d

09 juin 2019 - Maginn League of Legends

Player ID Episode 1 : Darien, le swaglord

Player ID Episode 1 : Darien, le swaglord

Je vous parle d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître... Dans cette chronique, nous vous proposons de dresser le portrait d'un joueur ayant marqué le jeu d'une manière ou d'une autre à son époque et dont l'influence perdure encore aujourd'hui. Le but étant de découvrir ou re-découvrir ensemble la carrière de ces joueurs plus ou moins connus. Aujourd'hui, nous commençons avec un joueur pour le moins atypique. Surnommé « Swaglord » ou encore « Weedwick », l'homme qui « feedait » pour gagner, le seul et unique, notre maître à tous, Evgeny « Darien » Mazaev.

Moscow 5, une équipe de légende

2011, phases de qualification des IEM Kiev, le monde découvre un quintet de légende : quatre russes, un arménien, neuf sourcils, mais surtout une vision du jeu jamais vue auparavant et une volonté de dominer tous leurs adversaires. Vous aurez bien sûr reconnu Moscow 5, ou Team Empire à leurs tout débuts. Ils se font connaître lors de la compétition en terrassant les SK Gaming d'Ocelote, à l'époque une des meilleures équipes d'Europe, dans une partie marquée par une action d'anthologie, « l'Empire ». Empire décrochera son ticket pour les IEM Kiev, qu'ils iront remporter haut la main sous les couleurs d'une nouvelle organisation, Moscow 5.

"L'Empire" le move qui a fait entrer les M5 dans la légende, commenté par Chips et Noi à leurs débuts

Ceux qui étaient de parfaits inconnus il y a à peine quelques semaines devinrent alors l'équipe à abattre, et les chouchous du public européen par la même occasion. Ils doivent bien sûr cette popularité à leur style de jeu, sans peur, innovant et agressif à souhait, mais aussi à la personnalité unique de chacun des joueurs. En chef de file Alexey « Alex Ich » Ichetovkin, leader charismatique du groupe et un des meilleurs midlaners de son temps. Il est épaulé par son jungler Danil « Diamondprox » Reshetnikov. Toujours en activité, Diamondprox est certainement un des joueurs qui a le plus influencé le jeu puisqu'il a tout simplement révolutionné son poste en inventant le counter jungle. À la botlane on retrouve Evgeny « Genja » Andryushin et ses builds atypiques, peut-être même trop en avance sur son temps, accompagné par son support Edward « GoSu_Pepper » Abgaryan, surnommé le « Support Carry » aussi bien pour son habileté mécanique que pour sa fâcheuse tendance à voler des kills. Et bien sûr, la voie du haut est occupée par l'inénarrable Darien.

 

Gambit Darien fond vert

Darien en pleine démonstration de swag
Crédits : Gambit Esports

 

On sait peu de choses sur le passé de Darien, si ce n'est qu'il est né dans la ville de Voronezh en Russie. Comme si le KGB avait voulu effacer toute trace de son passé... Toujours est-il qu'il fait ses premiers pas sur la scène compétitive avec Matrix Esport Gaming, où il rencontre Alex Ich et Genja, qu'il retrouve ensuite au sein de Team Empire. Après une entrée fracassante sur la scène européenne avec la victoire aux IEM Kiev, Moscow 5 enchaîne les succès dans différents tournois européens et internationaux, le circuit Riot actuel n'existant pas encore à cette époque. L'équipe entretien une grande rivalité avec CLG.eu de Froggen, et les deux formations se partagent les places de choix de la plupart des grandes compétitions. Les hommes d'Alex Ich remportent le tournoi européen de qualification pour les championnats du monde de la saison 2, où ils iront jusqu'en demi finale, battus par les futurs champions Taipei Assasins. Les Moscow 5 se bâtissent une réputation de « tueurs de Coréens » car ils sont la seule équipe occidentale de l'époque à dominer les équipes coréennes, qui arrivent alors en force sur la scène internationale. Continuant leur parcours en saison 3 sous le nom de Gambit Gaming, ils continuent alors leurs bonnes performances avec notamment une victoire aux IEM Katowice, une seconde puis une troisième place dans la première saison des LCS et un quart de finale aux championnats du monde. Durant cette période de deux ans, la formation russe fait systématiquement partie des toutes meilleures équipes du monde, et si Alex Ich et Diamondprox sont le plus souvent sous le feu des projecteurs, Darien se crée une solide fanbase grâce à son style de jeu peu orthodoxe.

