d

02 juil. 2019 - Flemm' League of Legends

Rift Rivals Asia : ce qu'il faut savoir

Rift Rivals Asia : ce qu'il faut savoir

Les Rift Rivals EU / NA se sont donc terminés - sans grande surprise - sur une victoire sans appel du Vieux Continent. Désormais, tous les regards se dirigent vers la Corée, où se tient l'édition asiatique, qui verra les meilleures équipes de Chine, de Corée, de Taïwan et du Vietnam se livrer bataille pour le trône d'Orient. Pour les curieux qui souhaitent en savoir un peu plus, la rédac' O'Gaming vous a concocté une petite présentation de l'événement.

Le format

À l'instar de leur version occidentale, les Rift Rivals d'Asie n'ont pas changé de format, mais pour ceux du fond qui n'ont pas suivi ou ont oublié, une petite piqûre de rappel ne fait jamais de mal.

Donc, comme l'année dernière, trois régions vont s'opposer : la Corée, la Chine et, pour l'occasion, une alliance entre la LMS taïwanaise et la VCS vietnamienne, qui seront comptabilisées comme une seule région. Chaque région envoie ses quatre meilleures équipes du dernier Spring Split (pour l'alliance LMS / VCS, chaque région envoie son top 2), équipes qui reçoivent un seed en fonction de leurs résultats domestiques.

 

Les douze participants de ces Rift Rivals Asia. Source : lol.gamepedia

 

Dans un premier temps, une phase de poules a lieu où les équipes vont jouer contre les autres équipes partageant le même seed. Tout le monde jouera donc deux matchs et à l'issue de cette phase, la région qui aura obtenu les meilleurs résultats au global se qualifiera directement en grande finale. Quant aux deux autres, elles devront s'affronter dans une demi-finale pour savoir qui sera le second finaliste.

Puisqu'on parle des demi-finale et finale, elles se jouent dans le même format que la finale des Rift Rivals EU / NA, à savoir un BO5 joué en relai : à chaque game, les régions envoient un participant à l'aveugle (sans savoir quelle équipe a été envoyée par l'adversaire), sachant qu'aucune équipe ne peut jouer deux fois, sauf si le match va au bout des cinq manches.

 

Les forces en présence

On ne va pas se mentir, ces Rift Rivals sont surtout une confrontation entre la Corée et la Chine. Bien que l'alliance LMS / VCS permet indubitablement d'avoir un meilleur compétiteur que la LMS seule et que des surprises sont toujours possibles en phase de groupe, cela semble pratiquement impossible de voir autre chose qu'une finale Corée contre Chine. Dashing Buffalo est toujours une menace à prendre en compte, mais les Flash Wolves sont en grande difficulté à domicile (derniers de LMS à 1-5) et MAD comme EVOS n'ont probablement pas le niveau pour contester les meilleures écuries chinoises et coréennes.

Mais même si on regarde uniquement du côté des deux superpuissances asiatiques, on est en droit de s'interroger sur la force de certains participants, notamment les deux fers de lance théoriques que sont Invictus Gaming et SKT. En effet, les premiers soufflent le chaud et le froid, souffrant de l'indisponibilité de Rookie, rentré en Corée quelques semaines pour prendre soin d'un membre de sa famille. Le midlaner star sera de retour pour les Rift Rivals, mais des questions subsistent quant à son niveau tout comme celui de son équipe. La situation de SKT est encore pire : un début de saison d'été catastrophique, des rotations d'effectif qui rappellent la débâcle de l'année dernière, une synergie disparue... Les champions coréens tentent petit à petit de recoller les morceaux et se sont rassurés la semaine dernière avec deux victoires, mais là aussi, nul ne peut prédire si SKT sera à son plein potentiel pour cette compétition.

 

Pour SKT, les Rift Rivals seront peut-être l'occasion de relancer la machine.

Crédits : Riot Games

 

Malgré tout, on devrait voir des confrontations intéressantes. Certes, Griffin devrait être favori face à des JDG qui reviennent tout de même bien en forme après une entrée en matière compliquée, mais se sont surtout les matchs FPX / KZ et TES / DWG qui sont très, très prometteurs. FPX, emmenée par l'emblématique Doinb, s'avance comme la meilleure équipe chinoise en ce moment, mais aussi comme la plus agressive. Cela pourrait donner du fil à retordre à des Kingzone qui vont devoir mettre toute leur intelligence de jeu au service d'un plan de jeu bien ficelé s'ils ne veulent pas voir la faille sombrer dans le chaos si cher au phénix chinois. Quant à TES / DWG, on devrait avoir du spectacle sur les solo lanes. ShowMaker, Nuguri, Knight et 369 sont tous les quatre de jeunes joueurs aux mécaniques indécentes, cherchant toujours l'outplay. Ajoutez à cela les deux junglers agressifs - pour le meilleur et pour le pire - que sont Canyon et Xx et vous obtenez un cocktail des plus explosifs. Ça va saigner !

 

L'avènement d'une nouvelle génération

C'est probablement l'élément le plus important de ces Rift Rivals Asia : Knight, Chovy, Viper, 369, Tian, Nuguri et ainsi de suite... Une bonne partie des joueurs que vous verrez cette semaine ont moins de 20 ans et joueront une compétition internationale pour la première fois de leur vie. Pas de PraY, de Kuro, de Cuvee, de Clearlove ; tous ces vétérans sont doucement, mais sûrement, en train de faire place à une toute nouvelle lignée de joueurs de grand talent, dont on entendra très certainement les noms sur les plus grandes scènes du monde entier dans les années à venir. Et quand on reviendra en arrière pour savoir où tout a commencé, c'est ce tournoi que l'on regardera.

 

Viper, 18 ans, est l'un des symboles de la nouvelle génération coréenne.

Crédits : Riot Games

 

Jeunes gens, montrez au monde ce dont vous êtes capables, il est temps pour vous d'éclore et de faire entrer l'e-sport de League of Legends dans un nouvel âge. Le vôtre.

 

La compétition démarre dès jeudi matin, à 9h pétantes. Il y aura des parties de qualité, alors ne passez pas à coté !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.