d

25 nov. 2015 - Dorian Costanzo CS:GO

Red Dot Invitational : Dignitas, des changements payants ?

Red Dot Invitational : Dignitas, des changements payants ?

À l'occasion du Red Dot Invitational, O'Gaming vous propose de découvrir ou de redécouvrir les équipes qui feront le show cet hiver. Après Team SoloMid et Titan, place à la jeune équipe danoise représentant Dignitas.

 D i g n i t a s

(tenzki, MSL, k0nfig, RUBINO, Kjaerbye)

 

Une saison en demi-teinte

Si vous avez lu notre précédent article présentant l'équipe Team SoloMid, vous avez obtenu un petit aperçu de l'incroyable instabilité que connaissent les équipes danoises. On peut réellement parler d'un Big Bang danois durant l'automne 2014, lequel a vu exploser les trois meilleures formations nationales de l'époque.

Issues de ce remaniement, l'équipe qui deviendra l'incontestable numéro une sous les couleurs de Team SoloMid, bien sûr, mais également une autre formation, plus discrète mais qui va rapidement montrer de quel bois elle se chauffe. Composée de ceux qui semblaient être les meilleurs joueurs restants disponibles, cette formation transitera quelques jours chez Copenhagen Wolves avant d'accepter l'offre de Dignitas, l'organisation britannique cherchant à remplacer sa précédente équipe partie chez TSM.

Nous sommes fin janvier 2015 et Dignitas n'a donc pas traîné pour se relancer sur la scène CS:GO. Emmené par Henrik « FeTiSh » Christensen, cet effectif réunit trois joueurs déjà expérimentés et reconnus, Pimp, Nico et aizy. Le petit dernier est une jeune pousse répondant au nom de Markus « Kjaerbye »  Kjærbye. Bien équilibré et doté de fortes individualités, Dignitas peut prétendre s'imposer durablement dans le gratin européen.


FeTiSh, au centre des attentions et première victime

Mais leur première campagne internationale va s'avérer être un énorme échec. À l'occasion de la qualification offline à l'ESL One Katowice, premier Major de l'année, les danois vont s'effondrer contre les australiens de Vox Eminor, puis contre les brésiliens de KaBuM. Deux défaites pour le moins exotiques qui créent la stupeur dans la communauté. Dignitas ne sera pas au Major et les conséquences sur l'équipe ne se font pas attendre.

Le capitaine Henrik « FeTiSh » Christensen est remercié au profit d'un autre meneur dont la réputation n'est également plus à faire : Mathias « MSL » Lauridsen. Le changement s'avère payant. Quelques semaines plus tard, courant avril, Dignitas va réaliser son premier résultat d'envergure sur ses terres à Copenhague. Seulement battus par leurs compatriotes de TSM, les coéquipiers de Pimp vont terminer au pied du podium grâce à des victoires notables sur Gamers2 (version polonaise), FlipSid3 ou encore CPH Wolves.

L'apogée... En attendant peut-être mieux ?

Ce changement de meneur va permettre à Dignitas d'entrer dans le top 10 européen et d'y rester durant plusieurs mois. Si cette quatrième place à la Copenhagen Games était un signe avant coureur de sa future réussite, la victoire sur Natus Vincere suivie d'un match très accroché contre TSM en phase de poules de l'ESL Pro League Winter confirment tout le bien que l'on pensait de cette jeune formation.


Karrigan à gauche et MSL à droite. Deux hommes providentiels. 

C'est ensuite à la DreamHack Tours que les Dignitas vont retrouver le top 4 final en battant FlipSid3 et en inquiétant les Français d'EnVyUs aux portes de la grande finale. De bons résultats qui consolident le groupe et la stabilité semblent de rigueur au Royaume. Moment rare. Quelques jours après la DreamHack Summer, Dignitas est invité pour le troisième événement Gfinity de l'année. Une compétition dans laquelle les Danois vont devenir les bourreaux des Titan, les éliminant dès la phase de poules. Arrivés en demi-finale, ils vont même pousser l'affront envers la France encore plus loin en accrochant une carte face aux EnVyUs. Ces derniers réussiront néanmoins à s'imposer et remporter le titre.

Cette belle série s'étalant d'avril à début juillet va prendre fin durant la période estivale. Le déclin débute à l'Acer Predator League dont les finales se tiennent en Allemagne. Avec TSM éliminé au premier tour à la surprise générale, Dignitas semble l'équipe la mieux armée pour aller chercher son premier titre. Pourtant, l'équipe pliera bagages plus tôt que prévu et s'inclinera sur un nouveau top 4, cette fois beaucoup plus décevant.

Cette déception n'est rien comparée à l'énorme désillusion qui les attend quelques jours plus tard à Cologne, pour la qualification au prochain Major, l'ESL One Cologne. Dans un tournoi de très haut niveau, Dignitas s'en sort bien jusqu'à une défaite face à Kinguin qui l'oblige à affronter FlipSid3 dans un match décisif.


