d

06 oct. 2014 - Zeltan Cody Divers

Qu’est-ce qu’un eSportif ?

Qu’est-ce qu’un eSportif ?

L’extension de l’eSport ces dernières années à travers l’organisation d’événements toujours plus importants et toujours plus suivis a mis en lumière le métier d’eSportif. Si aujourd’hui beaucoup de compétiteurs amateurs rêvent de devenir joueurs professionnels, cette profession n’a jamais cessé d’être au centre des débats, que ce soit dans le milieu des jeux vidéo ou d’un point de vue purement sociologique. Ainsi, la question de savoir si « l’eSport est un sport » s’est posée. Si ce sujet a largement été analysé et commenté, il est possible désormais de constater de véritables parcours pour une carrière d’eSportif. Il m’a donc semblé intéressant de me demander quelles sont concrètement les spécificités de ce type de carrière, notamment sur League of Legends.

Le mental avant tout ?

Le mental et la concentration pendant les matchs forment une base fondatrice de la réussite d’un joueur professionnel. En effet, s’il n’y a visuellement aucun effort physique visible, il n’est pas inhabituel de voir des joueurs franchement émoussés après un match, tant l’implication cérébrale est forte. Certes, les muscles ne sont pas directement sollicités comme dans la majorité des sports traditionnels, mais, à l’instar des échecs par exemple, c’est la réflexion qui prime avant tout. La seule différence notable, d’une très grande importance, est que dans l’eSport le processus de décision doit être quasiment instantané, avec une partie du corps toujours en mouvement (les mains).


En tant que spectateur, ça devait pas être violent violent...

Dans notre société, on renvoie l’image du sportif à celui d’un corps qui est en adéquation avec le sport pratiqué. C’est pour cela qu’il est encore difficile de faire comprendre à une partie de notre entourage qu’il est possible d’être un eSportif, donc d'être considéré comme un sportif à part entière tout en ayant pourtant une certaine corpulence par exemple. Ainsi, il est intéressant de se demander, et même d'étudier, si un travail physique en dehors même des heures d’entraînement peut avoir une influence sur les performances in game des joueurs professionnels.

Mais c’est en regardant un reportage de Riot sur la préparation des équipes pour le championnat du monde de la saison 4 que j’ai pu comprendre l’impact que pouvaient avoir les jeux vidéo sur le physique des joueurs. En effet, un joueur coréen avait spécifié que le jeu lui demandait tellement d’investissement quotidien que cela avait joué sur son physique, se traduisant par une perte de poids conséquente. Si l’aspect psychique représente l’essence même du jeu, il est donc possible de s’apercevoir que les comportements des joueurs en compétition et en entraînement ont une répercussion sur leurs dimensions physiques.

La pression d’une réussite rapide ?

Une des grandes spécificités des joueurs professionnels dans le domaine des jeux vidéo est qu’ils n’ont pas intérêt à rater le mauvais wagon. En effet, si une carrière de sportif peut durer approximativement une quinzaine d’années selon les sports, l’activité d’un eSportif peut se résumer à quelques années au plus haut niveau. C’est pour une raison simple qui est liée aux réflexes et aux processus de décision de l’athlète qui se dégradent avec le temps. Dernièrement, une étude scientifique a prouvé que c’est à partir de l’âge de 25 ans que les performances des eSportifs baissent. On assiste donc de plus en plus à un phénomène de reconversion de la part de ces athlètes, que ce soit en tant que manager d’une équipe, bénéficiant de toute l’expérience accumulée durant sa carrière de joueur, ou encore en tant que commentateur d’événement eSportif par exemple.

C’est pour cette raison que l’on assiste à beaucoup de bouleversements au niveau des équipes dans le monde de l’eSport, et notamment sur League of Legends, puisqu’il n’existe pas de réelle planification de carrière à long terme, le but est d’élever son niveau de jeu le plus rapidement possible avec les meilleurs coéquipiers autour de soi. La confiance doit être totale envers les partenaires pour espérer atteindre le niveau de jeu souhaité, puisqu’en cas de départ d’un des membres de l’équipe, c’est souvent la performance entière de la team qui en pâtit.

Saisir l’opportunité est certainement ce qu’il y a de plus dur à réaliser pour passer à l’échelon supérieur, mais ce qui donne aussi une très grande force à l’eSport, c’est l’enjeu qui entoure l'eSportif lors de chaque grand événement, car l’occasion de faire parler son talent peut ne pas se répéter une seconde fois.


