d

12 nov. 2016 - Perco Divers

Skyrim « Special Edition » PC : Donjons & Pigeons

Skyrim « Special Edition » PC : Donjons & Pigeons

Faire du neuf avec du vieux. La recette est vieille comme le monde est pourtant, parfois, elle marche. D’autres fois par contre, elle laisse échapper un nuage de poussière et sent le rance.

Parfois, la vie est fun dans les services marketing. Chez Bethesda par exemple, on sait s’amuser.
 

« Georges, je cale.

- Sur ?

- Skyrim, on a fait trois DLC, des sorties consoles, une édition légendaire avec TOUT. Là, à part des mugs « Dragonborn », je sais plus.

- Un nouveau jeu ?

- Ah ah ah, t’es con Georges, non sérieux.

- Pour relancer la flamme avec ma femme, j’ai fait des implants, des soins de peau et tout le tintouin.

- Et ça a marché ?

- Non, elle est partie quand même… mais ça se tente ! »

My nordique in a box

J’adore Bethesda. Vraiment, je les adore et j’adore leurs jeux. Comme ça c’est dit et on en parle plus, je suis une petite adolescente frétillante d’excitation à chacune de leurs annonces. Au milieu de cet amour totalement déraisonnable, Skyrim occupe la place d’honneur. Certes le jeu n‘est pas parfait mais que voulez-vous, je me suis tellement perdu dans les paysages enneigés de Bordeciel, j’ai passé tant d’heures à esquiver la quête principale pour le simple plaisir de vagabonder au gré du hasard que j’en garde un souvenir impérissable et ému.
 


Ah la nature.

Oui oui, ému… une adolescente je vous dis. Pourtant, même moi j’ai écouté l’annonce d’une version passée au polish de Skyrim avec une moue dubitative. Un peu comme si mon boys band préféré avait annoncé la réédition d’un vieil album mais en duo avec Jeanne Mas. Depuis le 28 octobre, cette « édition spéciale » est disponible. Bon, laissons sa chance au produit comme on dit.

Lézards déco

Cette version « super plus plus » comprend tous les DLC déjà sortis (Dawnguard, Hearthfire et Dragonborn), bénéficie d’une petite pelleté d’améliorations visuelles, d’un exécutable 64bit, d’un support de DX11 et…et c’est à peu près tout. Bon, laissons sa…gniii…chance…gniii… au produit. En pratique, ça tourne un peu mieux, avec de meilleurs éclairages, une plus belle neige et une plus grande distance d’affichage…
 


Pourtant, que la montagne est belle...

 

 Je suis extatique, bouleversé par tant d’audace, si si je vous assure, j’ai l’air stoïque à l’extérieur mais en moi éclate un feu d’artifice de joie, youpi. Voyons les textures, au moins quelqu’un à peut-être refait les peintures chez Bethesda. Ah oui, là c’est plus joli, mais pas là-bas et, dans l’ensemble, c’est l’équivalent du pack de textures haute résolution sorti depuis mille ans. Je cache ma joie. Même les petits bugs d’origine sont encore là, sans doute une volonté de faire vintage.
 


Un garde qui flotte. Pas de doute, c'est un jeu Bethesda.

 

C’est une version Vanilla mollement récurée et mise à jour techniquement, voilà on peut plier les gaules et rentrer. Sur le chemin du retour, on pourra se faire une petite réflexion : ce produit ne s’adresse à personne… mais il a peut-être une utilité.

Mods et travaux

Sur PC, cette édition spéciale est gratuite pour la majorité des utilisateurs, en effet tous ceux déjà détenteurs du jeu et de toutes ses extensions ont pu passer sans frais sur cette mouture, encore heureux est-on tenté de dire, mais nous reviendrons sur l’aspect « pépettes » un peu plus loin. Le problème ? Personne ne joue à une version vanilla de Skyrim aujourd’hui, absolument personne. Depuis cinq ans, le jeu est moddé jusqu’au trognon par des hordes de passionnés, sous l’œil généralement bienveillant des créateurs.
 


L'horrible interface est de retour.

 

Dans la ribambelle de mods disponibles, on trouve de tout, le pire parfois mais souvent le meilleur, au point que cette nouvelle version toute propre et refaite ne souffre aucune comparaison avec les meilleures créations des joueurs… elle est dix crans en dessous. Comme de bien entendu, tous ces mods deviennent obsolètes sur cette « refonte », tout peut partir à la poubelle, même les sauvegardes ne sont pas compatibles avec un ancien jeu modifié.

Paradoxalement, c’est peut être bien là que réside le seul et unique intérêt de ce Skyrim SE : on efface l’ardoise et on recommence sur une surface propre. Avec le temps, le nombre et la compatibilité des mods était devenu difficile à gérer pour les joueurs. Une version de Skyrim sur un PC était habituellement un gros répertoire plein de trucmuches et de bidules dont on ne savait plus toujours trop ce qui servait à quoi. Les moddeurs ont désormais une version vierge de tout outrage sur laquelle s’amuser, afin de ressortir leurs indispensables améliorations mises à jour et sans doute refondues. En gros on va pouvoir re-pourrir un jeu propre. À la limite, c’est l’occasion de relancer un jeu magnifique dans quelques semaines, lorsque tout cela sera complètement disponible et bien organisé ; avec un nouveau personnage, pourquoi pas ? Par contre, cela veut bien dire ce que l’on pensait du produit de Bethesda : c’est un patch, un énorme mais simple patch et il s’accompagne d’une politique globale sur le modèle « racle le fond, il reste peut être une piécette » qui a un peu de mal à passer.

Fus-Roh-Donne !

D’abord parce que quelques nouveaux joueur vont peut être passer par là, ou certains autres qui n’ont pas acheté l’ensemble des DLC de Skyrim et pour ceux là, il faut passer à la caisse. À 10€, on aurait trop rien dit, à 40€ sur Steam, on s’étrangle. Surtout parce que cette version PC n’est là que pour la façade, le nerf de la guerre c’est l’existence de versions PS4 et Xbox One. Encore plus limitées (graphismes un poil en dessous, framerate fluide mais fixe, place limité pour installer des mods) elles sont vendues plein pot même pour ceux qui ont déjà tout acheté précédemment.
 


Oh le gros pigeon !

 

Oui oui, vous avez bien lu, pour Bethesda, un patch de mise à jour c’est entre 40€ et 60€. À vot’ bon cœur ! On veut bien se dire que ceci est un retour sur la version PC, que chaque version devrait être appréhendée seule mais non. Lorsqu’une sortie est organisée sur tous les supports dans le but, sinon principal, du moins important de revendre un produit vieux de cinq ans aux nouveaux consommateurs et d’essorer quelques anciens au passage, on doit noter le produit pour ce qu’il est : une update à 40 brouzoufs.

 

Skyrim "Special edition" : L'heure de la quête 410Points positifs
  • Skyrim est toujours un jeu majeur
  • Une base propre à modifier
  • Gratuit pour beaucoup de joueurs, mais pas tous
Points négatifs
  • Le prix pour les autres joueurs, injustifiable
  • Les visages et animations, qui évoluent peu
  • Les bugs, toujours là

Sur PC, si vous avez obtenu cette édition spéciale gratuitement ou que vous êtes un ermite qui sort de sa caverne et veut rattraper son retard vidéoludique à tout prix, vous pouvez lancer le jeu et reprendre ses nouveaux mods. Vous êtes dans un autre cas ? Gardez votre argent.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.