d

07 juin 2017 - Kyoomei League of Legends

Longzhu : le nouveau pari

Longzhu : le nouveau pari

Une première victoire éclatante face à KT Rolster en ouverture du Summer Split, et les louanges pleuvent déjà sur la nouvelle « superteam » Longzhu. Après deux ans de résultats tout à fait médiocres, cette nouvelle itération pourrait enfin être la bonne recette pour une structure ayant toujours misé sur un assemblage de fortes individualités. La mayonnaise va-t-elle prendre ? Éléments de réponse.

Pétard noyé

Revenons un peu en arrière, au début de l'année 2016. Flame, le fils prodigue de retour d'un exil compliqué en Chine ; Chaser, jungler brillant d'une équipe trop faible pour lui ; Coco, rival de Faker en termes de talent brut. Trois individualités terrifiantes censées faire de Longzhu l'une des structures du haut de tableau. Fury, toxique mais talentueux, et Captain Jack, doué mais « imprévisible » se partagent le poste de carry AD, tandis que Pure assume le rôle de support.


Chaser : « Hey Ssumday tu te souviens quand on jouait bien en Corée ? »
Ssumday : « Ouais on gagnait vraiment pas une thune c'est dingue. »
Crédits : @Lolesports

Une septième place au printemps, une huitième en été : l'échec est total, sans même une simple participation aux Playoffs. Les causes de ce bide sont diverses, même si l'incapacité du staff à établir une vraie cohésion au sein de l'équipe fut évidente. L'incroyable disparition de Chaser doit également être soulignée, tant l'ancienne star des Jin Air Green Wings a été transparente tout au long de la saison ; le très jeune Crash lui fut régulièrement préféré, mais son inexpérience a souvent empêché l'équipe de conclure en dépit de son indéniable talent.

Nouvelle année, nouveau look

Quitte à changer les choses, autant le faire complètement : telle est la politique adoptée par Longzhu. La préparation du printemps 2017 en Corée est riche en évènements, de la dislocation des Rox Tigers à la naissance de la superteam KT Rolster. La structure va d'ailleurs capitaliser sur les départs massifs subis par ces deux équipes, en recrutant d'une part la botlane Pray-Gorilla, considérée à juste titre comme l'une des meilleures du monde, et d'autre part Fly, midlaner des KT l'année précédente. La line-up sera complétée par Crash, qui profite du départ de Chaser en NA pour s'imposer comme titulaire, et par Expession sur la toplane.


« C'est toi Pray et c'est moi Gori, c'est toi le gros et moi le petit... » 
Crédits : @Inven

Cette équipe est une nouvelle fois pleine de promesses, malgré les incertitudes pesant sur Expession. Elle possède en outre les qualités pour adopter un style de jeu proactif et agressif, avec lequel Crash est beaucoup plus à l'aise. En combinant un jungler aux capacités de carry, une botlane d'exception, et Fly, Longzhu semble avoir conçu un cinq de départ équilibré ; le midlaner s'est en effet démarqué chez KT par sa faculté à exercer une énorme pression sur la carte grâce à des picks mobiles tels que Taliyah ou Aurelion Sol, et ce malgré une tenue de lane relativement faible.

Malheureusement, les choses vont à nouveau mal tourner. Incapables de trouver une solution face aux équipes du haut de tableau, défaits dans des matches supposés faciles, les Longzhu n'auront pas trouvé la recette gagnante. Si Crash et Expession auront finalement convaincu, Fly se sera montré trop limité, subissant une pression souvent ingérable l'empêchant de développer son style de jeu, malgré quelques bonnes prestations. Une fin de Split complètement sabotée, et Longzhu achèvera sa saison à une nouvelle septième place, à deux rangs des Playoffs.

Petit dragon deviendra grand

Selon une logique similaire, Longzhu s'est séparée de trois joueurs lors de cet entre-segments (que c'est laid). Fly a atterri en Challenger Series NA, Expession se retrouve sans team et Crash a rejoint la Chine – quel gâchis, au passage. Qui pour les remplacer ? Du sang neuf, à très fort potentiel.

