d

17 déc. 2018 - Perco Overwatch

MasterClash : le retour !

MasterClash : le retour !

Oubliez l’Overwatch league. Oubliez la coupe du monde. Le vrai gratin de la scène mondiale se retrouve mardi soir chez O’gaming pour le Omen MasterClash. Et ça va encore dire du mal des mamans.

Le skill, le vrai, ne peut se voir qu’en face-à-face, d’hommes-à-hommes, sans filtres. La première édition du MasterClash vous a plu, la seconde s’annonce encore plus sanglante. Rivenzi sera encore une fois le monsieur loyal de la soirée. Au programme mardi soir : des affrontements, des quizz et toute une série d’épreuves pour mettre à mal le physique ET le mental des participants.

On retrouve nos deux équipes : Hexagon et Velocity, même si les lignes ont un peu bougées. L’Amérique a voulu les acheter, la Chine a voulu les acheter… mais ils ont préféré rester chez nous, en France, chez O’Gaming, privilégiant la gloire et le plus haut niveau au détriment de l’argent.

Des héros.

Un petit Velocity dans la tête

Une belle brochette de...de… on sait pas trop mais ça reste une belle brochette !
 

 

Alphacast, le surfeur d’argent, qui a décidé de poursuivre sa carrière de joueur pro sur Overwatch jusqu’à la sortie de Star Citizen (en 2024 donc), mais aussi : Funka, qui est allé jusqu’à se teindre les cheveux pour perturber ses futurs adversaires ; Itaah, le Saitama d’Overwatch (seulement parce qu’il tue en un coup... vous avez mauvais fond) ; Locklear (dont Jean-Claude Van Damme déclare « Je lui dois tout ») ;  Féfé, le coach, qui sait qu’avec cette équipe les mots sont inutiles et…. deux invités de marque, tous deux dans le top 100 du jeu mais sous pseudonymes : Julien Josselin et le joueur du grenier !

L’un mettra sa fourberie et l’autre sa rage au service du collectif, pour aller jusqu’au bout et pouvoir dire « j’y étais ».

Sous le signe de l’Hexagon

Du côté de la team Hexagon, on retrouve tout autant de force, de contrôle, de maîtrise de soi et – surtout –  de confiance en l’absence de talent dans l’équipe d’en face.
 

 

À commencer par Albless, le MC de l’équipe, déjà disque de platine avec son album « Albless, the greateast hitscans ». Il sera accompagné par : Degun ;  Fayaw ; Adyboo et Shaytwan (toujours en couple sur scène comme dans la vie) et Zaroïde, l’homme qui monte plus vite que son ombre selon Youtube (qui a dit « et une ex » ? Qu’il se dénonce !).

Et pour compléter l’effectif, il fallait un homme capable d’influencer les adversaires par sa seule présence physique, un homme dont on dit qu’il parle si vite qu’Eminem  aurait accroché son poster au-dessus de son lit. Il n’en existe qu’un : le « céréales killer » Lutti.

La rentrée des clashs

Clairement, cette édition se tiendra sous le signe du respect. Il n’y a qu’à écouter les échanges entre joueurs lors des essais plateau pour s’en convaincre : «  Respecte moi, grosse tanche ! », « J’ai du respect pour toi  mec, jouer une revanche après la fessée cul-nu que t’as pris la dernière fois… chapeau », ou encore «  Je respecte vachement ta mère. Rien qu’hier soir je l’ai respectée six ou sept fois ».
 


Le respect donc, mais aussi la camaraderie (non), la finesse (ah ah ah, non, toujours pas) et l’honneur (Oh oh oh mais putain arrêtez, j’ai mal au bide).

Laissons le mot de la fin aux équipes elles-mêmes :

«Velocity ? C’est quoi ? De la location de vélos ?
Team Hexagon

« Depuis qu’on a vu la liste des membres d’Hexagon, on se pisse un peu dessus.
De rire essentiellement
  »
Team Velocity


Quel esprit sportif ! Alors ne manquez pas ce grand rendez-vous du fair-play, ces Jeux Olympiques officieux de l’e-sport. Ça commence dès 19 heures mardi soir, en direct sur O’Gaming TV.

Tout est permis… même les vêtements, même les mamans.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.