Les SKT T1 ont laissé passer leur chance pour les World 2014...

La communication au centre de la réussite

En politique comme dans l’eSport, il ne suffit pas d’être le plus talentueux pour réussir, il faut surtout savoir être un bon communicant. D’ailleurs, il est important de se pencher sur le terme de « réussite ». Comment pouvons-nous qualifier une personne qui réussit dans le domaine eSportif ? Je crois que l’on peut mettre en exergue deux catégories de personnes, les eSportifs qui ont une réussite économique en gagnant beaucoup d’argent sans forcément réussir de grandes performances, et les autres qui vont tout d’abord réussir en gagnant des compétitions, ce qui résultera sine qua non d’une réussite économique (cashprize, nouveaux sponsors, etc.). Pour cette première catégorie, c’est souvent la communication autour de l'eSportif qui permet à celui-ci de se faire un nom dans le milieu.

Bien évidemment, les réseaux sociaux jouent un rôle indispensable dans la constitution d’une « fan-base » pour certains joueurs. C’est même une source directe de création de richesse pour certains joueurs qui gagnent de l’argent à travers leurs streams. L’exemple le plus frappant à mes yeux est celui d’Ocelote, qui n’est certainement pas le joueur le plus talentueux au monde (euphémisme quand tu nous tiens…), mais il s’agit peut-être de celui qui a le plus réussi d’un point de vue financier.


Ocelote, le David Beckham de League of Legends ?

Pour vous donner un ordre d'idée, il a indiqué dans une interview au cours de l’année qu'il gagnait plus de 700 000 euros par an grâce à League of Legends, ce qui représente un juteux salaire d’environ 60 000 euros par mois. Bien évidemment, la somme indiquée est à prendre avec des pincettes, rien ne prouve que ces chiffres sont exacts.

De ce point de vue financier, il est aussi important de souligner que l’on n’atteint pas pour l’instant des salaires astronomiques pour les joueurs, si l’on effectue une comparaison avec d’autres disciplines sportives. Mais avec l’investissement de plus en plus apparant de sociétés extérieures dans le monde de l’eSport et l’augmentation croissante des revenus générés, nous sommes en position de nous demander s’il n’existera pas un jour une explosion du marché économique dans l'eSport, et donc du salaire des joueurs professionnels. 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

10 commentaires

gardial
gardial - 05/10/2014 08h47

Un bon petit article à lire tranquillement afin de mieux comprendre les "mécanismes" qui entoure le eSportif.

En revanche pour l'histoire de l'étude avec une baisse des performance à partir de 25 ans, je ne peux le nier. Cependant, je pense surtout que c'est avant-tout une histoire de s'ouvrir d'autres horizons lorsque la personne souhaitera reprendre une activité de travail.

Le tremplin offert par Riot, par exemple, pour recruter des joueurs à analyser des matchs et autres... c'est une première ébauche pour se faire une expérience dans le "monde du travail", et pourquoi pas recruter ces personnes afin qu'elles apportent une plus-value significatifs pour l'entreprise (une réflexion un peu économiste, je l'admets :p ). Il existe d'excellents sportifs ayant dépassé l'age moyen de leurs catégories, ce n'est pas pour ça qu'ils sont bon à jeter ;) 

L'article est certes un peu court pour englober la totalité du sujet (en même temps, c'est le but d'un article que d'être brève) mais mérite d'être lu à quiconque souhaite s'informer sur le sujet :) 

pjlan
pjlan - 05/10/2014 08h49

Les echecs sont purement cérébral contrairement a LoL où ç'est plus une question de réflexes et de vivacité d'esprit. Bien sur la stratégie d'équipe occupe une certaine place mais LoL se situe entre un sport comme le foot (qui ne nécessite pas forcément de grosse réfléxions) et les échecs qui sont de la réfléxion pure. LoL ne nécessite pes une grande réfléxion intrinséque mais plutôt d'avoir la capacité de prendre des décisions rapidement. Les seuls jeux comparables en termes de stratégie aux échecs (et encore on en reste loin)  sont les jeux de stratégie tour par tour (ne comptez pas hearthstone cela va sans dire). Si je devais comparer des jeux vidéos a des sports : Les FPS seraient du foot, LoL du snooker et les échecs seraient HOMM (ça reste très approximatif)

Edit : 60k par mois ça reste beaucoup par rapport a des travails traditionnels les salaires devraient être plafonné et ce dans tous les domaines 10k max et le monde s'en porterai mieux

Jace
Jace - 05/10/2014 11h28
mais, à l’instar des échecs par exemple, c’est la réflexion qui prime avant tout.