 

Un joueur hors du commun

En effet, Evgeny a une vison du jeu tout à fait unique : son but principal n'est pas de remporter sa lane comme la plupart des autres toplaners, mais plutôt de capter l'attention du jungler adverse sur lui le plus possible, afin de laisser le champ libre à Diamond sur le reste de la carte. Pour cela, il n'hésite pas à jouer agressivement en lane et à overextend, voire même parfois à proxy de façon abusive. Si bien qu'à chaque fois, le jungler adverse est attiré par lui comme un aimant. Cela lui vaut évidemment de nombreuses morts, ce qui ne l'empêche pas de recommencer ensuite et même parfois de mourir en boucle et complètement feed son vis-à-vis, et il n'est pas rare de le voir terminer une partie en affichant un KDA qui ferait pâlir Sardoche de jalousie. Mais là où réside tout le génie de la stratégie de Darien, c'est qu'il parvient toujours à se montrer d'une grande utilité pour son équipe, même lorsqu'il se retrouve complètement au fond du trou. De plus, le toplaner russe a essuyé un nombre tellement important de ganks lors de sa carrière qu'il est devenu un expert pour ce qui est d'en réchapper vivant, si bien qu'il fera de nombreuses fois tourner ses adversaires en bourrique, leur faisant perdre du temps et de la pression de carte tout en se sortant de situations improbables. Bien évidemment, le style de jeu de Darien ne se résume pas qu'à cela, et il est tout à fait capable de jouer de manière plus classique avec autant de réussite, démontrant entre autres une science du splitpush et du teamfight, en plus d'une grande flexibilité sur ses champions.

 

Petite compilation des meilleurs moments du swaglord, sur la faille et en dehors
Crédits : Dutchmash

 

Mais si Darien se démarque autant des autres joueurs, c'est surtout grâce à sa personnalité excentrique, qui transparaît autant en jeu que dans ses rares interviews. En effet, vous avez certainement entendu parler de son Sablier de Zhonya sur Renekton, ou encore de sa Manamune sur Aatrox, qu'il a d'ailleurs justifiée en déclarant qu'il « voulait qu'Aatrox ait une barre de mana ». Ces builds honteusement trollesques ayant évidemment pour but de taunt ses adversaires. On se souvient aussi de l'efficacité de son Warwick top, qu'il était le seul à jouer à une époque où le champion était considéré comme trop faible.

 

Darien tout heureux d'avoir forcé un ban de Warwick
Crédits : Riot Games

 

L'incarnation du $w4g

Et si le joueur est haut en couleurs, l'homme l'est encore plus, multipliant les interventions trollesques en interview ou dans ses streams. Il déclare par exemple ne pas avoir regardé la finale des LCS Summer 2013 entre Fnatic et Lemondogs car il « n'en avait rien à faire ». On peut aussi rappeler son intervention un poil ironique avant d'affronter aAa en LCS, les qualifiant « d'équipe très forte, l'une des meilleures ». Malheureusement, les interviews en anglais de Darien sont rares, puisqu'il ne parle que peu la langue de Shakespeare, mais il maîtrise en revanche un langage universel, celui du swag. Son attitude « d'alpha », entre nonchalance, charisme et arrogance, lui a par ailleurs valu le surnom de « Swaglord » dans la communauté.

 

Une des interviews légendaires de Darien, après la qualification aux worlds 2013
Crédits : Gambit Esports

 

Comment parler de Darien sans évoquer les memes qu'il a engendrés ? Le « Mighty Wizard of Toplane », le « Weedwick » , le « Snakeman » et bien entendu le « Smoke Weed Everyday » lors de son entrée en scène aux worlds 2013. Bref, Darien est une source de memes inépuisable, ou presque, et c'est une des nombreuses raisons pour lesquelles il nous manque. Nous espérons que les plus novices d'entre vous ont apprécié découvrir un joueur si atypique, et que ceux qui l'ont connu en activité se sont remémorés de bons souvenirs ! Si Darien a tiré sa révérence lors du Summer Split 2014, sa légende, elle, a perduré.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.