d

08 déc. 2014 - Barbaro Divers

NBA 2K15 : le bilan sur PC après 2 mois

NBA 2K15 : le bilan sur PC après 2 mois

Deux mois après sa sortie sur PC, un petit point sur un type de jeu que l'on ne voit pas forcément beaucoup sur O'Gaming, le jeu de sport : et plus précisément ici, le jeu de basketball.

Un peu d'histoire pour commencer

NBA 2K est le jeu de basketball du moment, même si à l'époque on a eu NBA Live qui était en fait au-dessus, la maladie PES a frappé, et malgré une tentative de retour de la part d'EA, la référence aujourd'hui reste bien 2K en termes de simulation. On peut tout de même se permettre de relativiser le succès du jeu, notamment sur PC où il a encore aujourd'hui du mal à se vendre.

En gros, ces dernières années, on avait un 2K support console dans l'air du temps, et un 2K support PC totalement à la ramasse. La faute à un jeu PC peu travaillé et un passage à la sauce Next-Gen tardif. L'exemple le plus flagrant est celui de l'opus précédent, où on avait un support sur console avec des graphismes entièrement adaptés à la nouvelle génération, un mode "Mon Pro" auréolé d'une histoire, et un online vraiment intéressant afin de prolonger l'expérience de jeu. Côté PC, on avait des graphismes dépassés, qui n'avaient pas bougé depuis plusieurs années, un mode solo et mode online vides, bref ça ressemblait plus à une blague qu'à une véritable adaptation du jeu sur PC.

L'objectif de ce qui va suivre ? Montrer que ton PC a enfin le droit à un premier vrai NBA 2K avec cette édition.

Le solo

2K c'est d'abord un jeu solo, et d'autant plus sur PC, car comme on le verra plus tard, il n'y a pas foule sur les terrains en online quand on est sous Windows.

Avec cette édition, il y en a pour tous les goûts et pour tout le monde. Comme d'habitude, on peut gérer une organisation au fil des saisons, avec ses transferts, ses rotations en match, etc. On retrouve également l'aventure à la première personne où l'on gère son joueur, sa carrière, et surtout ses prestations en match. Comme je l'ai précisé plus tôt, cette année on a le droit à une histoire autour de notre personnage, avec son agent un peu débile, le patron d'organisation qui te prend tellement de haut qu'il ne te serre jamais la main, et ton prof de lycée américain typique alors que ton joueur vient de France. On a également un nouveau mode qui permet de créer son équipe avec un système de joueurs sous forme de cartes, comme on le connaissait déjà sous FIFA. Rien de bien extra mais on sent que 2K a compris que ça pouvait rapidement devenir une source de revenus supplémentaires via la boutique.

Toi aussi deviens une star de la NBA

Je vais détailler un peu plus ce mode étant donné que c'est celui que j'ai rongé. Pour ceux qui ne le connaîtraient pas, vous créez un joueur, choisissez un poste de prédilection, et c'est parti. Dans l'édition de cette année, vous allez choisir dans quelle équipe vous souhaitez faire des tests pour un contrat de 10 jours (car non, vous n'avez pas été drafté), en sachant que l'idéal est normalement de faire vos tests dans une équipe intéressée (donc une équipe qui ne va rien jouer la première saison) car vous êtes sûr d'avoir du temps de jeu si vous êtes pris. Par la suite, vous vous battez afin de rentrer dans la rotation et de gagner des minutes de jeu. On retrouve également le système d'interviews et de dialogues afin de donner une orientation à votre joueur, c'est à dire que vous pouvez décider si c'est d'être un mec qui a des chevilles de la taille d'une boule de bowling, ou si vous êtes plutôt au service de votre équipe.

Par rapport aux années passées, plusieurs changements dans le fonctionnement sont apparus, et ce n'est pas pour me déplaire. Il faut savoir qu'avant, vous vous retrouviez avec un tocard même pas foutu de foutre un panier à 2 mètres de distance, autant vous dire qu'il était compliqué de faire quoi que ce soit pendant la première saison, car même en prenant les bonnes décisions dans le cours du match, votre joueur n'avait pas les caractéristiques pour faire quoi que ce soit. Je vais également éviter de m'attarder sur les coéquipiers qui auraient pu se faire mettre à l'amende par Pierre Menez. Bref, on ne pouvait pas porter le match, et pas vraiment non plus se reposer sur ses mates.

Cette année, ça va beaucoup mieux, sans être un monstre, votre joueur peut dès le début shooter (même en pénétration avec un contact, chose impensable auparavant) et vos coéquipiers sont plutôt bons, ce qui vous permet d'empiler les points et les assists. On est limite un peu trop fort même, dans le sens où étant normalement un joueur à faible niveau, pouvoir après quelques matchs empiler 20 points semble un peu poussé, sachant que vous n'aviez même pas été drafté pour de la D-League.

Bref, cette année il est vraiment plaisant de monter un pro, d'autant plus qu'on a eu droit à un nouveau mode en ligne (qui était déjà disponible sur console l'année dernière comme vous vous en doutez) où vous faites du street. Cela nous amène donc à parler de la partie online du jeu.

Le multi

On va donc commencer par parler du multi vis à vis de votre joueur pro. Il faut savoir que sur PC, les années précédentes, vous pouviez très facilement tricher en mettant à fond toutes les caractéristiques de votre joueur. Cette année, c'est plus compliqué car tout passe par une validation en ligne. Cela n'empêche pas de se faire retourner par les gens qui farment le jeu, mais on a moins de suspicions sur la provenance du skill des joueurs en face. Il est très compliqué au début de jouer en ligne avec son pro car il n'y a pas de matchs par niveau, donc vous tombez souvent contre des joueurs avec des caractéristiques trop élevées afin de pouvoir défendre contre eux. Ajoutez à cela que vous allez parfois tomber avec des gens qui se prennent pour Lebron James et pensent pouvoir aller en permanence au panier tout seuls, et vous comprendrez pourquoi il faudra parfois vous armer de patience afin de rester calme : il faut jouer afin de monter en puissance, pour plus tard pouvoir rivaliser avec eux et, pourquoi pas, leur faire manger le bitume.

Cela veut donc dire qu'au niveau du mode en ligne, on a un système de fonctionnement un peu à l'inverse de la majorité des jeux : vous galérez beaucoup au début, pour ensuite avoir quelque chose de plus simple.

Pour rester sur ce qui se passe en ligne, on a également la possibilité de rejoindre des championnats en ligne (via des invitations) ou plus simplement (et rapidement) faire un match contre un adversaire aléatoire. Concernant les matchs en ligne, la latence n'est pas forcément excellente (en même temps, si on tombe en permanence contre des américains chez qui ce jeu est une religion...), ce qui dégrade un peu l'expérience de jeu pour par exemple bien gérer les tirs.

Conclusion

Cette année, on a enfin eu droit à un vrai jeu sur PC, pas à une version Leader Price à la bourre de plusieurs années par rapport aux consoles, et honnêtement, c'est juste génial. Je pense que l'on sera toujours le Petit Poucet pour les éditeurs de jeux de sport, car le PC c'est avant tout pour FPS ou STR à les écouter, mais si au moins on sort de la spirale de ces dernières années pendant lesquelles on se foutait ouvertement de nous, ce serait déjà bien. Si vous jouez sur PC, que vous avez une manette (personnellement je viens d'acheter celle d'XBOX One) et que vous hésitez à vous offrir un jeu de basket, ou de sport plus globalement, foncez. Il n'y a plus qu'à attendre le retour de la NFL sur PC et les fans de sport n'auront (presque) plus rien à envier aux consoles.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.