d

12 mai 2016 - EkM League of Legends

MSI: Le point sur Royal Never Give Up et SKT T1

MSI: Le point sur Royal Never Give Up et SKT T1

Les deux équipes de LCK et de LPL ont accompli des performances bien opposées lors de ces phases de poules. Elles s'affronteront en demi-finale vendredi à 7h30. Mais revenons d’abord sur leurs parcours qui n'étaient clairement pas ceux prévus.

Les SKT T1, plus tellement Team 1

De l'écrasante victoire contre ROX Tigers à la désillusion des phases de poules

Après une grande victoire au Spring Split de la LCK, SKT abordait ce tournoi comme un grand favori que personne ne gênerait. Finalement à la fin de cette première semaine de phase de poules les voilà quatrièmes avec six victoires pour quatre défaites.
Malgré cela, SKT reste la deuxième équipe à avoir le plus de gold par minute, ce qui est sûrement dû au fait que leurs games sont longues et qu'elles s'approchent relativement souvent des 45-50 minutes.
Cette longueur de partie montre à quel point SKT a pu être malmené, ils n'ont presque jamais été capables de gagner l'early game contre les équipes qui sont au dessus d'eux au classement final. SKT a toujours recherché un style late game mais cela n'a pas toujours si bien fonctionné.
Ce que l'on peut noter aussi, c'est que SKT à 15 minutes c'est milles golds d'avance sur son opposant. Alors qu'en mid game les autres équipes explosent, SKT, eux, continuent sur leur lancée sans trop se transcender. Par exemple, quand CLG et RNG ont un potentiel de début de partie* aussi haut que celui de SKT (respectivement 58,5 ; 61,3; et 59,5), les deux équipes, américaine et chinoise, arrivent à gagner respectivement 11,5 et 18,7 sur leur score de potentiel de fin de partie**, SKT n'arrive pas à décoller et a une très faible augmentation de seulement 0,5 de potentiel de fin de partie. Finalement SKT T1 ne fait plus aussi peur que lors de la LCK comme dominateur incontesté du late.

 

Un échec collectif ?

Bon, quelles sont les raisons d'un tel échec coté SKT ? Ce n'est pas la faute de l'un ou l'autre joueur, non, les joueurs et le coach ont été moins bons chacun leur tour.
Les drafts SKT n'ont pas été les meilleures : lors du premier match SKT-RNG, KkOma fait une draft pour l'équipe coréenne qui n'avait absolument aucun contrôle, ni d'engage, face à la Leblanc de Xiaohu (une des meilleures de Chine). Leblanc fut vite incontrôlable et c'est grâce à cette draft RNG qu'elle put dicter le rythme de la partie.
Parfois, même la performance de Faker est à remettre en cause... Lors du match contre CLG, il jouait Leblanc et malgré son score de 10/3/5, il a oublié de prendre son ultime au niveau six, ce qui aurait pu créer un 2v2 avantageux pile à ce moment-là. Ses placements ne sont pas excellents, et l'un de ses choix de téléportation, notamment, est plus que tendancieux.
On pourrait faire de même avec à peu près tous les joueurs de SKT qui, à un moment donné, sont clairement passés à coté d'une de leur game. L'élément positif c'est Wolf qui lui, même dans la défaite, a su accomplir une performance quasi parfaite.

 

Les Royal Never Give Up comme à la maison

Le public de Shangaï conquis

Pour RNG, la performance est inverse à celle des SKT T1. Après avoir loupé leurs IEM, la plupart des analystes voyaient RNG se battre difficilement pour une seconde place, or ils arrivent à terminer premiers des phases de poules en ayant perdu seulement deux matchs (un face à CLG et l'autre face à SKT T1).
La force de RNG réside dans le contrôle d'objectif. Ils ont en moyenne 3,3 dragons par partie (une statistique vraiment exceptionnelle sur dix matchs), 1,3 Héraut de la faille par partie (une valeur supérieure à 1 est extrêmement rare), 74,1% des Nashors faits. Grâce à ce contrôle total de la map, les Royals arrivent à créer un avantage en milieu de partie plutôt conséquent (potentiel de fin de partie : 61,3+18,7=80).
Pour pouvoir produire de tels avantages en contrôle d'objectif, RNG a progressé sur un point : le nombre de ward placé par minutes, dont ils détiennent la valeur la plus élevée du tournoi (3,8 wards placées par minutes). Ceci contraste avec la ligue chinoise qui est pourtant connue pour accorder moins d'importance à la vision que l'Europe ou la Corée.
L'autre avantage de RNG c'est qu'ils ne jouent pas que les objectifs. Il n'est pas rare de les voir prendre un fight alors que celui-ci ne va rien apporter derrière. Cela permet donc de mettre une pression constante sur les épaules de leurs adversaires.

