d

07 sept. 2017 - MightyZ Divers

Preview: Final Fantasy Dissidia NT

Preview: Final Fantasy Dissidia NT

C'est une évidence, la licence Final Fantasy a clairement pris du plomb dans l'aile ces dernières années. L'arrivée du 15ème épisode canonique l'année dernière a fait du tort de par sa relative réussite critique et commerciale, mais aussi par la prodigieuse (et surtout pathétique) capacité d'acharnement thérapeutique de Square Enix, qui multiplie les projets et les partenariats douteux afin de maintenir le jeu en vie. Heureusement, le MMO FFXIV est toujours là pour maintenir le radeau à flot malgré la faible mise en avant par son éditeur. Mais alors que reste-t-il de Final Fantasy ? Après toutes ces années, l'éditeur Japonais s'est enfin laissé tenter par déléguer en confiant son bébé à des spécialistes. Après deux épisodes sympathiques sortis sur PSP, voilà que Dissidia fait son grand retour avec Dissidia Final Fantasy NT chapeauté par la Team Ninja.

Malgré tout, et nouvelle preuve de l'enthousiasme de Square Enix face à sa franchise, il faut savoir que le projet a abouti il y a deux ans uniquement en Arcade au Japon. Il a aura fallut le concours des joueurs et de la communauté pour pousser la nouvelle itération du Royal Rumble version Final Fantasy jusque sur PS4. La Bêta qui nous est proposée ici dispose simplement du Matchmaking en ligne ou hors ligne ainsi que d'un tutorial sous forme de vidéo, ce dernier étant assez succin et sans doute hérité de la version Arcade. 


KUPPO CARRÉ

Dissidia c'est une formule qui marche, une réussite visuelle et de bonnes trouvailles de joutes à la sauce Final FantasyDissidia NT conserve les fondamentaux tout en augmentant l'échelle, forcément. Exit donc les combats en 1 contre 1, on passe maintenant à des affrontements par équipes de trois. La taille des arènes a été augmentée en conséquence et le game design a littéralement été pensé pour le jeu en coop. En résulte un cast de personnages, au nombre de 14, chacun ayant leur propre style, aptitudes et spécificités en combat. Zidane (FF IX) sera orienté vers le combat au corps-à-corps tandis que Y'shtola (FF XIV) utilisera ses sorts à distance. Le but est d'utiliser au mieux les capacités de son équipe pour annihiler celle d'en face. Une fois dans l'arène, le feeling Dissidia est reconnaissable entre mille : une touche de saut, deux touches d'attaques (faibles et fortes), une touche de dash et une spéciale, en l'occurrence triangle, qui associée à l'une des trois directions du stick analogique droit aura pour effet d'activer l'un des 3 effets bonus Skills choisis préalablement lors de la sélection du personnage. Malgré une apparente facilité, les premières parties ont de quoi dérouter, il va donc falloir passer un bout de temps en mode hors ligne afin d'appréhender au mieux le système de jeu, d'où la nécessité d'un mode tuto complet que l'on espère dans le jeu final. De plus, le système de point faisant office de pseudo barres de vies n'est pas des plus intuitifs et les premières parties ont de quoi crisper même les plus aguerris.





MOULES IFRIT

S'il y a bien un domaine où Dissidia NT excelle, c'est bien sa réalisation. D'une part, le jeu se targue de proposer un framerate constant à 60 fps et d'une autre, le rendu global est étonnamment propre avec des arènes détaillées ainsi que des personnages fidèlement modélisés. L'avalanche d'effets visuels, la vitesse et le dynamisme des combats ont aussi de quoi impressionner même s'il en résulte une action souvent extrêmement brouillonne où l'on frôle parfois l'épilepsie, surtout avec 6 combattant d'un coup. Et que serait un Final Fantasy sans sa dose d'invocations qui font une nouvelle fois office de money shot. Une fois choisie, au préalable, l'une des 7 disponible (Ifrit, Shiva, Ramuh, Odin, Leviathan, Alexander, Bahamut), celles-ci peuvent être activées en détruisant les cristaux qui apparaissent au bout d'un certain temps sur le champ de bataille. Leurs dégâts sont dévastateurs et peuvent renverser le cours d'une partie, il faut donc vite assimiler leur importance dans le déroulé d'une game. Autre grief, l'interface est toujours aussi chargée avec un trop grand nombre d'informations qui a pour effet de minimiser la visibilité des combats.




On aurait aimé être un peu plus enthousiaste en s'essayant à Dissidia NT, le jeu possède un potentiel indéniable, une réalisation impeccable, de belles sensations, une pointe de stratégie non négligeable et une vraie profondeur de jeu qui pourrait faire de lui un sérieux prétendant à l'eSport (oui oui). Malheureusement, c'est toute une série de désagréments qui auraient pu être évités qui viennent nuancer le verdict. On espère que la Team Ninja et Square Enix prendront en compte les retours de joueurs et qu'un maximum soit corrigés d'ici la sortie du titre prévue le 30 janvier 2018.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.