d

19 nov. 2015 - Dorian Costanzo CS:GO

Red Dot Invitational : Titan, en quête de rédemption

Red Dot Invitational : Titan, en quête de rédemption

A l'occasion du Red Dot Invitational, Ogaming vous propose de découvrir ou de re-découvrir les équipes qui feront le show cet hiver. Après Team SoloMid, nous allons nous intéresser aux Franco-Belges de chez Titan qui espèrent rebondir devant leur public.

 T i t a n 

(ScreaM, Ex6TenZ, shox, SmithZz, RpK)

Des champions déchus

Pour comprendre l'étrange histoire de Titan, il faut revenir de longs mois en arrière, avant même que cette organisation d'origine singapourienne n'arrive sur le dernier FPS de Valve. Fin 2013, Kévin « Ex6TenZ » Droolans, légende de CS:Source et meneur emblématique de l'équipe VeryGames, est au sommet de son art. A l'époque déjà, il est accompagné de Richard « shox » Papillon, alors considéré comme le meilleur joueur de la planète, Edouard « SmithZz » Dubourdeaux et Adil « ScreaM »Benrlitom. Trois joueurs que le capitaine belge parviendra à réunir une nouvelle fois un jour de septembre 2015.

Fin 2013 donc, VeryGames domine le monde grâce notamment à de premiers succès internationaux d'envergure. Un doublé EMS One Summer / EMS One Fall sublimé par un titre en Starladder StarSeries VII permet à cette équipe de détrôner provisoirement les incontournables Suédois de Ninjas in Pyjamas. Mais alors qu'ils semblent avoir enfin pris l'ascendant psychologique sur leurs rivaux scandinaves, les Franco-Belges ne retrouveront plus jamais un tel niveau suite à une demi-finale perdue à la DreamHack Winter 2013, premier Major de l'histoire.


Ex6TenZ, ScreaM, SmithZz, NBK et shox, première génération chez Titan

Avec la fermeture du pôle eSport de VeryGames, les coéquipiers d'Ex6TenZ sont séduits par l'offre d'une écurie inconnue du paysage Counter-Strike. Cette dernière répond au nom de Titan et doit son peu de notoriété à son effectif Dota 2 d'origine malaisienne ayant terminé troisième à The International 2013. Les joueurs passent désormais à plein temps et vont même profiter d'un concept naissant sur le genre FPS : la gaminghouse.

Un projet de gaminghouse basée à Bruxelles prend forme début 2014. A l'époque, le concept est accueilli favorablement par la communauté qui voit dans cet outil, une nouvelle arme dans l'arsenal des Franco-Belges. Pourtant, le projet montre rapidement ses limites et les joueurs ne tardent pas à douter publiquement de la méthode d'entraînement récemment mise au point.

Alors quand Titan, l'un des grands favoris au titre durant les EMS One Katowice 2014, ne passe pas la phase de groupes après une défaite bouleversante contre HellRaisers, c'est Richard « shox » Papillon, l'homme fort de l'équipe, qui décide de quitter le navire, mettant largement en cause cette fameuse gaminghouse.

La descente aux enfers

Le départ de shox est un coup dur mais laisse la place libre à un autre mastodonte de la scène française, Kenny « kennyS » Schrub. Certainement l'un des meilleurs snipers du globe, il permettra à Titan de ne pas sombrer lors des prochains événements. En accrochant des podiums prometteurs en Starladder ou à la Gfinity 3, Ex6TenZ et ses acolytes semblent tout à fait capable d'aller chercher une place dans l'arbre final du troisième Major, l'ESL One Cologne 2014 se déroulant en marge de la gamescom.


kennyS en 2014

Dans une poule compliquée mais abordable, les Franco-Belges vont une nouvelle fois décevoir, courbant l'échine par deux fois. C'est surtout cette violente défaite 01-16 contre Dignitas dans le match décisif qui marquera les mémoires. Encore une fois, Titan ne passe pas les poules et encore une fois, cet échec mène à des conflits internes.

Ceux-ci vont chambouler l'ensemble de l'hexagone. Nos amis britanniques surnommeront justement cette période post-ESL One le « French Shuffle ». Les trois meilleures équipes de France sont en effet concernées. Tout part de la volonté d'écarter ScreaM et SmithZz de l'équipe Titan. En désaccord avec cette décision, Nathan « NBK » Schmitt, alors cinquième chez Titan et fidèle coéquipier d'Ex6TenZ depuis quatre ans, quitte l'équipe en compagnie d'Edouard « SmithZz » Dubourdeaux afin de former son propre clan. Il récupèrera shox et kioShima d'Epsilon ainsi que Happy, précédemment capitaine de Team-LDLC.

Côté Titan, on fait appel à Hovik « KQLY »Tovmassian, Mathieu « Maniac » Quiquerez et Dan « apEX » Madesclaire, frais demi-finalistes du dernier Major en date sous les couleurs de Team-LDLC.