Je suis assez d'accord avec pjlan pour dire que cette phrase est plutôt fausse.

J'ai souvent l'impression qu'on pense que la part de réflexion est importante car la corps ne bouge pas, mais ça revient à dire qu'il faut réfléchir pour jouer du violon...

C'est bien pour ça que j'ai du mal avec SC2 et l'appellation RT"S". 

JeanJean
JeanJean - 06/10/2014 10h48

Désolé si ça peut paraître un peu dur mais je trouve que l'article passe complètement à côté du sujet et manque cruellement de fond, et c'est fort dommage car le sujet lui est très intéressant.

Pour résumer les reproches que je lui fait :

- Le parallèle avec les échecs : l'e-sport c'est dur, faut réfléchir et agir vite. Que ce soit plus ou moins vrai relève de l'avis de chacun mais ça aurait pu être intéressant justement en prenant ce parallèle de voir un peu ce qui a été dit/réfléchi sur la question "Est-ce que les échecs sont un sport ?". On a la un débat similaire et autrement plus vieux, donc il doit surement y avoir des choses intéressantes dites/établies applicables aussi bien aux échecs qu'à l'e-sport.

- Une contradiction un peu étrange où l'on dit que certains joueurs sont gros mais qu'il y en a qui jouent tellement qui ne mangent plus et maigrissent. Est-ce que ça veut dire qu'un joueur "corpulent" joue moins et donc a moins de chance de gagner ? On a là un drôle d'argument, si quelqu'un lit tellement qu'il néglige totalement le fait de manger, est-ce que ça veut dire que la lecture a impact physique et s'approche donc d'un sport ?

- Un autre point intéressant soulever mais hélas une fois de plus fort mal exploité : le fait que la carrière d'un "e-sportif" soit très courte et s'arrête très tôt. Dans le sport les sportifs arrêtent leur carrière quand ils ne se sentent plus aptes à progresser pour des raisons physiques (pour les plus chanceux c'est la vieillesse, pour les autres des blessures trop répétées). Sauf que l'article dit juste au dessus qu'il n'y pas vraiment de besoin "physiques" pour l'e-sport, donc pourquoi ? Pourquoi les joueurs arrêtent si tôt leur carrière ? On nous dit "une étude scientifique a prouvé...", mettez nous un lien vers celle-ci, et commentez en les conditions d’exécutions, les conclusions, etc. Parce que là juste balancer "y'a des scientifique z'ont dit que c'était vrai !" ça fait un peu discours commercial crapuleux. Je passe sur le "liée aux réflexes et aux processus de décision" qui a tout l'air d'être une affirmation péremptoire et qui contredit plus haut le parallèle avec les échecs. Bref tout ça est un peu maladroit.

- Et le dernier point où l'on nous parle argent et qui lui est assez révélateur sur ce qu'est véritablement l'e-sport selon moi : un show que l'on essaye de faire passer pour un sport pour se faire plus de mamaille dessus parce qu'on s'est rendu compte que le sport ça brassait pas mal.

Donc voilà un article qui, en cherchant bien, soulève des questions intéressantes mais n'apporte pas beaucoup de réponse. En le lisant on a un peu l'impression que l'auteur aperçoit le bout d'un problème sur chaque partie mais finit systématiquement par l'esquiver en répondant à côté.

Et pour finir en pinaillant je dirais que c'est très maladroit, à la limite du décent, de dire que 60k e/mois n'est pas "astronomique" même si la proposition d'après modère les propos (c'est un problème de construction sur cette partie, arranger les phrases autrement aurait évité ça).

