d

24 juin 2016 - Mandark Divers

Smite sur PS4 : du feu de dieux !

Smite sur PS4 : du feu de dieux !

Petit avertissement, amie lectrice ami lecteur, le papier qui suit est un peu plus long que la moyenne de mes articles, ceci dû au fait que même si nombre d'entre vous connaissent sûrement déjà Smite, c'est de son portage sur PS4 dont il s'agit de causer ici, et donc susceptible d'intéresser un public qui n'est pas familier avec le jeu sur pécé, comme c'était le cas de votre serviteur il y a un peu plus de trois semaines (depuis je suis accro et n'arrête pas de le poncer !). Du coup certaines explications vis-à-vis du jeu pourront paraître redondantes, mais c'est normal, c'est pour les noobs !

 

Gods of war

Amie lectrice, ami lecteur, s'il n'y a visiblement pas assez de religions pour que les Hommes s'aiment ici-bas sur la Terre, il y en a en tout cas largement assez pour que les dieux se foutent sur la gueule là-haut dans les cieux !

Et les bougres se sont donné rendez-vous sur Smite, l'excellent MOBA qui est devenu avec le temps un compétiteur plus qu'honorable aux mastodontes du genre que sont DotA et LoL, et qui après s'être fait une belle place sur pécé et avoir fait ses premières armes sur consoles avec une version Xbone depuis janvier débarque enfin sur PS4.

Car mine de crayon, Smite c'est quand même 20 millions de comptes ouverts et un studio – Hi-Rez – qui ne ménage pas sa peine pour faire de son titre phare un brawler dont on a du mal à décrocher une fois qu'on y a pris goût. Pas mal, pour une équipe passée de quatre à 250 personnes en l'espace de quelques années et dont le bon esprit et les efforts ont été couronnés de succès au point de pouvoir créer leur propre World Championship auquel participent les plus grandes équipes d'eSport depuis maintenant trois ans (avec des cash-prizes pas dégueus à la clé).

Le secret de leur succès ? Avoir repris les caciques du MOBA, à la DotA ou à la LoL, mais en optant pour une vue TPS plutôt qu'isométrique et en choisissant de faire s'affronter les dieux de tous les panthéons connus et moins connus de l'histoire de nos civilisations plutôt que des héros inventés de toutes pièces, et quiconque s'est pris de passion pour les cours d'histoire qui détaillaient par le menu les imbroglios familiaux des divinités Grecques, Romaines ou Égyptiennes conviendra qu'il y a matière à ce que ça barde velu si d'aventure ils décidaient tous de se mettre dessus à grands coups de pouvoirs divins !

Créationnisme

Mais si l'idée est belle et bonne, elle ne serait malgré tout pas grand chose sans un gameplay des plus solides (et une direction artistique des plus inspirées ; j'y reviendrai plus tard). Heureusement, chez Hi-Rez tout le monde joue tout le temps – même les comptables, true story – donc en plus de tenir constamment compte du feedback de la communauté ils n'hésitent pas en interne à soumettre des suggestions en permanence aux développeurs, suggestions qui sont immédiatement mises en pratique. Résultat, si ça marche ils gardent, si ça coince ils virent. Ce qui est sûr c'est qu'ils savent tout de suite si ça fonctionne ou non.

D'où une mise à jour conséquente du jeu toutes les deux semaines, pour équilibrer ce dernier, et aussi pour proposer des nouveautés, des quêtes ou étoffer le roster existant, qui compte maintenant 77 dieux depuis l'arrivée du petit dernier (dans tous les sens du terme puisqu'il n'est pas très haut de taille), Fafnir.

Dieux stylés et compétiteurs au taquet !