 

Une triforce en développement

Les trois hommes clés de cette équipe, et ce depuis plusieurs mois maintenant, sont Xiaohu, Mata et Mlxg. Le premier est depuis peu comparé à Rookie afin de savoir qui des deux est le meilleur midlaner de la LPL, quel est le mid qui, durant ce tournoi, a le plus grand avantage de creep à 10 minutes (6,8). Il est capable de gagner sa phase de lane grâce à une grande pression sur son vis-à-vis et un support probable de Mlxg à tout moment. Quand il joue un personnage avec de la mobilité, avec la différence qu'il réussit à créer sur sa lane, Xiaohu va engager des escarmouches dans la jungle ou sur différentes lanes. Le style de jeu de Xiaohu sur ce dernier mois peut facilement être comparé à celui de DoinB et Swift qui à eux deux rythmaient les parties de LPL, avant le drame QiaoGu.
Durant le MSI, Mata fait du Mata c'est-à-dire qu'il apporte énormément de vision pour ses coéquipiers (1,48 wards placées par minutes (premier du MSI)), ce qui lui permet de voir les actions de ses derniers et d'apporter un surnombre. Mata durant ce tournoi c'est deux combo d'Alistar qui ne touchent pas leur cible, c'est un Braum qui a un peel et des contrôles placés au bon moment, et un Thresh toujours aussi bon que celui de la saison 4.
Le dernier point sera sur Mlxg, auteur pour pas mal de gens de la plus grande progression cette année, il a été coaché par le staff et par Mata depuis le début du Spring Split. Malheureusement il reste encore l'élément faible de la vision RNG sur ce tournoi, mais il est capable de ganker à n'importe quel moment. Nous l'avons vu deux fois lors de match de ce MSI, où Mlxg vient en midlane prendre le first blood au niveau 2 seulement. Mais ce qui est encore plus fort c'est que malgré le fait qu'il se fasse révéler toute sa route de jungle et son positionnement vers les 2 minutes de jeu, Mlxg arrive toujours à ne pas se faire counter jungle ou même out-jungle par la suite.
Finalement avec une pression permanente mise par Xiaohu, un support à son plus haut niveau, et Mlxg qui peut apporter un surnombre à n'importe quel moment, il parvient à obtenir le plus gros farm par minutes de tous les junglers du MSI.


Mlxg heureux après sa victoire contre SKT T1 lors du deuxième jours de MSI.

Nous retrouverons finalement les deux équipes en demi-finale l'une en face de l'autre. SKT T1 avec un jeu très posé et quelques maladresses la semaine passée, a quand même montré un visage conquérant sur les quatre derniers matchs. De l'autre coté, RNG ,avec un jeu toujours porté vers l'avant et les objectifs, joue sur les performances individuelles des joueurs et surtout à domicile, en Chine. Avec des équipes de si hauts niveaux, nous avons ici la finale du MSI avant l'heure.

 

*Le potentiel de début de partie est un indice base 50. Une valeur de 50 serait une valeur normale de performance early game. Si sa valeur est supérieure à 50 alors la performance d'early game est meilleure que la normale et inversement.
**Le potentiel de fin de partie est l'ajout (respectivement le retrait) d'une valeur sur la valeur de début de partie si cette nouvelle valeur reste supérieure à 50 la performance de mid-late est supérieure à la normal (respectivement si la valeur est inférieure à 50 la performance de mid-late est inférieure à la normale)

Crédit photo
Sources Statitiques : Oracle ; GOL

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.