d

21 août 2014 - Shadrood Divers

Metro : Redux, un lifting post-apocalyptique.

Metro : Redux, un lifting post-apocalyptique.

Toi qui vas lire ces lignes et qui es amateur de FPS post-apocalyptique, tu as sans doute passé quelques heures sur Metro 2033 et Metro : Last Light. Mais au cas où tu serais passé à côté de ces titres, sache que tu suivras les merveilleuses aventures de Artyom, un antihéros en quête de rédemption dans un Moscou post-apo plutôt réaliste.

Entrons plutôt dans le concret, et penchons-nous sur ce que nous propose Deep Silver qui, avec cette version remasterisée de Metro 2033 et Metro : Last Light, a ambitieusement annoncé avoir réussi à en faire « l'un des titres remasterisés les plus ambitieux et les plus aboutis du moment ! »

Metro 2033 Redux, sortez la crème solaire !

Le titre originel s'offre pour l'occasion une reconstruction complète sur la version la plus récente et la plus puissante du 4A Engine.


Un magnifique temps pour une promenade hors du Métro, non?

Concrètement, cela vous sautera aux yeux dès les premières secondes, comme vous le verrez sur la vidéo ci-dessous qui vous présente aussi les bases du jeu. Les éclairages ont été entièrement mis à niveau afin de rivaliser avec ce qui se fait de mieux, et on a repris la météo dynamique qui était déjà présente sur Last Light.

Côté technique, les personnages s'offrent de nouveaux détails ainsi que des animations beaucoup plus réalistes. La destruction de certains éléments du décor (ce qui, entre nous, est aussi essentiel à l’immersion que de prendre son masque pour aller faire de la plongée) est maintenant possible, et on peut aussi observer de nouveaux effets de fumée et, par extension, de feu (il n'y a pas de fumée sans feu... tout ça, quoi) et des particules améliorées.

La jouabilité elle aussi a été nettement revue. Si vous avez joué à la première version de Metro 2033, vous avez sûrement vu de temps en temps des comportements invraisemblables de la part des IA. Eh bien, sachez que dans cette nouvelle version, l'IA a été la cible de gros efforts de la part du studio 4A Games, et franchement le résultat est plutôt réussi. Dans la même veine, la gestion des armes et la réactivité ont été améliorées afin d'accentuer l'immersion, largement appuyée par de beaux progrès dans les mécaniques de combat, et le système de furtivité plus abouti vous permettra de procéder à des éliminations silencieuses ou d’assommer votre ennemi (mais quel intérêt de l’assommer si on peut l'achever pour le même prix ?!). Vous retrouverez aussi d'autres fonctionnalités tirées de Last Light, comme le fameux « essuyage de masque » ou la personnalisation des armes.

Et comme une image vaut mille mots, je vous ai fait une petite vidéo de 30 minutes pour vous donner un aperçu du rendu graphique et de l'esprit du jeu. C'est cadeau, je suis comme ça !

 

Metro : Last Light Redux, où j'ai foutu mon briquet ?!

En parlant de Last Light justement, même si les changements restent moins impressionnants, étant donné que cet opus est sorti le 17 mai 2013 seulement pour sa version française, ils n'en restent pas moins remarqués et appréciés. Ce petit gommage graphique apportera au titre une nouvelle fraîcheur.

Last Light s'offre aussi quelques améliorations concernant la jouabilité, comme les nouvelles animations au corps à corps que l'on retrouve sur 2033 Redux ainsi que des changements qui peuvent sembler insignifiants de prime abord, mais qui une fois en jeu changent la vie, comme la possibilité de vérifier son inventaire ou encore de regarder sa montre.


Ce serait dommage de décéder de façon prématurée en oubliant de changer son filtre...

Il est important de noter aussi que ce nouvel opus est fourni avec tous les DLC d'origine, ce qui nous offrira une bonne dizaine d'heures de jeu supplémentaires.

THIS IS SPARTAAA... Avec un gros GUN !

Eh oui, avec Metro Redux, vous aurez le choix de parcourir les deux titres comme vous le voulez avec l'arrivée de deux modes de jeu exclusifs.

Pour ceux qui aiment le côté « survival horror » extrême de Metro 2033, ils pourront faire les deux campagnes avec le mode Survie où chaque combat devra être géré avec le peu de munitions à disposition, une IA plus dangereuse, et des armes moins performantes disposant d'un temps de rechargement bien plus lent. Quant à ceux qui ont préféré le gameplay orienté d'avantage sur le côté action originaire de Metro : Last Light, ils pourront s'essayer au mode SPARTAN !... euh Spartiate qui met d'avantage le combat à profit, la profusion de munition et un Artyom qui recharge aussi vite que Legolas sous stéroïde !


Plutôt Splinter Cell ou 300 ?

Deep Silver a aussi pensé aux plus puristes d'entre vous avec le retour du mode Ranger qui vous procurera une expérience aussi immersive que difficile avec un jeu sans interface et des combats impitoyables.

Metro 2033 Redux et Metro : Last Light Redux seront disponibles en France le 28 août pour leur version physique. Si vous préférez le dématérialisé, ils seront disponibles dès le 29 août au prix de 19,99€ chacun. Cependant une ristourne de 50% devrait être possible si vous possédez les deux opus originaux, ou 25% si vous avez l'un des deux. Ils devraient également sortir dans l'année sous des versions SteamOS et Linux.

Conclusion

Vous allez dire que je fais un peu trop d'éloges, alors pourquoi ne pas mettre les cinq étoiles ? Et vous avez raison ! Mais pour être honnête, je suis quelque peu déçu de ne pas voir apparaître de nouvelles armes. Car même si Metro 2033 Redux profite de la possibilité de personnaliser les armes héritée de Last : Light, j'aurais apprécié avoir de nouveaux jouets pour aller m'aventurer hors du métro.

Malgré cela, cette refonte tient toutes ses promesses, peut-être même plus que ce à quoi je m'attendais. J'ai véritablement eu un choc durant mes débuts sur Metro 2033 Redux. Les graphismes sont époustouflants, les améliorations sont brillamment intégrées, et j'ai véritablement pris mon pied à redécouvrir un opus que j'avais pourtant plusieurs fois terminé.

Concernant Metro : Last Light Redux, même si les améliorations graphiques sont plus discrètes, les petites modifications du gameplay ont corrigé certains manques que les plus assidus avaient décelés dans sa version originale.

Je me suis surpris plusieurs fois à chercher les ajouts, les petites zones secrètes, les changements visuels, et c'est vraiment de nombreuses heures de jeu qui vous attendent entre les deux campagnes et les nombreuses missions solo que vous offriront les contenus additionnels de Last Light Redux.

La chose dont il faut se méfier lorsque l'on retouche un jeu de la sorte, c'est qu'il doit satisfaire les anciens joueurs, qui vont chercher la petite bête tout en découvrant un peu de fraîcheur dans leur nouvelle aventure, et les nouveaux joueurs qui ne connaissent pas ou peu la saga. Selon moi, le pari est tenu, tous y trouvent leur compte !

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

Blackdread
Blackdread - 20/08/2014 10h16

Très bon article.

Ça donne envie d'y jouer ^^ mais si seulement j'avais un ordi qui pouvait faire tourner les jeux...

g4rz0g
g4rz0g - 20/08/2014 17h57
Deuxième test que je lis de Shadrood et deuxième test que j'apprécie à lire. Merci !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.