Issus des mythologies grecque, romaine, nordique, maya, égyptienne, hindou, chinoise ou japonaise, les divins de Smite collent évidemment au plus près de leurs modèles « historiques » pour ce qui est des capacités et des pouvoirs qui leur sont alloués – une condition sine qua non pour prendre plaisir à les contrôler d'autant plus que tous n'ont pas la même facilité de prise en main et que selon leurs points forts ils seront plus indiqués dans certains cas aux rôles spécifiques au MOBA (jungler, carry, etc.). Et bien sûr, chacun appartient à une classe précise : guerrier, chasseur, assassin, mage ou gardien, et est spécialisé soit dans le combat au corps à corps soit dans l'attaque à distance, avec selon les dieux une difficulté d'utilisation plus ou moins prononcée. Maintenant une fois en jeu, il sera important de construire son build (drôle de phrase quand on y pense...) avec des artefacts et des items qui boosteront ses capacités tout au long de sa prise d'XP, ce qui n'a rien d'évident quand on débute tellement il y a de possibilités, et qu'en sus tout cet équipement est spécifiquement lié suivant les cas à une classe plutôt qu'à une autre. Autant dire qu'il faudra acquérir un peu d'expérience au fur et à mesure des heures de jeu pour s'y retrouver, mais pas de panique ami-e débutant-e, il est possible d'activer l'option « achat automatique » dès le début histoire de ne pas se prendre le chou avec ces détails pointus et se concentrer sur les subtilités du gameplay en toute quiétude lorsqu'on découvre. Une très bonne chose, d'autant plus que dans ce cas là le jeu te construit un build tout ce qu'il y a de bien. Ensuite, il ne tient plus qu'à toi de te familiariser avec les options choisies à chaque partie et selon le dieu qui va avec pour ensuite tenter tes propres combinaisons.

God modes

Et j'étais ici parti pour détailler par le menu les différents modes de jeu de Smite, mais réalisant que le pavé produit à l'arrivée est plutôt du genre conséquent et que cela allait faire trop pour un seul papier, j'ai finalement choisi de lui consacrer une place à part. Aussi, amie lectrice, ami lecteur, si tu désires en savoir plus, je t'invite à cliquer , et tu sauras tout sur le sujet (enfin, dans les grandes lignes, mais déjà même dans ce cas ça prend un peu de place !)

Playstation Dieux

Abordons maintenant et si vous le voulez bien la question du jeu sur console (vous le voulez bien ? Cool !). D'abord c'est techniquement nickel, and I shit you not ! Smite ne demande certes pas les mêmes ressources que The Witcher 3, néanmoins il est vraiment très bô et très coloré sur PS4, et il se trouve que jouer au pad sied carrément bien à la vue TPS du soft. Comme la latitude de mouvement de caméra est de toute façon limitée dans le sens de la verticale, on ne galère jamais à garder l’œil sur son objectif et comme il vaut mieux être réactif sur le plan horizontal, le déplacement au stick est toujours très instinctif.

Fin de Joute. Un Titan vient de trinquer !

Chaque dieu disposant d'une attaque de base et de quatre pouvoirs spéciaux, ces derniers ont été respectivement placés sur les touches R2 et carré, croix, rond, triangle du pad, ce qui là aussi se révèle être des emplacements rapidement très instinctifs. La seule vraie difficulté en fait réside dans l'activation des artefacts, qui eux aussi s'activent avec les touches emblématiques du pad de la PS4 mais tout en pressant la touche L1, donc là il y a un coup à prendre. Et si certains dieux peuvent paraître tcheatés - il est vrai qu'il y en a de monstrueusement puissants comparés à d'autres - ça ne veut pas dire pour autant qu'ils sont systématiquement synonymes de victoire, car certaines déités sur lesquelles on ne miserait pas trois miettes de pain rassis de prime abord peuvent se révéler bien plus dangereuses, si elles sont entre les mains d'une joueuse ou d'un joueur qui les utilisent au niveau expert, donc attention à ne pas trop vite juger le roster déséquilibré par endroit, ça peut jouer de vilains tours en match ! 

La stabilité des serveurs européens mérite également un bon point (j'ai aussi un peu essayé les serveurs US et pas de problèmes non plus à vrai dire). En fait en presque un mois de parties frénétiques à plusieurs moments de la journée, je n'ai eu droit qu'à une déco in-game, dans les premiers jours, sans qu'en plus ce soit vraiment pénalisant car dès que la connexion est revenue je fus instantanément renvoyé dans la partie en cours, donc un désagrément aussi minime quand on sait que je crèche au Mordor et que j'ai le service internet qui va avec, ça force le respect et me pousse à dire que Hi-Rez a vraiment soigné le boulot. Par contre il arrive que des joueurs de son équipe ou de celle d'en face soient déconnectés et ne reviennent plus, ce qui veut dire soit qu'il y a des zones géographiques pires que la mienne, soit qu'on peut avoir à faire à de solides cas de ragequit !

