d

30 juin 2019 - Perco StarCraft 2

Nations rise again !

Nations rise again !

On se disait bien qu’on avait oublié quelque chose cette année, mais quoi ? Renouveler l’achat des droits de la GSL ? Non, ça c’est fait. Engager un joueur ? Non, ça c’est bon aussi. Ah, mais si, les Nation Wars ! On a oublié les Nation Wars 2019 ! Alors, c’est parti, on s’y met.

Il y avait pourtant des indices subtils auxquels nous aurions dû être plus attentifs. Comme les 43 265 occurrences de la question « C’est quand les Nation Wars cette année ? » relevées dans le chat, ou l’absence de casters et de techniciens marchant tels des zombis dans les locaux, les yeux vitreux et la bave aux lèvres, murmurant « Plus jamais. Plus jamaiiiiis… ».

Que voulez-vous, on est parfois étourdis.

C’est parti !

Forcément, les mois ont passé et le scandale a pris de l’ampleur. Mais ce n’est que lorsque le hashtag #NW2019LazzyFrenchies est devenu viral que nous avons pris conscience que – peut-être – nous devions accélérer un peu pour ne pas que ces Nation Wars 2019 ne se jouent… en 2023.

C’est donc officiel, les Nation Wars 2019 sont lancés.
 


 

La Corée est tenante du titre (ah ben tiens, c’est fou ça !) mais ne s’est peut-être pas remise de la gueule de bois de l’an dernier.

On aime quand un plan se déroule sans accroc

Trois étapes, comme pour chaque édition :

-   Les joueurs du moooonde entier s’inscrivent. Il faut tout de même avoir été classé Grand Maître en 2018 ou 2019 sur l'un des serveurs du jeu (hors serveur SEA). 

-   VOUS votez pour composer les équipes nationales. Trois joueurs par équipe et un remplaçant.

-   Tout le monde se met joyeusement sur la tronche à coup de proxy sales et autres réjouissances. À la fin, les joueurs de l’équipe victorieuse essuient la poussière sur leurs épaules, respirent un grand coup et hurlent « Rekt, bande de noobs ! » pendant environ un an.
 


Format et détails

Le tournoi est joué en format « All kill » : chaque équipe choisit un joueur pour un premier match, le vainqueur reste sur sa chaise, le perdant laisse sa place au suivant. Lorsque les trois joueurs d’une équipe ont perdu, il reste un espoir de renverser la vapeur, l’« ace », un joueur au choix « ressuscité », l’homme de la dernière chance. Tous les matchs du tournoi seront des BO7 (la première équipe à quatre victoires l’emporte), sauf la grande finale qui sera un BO9 (la première équipe à cinq victoires l’emporte).

On joue pour l’honneur… mais un peu pour le pognon aussi, avec 40 000 $ sur la table. Les vainqueurs ramassent 16 000 $ à eux seuls, les finalistes malheureux 8000 $ et les troisièmes 6000 $. Le reste est réparti entre les éliminés, de la quatrième à la seizième place.

Phase online

-   Du 14 au 28 juillet : inscription des candidats à cette adresse.

-   Du 3 au 18 août : vote du public, toujours sur nationwars.tv

-   Les 30 septembre et 1er octobre : matchs de barrage. Les 16 équipes cumulant le plus de points WCS sont directement qualifiées, les autres doivent s’écharper durant ces matchs de barrage pour arracher une des huit places restantes.

-   Du 3 au 6 octobre puis du 10 au 13 octobre : « Round Of 24 » en format « Round Robin ». On traduit : on répartit tout ce beau monde en 8 groupes de 3 équipes (chaque groupe accueillant une nation classée dans le top 8 des points WCS, une classée entre la neuvième et la seizième place aux points WCS et une équipe issue des barrages). Dans chaque groupe, chacun joue contre tous les autres et on compte les points ; à la fin on n’en garde que deux.

-   Du 12 au 17 novembre : « Round of 16 ». Quatre groupes de quatre équipes en format GSL. Les deux premières restent pour les playoffs, les deux autres vont se consoler au bar.

-   Les 30 novembre et 1er décembre : Playoffs. Les huit dernières nations dans un arbre à élimination directe. C’est simple, c’est pur, c’est brutal. Tout ce qu’on aime.

Phase offline

-   Le 8 décembre : fin des playoffs. Les quatre demi-finalistes viennent à Paris, dans nos locaux, pour rigo… picol… pour jouer (avec tout le professionnalisme requis).

-   Le 8 décembre toujours : grande finale.

Nos régions ont du talent

Toute l’équipe habituelle d’O’Gaming sera au micro durant tous les matchs pour assurer la retransmission en français. Pomf, YoGo, TKL, FunKa et Koka sont sur le pied de guerre.
 


Souvenirs, souvenirs...
Crédit photo : O'Gaming

 

Comme chaque année, toute la fine fleur des commentateurs internationaux viendra œuvrer sur le stream en anglais.

Mais les Nation Wars, c’est aussi l’accueil, la fraternité, l’amour de l’autre et la joie de crier « C’est petéééé ! » dans toutes les langues du monde. Alors, pour les autres, qui ne parlent ni français ni anglais, toute une palanquée de stream locaux seront mis en place (on croise les doigts pour avoir une retransmission en claquement de langue bushmen cette année).

Bref, comme chaque année, c’est le temps fort pour les fous furieux de StarCraft II. Sortez les drapeaux, préparez une tonne de [insérez ici votre plat local préféré], faites des réserves de mauvaise foi (« Oui mais ce build order, il est tout pété et sans skill aussi ! C’est pour ça qu’on perd. »). Il y aura du sang, de la sueur, des larmes et de l’alcool. Comme toujours.

Si vous avez besoin d'informations complémentaires sur le tournoi, n'hésitez pas à contacter notre directeur de tournoi @DrAeromi ; le compte Twitter officiel @NationWarsSC2, le hashtag #NW2019, le site dédié ou la page Facebook.

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.