d

11 déc. 2017 - Perco StarCraft 2

Pomf contre Thud : O’Brother !

Pomf contre Thud : O’Brother !

Certaines rivalités dépassent le simple cadre de l’affrontement et deviennent mythiques. Hors caméra, des drames se jouent. Le « Pomf contre Thud » qui s’annonce est de ce calibre.

Rien ne sert de mentir. Le jeudi 14 décembre, c’est bien plus qu’un simple match de StarCraft II qui se jouera dans les locaux d’Ogaming : Thud l’impassible contre Pomf le redoutable. Une affiche longtemps promise aux spectateurs, en récompense pour avoir dépassé le pallier des 1800 abonnés.

Frères et longtemps associés, ces deux précurseurs du commentaire « à la française » — un subtil équilibre entre absence totale d’objectivité et professionnalisme alcoolisé — s’aiment et se déchirent.

 

 

Un « BO9 » (au moins, peut-être même plus) fratricide et joué dans les règles de l’art d’O’Gaming, c’est-à-dire sans aucun fair-play et avec toute la mauvaise foi disponible. Il sera même possible pour les spectateurs d’influer sur le cours des évènements en utilisant des cartes spéciales, histoire de tuer dans l’œuf toute idée d’équité ou de justice.

Observons point par point les clés de ce match de titans.

Le niveau de jeu

Le secteur le plus serré. D’un côté, Thud reste double champion en titre du championnat régional de Meurthe-et-Moselle catégorie vétéran – un palmarès qui force le respect –, de l’autre, Pomf est récemment parti faire un bootcamp dans ce qui reste le plus grand pays de l’esport : la Suisse !

 


Une « convention » qui ne trompe personne, c'est bien pour s'entraîner auprès des meilleurs que Pomf a visité Genève.

Même les statistiques sont identiques. D’après nos analystes chacun des deux frères possède actuellement dix doigts, égalité parfaite.

Un léger avantage à Thud, tout de même, car il possède un trait dont ne dispose pas son frère : la planification. Une technique révolutionnaire qui consiste à décider quelle stratégie adopter AVANT d’agir. Un atout indéniable.

Le mental

Ici, chacun ses forces, différentes mais redoutables. La résistance mentale de Thud est affutée comme jamais. Passer ses journées à réguler une maison pleine de joueurs de League of Legends est, sur cet aspect, la meilleure des formations, au point que la DGSE étudierait cette option dans le cadre d’un module « Torture et résistance à la pression ».

Chez Pomf, c’est le mindgame qui est puissant, cette capacité à pénétrer l’esprit de son adversaire afin de pouvoir ensuite pénétrer… bref. Toutefois, c’est son frère qui lui fait face et cette arme redoutable s’en trouve un peu diminuée. Son aîné le connait par cœur et sait d’avance ce dont il est capable.

La guerre psychologique, en tout cas, a déjà commencé, comme en atteste la capture d’écran d’une conversation SMS que nous avons pu nous procurer :

Avantage Thud donc, mais son cadet barbu pourrait avoir gardé quelques cartes dans sa manche.

Le soutien du public et de l’équipe

Il y a quelques temps, cette question n’aurait pas eu de sens. O’Gaming c’était Pomf & Thud, Pomf & Thud c’était O‘Gaming. Mais les sirènes du gank et du call Nashor ont eu raison de Thud, et sa récente conversion en directeur de la « ROG School » sur League of Legends lui a couté le respect de la tranche hardcore des fans de la chaîne StarCraft II.

Pour l’un des meneurs de ces « ultras » pour qui « Un bon jeu est un jeu Blizzard, et encore pas tous, faut qu’il y ait des drones », ce départ s’apparente même à de la haute trahison. Pour des raisons de sécurité, nous ne dévoilerons pas son pseudonyme, qui commence par « Pa » et termine par « tior ».

