d

11 mai 2016 - Hatnuz League of Legends

MSI : Le point sur Flash Wolves et SuperMassive

MSI : Le point sur Flash Wolves et SuperMassive

La phase de poule de ce MSI terminée, il est l’heure pour certaines équipes d’en tirer les enseignements, et pour d’autres de se préparer pour les demi-finales ! Coup d’œil dans cet article sur deux équipes qui ont chacune impressionné à leur manière lors de ce tournoi décidément plein de surprises : les Tïwanais de l’équipe Flash Wolves et les Turcs de chez SuperMassive.

La meute Flash Wolves avance en demis

Depuis le temps que l’on sous-estime les équipes taïwanaises lors d’évènements internationaux, il fallait bien s’attendre un jour à ce qu’elles frappent un grand coup. Les Flash Wolves ont impressionné dans cette phase de poule et dans un style que l’on n’imaginait pas.

En effet, alors qu’historiquement on avait l’habitude d’une équipe taïwanaise extrêmement agressive qui pêchait un peu en stratégie et en temporisation, nous avons pu découvrir une équipe très complète et stratégiquement au point.

Lors de ce MSI, c’est le toplaner remplaçant « MMD » qui a pu participer à la phase de groupe.

Au niveau des mécaniques de jeu, Maple s’est érigé en fer de lance de son équipe grâce à des picks comme Ryze ou Leblanc. Il rafle la deuxième place en KDA (7,1) derrière le monstre mlxg et frôle les 80% de participation aux kills. Autant dire que le midlaner a été déterminant pour son équipe !

Si l’équipe termine finalement à la troisième place, ex æquo avec les Coréens pour un score final de six victoires pour quatre défaites, c’est une performance encourageante au vu du niveau global de la compétition.

Le match référence : la double confrontation contre SKT T1

En vingt-quatre heures, les Taïwanais se sont donc offert une double victoire contre les champions du monde en titre. Deux matchs qui suivaient globalement le même tracé avec un point commun : la stratégie prévalait sur les teamfights.

Les deux matchs sont partis sur un rythme assez lent avec des tenues de lanes solides de part et d’autre et aucune agression avant la marque des dix minutes.

Un calme qui plaît énormément à l’équipe taïwanaise car il lui permet de mettre en place ce qui sera sa marque de fabrique lors de ce MSI : le contrôle du dragon. Particulièrement criant dans la première confrontation où ils prennent complètement la mesure de leurs adversaires, s’octroyant un cinquième dragon « record » en à peine 37 minutes de jeu. Lorsque le Nexus coréen chute dix petites minutes plus tard, la victoire est totale et jamais les Flash Wolves n’ont été inquiétés, concédant une seule tour à l’équipe de Faker et Bang.

Mais ce n’est pas tout. Si l’on prête un peu attention aux mouvements des coéquipiers de Maple sur la carte, on se rend compte de la minutie avec laquelle l’équipe avance dans la partie. Les prises de décisions sont rapides et ils n’hésitent pas à focus le support adverse pour ensuite se retirer de la bataille, l’objectif atteint. Dans ce premier match, il n’y a jamais eu de teamfight car les Flash Wolves parvenaient toujours à lancer l’assaut depuis les flancs grâce à une composition double TP parfaitement gérée et donc à prendre SKT T1 par surprise. Dans ce domaine-là, SwordArt fut étincelant tout au long de la semaine, proposant des actions dignes d’un Yellowstar à ses plus belles heures.

SuperMassive sort par la grande porte

Tous les analystes s’accordaient sur une chose au début de ce tournoi : l’équipe Wild Card venue de Turquie était sans doute la meilleure équipe jamais issue des championnats mineurs. Une prédiction qui s’est avérée correcte puisque les SuperMassive (notamment composés d’anciens joueurs de l’équipe Dark Passage), s’ils sont éliminés du tournoi, y ont fait bonne figure.

De gauche à droite : Thaldrin ; Stomaged ; Naru ; Dumbledoge & Achuu. Signalons aussi que fabFabulous (toplaner remplaçant) a joué les dernières parties.

Même si, au tableau des scores, l’équipe n’affiche qu’une seule victoire – contre CLG – pour neuf défaites, le midlaner Naru et ses coéquipiers ont abordé chaque game avec le sérieux et l’envie que requiert ce type de tournoi (au contraire peut-être d’une autre équipe commençant par « G » et finissant par « 2 » que l’on ne nommera pas…).

Au regard des parties jouées, le coach Hatchy a non seulement un éventail assez large d’adversaires au profil différent pour préparer son équipe, mais il a également des raisons d’être particulièrement fier de son équipe :

Dans majorité des parties disputées, l’équipe turque a proposé dès les premières minutes un jeu sans regrets et a mis la pression sur son adversaire par l’intermédiaire de Naru mais également de son ADC Achuu. Même si l’on a bien senti que, passé la marque des vingt minutes de jeu, les premières imprécisions et petites erreurs des SuperMassive étaient immédiatement punies par les autres équipes, on ne peut qu’apprécier un outsider qui propose un jeu et des picks intéressants.

L’autre point soulevé unanimement par tous les analystes, c’est Dumbledoge. Le support de l’équipe n’était pas vraiment le joueur dont on attendait des merveilles. Et pourtant, son excellent Bard était comparable à ceux sortis par des maîtres du genre comme Mata ou Aphromoo. La transition vers le match de référence semble toute trouvée puisque c’est notamment grâce à leur support que les Turcs remporteront leur seule victoire contre des CLG qui le jour même s’étaient défaits de SKT.

Le match de référence : la victoire contre Counter Logic Gaming

Dans la lignée de ce qu’ils ont fait tout au long de la phase de poule, SuperMassive prend l’initiative dans ce début de partie avec quelques escarmouches pour arriver à vingt kills en un quart d’heure de jeu. Ces échanges sanglants font l’affaire du jungler Stomaged qui, sur sa Kindred, est heureux d’empocher kill sur kill pour devenir très rapidement la principale menace de son équipe. Les deux formations continuent de s’affronter sans relâche et offrent un terrain idéal à Dumbledoge pour étaler sa science du Bard.

« Ooooooh le beau lien cosmique ! »

Quand arrive le temps des teamfights à cinq contre cinq, la composition Lulu-Sivir de CLG se fait rouler dessus par la triple menace Kindred-Leblanc-Lucian. La composition très agressive des SuperMassive fait plaisir au public sur place et le capital sympathie de nos amis Turcs augmente drastiquement.

L’équipe qui n’avait rien à perdre au début de ce MSI a donc joué pleinement sa carte de l’agressivité sans chercher à s’adapter à son adversaire ou à jouer des compositions fermées et prudentes.

Finalement, le point commun entre ces deux équipes est une satisfaction quant aux résultats de cette première semaine de compétition. Non sans espérer revoir les SuperMassive aux Worlds cette année, nous nous tournons à présent vers des Flash Wolves qui, opposés aux Américains de CLG en demi-finale, peuvent s’offrir une place inespérée en finale de ce Mid-Season Invitational dont le gagnant sera très difficile à déterminer.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.