d

02 mai 2016 - Shadrood Divers

Obscuritas, une nouvelle forme de peur

Obscuritas, une nouvelle forme de peur

Annoncé juste avant sa sortie Steam, Obscuritas marque le coup avec un nouveau système pour toujours plus d'ambiance horrifique et autres screamers. Mais le résultat est-il à la hauteur de ses promesses ?

Les jeux d'ombres et de lumière de jour sont saisissants

Ah je croyais que vous disiez un manoir en T, comme la lettre quoi !

Nous voilà plongés dans le jeu, avec un préambule qui met dans l'ambiance immédiatement. Nous faisons connaissance avec l'héroïne du jeu nommée Sarah, qui est en train de lire le testament de son oncle, Arthur. On apprend ainsi le scénario du jeu somme toute assez basique, lorsque la lettre nous informe que tonton Tutur' (oui je vais l'appeler comme ça désormais) souhaite nous léguer ce qu'il appelle «  sa maison de campagne » , mais que vous allez vite découvrir comme étant un immense manoir. Voilà pour le scénario : on hérite d'un château et on compte s'y installer. VIS Games semble avoir fait des économies sur le budget alloué au scénario, mais qu'à cela ne tienne : je suis sûr que tonton Tutur' nous réserve de belles surprises, et ça tombe bien car nous arrivons au manoir.

Et ils le sont tout autant de nuit !

Entre ombre et lumière

Le côté rétro aura sûrement sauté aux yeux de plus d'un d’entre vous dès la cinématique d'introduction, mais pour celles et ceux qui ne l'auront pas noté à ce moment là, quelques minutes aux commandes de Sarah vont vite vous le rappeler. Mention spéciale au travail sur l'éclairage et particulièrement les jeux d'ombres et de lumières qui provoquent une ambiance angoissante et anxiogène maîtrisée de bout en bout. VIS Games semble avoir bien réussi son pari de sortir un jeu en 3D temps réel avec un budget réduit.

En parlant de budget, certains détails vont vous faire froncer les sourcils, comme certains bugs de collisions, le pouvoir qu'ont les portes à nous passer au travers lorsqu'on les ouvre, ou encore la souplesse de Sarah qui pour une jeune fille coiffe au poteau tous les vieux du club de bridge de tonton Tutur'. Une fois le pour et le contre pesé, c'est graphiquement une réussite.

Ah ? Que fais tu là tout seul petit cliché, où sont tes amis ?

La prochaine fois je visite de jour, avec les volets ouverts !

Bon, là ça se corse, on va commencer à parler gameplay et Obscuritas a de quoi dire, et pas qu'en bien. Vous allez passer les premières heures de votre aventure à ne faire basiquement que deux choses : visiter les pièces du manoir, et chercher des clés pour ouvrir de nouvelles pièces du manoir et afin d'y chercher des clés. Vous voyez le pattern émerger là ? Tonton Tutur' devait vraiment se faire chier pour penser que ce serait une bonne idée de faire ça. Bon, une fois qu'on aura joué à Résident Evil et trouvé les clés... enfin là c'est Obscuritas mais bon... On vous propose tout de même de résoudre des énigmes qui ne sont en soit jamais très compliquées, mais qui vont vite le devenir, l'obscurité devenant rapidement votre ennemi. Bah ouais, il ne s'appelle pas Obscuritas pour rien ! Bref, une fois que vous aurez eu envie de massacrer votre clavier à force de jouer avec le contraste de votre écran pour essayer de discerner ce que les développeurs ont essayé de nous faire faire sans avoir recours en permanence à la lampe torche qui est une véritable arnaque, le jeu pourra vraiment commencer.

La lampe torche, parlons-en justement. Je sais pas si vous avez déjà utilisé ce genre de petit objet vachement pratique, mais je crois que certains de l'équipe de développement ont dû oublier, car oui la lampe torche de tonton Tutur' bouffe les piles comme le walkman que j'avais dans les années 90, très vite donc. Alors certes, l'avantage de ce genre de choix de gameplay oblige le joueur à gérer son éclairage et ajoute une tension constante où l'on se retrouve à se demander si cela vaut le coup d'allumer ou pas, et augmente de façon facile l'angoisse ressentie. Mais malheureusement la dose a été un peu forcée.

Ah, en voilà un ! Bon, bah la salle d'opération c'est fait, prochain cliché s.v.p ?

HEY ! Mais attendez voir, j'ai changé de jeu durant le loading ? C'est vraiment la question que je me suis posé à la fin de l'exploration du manoir. VIS Games surprend, et nous propose d'un coup un véritable Survival-Horror où la mort est omniprésente. Enfin un peu plus que du screamer low cost, préparez-vous à transpirer durant les résolutions d'énigmes suivantes.

Parlons d'une chose importante maintenant que j'ai évoqué le fait que vous allez probablement mourir durant la seconde partie du jeu. Celui-ci est découpée en chapitres. Chaque chapitre englobant des énigmes et une partie du manoir. Durant ces chapitres vous n'avez pas de moyen de sauvegarder ou d'atteindre des checkpoint. Pas de soucis lorsque le seul danger est de tomber à court de piles, mais ça devient nettement plus énervant dans la partie extérieure où vous allez devoir recommencer des chapitres entiers, encore et encore. Couplez ce problème avec de nombreuses heures de recherche de clés et l'on obtient pas mal de moments de frustration et d'agacement. Ah oui, c'est vrai que tonton Tutur' nous avait expliqué avoir caché les clés pour nous aider à découvrir le manoir, mais je ne vais même pas me pencher d'avantage là-dessus tellement c'est hallucinant. Malgré le manque évident de mécanisme de jeu, l'ambiance joue son rôle, et c'est déjà un bon point.

 

Ah, du rab de cliché, manquait plus que le clown !

Ah ouais, tant que ça ?

On aurait aimé que les piles de la lampe torche durent aussi longtemps que la durée de vie globale du jeu. Comptez environ une quinzaine d'heure pour voir les crédits de fin. Certes vous aurez passé pas mal de temps à tourner en rond dans les pièces, mais la progression globale reste plutôt agréable en grande partie grâce à l'ambiance sonore qui profite d'une bande son très réussie, et la répartition des sons d’ambiance intelligente, qui saura jongler avec vos émotions sans entrer dans le cliché du jeu d'horreur et de ses screamers bien trop présents. Je ne saurais d'ailleurs que trop vous recommander de jouer à ce jeu dans le noir, avec un bon casque audio.

 

Obscuritas, entre ombre et lumière 710Points positifs
  • L'ambiance toujours maîtrisée
  • La bande son
  • Des graphismes réussis
  • Des mécaniques de jeu intéressantes...
Points négatifs
  • Mais trop répétitives...
  • Les collisions avec les portes ne sont pas maîtrisées
  • Manque de checkpoint après une résolution d'énigme
  • Sarah aurait dû prendre des cours d'assouplissement
  • Tonton Tutur' devait vraiment être un mec horrible (oui je le met là)

Obscuritas coûte 20 euros. Et pour ce prix là, on peux dire sans problème qu'il réussi ce qu'il entreprend. VIS Games nous offre un Survival-Horror qui joue sur deux tableaux, et les fans de ce genre de jeu atmosphérique vont l’apprécier. Malgré ses points faibles c’est un jeu que l'on apprécie parcourir, et je le recommande si vous cherchez un nouveau jeu pour vous ambiancer.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.