Bdd, arrivé chez Longzhu en décembre, fait partie de ces joueurs annoncés comme les futurs rivaux de Faker. Mécaniques exceptionnelles, précocité déroutante, le prodige devait sauver CJ du naufrage en 2016… sans succès. Équipe trop faible ? Mauvaise cohésion ? Manque de maturité ? Quoiqu'il en soit, Bdd n'a pas brillé, et le vent tournant vite, on allait presque l'enterrer au cimetière des futurs Zidane, comme Marvin Martin et Yohann Gourcuff… Pardon, des futurs Faker. Quelques performances écrasantes plus tard, il est à nouveau présenté comme un futur géant, et son duel face à Faker cette semaine promet déjà une certaine excitation.


24.5 de KDA en 5 games, à l'aise aussi bien sur Zed que sur Orianna : ennemis de l'héritier, prenez garde...

Cuzz, lui, sort du chapeau des recruteurs. 17 ans et toutes ses dents, le jeune jungler fait lui aussi partie de cette nouvelle génération de joueurs talentueux (remarquez comme, à l'échelle de League of Legends, une génération correspond à un an, ou deux maximum) à qui on promet un avenir radieux, ou au moins bien rémunéré en LPL. Compte-tenu de son début de Split, difficile de ne pas être d'accord : polyvalent, efficace, il s'est montré à son avantage face à KT, bien aidé certes par la puanteur généralisée des vice-champions du printemps (exception faite de Score, qui n'a pu compenser les parties odieuses de Pawn… mais c'est un autre sujet). S'il lui faudra s'inscrire dans la durée, et faire ses preuves dans des matches à véritable enjeu, Cuzz n'en reste pas moins un petit joyau à garder à l'œil.

Pour compléter cette équipe à l'allure très joueuse, et au goût du sang prononcé, Longzhu s'est attaché les services de Khan. Inconnu du grand public, ce toplaner ayant débuté sa carrière en 2014 a passé l'essentiel de son temps en LSPL, seconde division chinoise. Son historique laisse transparaître un joueur lui aussi attaché aux champions carry : sur une centaine de games, plus de la moitié ont été jouées sur Gnar, Fiora, Ryze, Renekton et Irelia, avec une réussite hétérogène. Dans la même veine, son début de saison le voit privilégier Jarvan IV. Peu habitué au très haut niveau, il aura la lourde tâche de tenir son rang face à Smeb (dans un meilleur jour que la semaine passée), Huni, Cuvee ou encore Marin. Mais à l'instar de son acolyte dans la jungle, les premières sorties de Khan auront été convaincantes, et sauront rassurer les fans de Longzhu.

Tuez avec modération

Vous, ne tuez pas du tout, hein… Avec une équipe aussi agressive – Pray et Gorilla étant eux aussi plutôt du type carnivore – on attend naturellement des parties au rythme soutenu de la part des dragons bleus. Si Bdd et Khan se trouvent dans de bonnes conditions, leur talent suffira bien souvent à écraser la game. Pire, si ces joueurs attirent le focus de leurs adversaires, c'est Pray qui se trouvera libéré : et quand on parle du n°1 du ladder coréen, difficile de considérer cela comme une bonne chose.


L'équipe au complet : de quoi parvenir enfin aux Playoffs ?
Crédits : @OGN

Néanmoins, l'histoire n'est pas nouvelle. Et combien d'équipes réputées très agressives se sont cassé les dents sur la rigueur implacable de SKT, ou sur le mur Samsung ? Suffisamment pour encourager les Longzhu à dépasser leurs pulsions premières, et à effectuer des efforts prodigieux pour améliorer leur compréhension de la sacro-sainte (oui, c'est un pléonasme) macrogame. Même sous la baguette de Gorilla, l'organisation tactique insuffisante de la version printanière de l'équipe lui a coûté de nombreuses parties largement à sa portée.

Au-delà de cet écueil à éviter, les chances de succès des Longzhu sont réelles. S'il sera difficile d'aller en chercher les derniers rounds dès ce Split, une nouvelle non-qualification aux Playoffs serait – encore – une énorme désillusion. En privilégiant de jeunes joueurs, le staff semble s'orienter vers une politique moins court-termiste que lors des 18 derniers mois. Cela permettra-t-il à Cuzz et Bdd d'exploser enfin aux yeux du monde ? C'est tout le mal qu'on leur souhaite.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.