Cromm
Cromm - 07/10/2014 11h58

- Un autre point intéressant soulever mais hélas une fois de plus fort mal exploité : le fait que la carrière d'un "e-sportif" soit très courte et s'arrête très tôt. Dans le sport les sportifs arrêtent leur carrière quand ils ne se sentent plus aptes à progresser pour des raisons physiques (pour les plus chanceux c'est la vieillesse, pour les autres des blessures trop répétées). Sauf que l'article dit juste au dessus qu'il n'y pas vraiment de besoin "physiques" pour l'e-sport, donc pourquoi ? Pourquoi les joueurs arrêtent si tôt leur carrière ? On nous dit "une étude scientifique a prouvé...", mettez nous un lien vers celle-ci, et commentez en les conditions d’exécutions, les conclusions, etc. Parce que là juste balancer "y'a des scientifique z'ont dit que c'était vrai !" ça fait un peu discours commercial crapuleux. Je passe sur le "liée aux réflexes et aux processus de décision" qui a tout l'air d'être une affirmation péremptoire et qui contredit plus haut le parallèle avec les échecs. Bref tout ça est un peu maladroit.

J'ai pas de lien, (je passe pas mon temps à stocker des articles dans mes favoris, et j'ai la flemme d'aller les rechercher sur le web) mais vers 25 ans (déjà avant en fait), tes capacités de réflexions, et de décisions se ralentissent, ça se traduit par des mouvements plus lents et par un laps de temps plus long pour prendre une décision. Alors, certes, c'est pas flagrant, ça se joue à quelques millisecondes, mais à haut niveau, ça se ressent.

Maintenant, je ne sais pas si il a eu des études scientifiques pour prouver ce genre de choses, mais ça se constate et se vérifie assez régulièrement dans le domaine du jeux vidéos. 

Et aussi, passé la 20ène, les joueurs risquent de souffrir du syndrome du canal carpien. Et autres douleurs au poignet.

Sinon, de mon point de vue, l'eSport, c'est l' eSport, et donc par définition pure, ce n'est pas la même chose qu'un sport. Certes il y a de nombreux points communs, mais, ce n'est pas la même chose amha. Et en effet, je trouve ça triste que beaucoup de spectateurs s'intéressent plus au show qu'au contenu réel de l'eSport. Attention, ça veut pas dire que je n'apprécie pas une belle finale de Proleague Coréenne ou les shows de Blizzard ou encore de la DreamHack, mais je préfères clairement voir une belle partie qu'un feu d’artifice à la fin du match (Et je vais pas m'étendre sur certains streameur/streameuses, c'est un autre débat).

TheGrigou
TheGrigou - 07/10/2014 13h04

Maintenant, je ne sais pas si il a eu des études scientifiques pour prouver ce genre de choses, mais ça se constate et se vérifie assez régulièrement dans le domaine du jeux vidéos. 

Et comment constates-tu cela ? Au doigt mouillé ? Cela n'est pas très fiable. Sûrement y a-t-il plus de chance de trouver des études du côté de nos amis Coréens qui ont porté l'E-sport à un tout autre niveau et qui se sont donc sûrement penchés sur la question.

Je ne dis pas que les capacités d'un joueur ne baissent pas avec l'âge, le corps humain, pour tout individu, se dégrade en vieillissant.

Est-ce que cela empêche le joueur d'être compétitif à haut niveau est une autre question.

Je vais prendre un exemple d'un autre sport: Federer. Il ne gagne certes plus autant qu'à son âge d'or, toutefois, il poutre encore pas mal de monde et gagne toujours des tournois.

Puis, ne peut-on pas chercher du côté de l'évolution rapide et des changements de jeu (dû à l'industrie en permanent renouvellement) qui oblige les joueurs à recommencer de zéro, ce qui peut-être un frein dans la motivation des joueurs et pousser à une reconversion ?

Il  en tout cas faut garder en tête que le sport électronique est encore très jeune et que les normes sont amenées à bouger. Puis que le sujet est vaste (et donc intéressant !) .

Vaag
Vaag - 08/10/2014 12h34

En effet cet article pourrait tout au plus servir de mise en bouche à un problème bien plus complexe, la qualification de "sport" de cette activité provoque toujours de lourds débats.

A l'instar des échecs je préférerais comparer les JV à la F1.

Parce que dire "c'est pas du sport il reste le cul posé sur sa chaise et bouge sa souris" on l'a aussi fait pour la F1, "c'est pas du sport il reste le cul vissé sur son siège et bouge un volant".

Pourtant tous le monde conduit et tous le monde sait que négocier des virages à +200 bin ça demande un peu plus que de tourner un volant.

L'eSport, c'est plus ou moins la même chose, à la différence que comme peu de personnes jouent à un niveau que l'on pourrait au moins qualifier "d'intensif", de fait, peu de personnes savent que jouer à certains jeux de compétition c'est "un peu plus" que de bouger une souris.

