d

21 oct. 2016 - Krok League of Legends

Les picks support des 1/4 de finale

Les picks support des 1/4 de finale

« League of Legends est un jeu qui se joue à 5 contre 5, et à la fin c’est toujours la Corée qui gagne. »

Chicago, ville des vents et cité d'accueil des quarts de finale des Worlds de League Of Legends, a soufflé quatre nouvelles équipes hors du tournoi. Parmi ces équipes aspirées, deux représentants chinois – les Edward Gaming et Royal Never Give Up – ainsi que les Américains de Cloud 9 et les Russes/Ukrainiens de Albus Nox Luna. Les trois équipes coréennes s’imposent une fois encore en tant que références de la discipline et le seul espoir occidental sera incarné par l’équipe européenne H2K. Ce mois de Worlds réserve bien des surprises, non pas sur les équipes qui occuperont les premières places, mais bien sur la méta du patch (6.18) qui chaque semaine s’affine, se concentre et s’intensifie.

L’année passée, la méta se composait de tanks en toplane (Darius, Gnar) et en support (Braum, Alistar, Thresh), et de midlaners qui troquaient parfois de leur skill pour du contrôle de foule à toute épreuve (Lulu, Azir). Cette année, les toplaners se font plus agressifs et les AP top reprennent leurs droits (Rumble, Kennen) ; les ADCs se doivent d’être utilitaires (bonjour Jhin, Sivir) ou autonomes (Cait, Ezreal), et les supports se révèlent être des sources de dégâts supplémentaires (Zyra, Karma). Intéressons-nous donc de plus près à ces changements autour des botlanes, appuyés par les données dont nous disposons.

Afin de comprendre ce qui s’est passé entre les phases de groupes de San Francisco et les quarts de finale de Chicago, il s’agit de revenir dans le temps et de comparer les picks utilisés en botlane entre ces deux moments, la phase de groupes d’un côté, et les quarts de l’autre.

On peut observer ici la raréfaction des picks Alistar et Nami, au profit d’un très net renforcement de Karma et Zyra. De même chez les ADCs, Ezreal est relégué en troisième position à la fin de ce Group Stage et le pick Caitlyn devient incontournable. On assiste ici à une optimisation de la meta à une semaine d’intervalle. Si le pick Zyra n’a été sorti qu'à deux reprises, on note que ce sont deux Coréens qui ont initié ce choix : CoreJJ (SSG) face à RNG et Wolf (SKT) face à Cloud 9.

Il en résulte une imitation et un travail du reste des équipes autour de ce pick qui possède plusieurs particularités : tout d’abord, c'est un champion possédant les dégâts les plus forts dans son secteur de jeu (support), grâce à ses plantes, et sans monopoliser les ressources de son équipe. Zyra amène donc de la domination et du poke en lane car elle ne peut pas perdre les échanges en 1v1 dans les premiers niveaux, force les adversaires à jouer safe et permet de bonnes combinaisons avec Jhin ou Caitlyn : on pense notamment aux combinaisons piège-yordle (Z) et épines funestes (Q), ou Racines Fixatrices (E) et Pacificateur de Piltover (Q) ou Floraison mortelle (Z). D’autre part, la Dame aux ronces a une capacité ultime de disengage, un atout primordial dans cette méta, qui plus est en association avec les champions Jhin et Jayce. Enfin, dans ces compositions ADcentriques où l’on retrouve beaucoup de pénétration d'armure (Jayce, Jhin), l’arrivée d’une Zyra sur la botlane et ses 16 points de pénétration magique au niveau 1 permet de mixer les dégâts et d’exploiter une niche de dégâts magiques dans des compositions majoritairement physiques.


CoreJJ, initiateur de la mode Zyra durant ces Worlds.

Rien ne résiste à la Dame-plante pour le moment, si ce n’est Karma. Cette dernière subit le match up jusqu’au niveau 4, avant de pouvoir spammer la flamme intérieure (Q) et faire plus de dégâts que Zyra, son Exaltation (E) permettant de réduire les dégâts proposés par sa rivale. Avec 21 picks sur 28 possibles, Karma et Zyra ont été plébiscitées dans ces quarts de finale, et le winrate écrasant de 80% pour la Dame aux ronces devrait encore en faire une priorité absolue pour les équipes restantes.

Si ces deux champions éclipsent à eux seuls le reste des picks utilisés durant ces quarts, c’est aussi que rien ne leur résiste : exit Alistar et son 0% de winrate, exit aussi Nami qui n’apporte pas assez en domination de lane. Un pick pourrait pourtant revenir pour les demi-finales, c’est le roi des rivières : Tahm Kench. Avec sa capacité à sauver son allié en le dévorant durant le poke adverse, tout en pouvant être un danger pour les adversaires, il se pourrait qu’on le retrouve dans les mains de CoreJJ, le support des Samsung.

Côté chiffres, on constate que les supports présents en quarts de finale ont fait en moyenne 8,2% des dégâts de leur équipe durant le Group Stage. Une statistique déjà assez élevée par rapport à la moyenne des dégâts réalisés par les supports en Playoffs Europe (6,4%), Amérique (7,48%) ou Corée (5,96%). Cette statistique s’élève à 11,2% après les quarts, soit une progression de 3% !


Jankos et Vander, qui auront fort à faire face à Samsung pour mener H2K en finale...

Que leurs compères ADCs se rassurent, ce ne sont pas les premiers à y perdre au change. Au contraire, la botlane profite de cet ajout de dégâts, au détriment selon les équipes d’un sololaner (souvent le midlaner), et surtout du jungler qui perd une part de ses dégâts et de ses golds au profit du tanking, surtout passée la barre des 20 minutes.

On assiste donc bien à une mutation dans ces Worlds sur la botlane, en délaissant les picks tanky au profit de l'agression, la domination de lane et le disengage. Dans cette course à l’armement on peut noter un effet similaire sur la toplane, avec les picks Jayce, Rumble ou Kennen. Pour jouer la surenchère de dégâts, deux picks sont à imaginer pour contrer Zyra : Velkoz et ses dégâts lointains, ou Brand, célèbre depuis son utilisation par Likkrit durant le Summer Split. Ce qui est certain, c’est que CoreJJ, Vander, Wolf & Gorilla vont avoir un rôle crucial à jouer !

--

Statistiques collectées par Pandascore

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.