d

21 août 2014 - Shadrood Divers

Sacred 3 : Du sacre à la déception

Sacred 3 : Du sacre à la déception

Il n'y a pas d'autres mots, Sacred 3 est une grosse déception. L'absence d'originalité, les graphismes fades, l'humour forcé omniprésent et le gameplay à la limite de l’insupportable y contribuent pour beaucoup.

Sacred 3 disposait de tous les éléments pour être un bon titre. Tout d'abord, la licence en elle-même a conquis de nombreux fans grâce à son univers particulier où fantastique rime avec féerique et magique (oui, je suis poète à mi-temps). Le style de jeu « hack'n'slash » étant très en vogue ces dernières années, Sacred 3 avait donc toutes ses chances pour se faire une place au soleil. Malgré tout cela, c'est un échec. Sacred 3 est sans conteste l'un des pires jeux que j'ai testé cette année.

D'Hollywood tu ne t'inspireras pas.

Résumons en quelques mots : un scénario évident, sans aucune surprise, et dont le déroulement manque de fluidité. Je vous la fait courte, un vilain fait quelque chose de méchant qui risque de détruire le monde d'Ancaria. Et il ne plaisante pas !


Quatre héros (cinq si vous avez le DLC) sont disponibles

Voici donc venu le moment pour vous d'incarner l'un des héros disponibles pour partir à la chasse au méchant. Et là encore, c'est une grosse déception ! Les caractéristiques les plus héroïques dont disposent ces avatars sont un charisme égal à celui d'une huître et un relief digne d'une feuille A4. Bref, peu importe lequel des héros vous choisirez, leur gameplay reste le même, que vous incarniez un archer, un paladin ou encore un guerrier.

Restons dans l'originalité donc, puisque durant votre aventure vous allez tuer des monstres et des boss aidé par des PNJ qui vous donneront des indices ou des indications pour vous guider dans cette chasse infernale. Bon, de ce côté-là, soyons clairs, c'est le principe d'un hack'n'slash, donc pas de quoi sauter au plafond ou se révolter. Mais pourquoi tuer toutes ces vilaines bébêtes ? Eh bien, les tuer vous rapportera des niveaux ainsi que de l'or qui vous permettra d'améliorer plusieurs capacités. Le problème, c'est que l'on ne peut en choisir que deux par zone ! Vous débloquerez aussi au fil de vos pérégrinations des âmes pour enchanter vos armes.


Chaque âme vous apportera différents bonus et malus.

Une chose qu'il est bon de préciser selon moi, votre apparence changera au fur et à mesure des niveaux.

Ta liberté tu oublieras

En parlant de niveaux justement, vous les enchaînerez tout en traversant une carte. Vous en rencontrerez différents types : ceux symbolisés par un bâtiment sont obligatoires, d'autres sont facultatifs et vous aideront à amasser or et butins, et il y a encore ceux qui sont seulement disponibles via DLC.


Avec une carte comme ça, on ne risque pas de se perdre.

Mais ce qu'il faut en retenir, c'est que vous allez vite éprouver une sensation d'ennui tant les niveaux sont linéaires et plats. Vous apparaissez dans le niveau, on vous indique où aller, et basta... De quoi regretter Sacred 2 et son open world. Vous aurez l'impression d'être dans un tutoriel pour les débutants en hack'n'slash tant le jeu vous explique quoi faire à chaque instant.

Parlons des combats qui s'avèrent être bourrins, sans défi et très répétitifs. Que ce soit une vague de monstres lambda ou les boss censés marquer la fin d'une partie de l'aventure, il vous suffira de répéter encore et toujours le même procédé pour en venir à bout.

Un boss prépare une attaque à effet de zone ? Planquez-vous derrière le décor et allez lui mettre une avoine entre deux attaques, sinon jouez sur l'esquive et attaquez sur ses temps morts... Autant vous dire que là encore, on n'est pas face au défi tant espéré. 

Quant aux monstres basiques, ils viendront d'eux-mêmes s'empaler sur vous sans même chercher à opposer de réelle résistance. En résumé, l'IA est complètement stupide. Je vous parlais plus haut d'un tutoriel constant et insupportable tout au long du jeu, eh bien, il est représenté par « Aria » qui parle en permanence pour vous raconter sa vie et vous indiquer quoi faire. Même si un débutant du style pourra trouver cela pratique dans un premier temps, autant vous dire qu'un vétéran craquera très vite ! Concrètement, elle vous montrera la voie, et tant que vous n'aurez pas obéi à ses désirs, elle vous répètera inlassablement ses instructions, le tout en essayant vainement de placer une once d'humour, ce qui deviendra très vite exaspérant. C’est malheureusement un trait que l'on retrouvera aussi chez certains « boss » qui passent leur temps à parler et à faire des vannes alors que vous n'avez envie que de les achever pour continuer. Même la narration se permet un humour mal dosé, très lourd et agaçant. Après m'être forcé au début, j'ai dû désactiver les voix au bout de trois heures de jeu sous peine de faire du mal à mon PC.

Avec ton clavier... euh, manette tu joueras

Petite précision : j'ai effectué le test sur la version PC, et le gameplay est vraiment très laborieux. Vous jouez en vue ¾ haut comme dans tout hack'n'slash, jusque là pas de souci, seulement vous allez vous déplacer avec les bons vieux « Z, Q, S, D », lancer vos deux uniques sort avec « 1 » et « 2 », attaquer avec le clic gauche, utiliser votre « brise défense » avec le clic droit, et bien sûr orienter le tout avec la souris.