Apprenez à perdre, par Toutatis !

En effet, et même si dans l'ensemble je suis depuis le début agréablement surpris de faire équipe/face à des joueurs tout ce qu'il y a d'aimables, bien intentionnés et, avec le temps, de plus en plus au fait des bonnes stratégies à adopter pour qu'une partie vaille la peine d'être jouée, il y en a forcément d'autres qui par moments baissent les bras un peu trop rapidement dès qu'une équipe semble prendre l'ascendant, que ce soit en laissant les autres seuls ou en soumettant trop tôt un vote de reddition. C'est dommage car dans Smite il est parfois possible de renverser la vapeur alors que la situation évoquait un string sur le point de craquer quelques minutes auparavant, si tant est qu'on fasse attention à garder un niveau d'XP comparable à celui des adversaires, qu'on garde un œil sur la map pour jauger les ouvertures exploitables... et qu'on ait un peu de rage au ventre ! Donc toi qui débutes ne t'avoues pas vaincu trop vite, et même si ton équipe se mange une tôlée c'est pas bien grave, ça ira mieux la prochaine fois et t'auras appris des trucs. Et puis Smite est un jeu qui se gagne – ou se perd – en équipe, donc pénaliser les autres en les laissant en sous-nombre pour une question de tout à l'égo, c'est tout sauf glorieux (ou alors, si c'est vraiment dans ta sale nature de déco dès que tu tombes sur meilleur que toi dans un jeu, fais pas suer et vas directement polluer un titre auquel je ne joue pas !). Voilà, c'était l'instant coup de gueule, mais j'avoue que plus le temps passe moins il y a de problèmes, ce qui est plutôt normal vu que celles et ceux qui accrochent et s'accrochent, eux-même ils savent.

Elle ne paye pas de mine, mais entre des mains expertes Scylla fait très très mal

Libre arbitre

Smite est free-to-play et certainement pas pay-to-win, ça je pense que tu le sais déjà, amie lectrice, ami lecteur (et si tu ne le savais point, eh bien voilà, c'est maintenant chose faite). Le jeu se choppe donc gratos sur le PSN et est livré avec un roster de départ de cinq dieux – un pour chaque classe, soit Guan Yu (warrior), Ra (mage), Thor (assassin), Neith (hunter) et Ymir (guardian) –, et bien sûr tous les modes de jeu. Si l'on désire compléter sa collection de déités on peut les acheter avec les monnaies du jeu, les gemmes et les faveurs, qui se gagnent en participant à des affrontements ou en complétant les quêtes régulièrement proposées, mais notez que ça risque de prendre un certain temps et qu'il va alors falloir être plutôt assidu, surtout pour les gemmes, qui tombent avec parcimonie. Il en va de même pour les diverses et nombreuses skins, sauf celles qui sont affiliées à des events spéciaux (on peut aussi en récupérer via les réseaux sociaux). Je ne cacherai donc pas ici – sans donner l'impression que je fais de la réclame j'espère, car ce n'est pas le but – que le meilleur moyen de bénéficier de l'intégralité des panthéons est d'éventrer son porte-monnaie, car pour un peu moins de 30€, non seulement on les attrape tous, mais on a aussi la garantie de bénéficier de chaque nouveau dieu à venir sans débourser un centime de plus.

Et sont également compris dans le prix un pochon de 12000 gemmes et quelques skins gratos, donc vous conviendrez qu'on est quand même loin d'une arnaque à la Candy Crush et que si, après quelques temps passés à vous familiariser avec Smite ce dernier vous accroche au point d'y revenir souvent, c'est une bonne option à considérer. D'ailleurs Hi-Rez à aussi l'élégance de proposer chaque semaine une sélection tournante de cinq dieux – en plus du roster de base donc – à essayer sans limite, et même d'en louer d'autres – ce qui se fait par contre assez facilement avec les currencies gagnées in-game, donc là aussi il y a moyen de voir si ça vaut le coup pour vous sans trop vous mouiller. Ah, et si on se connecte quotidiennement on a aussi droit à de petites douceurs !

