d

19 sept. 2014 - MMC Divers

On a testé Batttlefield Hardline

On a testé Batttlefield Hardline

Battlefield Hardlines est le prochain opus de la série d'EA, et met en scène un affrontement entre les forces de l'ordre et des terroristes. Ça vous rappelle quelque chose ? Ne vous pressez pas, n'allez pas déjà sauter jusqu'à la conclusion.

Une idée de départ peu originale, mais prometteuse.

Faire s'affronter des policiers et des terroristes/gangsters/bandits, cette idée ne date pas d'hier. Mais rien n'est inquiétant jusqu'ici ; l'idée de faire sauter un plombier sur des ennemis n'est pas nouvelle et pourtant Nintendo continue à sortir de bons titres estampillés Mario. Avec un moteur de jeu de très bonne qualité, et notamment la capacité de détruire une bonne partie de l'environnement, Battlefield est plutôt bien armé pour proposer une expérience de jeu originale.

Et là je me dois de faire une parenthèse. Certains diront qu'être journaliste dans le jeu vidéo c'est "méga-chouette", ou toute autre expression moins ridicule. Jouer aux jeux en avance est bien sûr super, mais il y a un revers. On se doit d'en parler, d'écrire sur le sujet, et malheureusement, il est difficile d'être sûr qu'on a bien eu un aperçu fidèle du jeu. Ici, une seule map nous a été proposée. Un seul mode de jeu, un aperçu plutôt minime donc. Aussi je préfère prévenir d'emblée: cette preview ne s'attarde que sur ce qui était présenté.

Du réchauffé, inutile de le cacher, mais?

Counter Strike par EA. On ne peut bien évidemment pas s'empécher de penser cela quand on sort de quelques parties. La carte est un hangar avec souterrains, petite voire minuscule, et les équipes, 5 policiers contre 5 terroristes, s'affrontent pour 2 otages. Un scénario extrèmement classique, et l'idée que les policiers courent après la montre. A cause de la taille de la map et de la taille des équipes, il est évident qu'en fait, ça se termine en affrontement 9 parties sur 10.

On a donc un scénario très proche d'un Team Deathmatch, entre policiers et terroristes. Oui, c'est du déjà vu, mais qu'est-ce qu'EA a su apporter de nouveau ? Pour commencer, le jeu est organisé par classes de combattants, comme le sont les autres battlefield. Ici une sorte de médic qui peut notamment réanimer les gens à terre, un technicien équipé contre les véhicules, un sniper qui peut aussi poser des mines et autres pièges, et pour finir un combattant lourdement armé, fusil à pompe, mitrailleuse portative ou encore bouclier anti-émeutes. Il faut avouer que si certaines option comme le sniper ou le fusil à pompe sont classiques, la possibilité d'utiliser un tazer, un grappin ou un bouclier anti-émeutes sont plus originales.

Mais il est clair qu'EA met surtout l'accent sur des atouts de la série, comme la possibilité de détruire le décor. Qu'il s'agisse de la cabine du garde à l'entrée du hangar qu'on peut faire exploser d'une grenade, ou des plantes en pot au sous-sol qu'on mitraille allégrement pour se dégager une ligne de vue, il faut avouer que c'est efficace et fun. Autre point malheureusement absent de cette carte: les véhicules. Le technicien est spécialisé dans leur destruction/réparation, et c'est aussi une des forces des battlefield. Il faut bien convenir que si l'on pouvait aussi faire des courses-poursuites, conduire des hélicoptères ou effectuer des attaques de fourgons, on passerait à une autre dimension, plus proche d'un Payday en versus. Et ça, ça donne envie. A guetter donc, le pire comme le meilleur pouvant sortir de ce jeu, ce que l'on ne saura qu'avec le test d'autres modes de jeux, d'autres cartes.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.