Un soutien a ne pas négliger car les spectateurs pourront influer sur le cours du match. À chaque abonnement, ré-abonnement et palier de donation, une carte sera débloquée, et provoquera des effets divers et variés en direct. Sans trop révéler leur contenu, donnons quelques exemples : passer le « BO9 » en « BO11 », faire jouer une partie en 2 contre 2, forcer un changement de race… etc. Il se murmure même qu’une carte débloquera un « Gnoutu-nukeur » fou, qui gambadera gaiement sur la carte en vitrifiant tout ce qu’il croise.


Attention à la « Gnou-ke » !!!
Via Zilou

 

Du côté de l’équipe O’Gaming, même son de cloche. Un rapide sondage parmi les commentateurs met en évidence un soutien sans faille pour Pomf. Un score digne d’un dictateur Syldave, puisque 100% des intéressés le voient s’imposer.

Par pur soucis d’éthique, nous nous sentons obligé de préciser que ce sondage à été réalisé aux locaux, alors que Pomf recevait les commentateurs pour leur évaluation annuelle et la reconduction de leurs contrats, un détail qui peut jouer.

La résistance à l’alcool

Voilà un indicateur rare lors des compétitions internationales (quoique…) mais pourtant indispensable dès lors que l’on parle d’une compétition d’O’Gaming. Dans le cercle fermé des brasseurs, il se dit que la dernière édition des « Nation Wars » a permis, à elle seule, de relancer toute la production d’Europe de l’ouest.

Pomf et Thud sont à égalité parfaite sur ce point, ayant tous deux suivi les mêmes enseignements de la part d’un vénérable maître zen, mi-Tibétain, mi-Polonais. L’un serait d’ailleurs la réincarnation d’un décapsuleur tandis que l’autre aurait été serveuse à l’Oktoberfest dans une vie antérieure.
 


Comme on dit, chez O’Gaming il faut être capable de jouer « sous pression ».

La capacité à cheeser et/ou tricher

Ici encore, une qualité indispensable pour s’imposer lors d'un affrontement dans nos locaux. Tout en haut de notre « hall of fame », la bannière qui flotte fièrement ne commémore ni un beau geste, ni une action virtuose. Au firmament, comme un rappel de notre philosophie, c’est bien le « rush drone » de Pomf contre FunKa lors de l’OGSL internationale – tournoi dans lequel s’affrontaient les meilleurs commentateurs du monde – qui culmine. Une ode à l’audace, au culot et – surtout – à la chance qui résume à elle seule notre mantra : « Tant que ça gagne, ça passe ».

Le cerveau torturé de Pomf lui donne ici un sérieux avantage et certaines sources nous indiquent que les deux dernières semaines ont entièrement été consacrées à la recherche de stratégies fourbes et vicieuses. Lorsqu’on l’interroge sur la possibilité de jouer à la loyale contre son frère, l’intéressé déclare d’ailleurs « Ah ah ah ah ah ah ah ah ah ah… non. ». Un message clair.
 


Pomf et « Thug »
 

Après une analyse si scientifique, on ne peut que conclure… qu’il est impossible de trancher ! Jeudi soir, à 20 heures, en direct sur O’Gaming, le suspense sera donc à son comble.

Quel frère prendra l’ascendant sur l’autre et s’offrira le droit de l’humilier publiquement durant toute une longue année ? Quel frère se souvient assez de ses raccourcis clavier pour produire assez de troupes afin d’utiliser la toujours efficace technique du « F2- A-click » ?. Réponse jeudi soir.

3 commentaires

Aliiox
Aliiox - 12/12/2017 14h01

Gros gros article qui envoie de la pourra ce ! GG Perco

Limarwinn
Limarwinn - 12/12/2017 19h38

Super article, Hype is reel ! Trop deg d'être dans le train ce soir-là...Ouiiinnn...

sBim
sBim - 15/12/2017 15h31

Bravo pour la soirée d'hier soir - c'était très sympa à suivre ! :)

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.