La "grande" équipe Dignitas (Nico, Pimp, MSL, aizy et Kjaerbye)

Les Danois écraseront leurs adversaires, qu'ils connaissent bien, pendant la première manche. Ils changeront de côté avec une avance très confortable à 12-03. À quatre petits rounds d'une place pour le Major, ils vont réaliser l'un des plus beaux crashs mentaux que l'on ait vu sur CS:GO. Incroyable mais vrai, Dignitas s'inclinera 16-19 après avoir eu jusqu'à neuf rounds d'avance. Rage, tristesse, tout y passe et il n'en fallait évidemment pas plus pour succomber à l'instabilité.

Et la valse des changements débuta

Première victime : Nicolaj « Nico » Jensen. Le sniper star a perdu de sa superbe et en paie les frais début septembre. Son remplaçant est une jolie surprise puisqu'il s'agit de l'ancien Fnatic et vainqueur de la DH Winter 2013, Andreas « schneider » Lindberg. Problème, il est suédois et, malgré son talent certain, la langue est une barrière très difficile à franchir. Tellement difficile que le suédois décidera de s'écarter de lui même, et ce malgré une qualification acquise à la DreamHack Cluj et une belle performance à la DreamHack Londres.

Un mouvement surprise lorsque l'on connaît les retombées financières qu'une participation à un Major peut entraîner. Son remplaçant de dernière minute est une autre jeune pousse de la scène danoise ayant fait son trou avec SK Gaming, Jesper « tenzki » Plougmann.

Un changement trop récent pour espérer quoi que ce soit au dernier Major en date. Dignitas ne remporte aucun match à Cluj et sort dès le premier tour, sans réelle surprise. Le vrai coup dur est intervenu il y a seulement quelques jours après un nouvel échec de l'autre côté de l'Atlantique et le départ du meilleur joueur de l'effectif, Philip « aizy » Aistrup pour Gamers2. Un affaiblissement considérable pour Dignitas qui a en a profité pour faire le ménage et écarter un autre membre historique en la personne de Jacob « Pimp » Winneche.


RUBINO

k0nfig

Leurs deux remplaçants ont été révélés dans la foulée. D'un côté, c'est l'ancien coéquipier de Tenzki chez SKGaming, Kristian « k0nfig » Wienecke qui tentera de finalement percer sous ces nouvelles couleurs. De l'autre, c'est un norvégien un peu tombé dans l'oubli qui revient sur le devant de la scène : Ruben « RUBINO » Villarroel.

La deuxième meilleure équipe danoise

Malgré des résultats en dents de scie et une série de changements de joueurs, Dignitas reste dans le coup et les quelques matchs en ligne auxquels l'équipe a participé avec sa nouvelle composition sont assez prometteurs. Son défi à court terme sera de faire oublier aizy dont l'équipe semblait trop dépendante ces derniers temps. Vous l'avez compris, le Red Dot Invitational arrive à point nommé et sera un beau challenge pour Dignitas. Une qualification pour l'Olympia serait une très bonne performance.

 Mathias « MSL » Lauridsen : c'est en quelque sorte l'homme qui est tombé à pic pour Dignitas. Remplaçant de FeTiSh en mars dernier, son arrivée dans l'équipe a permis à cette dernière de passer dans la dimension supérieure. Il peut désormais être considéré comme un leader incontournable en Europe.

 Markus « Kjaerbye »  Kjærbye : c'est finalement le seul joueur restant de la toute première version de l'équipe. Il n'a que 17 ans et fait partie des espoirs de la scène mondiale. Il manque encore de régularité mais sera certainement l'un des joueurs à suivre durant le Red Dot Invitational.

 Jesper « tenzki » Plougmann : il est présent dans le subtop danois depuis l'arrivée de CS:GO. Sans jamais faire de vagues, il a fait son trou passant de EYES ON U à SK Gaming. Malgré des prestations moyennes avec cette dernière équipe, notamment en 2015, il est aujourd'hui chez les numéros deux nationaux. Il existe forcément une raison à cette progression de carrière.

 Kristian « k0nfig » Wienecke : à peine majeur, c'est le grand espoir du Danemark. Révélé chez Reason Gaming courant 2015, il a été propulsé sur le devant de la scène sous les couleurs de SK. Avec ses prestations individuelles clairement au-dessus de la moyenne, le jeune surdoué a désormais l'opportunité de percer au grand jour. À suivre !

 Ruben « RUBINO » Villarroel : derrière les jkaem, les rain, la Norvège possède des joueurs de qualité. Si, sur le plan collectif, ce pays est loin de pouvoir concurrencer ses voisins scandinaves, elle regorge d'individualités intéressantes. RUBINO en fait partie et, après avoir galéré toute la saison, il a enfin l'occasion de montrer toute l'étendue de son talent si la langue ne le freine pas trop. Il écope également du rôle de sniper après le départ de Pimp. Un rôle qu'il occupera de manière systématique pour la première fois. 

Vu les récents changements opérés au sein de cette formation, il ne serait pas pertinent de lui attacher un palmarès qui ne lui appartient pas vraiment.

La billetterie pour les finales lan qui se dérouleront à l'Olympia, le 12 janvier 2016 de 12h à 23h, est ouverte. Vous pouvez d'ores et déjà acheter vos places alors n'hésitez plus une seule seconde et rendez-vous sur la page dédiée.  

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.