d

25 juin 2018 - Zehir StarCraft 2

Maru : 33 minutes pour le doublé

Maru : 33 minutes pour le doublé

Historique ! Ce samedi matin, Maru est devenu le deuxième joueur à avoir remporté deux GSL consécutives, et a détruit son adversaire dans la finale la plus rapide de l'histoire.

Une finale expéditive

Nous vous indiquions déjà nos doutes avant cette finale sur les chances de Zest, mais ce Bo7 s'est vraiment très mal passé pour le Protoss. Le niveau de jeu des demi-finales s'est retrouvé dans ce match, aussi bien la maîtrise de Maru que les lacunes de Zest. C'est donc en toute logique que Maru s'est baladé dans cette finale, en l'emportant 4 à 0 en un peu moins de 33 minutes de jeu. 

Tout réussit à Maru cette année. Top 4 à Katowice, vainqueur des WESG, de la GSL saison 1, joueur avec le plus de gain sur StarCraft II, la première classe déjà quasiment assurée au classement WCS Corée (4000 points d'avance), une qualification facile aux Jeux Asiatiques et maintenant une deuxième GSL consécutive. Les étoiles étaient parfaitement alignées pour cette finale, Maru est dans la forme de sa vie, il fait face à un adversaire plus faible que les deux précédents (Classic et Rogue) et il est également accompagné de l'ensemble de ses coéquipiers au studio ainsi que de sa famille. 


Maru peut compter sur ses coéquipiers pour le soutenir et s'entraîner.
Source : Jin Air Green Wings

La première carte annonce la couleur. Maru prend l'avantage sur un run-by d'héllions. Derrière, le Terran est patient, et accentue son avantage avec sa macro avant de conclure sur une attaque qui détruit complètement Zest. La deuxième carte se conclut également en un seul push. Cette fois-ci, avec une composition bio-tanks qui ne laisser aucune chance au Protoss beaucoup trop gourmand.

La carte qui suit est l'illustration parfaite de la finale. Maru part sur un build similaire à ce qu'avait fait TY en demi-finale avec une caserne proxy pour des maraudeurs, et une usine rapide pour faire quelques cyclones. Une fois de plus Zest sait exactement ce qu'il se passe, mais ne réagit pas, et perd la carte en 3 min 43... Enfin la dernière carte laisse un peu d'espoir pour les fans du Protoss, la partie semble relancée et le premier point pour Zest lui tend les bras. Malgré l'énorme avantage qu'avait pris Zest, Maru part all-in avec l'intégralité de ses VCS, réalise l'impossible et remporte son quatrième point.

33 minutes donc, pour une finale qui aura été décevante pour beaucoup tant elle était déséquilibrée. Pour les plus observateurs, la maîtrise de Maru était impressionnante, même si elle n'a pas pu complètement s'exprimer tant le niveau de son adversaire était inférieur. Maru réalise donc la performance de Nestea il y a sept ans, en remportant une deuxième finale consécutive. Et avec un niveau comme celui-là, ce n'est peut-être pas terminé...


Maru vient de réaliser la même performance qu'une des plus grandes légendes de StarCraft II

Zest pas au niveau

Dès les quarts de finale, il était évident que le vainqueur de cette GSL se trouvait dans la partie haute de l'arbre qui regroupait les trois meilleurs joueurs de chaque race : Maru, Rogue et Classic. Maru les a battu tous les deux, et arrivait donc dans une finale qui s'annonçait bien plus facile. En effet, de l'autre côté, les quatre joueurs n'étaient pas attendus à ce niveau du tournoi, et ont montré qu'ils n'étaient pas au même rang au cours des semaines.

Certains retiendront de cette finale la domination incroyable de Maru, d'autre la faiblesse et les erreurs de son adversaire. Alors qu'il avait plus d'une semaine pour se préparer et qu'il avait affiché sa confiance avant ce match en pronostiquant le 4 à 0 en sa faveur, Zest a montré les mêmes lacunes que lors de son match face à TY. Mais cette fois-ci, son adversaire a su en profiter. 


Malgré sa présence en finale, Zest est encore loin du niveau des meilleurs joueurs.

La plus grosse erreur de Zest reste sa faible utilisation du générateur de bouclier. Face aux agressions de Maru, ce supplément aurait pu faire tourner la partie en sa faveur, spécifiquement sur le push maraudeur cyclone de la troisième carte, et sur l'ultime défense de la dernière. Dans les deux cas, Zest savait ce qu'il se passait, et avait surtout un avantage énorme sur la quatrième carte, mais n'a pas répondu correctement. Zest est un joueur très greedy, il l'a montré, et cela lui a coûté au minimum deux cartes.

Maru, la quatrième race

Toujours très performant lorsque ses partenaires Terrans sont au fond du trou, Maru s'est souvent fait surnommer « la quatrième race» tant il arrivait à faire des choses incroyables et impossibles pour les autres, simples mortels. L'exemple le plus connu reste ses drops directement sur les colosses adverses. En première saison de GSL, il s'est de nouveau retrouvé seul et unique Terran dès le Ro8 et s'est donc imposé. Il semble que Maru aime cette position de dernier Terran debout, même si cette édition de GSL fait exception, puisqu'il y avait une majorité de Terran à partir du Ro8.


Maru avait gagné la StarLeague alors qu'il n'y avait que deux Terrans dans le tournoi.

Ainsi, parler d'imbalance après une victoire de Maru relève bien souvent de la mauvaise foi, particulièrement après cette finale dans laquelle le jeu de Zest était très loin d'être parfait. Il est largement meilleur que tous les autres Terrans actuellement, particulièrement hors Corée, là où le Dominion peine à connaître le succès. Maru domine outrageusement StarCraft II actuellement, accompagné de son partenaire chez Jin Air, le Zerg Rogue, qui est également doté d'une intelligence de jeu hors norme et accumule les victoires. 

L'avenir s'annonce très bien pour ces deux joueurs et l'équipe Jin Air Green Wings. La prochaine édition de la GSL arrive très vite. Qui sera en mesure de les arrêter ? Vont-ils encore se rencontrer avant la finale et s'éliminer de nouveau ? Qui peut battre Maru actuellement ? Toutes ces réponses arrivent, avec la troisième saison de GSL qui démarre dès le 4 juillet, toujours sur O'Gaming TV !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.