d

24 oct. 2015 - Vandwyn Divers

Preview : Duelyst

Preview : Duelyst

Sorti tout droit du studio Counterplay Games, Duelyst mêle TCG et plateau de tour par tour, une recette déjà expérimentée ailleurs. Mais comment celui-ci s'en sort-il ? Le jeu étant encore en bêta, il serait présomptueux de donner un verdict maintenant, mais puisqu'il est gratuit nous vous en proposons une preview !

Si ça fonctionne chez le voisin...

Duelyst reprend une bonne partie des fonctionnalités d'autres jeux à succès. On y retrouve ainsi des quêtes journalières à accomplir qui fournissent de l'or. Cet or peut être dépensé pour acheter des paquets de cartes, à raison de 100 pièces pour un paquet de cinq cartes. Là où Magic a ses campagnes, et Hearthstone ses aventures, Duelyst propose des challenges : des situations critiques (mais paradoxalement idéales) dans lesquelles vous êtes plongés, et votre but sera de défaire l'adversaire en un seul et unique tour. Ces challenges permettent ainsi d'apprendre à connaître et utiliser les mécaniques des cartes en votre possession. Vous serez récompensés là encore avec un peu d'or.

Pour poursuivre sur le côté TCG, il y a plusieurs éléments qui sont familiers et qui fonctionnent bien : six factions représentant chacune un pays, et des cartes neutres ; les cartes sont divisées en trois catégories : des sorts, des unités et des artefacts. Chaque unité possède des points d'attaque et de vie, et peut avoir une ou plusieurs capacités. Toutes les cartes coûtent du mana pour être employées, et vous gagnez du mana à chaque tour de jeu. Enfin, si vous n'obtenez pas les cartes que vous recherchez via les paquets, vous pouvez toujours les crafter (ou refondre une carte qui ne vous plaît pas).

Six factions, et bien plus encore de façons de combattre !

Avant d'entrer dans les détails, parlons des modes de jeu. En dehors des challenges, vous avez actuellement trois autres modes : le 1v1 nécessairement classé, le gauntlet qui est un genre de tournoi draft disponible seulement à certaines dates, et le sandbox qui vous met aux commandes de deux decks (en gros vous jouez une partie, mais seul, pratique pour tester des configurations de decks).

C'est l'heure du duel !

Le jeu étant entièrement en anglais, je vais tenter d'être le plus exhaustif possible pour que vous compreniez bien le gameplay. Jusqu'à maintenant j'ai surtout évoqué l'aspect TCG, mais dans Duelyst vous ne pourrez pas vous contenter de balancer vos cartes à la figure de votre adversaire. Chaque carte permet d'invoquer une créature sur un plateau de jeu, ou d'équiper le chef de votre armée, ou de lancer des sorts. C'est ensuite, sur le plateau, que la bataille se déroulera. Par conséquent avoir la bonne carte ne suffira  pas, il faudra savoir l'employer à bon escient.

N'allez pas croire que le plateau est un vulgaire terrain. La gestion de l'espace est cruciale dans Duelyst, notamment car vous ne pouvez invoquer de nouvelles créatures qu'à côté de celles déjà présentes. Attention par conséquent à ne pas se faire encercler. Vous y verrez aussi trois puits de mana, qui donneront une ressource de mana temporaire si vous y positionnez une unité. Foncer dessus ou tendre un piège à l'ennemi qui s'y précipite : à vous de voir.

Les graphismes du jeu rendent bien, et la bande son est géniale.

En début de match, chaque joueur dispose d'un général sur le terrain. Tous les généraux ont les mêmes caractéristiques de base, à savoir deux points d'attaque et 25 de vie. Si votre général meurt, vous perdez la partie, si les deux s'entre-tuent c'est l'égalité. Les mains de départ sont de trois cartes, vous pouvez les remplacer si elles ne vous plaisent pas, puis vous piochez deux cartes à la fin de chacun de vos tours. Il est également possible, à chaque tour, de remplacer une carte de votre main en en tirant une autre. Attention, si vous deviez avoir plus de six cartes en main, le surplus est perdu !

Comme indiqué précédemment, vous avez besoin de mana pour jouer vos cartes. Le premier joueur (à gauche) démarre avec deux points de ressource, tandis que le second joueur (à droite) démarre avec trois. Au fil de la partie, chaque joueur gagnera un point de mana supplémentaire à chaque tour, jusqu'à un maximum de neuf. Il n'existe, à l'heure actuelle, qu'une seule carte qui coûte la totalité du mana.

Decklicieux

Comme tous les jeux de cartes dignes de ce nom, Duelyst ne déroge pas à la règle de la construction de deck. Vous ne serez donc pas surpris de retrouver des decks aggro, contrôle et combo. Chaque type pourra être gratifié de la particularité de la faction que vous avez choisi ; mais vous pouvez tout aussi bien ne jouer qu'avec des cartes neutres. Dans Duelyst, vous ne pouvez avoir plus de trois copies de la même carte, pour un total de 40 cartes dans un deck... enfin 39 puisque votre général compte également.

Petit tour d'horizon des factions :

Lyonar : unités solides et qui attirent les coups grâce à la Provocation, elles se renforcent lorsqu'elles sont proches du général allié et lors de soins.

Songhai : très bons pour infliger d'énormes dégâts ciblés, ils savent se battre à distance et ont une bonne mobilité.

Vetruvian : des attaques à distance dévastatrices, des invocations éphémères, de la pioche.

Abyssian : profite de la mort des créatures pour se renforcer, pose des pièges, favorable aux dégâts de zone.

Magmar : la puissance dans toute sa brutalité, n'hésite pas à se blesser pour frapper encore plus fort.

Vanar : énorme contrôle du terrain et des unités, peut profiter d'un boost de mana.

Les créatures et les sorts sont le cœur du jeu, mais il ne faut pas sous-estimer les artefacts dont vous pouvez équiper votre général. Certains le transformeront en véritable machine à tuer, mais attention car lorsqu'une unité en attaque une autre, y compris les généraux, une contre-attaque s'enclenche même si la cible est tuée.

Terminons cette preview en parlant un peu des matchs eux-mêmes, et surtout du mode 1v1. Le système de classement se base sur votre ratio de victoires. Au début vous gagnerez rapidement des rangs, puisqu'une seule victoire suffira, mais par la suite il faudra réaliser de meilleurs performances et enchaînements pour progresser. Les classements sont réinitialisés tous les mois. Petit truc : je ne sais pas si c'est un bug, ou si cela est fait exprès, mais je n'ai perdu des rangs qu'après le 18ème, avant cela mes défaites n'avaient aucun impact ─ mais ça ne change rien : pour gravir les plus hautes marches il va falloir gagner !

Le jeu distribue assez généreusement les pièces d'or et vous devriez recevoir pas mal de cartes et paquets lors de vos premières heures de jeu, histoire d'aller au-delà des decks de base et premières cartes offertes à tous.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

1 commentaire

HugoSoulier
HugoSoulier - 25/10/2015 19h52

Sympa à lire. Ca donne envie.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.