d

07 déc. 2015 - Shadrood Divers

Test : Just Cause 3, une impression de déjà vu.

Test : Just Cause 3, une impression de déjà vu.

Cinq ans après Just Cause 2, Avalanche remet le couvert et nous propose Just Cause 3 sur PC et console New-gen. Mais Rico va-t-il réussir a marquer les esprits ?

Welcome back, Rico !

Just Cause 3 nous propose de continuer aux commandes de Rico Rodriguez, fidèle destructeur et héros de la saga Just Cause. Rico revient donc une fois de plus dans le but de tout casser, et de libérer le pays de Medici du joug du Général Di Ravello, un dictateur que l'ont pourrait croire échappé de la saga Tropico... Bref, une intrigue banale pour un scénario déjà vu des milliers de fois. Le studio suédois se contente d'essayer de nous donner un prétexte pour tout casser, et nous faire manger de la quête secondaire.

J'en profite pour vous dire que le jeu a été testé sur PC dans sa version commercialisée, et je vous conseille d'attendre un patch correctif si vous comptez vous le payer, celui-ci étant bourré de bugs divers et variés (plus que le scénario).

Non vous ne rêvez pas, l'eau ne s'affiche pas.

L'open world, mais pas trop quand même

Par où commencer... Bien, imaginons qu'on vous parle de monde ouvert. Vous vous imaginez déjà explorer, promener et faire les missions où et quand vous le souhaitez, et bien Just Cause 3 c'est pas ça. Vous avez effectivement une gigantesque map, des possibilités de déplacement incroyables grâce au parachute / grappin / wingsuit mais la map se révèle être vierge et vous devrez tout explorer si vous voulez voir où se trouvent les villes opprimées, les bases militaires et autres missions. Vous me direz que cela n'a pas grande importance, sauf qu'en fait si, le système de trame principal obligeant le joueur à libérer X parties du pays, avant de pouvoir déclencher la prochaine aventure...

Oh bien sûr ce n'est qu'un moyen comme un autre de prolonger la durée de vie, denrée rare dans les AAA de nos jours, mais outre le sentiment de se faire prendre pour un abruti par les développeurs on est vite envahis par un sentiment de lassitude, les libérations étant systématiquement les mêmes... Trouver une parabole, détruire les signes de propagande, attaquer la police, hisser le drapeau... bref suffit de regarder et de tirer sur tout c'qui bouge. Ah oui tiens, je vous ai dit qu'il n'y avait pas de mini-carte ? Un comble pour un monde ouvert, non ? Les développeurs, à trop vouloir prolonger artificiellement la durée de vie, ont réussi a entacher l'idée de liberté du joueur.

Malgré tout ça, Medici reste un grand pays qu'on prend plaisir à explorer. Avec sa grande diversité de paysages, aidée par sa profondeur de champ. Et puis soyons d'accord, rien ne surpasse Rico quand il s'agit de se déplacer avec grâce, rapidité et classe. Le grappin pour prendre de l'élan, le parachute pour avancer, la wingsuit pour piquer vers votre objectif... Les possibilités sont incroyables et le gameplay vertical offert par cet équipement est vraiment très agréable et rafraîchissant.

Je suis libreeee !

Free your mind !

Bon, passé l'euphorie du grappin on en revient à un constat basique. Le but du jeu c’est de tout casser, et c'est pleinement assumé, les développeurs mettant même un point d'honneur a nous fournir des possibilités infinies lorsqu'il s'agit de destruction. La seule limite sera votre créativité.

Et même s'il va vous falloir franchir les difficiles épreuves des missions secondaires afin de débloquer les améliorations de grappin, véhicule ou arme et ainsi profiter pleinement du pouvoir de destruction de Rico, nul doute que si un mode multijoueur pointe le bout de son nez, on va voir de belles choses sur Youtube !

Ouais, niveau possibilités on est bien !

Trêve de bavardage, là je tape !

Ouais parce que jusque-là j'ai été gentil avec le titre, et ça suffit. En trois mots je dirait simplement «  Avalanche a merdé », mais bon, je vais quand même vous expliquer pourquoi puisque je vais commencer à lister les problèmes liés au titre, la technique en tête. Pour commencer, je n'avais pas eu de temps de chargement aussi long depuis... woaw je me souviens plus ! Et comprenez-moi bien, ils se comptent parfois en minutes alors qu'il ne s'agit que d'un simple reset de mission, autant vous dire que ça énerve vite lors de missions délicates.

Toujours dans la technique, je vais parler des chutes de framerate. Ayant testé le jeu sur PC c’est une chose avec laquelle je ne suis pas familier, donc je me suis renseigné auprès d'un collègue, qui lui a joué sur PS4. Et il m'a confirmé ce que je constatais du haut de mon SLI, le jeu est optimisé à la truelle rouillée. On m'a dit de m'estimer heureux de jouer sur PC, car la version console est une vaste blague... je me suis surtout senti désolé et affligé d'entendre ça à l'orée de 2016.

Mais je crois que le pire dans tout ça concerne la débilité profonde que présente l'IA. Elle me rappelle un peu les consoles 16 bits... Et encore. Pour être honnête avec vous j'ai rapidement dû trouver une solution pour supporter les libérations de villages et surtout les voix stridentes des pécores courant dans tout les sens pour littéralement se jeter sur un mur ou dans le vide, ou rester bloquer sur un muret, l'absence d'IA se couplant parfaitement avec les bugs de collisions. Et si vous pensez que j'exagère, je vous invite à retourner voir le premier screenshot de l'article, où l'eau n'a pas été générée lors du chargement... Pour un jeu mettant en scène une île, avouez que c’est assez troublant.

En bref Square Enix et Avalanche ont merdé et sorti leur titre trop tôt, fêtes de fin d'année obligent ! J'espère vraiment voir passer des patchs qui résoudront tout ces problèmes, enfin sauf quand on parle de narration qui elle, malheureusement, est fichue. Square Enix, j'aimerais dire deux mots à votre service marketing s'il-vous-plaît, histoire de leur expliquer ce qui pour moi est devenu symptomatique des gros studios et qui pourrit le paysage vidéo-ludique de 2015.

Just Cause 3, du rire aux larmes 510Points positifs
  • Medici et sa superficie.
  • Grappgin-Wingsuit-Parachute le combo gagnant.
  • Big bada boom.
  • La musique.
Points négatifs
  • L'histoire.
  • La narration.
  • LES BUGS !
  • Les temps de chargements.
  • Intelligence artificielle défaillante.
  • Pas de mini-map dans le HUD.
  • La répétition des libérations.
  • Pas de multijoueur.
  • La caméra n'est pas votre amie.

Avalanche et Square Enix pouvaient transformer l'essai après un Just Cause 2 très réussi, mais nous livrent un jeu incomplet, bourré de problèmes techniques, et où l'aventure aurait mérité quelques mois de réflexion supplémentaires. J'aurais préféré attendre un an de plus et avoir un produit fini entre les mains, au lieu de ça je vais guetter les potentiels patchs, et je reconsidérerai ma note à ce moment-là. Si vous voulez juste éteindre votre cerveau et tout casser par contre, pas besoin d'attendre il est prêt.

 

Acheter ce jeu avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.