KQLY enlacé une dernière fois par apEX à l'ESWC 2014

Quand tout semble enfin rentrer dans l'ordre après ce véritable séisme et que les premiers bons résultats commencent à tomber, patatras, tout s'écroule en une fraction de seconde. À la veille de la DreamHack Winter 2014, encore une fois sélectionné par Valve comme Major, Hovik « KQLY »Tovmassian reçoit un bannissement par le Valve Anti-Cheat (VAC). Tout cela en plein entraînement dans la gaminghouse bruxelloise, au milieu de ses camarades.

Rappelons qu'un bannissement par VAC vous interdit de compétitions officielles de manière définitive. On vous laisse imaginer l'ambiance dans la maison ce jour-là. En plus de raccrocher la souris plus tôt que prévu, KQLY entraîne l'équipe entière avec lui dans les abysses. Titan est effectivement disqualifié de la DreamHack Winter, sans possibilité d'appel d'une décision de Valve, ce qui fera débat étant donné le manque d'éléments concrets publiés par la firme de Seattle.


RpK le revenant

Puisqu'il faut tout de même essayer de rebondir en cette fin d'année 2014 cauchemardesque, Titan ravit les plus nostalgiques d'entre nous en offrant la place laissée vacante par KQLY à un revenant. Un véritable monstre de skill du nom de Cédric « RpK » Guipouy ayant préalablement pris sa retraite fin 2012 après une immense carrière sur CS:Source.

Une prise de risque pour une telle équipe qui demande à juste titre la patience de la communauté. Revenir au top de sa forme après deux ans de pause sur un jeu ayant tant évolué n'est pas chose aisée. Bien que la légende de Source progresse très rapidement, il ne peut éviter un nouveau désastre à Katowice et une élimination prématurée causée par les modestes Allemands de chez PENTA.

Bien que Titan parvienne à se confirmer comme une équipe incontournable du top 10 mondial grâce à de bons classements en compétitions Tier 1 (3e ESEA XVIII Invite, 4e Gfinity Spring Masters voire même 2e ESL Pro League Winter), son irrégularité lui fait défaut. Le constat est clair : Titan ne fait pas peur.

Un retour à la source hanté par des vieux démons

L'ESWC 2015 se déroulant exceptionnellement à Montréal reste gravé comme un tournant pour la scène française. Quasiment un an jour pour jour après le premier « French Shuffle », Titan et EnVyUs entrent dans une période de négociations. Les deux équipes ont déçu à des échelles différentes au Canada et cherchent à se relancer. On assiste ici à l'un des transferts les plus chers de l'histoire de Counter-Strike bien que les modalités n'aient pas encore été dévoilées.

Le binôme presque fraternel apEX - kennyS remplace un autre duo encore plus inséparable shox - SmithZz et inversement. Ces deux derniers effectuent donc leur grand retour chez Titan. Tout le monde se demande alors qui est le grand gagnant de cette transaction. La réponse est évidente quelques semaines plus tard  à l'ESL One Cologne. Quand EnVyUs atteint la grande finale, on excuse une nouvelle élimination de Titan dès les poules. Le bénéfice d'être une jeune équipe.


shox de retour au bercail

Une nouvelle contre-performance en Major qui commence à peser lourd. Cette fois, c'est Mathieu « Maniac » Quiquerez qui est remercié et laisse ainsi sa place à un autre revenant : Adil « ScreaM » Benrlitom. Le retour du joueur belge dans cet effectif duquel il avait été écarté un an auparavant. Sur le papier, Titan n'a pas paru aussi fort depuis des mois.

Pourtant si l'équipe montre de belles choses en ligne, les bons résultats en lan se font attendre. En septembre, les Franco-Belges échouent aux portes des demi-finales de l'ESL Pro League Invitational à Dubaï avant de se rassurer quelque peu en Slovénie avec une troisième place à la Gaming Paradise. Un résultat qu'il faut relativiser étant donné des conditions de jeu totalement catastrophiques.

Mais c'est encore une fois lors d'un Major, en l’occurrence la DreamHack Cluj qui s'est déroulée fin octobre, que l'équipe entière est renvoyée dans ses cordes... dans ses doutes.

L'équipe est en forme et beaucoup la voient supérieure à Ninjas in Pyjamas par exemple. Mais malgré une victoire au premier tour face aux Suédois, les Titan n'arrivent pas à confirmer face à ces mêmes adversaires dans le match couperet. Après s'être inclinés sur le plus petit des écarts sur la première carte, ils s'effondrent 01-16 sur la deuxième.


ScreaM et SmithZz

Si vous avez bien suivi, vous avez donc effectué le constat suivant : Titan n'a jamais passé une phase de poules dans les cinq Majors auxquels l'équipe a participé. Il est nécessaire de rappeler que les Majors sont les principaux tournois du calendrier CS:GO, suivis par des millions de personnes et rapportant des dizaines de milliers de dollars à ses meilleures équipes via le prizepool mais également le système de stickers.

