d

09 juil. 2018 - Camthug League of Legends

Rift Rivals : EU > NA

Rift Rivals : EU > NA

Ce weekend avait lieu la deuxième édition des Rift Rivals à Los Angeles, opposant les LCS NA aux LCS EU. L'occasion pour les meilleures équipes occidentales de prouver leur valeur, mais aussi de passer un bon moment ! Voici le résumé de la plus légère des compétitions internationales.

G2 comme à son habitude

Invaincus cet été en Europe et tombeurs de Fnatic la semaine dernière, les G2 faisaient office d'épouvantail avant le début de ces Rift Rivals. Comme prévu, les quadruples champions d'Europe ont roulé sur la phase de groupe en remportant leurs trois matches, avec une composition funnel, mais aussi avec des stratégies plus standards. Face à Brandini, Huni et Impact, Wunder a montré qu'il était le patron de la toplane et n'a pas manqué de le rappeler sur Twitter.

Mais comme à chaque compétition internationale (à l'exception du MSI 2017), il fallait que G2 connaisse un accroc. Cette fois, c'est face à Echo Fox que Perkz et ses coéquipiers ont trébuché, avec une mauvaise draft et une exécution bien terne. Après avoir fait les malins sur les réseaux sociaux, on ne les félicite pas.

Hjarnan - Wadid, Best in the West

Quand Zven et Mithy évoluaient chez G2 Esports, leur duo était considéré comme le meilleur en Occident, et les deux joueurs avaient hérité du surnom « Best in the West ». Ce weekend, un tournoi des botlanes était organisé en marge de la compétition principale pour décerner officiellement ce titre, et ce sont Hjarnan et Wadid qui l'ont emporté.
 

Hjarnan et Wadid arborent fièrement leur ceinture, de quoi reprendre confiance après les désillusions de ce printemps.
Crédits : Riot Games

 

Fnatic en patron, mais sans Rekkles

Hormis une défaite contre Team Liquid (avec une draft full AP plus que discutable), les champions d'Europe se sont baladés pendant ces Rift Rivals.  Face à des joueurs talentueux comme Caps (qui termine la finale avec un KDA de 28), Broxah ou Hylissang, et expérimentés comme sOAZ, difficile pour les adversaires de tenir le rythme. Difficile aussi de trouver des repères sans connaître le positionnement de Bwipo et sOAZ avant la rencontre. Finalement, les Oranges ont apporté le point de la victoire à l'Europe et conforté leur place dans le coeur des supporters.

Seule zone d'ombre pour les champions d'Europe : avec l'absence de Rekkles et l'abandon des compositions funnel, l'équipe semble pâtir du manque de tireur face à des équipes bien organisées. Il faudra donc suivre l'évolution de l'effectif dans les prochaines semaines pour y voir plus clair.

Splyce sauve les meubles

Après une phase de groupe catastrophique et trois défaites, Splyce semblait bien partie pour rentrer bredouille. Mais à l'image de leur parcours ce printemps, Odoamne et ses coéquipiers se sont réveillés au moment important (face à Team Liquid en finale) pour remettre l'Europe sur les bons rails. La route vers les championnats du monde est encore longue pour les Snakes, mais cette victoire devrait les remettre en confiance.
 

Caps, Nisqy et Perkz ont fait régner l'ordre sur la midlane durant ces Rift Rivals. EU mids, man !
Crédits : Riot Games

 

Echo Fox en dents de scie

Balayés par Fnatic et G2 en phase de groupe, Huni et ses coéquipiers ont pris leur revanche en finale et fait tomber G2 pour la première fois de la compétition. Et si l'équipe a montré de réelles faiblesses tactiques, Dardoch s'est lui démarqué avec de très belles performances. Après la compétition, beaucoup de joueurs l'ont félicité, trouvant même dommage qu'il « gâche » son talent en LCS NA.

Team Liquid tombe de haut

Après une victoire contre Fnatic dès l'entame du jour 2, Doublelift et ses coéquipiers se sont autorisé quelques provocations sur les réseaux sociaux. Dans l'idée, Splyce serait une équipe de faire-valoir, que Team Liquid souhaiterait éviter en finale. Finalement, les deux équipes se sont bien rencontrées et il a suffi de vingt-sept minutes à Nisqy et ses coéquipiers pour battre les champions d'Amérique du Nord. Une désillusion de plus pour Doublelift, qui semble les collectionner.

À oublier pour les Thieves

Pour ces Rift Rivals, Prolly voulait donner à Levi l'occasion de faire ses preuves sur la scène internationale. Seulement, avec la règle des deux imports par équipe, l'entrée en jeu de Levi imposait le remplacement de Ssumday (impressionnant depuis le début du segment d'été) par Brandini. Et avec un KDA de 1,25 sur l'ensemble de la compétition, le toplaner américain des Thieves est loin d'avoir donné satisfaction, à l'image de son équipe, qui n'a remporté qu'une partie.

Et finalement... EU > NA

En 2017, l'Amérique du Nord avait profité de sa victoire lors des Rifts Rivals pour entretenir le doute sur le rapport de force entre nos deux régions (et ce malgré un échec cuisant lors du MSI 2017).

Cette année, l'Europe a une nouvelle fois dominé l'Amérique du Nord lors du MSI, mais aussi lors des Rift Rivals. Les supporters nord-américains devraient donc se faire discrets jusqu'en octobre, où ils auront une nouvelle chance avec les championnats du monde. On en rigole d'avance...

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.