et Wunder, mais toujours plus compréhensible qu’un ban Shen.

 

Avec cette victoire prestigieuse, Fnatic trône désormais au sommet du LEC qui prendra une pause le temps d’aller smasher de l’Américain aux Rift Rivals. La compétition européenne reprendra le 12 juillet.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.