Une équipe ne peut aujourd'hui prétendre marquer l'histoire du jeu sans performer en Major. Aujourd'hui, le fait est qu'il existe une réelle malédiction « Titan » qui dure depuis maintenant près de deux ans. Cette équipe si puissante et crainte de tous en 2013 fait face à une barrière psychologique qui paraît de plus en plus infranchissable.

Sur le papier, la formation est alléchante

En attendant un exorciste capable d'éloigner ses vieux démons, Titan possède une composition des plus équilibrées avec de fortes individualités. Si EnVyUs est clairement un ton au dessus, Titan est son incontestable dauphin. Sur le plan international, les hommes d'Ex6TenZ sont paisiblement installés dans l'antichambre du club des six (Natus Vincere, Virtus.pro, Team SoloMid, EnVyUs, Fnatic, Ninjas in Pyjamas).

Il est difficile de les voir intégrer ce club restreint dans un avenir proche. Cependant, s'imposer durablement comme une équipe du top 7/8 mondial est l'objectif le plus crédible à ce jour. Cela passe bien sûr par une qualification pour les quarts de finale du prochain Major. En cas de qualification pour les demi-finales du Red Dot Invitational, jouer devant son public pourrait lancer l'équipe dans cette nouvelle année 2016. L'échéance parisienne est donc importante.


ScreaM, shox, Ex6TenZ, SmithZz, RpK

-  Kévin « Ex6TenZ » Droolans : légende de CS:Source, il est considéré comme le meilleur meneur de l'histoire de cette ancienne version. Sur Global Offensive et la professionnalisation qui en a découlé, le niveau de la scène s'est élevé et resserré. Si individuellement, il est un ton en dessous de ses coéquipiers, Ex6TenZ n'en reste pas moins une bible du jeu. Étant le seul dénominateur commun à tous les échecs de Titan en Major, il est désormais dans le collimateur de la communauté.

-  Richard « shox » Papillon : il est encore et toujours le meilleur joueur de cette équipe. shox fait partie de ces rares personnes qui ont un énorme impact lorsqu'elles arrivent au sein d'un collectif. De part son skill et sa vision de jeu, il peut jouer plusieurs rôles, de lurker à co-meneur, jusqu'à meneur général. À la suite de la DH Cluj, Ex6TenZ lui a d'ailleurs confié les rênes de l'équipe. Sa première sortie en tant que capitaine lors des finales CEVO s'est soldée par un top ¾ prometteur. Il est néanmoins incertain qu'il gardera ce poste dans les prochaines semaines.

-  Cédric « RpK » Guipouy : meilleur joueur de l'histoire de CS:Source, « La machine » comme beaucoup aiment le surnommer, a su se mettre au niveau en seulement un an. Il reste néanmoins assez irrégulier d'un point de vue individuel, capable de sortir des prestations monstrueuses comme de plus moyennes. Le voir encore actif dans cette équipe aujourd'hui prouve bien le fait qu'il a désormais son importance.

-  Edouard « SmithZz » Dubourdeaux : lui aussi est une véritable légende de CS:Source, nommé plusieurs fois dans la catégorie du meilleur sniper sur cette version précédente. Sur CS:GO, il a su capitaliser sur son second ajout : l'intelligence de jeu. Si son niveau au sniper n'est plus aussi létal, il a un énorme impact sur la gestion stratégique d'une équipe. Un rôle de l'ombre qui lui colle à merveille mais qui lui vaut énormément de critiques. Ex6TenZ l'a dit lui-même, SmithZz est l'un des coéquipiers avec lequel il préfère le plus jouer. Et ce n'étaient pas des paroles en l'air.

-  Adil « ScreaM » Benrlitom : le plus jeune de l'équipe et certainement le plus aimé des fans. Il faut dire que son style de jeu unique est spectaculaire au possible. Quand certains assurent leurs frags avec des rafales plus ou moins fournies, ScreaM, lui, tire balle par balle. Vous avez simplement à taper son pseudo sur youtube pour prendre conscience du phénomène. Un style de jeu qui peut d'un autre côté s'avérer inefficace lorsque la confiance n'est pas au rendez-vous.  

Un jeune palmarès en attente de trophées

Nous retenons dans ce palmarès uniquement les performances réalisées depuis les arrivées de shox et SmithZz durant l'été 2015. Bien sûr le palmarès global de Titan est bien plus conséquent mais ne serait pas vraiment pertinent ici. 

13/16ème ESL One Cologne 2015
5/6ème ESL Pro League Invit. Dubaï
3ème Gaming Paradise

9/12ème DreamHack Cluj
3/4ème
CEVO Pro Saison 8

44 500 $ de gains en prizepool depuis août 2015

Photos : ESWC, DreamHack, ESL

1 commentaire

tchoupiNATOR
tchoupiNATOR - 21/11/2015 16h45

N'hésitez pas à poster des messages d'encouragement à dorian le musclor pour montrer que vous avez lu l'article

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.