d

05 janv. 2015 - EpSyLoN StarCraft 2

Proleague : une compétition pas comme les autres

Proleague : une compétition pas comme les autres

Que dire sur cette fameuse compétition coréenne ? Que rajouter une fois qu’on a dit que les meilleurs joueurs s’y affrontent et nous présentent les parties les plus travaillées ?

 

Compétition reine parmi les rois !

 

C’est quoi la Proleague ?

La Proleague est la plus grande compétition de Starcraft 2 par équipes. Elle est diffusée par SPOTV Games et organisée par la Korean eSPort Association (KeSPA), la plus grande fédération de joueurs professionnels du monde. Sponsorisée par SK Telecom, elle permet de faire s'affronter les meilleures équipes et les meilleurs joueurs de Corée, et donc du monde.

La Proleague c’est surtout un format unique. Les équipes se rencontrent toutes une fois par round. Une rencontre est organisée de la manière suivante : le coach donne l’ordre de passage de quatre de ses joueurs en fonction des cartes et de la forme de ses poulains. Ensuite le nom des adversaires est connu et l’entraînement s’intensifie, puis la rencontre a lieu. Si le score atteint 3 - 0 le quatrième match n’a pas lieu, mais dans le cas où le score est de 2 - 2, un match décisif se déroule entre deux joueurs désignés sur le moment. Chaque match est joué en Bo1. À la fin d’un round, les quatre écuries ayant amassé le plus de victoires s’affrontent dans un arbre. La troisième et la quatrième s'opposent pour avoir le droit de se présenter face à la seconde, et la gagnante de ce nouveau combat obtient l’accès au match final du round face à la première du classement régulier. Un classement par round est donc obtenu, des points sont distribués (et des wons). À la fin des quatre rounds, les quatre équipes ayant le plus de points se rencontrent dans un arbre basique. Enfin, les deux équipes victorieuses accèdent à la glorieuse finale, concluant une saison longue et éprouvante permettant de couronner l’une d’entre elles comme la meilleure équipe du monde.

 

Pourquoi cette compétition est-elle autant appréciée ?

Évidemment, avec une organisation coréenne, les moyens mis en place sont exceptionnels. Le show est diffusé sur internet et à la télévision et met en scène des dizaines d’intervenants, dont une journaliste, des commentateurs et des analystes. L’organisation KeSPA chapeaute l’ensemble et le travail est donc au poil, chaque match est parfaitement organisé et arbitré et la ponctualité des rencontres (chose encore étrangère à beaucoup d’organisations occidentales) fait ressortir le perfectionnisme asiatique.

Le format des matches conforte la compétition dans sa singularité. L’ensemble des matches de la saison régulière sont joués en Bo1. Pour certains, cela accentue le coté aléatoire des rencontres. Pour d’autres, cela permet aux joueurs de travailler spécifiquement un match, avec une carte, un adversaire et donc sa race et son style de jeu. On peut alors assister à des rencontres épiques, millimétrées, dont les détails de la stratégie dépassent l’entendement, où le timing se joue parfois à quelques secondes ou quelques pixels.

Évidemment, tout cela attire des spectateurs et aussi l’intérêt des joueurs professionnels du monde entier. Beaucoup de stratégies ont vu le jour lors de matches de Proleague et c’est par imitation que les joueurs du monde entier répandent les fourberies coréennes.

Pour pimenter la chose, la KeSPA intègre dans le map pool des cartes atypiques forçant un nouveau metagame. Les stratégies y sont souvent incroyables et l’agression permanente. Des cartes comme Outboxer (jouée durant Underdogs) font partie de cette famille. Cette sublime idée force les joueurs et les équipes à développer des méthodes d’entraînement différentes du ladder classique, puisque ces cartes ne sont, dans l’immédiat en tout cas, pas implantées dans le map pool du ladder.

 

Quelles sont les enjeux de cette compétition ?

