d

18 juil. 2019 - Flemm' League of Legends

LPL, Bataille pour l'Empire du Milieu

LPL, Bataille pour l'Empire du Milieu

La saison d'été arrive à un tournant crucial en LPL. Entre déceptions à l'international, changements radicaux de patch et course effrénée aux Playoffs, les meilleures écuries de Chine ont fort à faire pour maintenir le cap. Tentons de cerner tout cela avec un rapide retour sur les dernières nouvelles en provenance de l'Empire du Milieu.

Résultats et classement

 

 

Peu d'évolutions depuis notre dernière entrevue, et pour cause : la ligue était en pause pendant une bonne dizaine de jours en raison des Rift Rivals, qui se sont déroulés pendant la première semaine de juillet.

Néanmoins, on peut quand même relever quelques points importants. Premièrement, EDward Gaming est de retour en forme avec trois victoires d'affilées, toutes très convaincantes. De plus, cela s'est fait sans l'intervention de Clearlove, qui avait pour habitude de revenir sur la Faille lorsque son équipe traverse une mauvaise passe. C'est donc un bon signe pour EDG, qui peine à trouver ses marques en l'absence de son capitaine emblématique. Ensuite, IG remonte la pente peu à peu, et même si l'équipe alterne toujours entre l'excellence et la médiocrité, le retour de Rookie et de Baolan parmi les titulaires devrait faire beaucoup de bien et permettre aux champions du monde en titre de se stabiliser dans le haut du panier. JD Gaming et WE ont quant à eux doucement entamé leur ascension vers le top 8 (synonyme de Playoffs, on vous le rappelle), un destin malheureusement non partagé par Dominus, qui continue de s'empêtrer dans les méandres du bas de tableau, si bien qu'il parait impossible de les revoir en Playoffs cet été...

Enfin, ViCi, bonne dernière et sœur spirituelle de Jin Air, cherche toujours son premier succès. Au moins, elle a pris une manche à IG, ce n'est pas si mal...

 

L'équipe type

 

 

L'équipe type de cet épisode est pour le moins hétéroclite. Si on y trouve des pontes de la ligue comme Meiko, toujours au sommet de son art chez EDG, ainsi que Knight que vous commencez à connaître et qui continue de s'affirmer en tant que meilleur midlaner chinois, force est de constater que le duo top-jungle ne parlera pas à grand monde. Pourtant, le nom d'Haro vous évoquera peut être quelque chose, ayant été le substitut de Clearlove chez EDG pendant quelques temps. Parti pour Rogue Warriors, son style de jeu très agressif semble donner un nouveau souffle à cette jeune équipe, qui cherche à se relancer après une saison printanière décevante. Quant à Mole, eh bien... Dites vous que Perkz n'est pas le seul role swap couronné de succès : midlaner jusqu'à cet été, Mole est aujourd'hui un élément central de son équipe sur la voie du haut, et constitue la principale raison des bonnes performances de Victory Five, qui se positionne discrètement dans la course aux phases finales. Enfin, mention spéciale à Lwx qui n'en finit pas d'apparaître dans l'équipe type, lui qui propose de très loin la meilleure saison de sa carrière.

 

Vers une nouvelle déception chinoise à l'international ?

2018 était l'année de la LPL. MSI, Rift Rivals, Asian Games, Worlds, la Chine a tout raflé. Du coup, on se dit que le règne de la Corée va laisser la place à une longue domination de son géant voisin. En effet, avec l'engouement général du pays pour League of Legends, le nombre impressionnant de joueurs et les moyens considérables injectés dans l'écosystème, l'avènement de la suprématie chinoise ne semblait qu'une question de temps, et 2018 marquait le commencement de cette hégémonie.

Sauf que non. Cette année est encore blanche pour la LPL. Alors certes, un point d'interrogation peut être mis sur le MSI au vu des performances d'Invictus Gaming, qui a quand même sorti une phase de poules très dominante en jouant comme des animaux, avant de complètement choke contre Team Liquid en demi. Après tout, c'est IG, l'équipe qui ne recule devant rien, qui accepte n'importe quel défi, même les plus suicidaires. Avec une telle témérité, il y aurait forcément des échecs.

Mais les Rift Rivals sont arrivés, et les élites de la LPL se sont pris une bonne douche froide, complètement surclassées par leurs homologues coréens. Cette compétition a mis en lumière un manque cruel de connaissance en macro game en milieu de partie ; beaucoup de confrontations ont vu la LPL prendre l'ascendant en début de partie, mais après 15-20 minutes de jeu, les Chinois ne savent plus quoi faire sur la carte, et se font avoir sur une mauvaise rotation ou se font punir par leur manque de vision. Parfois, leur seul plan de jeu se limitait à taper sur le premier joueur adverse qu'ils voyaient, une stratégie bien insuffisante pour espérer faire bonne figure sur la scène mondiale. Bien sûr, là aussi il est possible de trouver quelques excuses, comme le manque d'expérience, le fait que la LPL n'a pas forcément envoyé ses meilleures équipes, ou encore le brusque changement de patch (la Chine est directement passée du 9.11 au 9.13) qui a causé des erreurs de draft assez conséquentes, mais cela n'occulte pas cette contre-performance.

 

Cette image a fait beaucoup de mal à tous les fans de la Chine, mais il faut se rendre à l'évidence, la Corée était bien meilleure.

Crédits : Riot Games

 

Même au sein de la LPL, beaucoup d'équipes supposées figurer parmi les meilleures de la ligue manquent affreusement de régularité, comme par exemple EDG, RNG, IG ou encore JDG. Toutes ces équipes peuvent avoir l'air complètement différentes d'un jour à l'autre, selon leur forme du moment, ce qui n'est pas un bon signe à l'aube des championnats du monde. Il ne s'agit pas d'un manque de talent – la Chine est de loin la ligue regroupant le plus de joueurs mécaniquement doués – mais plutôt de lacunes stratégiques. Les erreurs grossières arrivent trop fréquemment, et la région étant très portée sur l'escarmouche et le teamfight, cela débouche trop souvent sur des parties chaotiques à l'issue incertaine. Alors oui, ça passe contre des équipes plus faibles, mais aux Worlds, les chances de s'y casser les dents sont considérablement plus élevées.

La Chine se reposerait-elle déjà sur ses lauriers ? N'a-t-elle rien appris ces dernières années ? Ou alors est-ce seulement un faux pas ? Peut être qu'il est encore trop tôt pour tirer la sonnette d'alarme, mais il paraît certain que la LPL doit tirer des enseignements de ses récentes déconvenues si elle veut pouvoir défendre son titre de championne du monde.

 

Le post(er) scriptum

Comme d'habitude, quittons nous sur les plus belles affiches de ces dernières semaines :

 

Cliquez sur les images pour les voir en grand.

Source : Twitter (@LPLEnglish)

 

Nous avons passé la mi-saison, et rien n'est encore décidé pour les phases finales. Nous prenons toujours autant de plaisir à suivre cet été complètement fou, et comme d'habitude, on se retrouve dans deux semaines pour un nouvel épisode de votre chronique made in LPL.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.