Vous suivez ? Très bien, je continue. Viendront s'ajouter à cela quelques actions ponctuelles comme une « exécution » avec « F », la possibilité d'envoyer valdinguer un monstre sur un autre avec «  E » ou l'esquive sur la touche « espace ». Le joueur de clavier que je suis a très vite compris que le portage s'était effectué de la version console vers PC, et non l'inverse, tant cette configuration des touches devient insupportable à jouer au bout de quelques minutes. Qu'il en soit ainsi, j'ai poursuivi le test avec une manette mais le résultat n'est guère concluant. Entre crises de nerf et massacres, j'en suis venu à la conclusion suivante : il faut spammer sa touche attaque et ses sorts jusqu'à ne plus avoir de mana et d'ennemis devant soi.

Et comme je vous aime bien, voici une petite vidéo gameplay rien que pour vous !

Du multijoueur tu feras...

... ou pas. Concrètement, le mode multi n'apporte rien de plus, si ce n’est qu'au lieu d'avoir une seule personne qui spammera ses touches comme un épileptique en crise, vous pourrez le faire jusqu’à quatre joueurs en simultané. Le multijoueur vous propose en effet de recommencer la campagne à plusieurs, un peu comme un « new game + » mais sans le plus...


Un multijoueur jusqu'à quatre joueurs pour toujours plus de carnage.

Sur du OldGen tu tourneras

Coté graphisme, c'est du OldGen. Les textures, sans être époustouflantes, n'en sont pas moins agréables à l’œil. Toutefois, même si les environnements sont diversifiés, on pourrait leur imputer un certain manque de saveur. Cela permettra toutefois aux personnes ne disposant pas d'une machine de guerre de pouvoir se défouler un peu en Ancaria. Les cinématiques sont constituées de dessins, par ailleurs très bien faits, avec des dialogues bien doublés.


Les cinématiques offrent de belles transitions grâce a un joli coup de crayon.

Conclusion

Sacred 3 avait tout pour s'imposer sur le marché du hack'n'slash, mais force est de constater que Diablo, Path of Exile ou même des titres à la Van Helsing ont encore de beaux jours devant eux. Le jeu est plat sur tous les aspects. Les personnages sont creux, sans charisme et peu importe celui que vous choisirez, de toute façon le gameplay reste la même torture. Que vous jouiez sur PS3, Xbox 360 ou PC, préparez-vous à des crises de nerf en chaîne. L'humour est omniprésent, mais mal dosé, répétitif, agaçant. Les combats sont fades, et même s'ils dégagent un certain sentiment de puissance, surtout à plusieurs, cela reste du massacre de monstre très basique. Les cinématiques relèvent le niveau, ce qui relève la note ci-dessus. Bref, Sacred 3 marquera les esprits, mais pas de la façon dont il aurait fallu...

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

7 commentaires

Z0ng0
Z0ng0 - 12/08/2014 11h10

Encore une licence sacrifiée sur l'autel des consoles et leurs jeux pour décérébrés.

gallianor
gallianor - 12/08/2014 17h37

C'est vrai que le 2 n'est jamais sortie sur console. Quoi que... Si! Toujours les mêmes trolls "consoles-PC" "PC-consoles" c'est d'un lourd!

Z0ng0
Z0ng0 - 12/08/2014 18h20

Sauf que Sacred 2 est d'abord sorti sur PC pour après être porté sur consoles, il a donc bien été conçu comme un jeu PC et non pas console, ce qui n'est objectivement pas le cas du 3.

gallianor
gallianor - 12/08/2014 18h46

Et en gardant cette optique, les jeux Rockstar Games sont des jeux pour décérébrés. Puisque sortis en premier sur consoles (voir exclusivement). 

Z0ng0
Z0ng0 - 12/08/2014 22h02

Je ne vois pas pourquoi tu parles de Rockstar Games, ce n'est pas un studio de référence, il possède quelques licences qui marchent c'est sur mais ca reste des jeux consoles bien arcade.

Debla
Debla - 13/08/2014 00h31

Bah justement, en fait, c'est un studio de reference, qui fais des jeux sur consoles, qui les portes sur pc et ça reste tres bon.

Apres oui je comprends, parcequ'exemple y'a le syndrome, comme pour skyrim, ou a meme pas de vrai interface pour les equipement sur pc, parceque le jeu a etais pensé pour la console.

Apres, j'ai pas joué a Sacred 3, mais des quelques test que j'ai lu, je penses pas que se soit le vrai probleme.

Cardey
Cardey - 16/08/2014 12h57

pour skyrim je suis pas vraiment d'accord , l'interface me semble plus adapté pc ( les favoris entre autre ), mais c'est pas le sujet ici on parle pas d'interface mais juste du gameplay , un hack'n slash qui se joue avec ZQSD sur pc c'est pas justifié quand on voit que ceux ou l'on clique sur un endroit vide pour bouger ou sur un ennemi pour l'attaquer marchent très bien. Sacred 3 ils sont passer d'une license avec des élements de RPG sympas , un gameplay sans plus mais qui permettait de jouer de façon simple , à un jeu hack'n slash pure ou les élements de RPG sont un vague souvenir et le gameplay à empiré pour permettre de rouler sa tête sur le clavier...

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.