La réponse pécuniaire est celle qui vient le plus vite. C’est 20 000 $ que se partagent les finalistes d’un round, et plus de 65 000 $ pour la grande finale de clôture. De nombreux prix sont décernés avec des primes. Des prix pour les meilleurs joueurs de la saison, du round, de la semaine. Des prix pour les célébrations de victoire et même des prix pour les coaches.

Les joueurs présents sont tous de grands champions, des compétiteurs acharnés et que ce soit individuellement ou pour leur équipe, ils ne supportent pas la défaite. C’est avec un esprit collectif et guerrier, voire « nationaliste », qu’ils s’affrontent avec autant de conviction que pour leur propre honneur. Pour l’anecdote, certains joueurs d’équipes Proleague sacrifient leur carrière individuelle, en ne participant pas aux qualifications Code S par exemple, pour se concentrer sur la tâche collective à accomplir.

Enfin, si l'on y regarde de plus près, les écuries sont en concurrence économique dans le monde « réel » en plus de l’être sur le RTS de Blizzard. KT Rolster et SK Telecom T1 sont des géants des télécommunications, alors que CJ Entus et Samsung sont deux énormes multinationales industrielles. Cela donne lieu à des matches à l'enjeu décuplé par l’animosité naturelle que crée une forme de corporatisme.

En plus des gains potentiels qu’une écurie peut faire et l’image que son sponsor peut acquérir, il faut voir le coût que cela peut engendrer pour une marque. Il faut payer les joueurs et si on veut les meilleurs, il faut les payer bien. Il faut aussi un coach, parfois plusieurs, un par race par exemple. Et dans les équipes les plus impliquées il faut des punching-balls pour les joueurs, des partenaires d’entraînement capables de copier à la perfection le style de jeu souhaité, notamment celui de l’adversaire à battre.

 

Qui participe à la Proleague ?

Sont autorisées à participer seulement les équipes membres de la KeSPA, et leurs joueurs doivent l’être aussi. Pour cette saison 2015 ce sont huit équipes qui vont s’affronter. Et dans ces équipes des joueurs d’exception, en voici une liste non-exhaustive : herO, sOs, Zest, HerO, Stork, Dear, Classic et San pour les Protoss ; Bbyong, Cure, Maru, Flash, TY, MarineKing, Taeja, YoDa, INnoVation et Bomber pour les puissants du Dominion ; ByuL, Symbol, Losira, Solar, soO, Leenock et Life pour la force du Swarm (qui dit mieux ?). Parmi ces joueurs de multiples champions DreamHack, IEM et bien sûr Code S.

Où et quand admirer le spectacle ?

Ce show incroyable a débuté lundi dernier et durera jusqu’au 10 octobre 2015 (oui, c’est une compétition très longue). Nous, Français, pouvons suivre le tournoi sur Twitch presque chaque lundi et mardi de 11h à 14h30 environ. Les VOD de l’ensemble de la compétition sont disponibles sur la chaîne Youtube « ESports TV », en anglais et en coréen si vous vous sentez l’âme d’un linguistique.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

3 commentaires

MMA
MMA - 05/01/2015 19h03

Excellent article qui détaille très bien ce qu'il y'a à savoir sur cette compétition qui est vraiment hallucinante en terme de niveau de jeu et d'organisation. En ce qui concerne Taeja comment ça se fait qu'il soit en KeSpA alors qu'il est chez teamliquid ?

Rien d'autre à ajouter mis à part le fait que cette ProLeague s'annonce énorme, c'est cool pour SC2, avec l'arrivée d'un nouveau tournois comme la SSL, le retour en GSL des Coréens expatriés et la bêta dans les prochains mois ( voir dans les prochaines semaines ? ) ça va être fat ! ^^

NSpire
NSpire - 05/01/2015 20h01

Taeja a été prêté par Team Liquid à MVP, l'équipe de Pro League pour la durée de son séjour en Corée (parce qu'il participe à la GSL). Et comme il a rejoint Team Liquid il y a moins de 5 ans (à vérifier EDIT: 2012) il a toujours une place dans une équipe Kespa. Voilà mon bon monsieur. Bonne journée !

MMA
MMA - 06/01/2015 19h06

Ok je vois, merci !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.