Un petit mot, enfin, sur les season-tickets du jeu. On y accède contre 400 gemmes et ils donnent ensuite accès à des FP (pour Fantasy Points) qui s'accumulent au fur et à mesure des parties et qui donnent ensuite accès à des bonus (des skins, des boosters, des coffres à cadeaux), et bien évidemment, plus on joue plus on gagne. Et pour celles et ceux qui ont une âme de parieuses/parieurs, les FP peuvent aussi être misés sur les matchs de compétition officiels, comme la Dreamhack qui se terminait il y a peu par exemple.

Si j'avais un Mjölnir...(je basherai le jour, je basherai la nuit) !

La beauté du diable

Je pourrais continuer des heures à parler de Smite tellement ce jeu m'emballe (et à la différence d'autres MOBAs comme LoL ou DotA qui ne m'ont jamais accrochés), de son magazine officiel ou du comics édité par les éditions Dark Horse si vous êtes curieux de connaître les origines du conflit, mais je pense que vous avez saisi l'essentiel. Néanmoins avant que ces lignes ne deviennent un cul-de-sac et que je vous lâche la grappe je tiens à aborder la question de la direction artistique du jeu.

Car Smite peut se vanter d'avoir une vraie identité frappée au coin du bon goût. Son level-design est épique, inspiré, et donne toujours un sentiment de démesure en plus d'être aéré et lumineux, ce qui change pas mal de la tonalité généralement sombre des autres ténors du genre. La brillante bande-originale signée Chris Rickwood est en plus en permanence au diapason de la dimension grandiloquente de cette éternelle guerre des dieux, quant à son chara-design – persos et skins – eh bien c'est juste un sans fautes tant le souci du petit détail confère à chaque divinité une identité propre, à tel point que personnellement j'apprécierais énormément de voir un jour sortir un bouquin d'artworks du jeu, du genre qu'on est vraiment jouasse d'avoir dans sa bibliothèque. Et pour enfoncer le dernier clou, les développeurs font preuve d'un humour potache/bon enfant omniprésent, histoire de rappeler que les premiers qui s'amusent ce sont eux et qu'on peut toujours faire les choses sérieusement sans pour autant se prendre au sérieux. Allez, à la tienne Képhren, moi j'y retourne.

 

Site officiel de Smite

Chaîne Twitch de Smite

Praise da gauwdz! 810Points positifs
  • Le concept du god-brawl
  • Le panel de dieux stylés et fidèles à leurs mythologies d'origine
  • La vue TPS qui dynamise l'action
  • Le jeu au pad, optimisé comme il faut
  • Les autres joueurs qui sont vraiment bon esprit la très grande majorité du temps
  • Les modes de jeu bien pensés et bien balancés
  • Free-to-play, pas pay-to-win !
  • Le God-Pack qui, si on décide de craquer son porte-monnaie, est un %$#&@! de bon deal
  • Les bonus réguliers
  • Facilement accessible même quand on ne connaît rien au MOBAs
  • La direction artistique
  • L'humour omniprésent
  • Addictif au possible si on accroche
Points négatifs
  • Petits soucis de déconnexion possibles
  • On n'est jamais à l'abri d'un ragequiteux ou d'une team de kevins
  • Peut faire très bobo à votre vie sociale
  • Après je vois pas...

S'il y a une chose que Smite excelle à faire, c'est de pouvoir intéresser au MOBA un public que ce genre laisse habituellement de glace, d'où son arrivée bienvenue sur consoles. Mais ses qualités ne s'arrêtent heureusement pas là puisque même les aficionados de DotA et LoL ne se font pas prier pour reconnaître les qualités de cet élégant outsider. Avec son amour du genre, son choix d'une immersive vue à la troisième personne, ses (re)mises à jour constantes, sa générosité et sa philosophie rigolarde et détendue du bulbe, Hi-Rez Studio - dont c'est loin d'être le seul coup d'éclat (preuves en sont Tribes: Ascend et Paladins, dont on espère parler ici bientôt) - confirme avec Smite sur PS4 qu'il est toujours possible de provoquer sa chance et amener de nouveaux joueurs à prendre du bon temps sans retenue. Et outre que ça, chères sœurs et chers frères, ce soit toujours une belle leçon, c'est surtout l'essentiel !

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.