Donc les remarques sur la qualification de "sport" sont liées non pas à un état de fait, mais à l'expérience de celui qui conteste ce qualificatif.

Fifix
Fifix - 08/10/2014 12h39

Et comment constates-tu cela ? Au doigt mouillé ? 

Simplement par le fait qu'il n'y a pas (ou peu) de pros de 30 ans dans les competitions les plus prisées?

Ca s'appelle un constat, tu regardes les données sous tes yeux et tu dis ce que tu vois.

Tu peux donner un exemple dans le tennis, c'est la preuve que c'est une minotité. Meme au golf il y a un tournois à part pour les "seniors" parce qu'ils n'ont pas les memes capacités que les plus jeunes. Pourtant ils ont l'experience qu'il faut pour continuer a "poutrer" et tu verras surement les plus beaux coups (controllés) chez eux, mais ils ne peuvent pas tenir une saison contre des plus jeunes.

Maintenant dans le sujet de l'eSport je pense que c'est marginal et que l'arret des progamers vient d'autre chose (etudes, travail regulier, autre...). D'ailleurs c'est probablement la meme chose pour le tennis ou le golf, quand tu as tout gagné, la rage de vaincre peut etre moindre et tu laisses ta place aux plus jeunes.

Vaag
Vaag - 08/10/2014 14h13

Oui puis surtout moi j'ai un peu peur pour l'avenir de ces jeunes joueurs .. Leur carrière se joue exactement au moment où ils sont supposés faire des études, apprendre un métier. Il vaut mieux avoir un plan de sortie avant de s'engager dans ce genre de plan.

leandra
leandra - 08/10/2014 15h55

Oui puis surtout moi j'ai un peu peur pour l'avenir de ces jeunes joueurs .. Leur carrière se joue exactement au moment où ils sont supposés faire des études, apprendre un métier. Il vaut mieux avoir un plan de sortie avant de s'engager dans ce genre de plan.

Je pense que c'est la majorité de l'explication plus que les performances physiques, et il faut comparer le comparable.

Le fait de pouvoir vivre du gaming est récent en occident en grande majorité, avant tu pouvais difficilement rester des années sur ton jeu tant sa durée de vie sur la scène e-sport fluctuait.

Va te maintenir à un énorme niveau avec un taff pour vivre et une famille.

En corée le rythme/conditions  d'entrainement d'un e sportif sont franchement dures à tenir je pense ce qui explique que passé quelques années t'a pas envie de continuellement t'investir autant.

Simplement par le fait qu'il n'y a pas (ou peu) de pros de 30 ans dans les competitions les plus prisées?

A part counter et encore on est plus sur 1.6 et brood war qui n'a jamais vraiment pris en dehors de la corée, tu veux sortir quoi comme gamer de plus de 30 ans actuellement ?

C’est plus compliqué que ça en à l'air de transitionner d'un jeu vers l'autre même quand t'es un cador dans ton genre.

Des mecs qui sont la depuis un paquet d'année t'en trouve forcément sur les jeux où t'a le plus de stabilité au fil des ans, le versus fighting est un bon exemple :

Daigo, justin wong, alex val, t'en à pas mal qui sont toujours sur le circuit.

Je pense que c'est franchement compliqué de rester motivé sur un jeu passé 25 ans parce que t'arrive à un tournant de ta vie, dans un coin de ta tête t'a toujours l'idée que le jeu va peut être mourir ou qu'il faut absolument toujours perfer et qu'il faut donc continuer le même entrainement pendant des années encore, c'est pas vraiment ça qui va assurer les 30 prochaines années même si tu met de coté.

La reconversion dans le milieu du jv est compliqué pour un e-sportif imo, t'a quoi quand tu te retire, coach ? le nombre de place est limité et on a toujours le soucis de la durée de vie d'un jeu.

Consultant, toujours le même soucis de durée de vie du jeu.

Je pense pas vraiment que la monde du gaming soit fermé aux "vieux" à cause des performances physiques, mais par contre je pense qu'il n'est pas adapté pour eux, c’est compliqué de mélanger gaming housse et vie de famille, alex ich est un bon exemple.

C'est plus facile de te lancer dans une aventure comme celle la à 18 piges qu'a 25 ou 30 ans, parce que tous le monde débute pas en lcs avec un salaire ça demande d'énormes sacrifices de percer dans le pro gaming.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.