d

01 juin 2015 - ZeManiaK League of Legends

The Witcher 3 : White Dead Redemption !

The Witcher 3 : White Dead Redemption !

Il est arrivé dans nos contrées et il tient ses promesses : The Witcher 3 est là, et il vient casser des bouches sur la nouvelle génération. Un grand jeu, certes pas parfait, mais qui puise ses sources dans de très bonnes références, même si ce ne sont pas toujours celles qu'on croit.

The Witcher 3, un jeu sang pour sang familial...

The Witcher 3 démarre six mois après la fin du deuxième opus. Géralt cherche son amour de toujours, Yennefer de Vengerberg. Cette recherche, qui anime le sorceleur pendant le prologue du jeu (qui se passe dans une zone restreinte, à savoir les environs du village de Blanchefeur), va vite changer pour laisser place à la recherche de la fille adoptive du Loup Blanc, Ciri. Retrouver la demoiselle sera donc l'objectif de la quête principale, et il est possible, pendant les flashbacks des personnes que Géralt rencontre, de jouer la belle quelques minutes, plusieurs fois dans le jeu. Le sorceleur va en tout cas croiser la route de nombreux amis/ennemis lors de ses périples, parfois dans des endroits incongrus, et il devra essayer de trouver les membres de sa famille perdue, ce qui le conduira à parfois fendre l'armure et révéler ses émotions.

Cette volonté d'intimisme familial dans la quête principale, ainsi que le monde de The Witcher 3, sont une référence manifeste à Red Dead Redemption. La qualité de la narration y est même encore meilleure, et les quêtes, très nombreuses, sont parfois entrelacées de manière inattendue. Cependant, tous ceux qui s'attendaient à une version améliorée de Skyrim vont déchanter : Géralt n'est pas Dovakhin ou même un héros de GTA, il ne peut pas tellement se comporter comme un gougnafier ou décider de se battre à la lance sur un coup de tête (vous ne pouvez même pas galoper en cheval dans une ville). CD Projekt a décidé que les aventures de Géralt seraient centrées sur la narration, et personnellement, je trouve cela très bien. Les PNJ n'ont pas tous les mêmes lignes de dialogue, de nombreux personnages sont uniques, bref ce monde ouvert a du cachet. Les lieux sont aussi très bien pensés, et les villes, les donjons et les environnements sont bien distincts les uns des autres. On peut donc dire que ce monde ouvert est bien conçu et qu'il vous faudra de TRÈS nombreuses heures pour le parcourir, sans compter les quêtes.

 

Juste pour vous montrer : Carte du monde + stickers + ost + mini compendium + manuel de jeu. Dans la version de base. GG CD Projekt RED.

Commissaire Géralt, brigade criminelle.

Cela dit, malgré cette histoire principale de recherche des siens, qui parfois s'essouffle (Machin doit vous mener à Truc, qui connait Bidule, qui a vu Machin bis qui a croisé Ciri...), Géralt doit casser la croûte et son travail, c'est de tuer des monstres. Et ces contrats, ainsi que les activités annexes, sont une réussite exemplaire. Le sens de sorceleur de Géralt lui permet de se la jouer Batman (ou Sherlock Holmes, c'est selon), et d'étudier des scènes de crimes pour déterminer la nature et l'emplacement des monstres à tuer. Certains ne sont d'ailleurs pas nécessairement ce qu'ils semblent être et certaines fois, vous ne serez pas très enclins à tuer des êtres ne pratiquant que la légitime défense ou bien n'ayant en fait rien à se reprocher.

Car le racisme, les préjugés, la sexualité (et pas seulement l'hétérosexualité) sont des sujets présents dans The Witcher 3, et de manière assez intelligente. On a vraiment une ambiance de monde qui se casse la gueule, et la mélancolie est un sentiment bien présent, avec en plus l'idée qu'aucun PNJ n'est bon ou mauvais, mais se comporte selon ses propres intérêts. Les choix que fait Géralt ont en tout cas des répercussions qui ne se font sentir que bien plus tard, et qui peuvent influencer la politique du Nord comme la vie d'un petit village, ou la vie de jeunes enfants innocents.

 

Bien que cette enfant-ci ne soit pas innocente du tout...

Des activités à n'en plus finir.

En plus des quêtes annexes et des contrats de monstres, signalons que Géralt peut chercher de l'équipement, ou crafter des objets à partir de schémas. L'alchimie est bien sûr toujours présente, et ces activités à elles seules peuvent déjà vous prendre de nombreuses heures de jeu, tant les ingrédients sont nombreux. De plus, Géralt a beau faire partie de l'école de sorceleur du Loup, il peut trouver des schémas d'équipement d'autres écoles (celles du Chat, du Griffon, du Serpent ou de l'Ours) au cours de chasses au trésor (ou bien au hasard), qui amènent encore plus de dimension au côté exploration du jeu. Car les quêtes annexes ne sont pas uniquement trouvables au fur et à mesure de la progression sur la carte, il faut se rendre à des panneaux d'affichage pour débloquer les contrats et d'autres quêtes spécifiques, mais aussi afficher sur la carte les points d'intérêt renfermant des nids de monstres, des trésors, des lieux abandonnés et occupés par des monstres qui seront de nouveau habités après les avoir nettoyés... L'exploration est un vrai délice, d'autant que l'utilisation d'Ablette et des points de voyage rapide rendent les allez-retours assez légers.

Cela dit l'exploration et le combat ne sont pas les seules mamelles de The Witcher 3. Le poker de dés, grande activité annexe des opus précédents, a disparu, mais les combats à mains nues sont eux restés (et ils demandent une grande science de la contre attaque). Les courses de chevaux ont fait leur apparition, loin d'être difficiles mais qui cassent un peu le rythme. Cependant, la trouvaille, le coup de génie de The Witcher 3 est l'ajout du Gwynt, un JCC (jeu de cartes à collectionner) basé sur les personnages et les monstres du jeu, qui est un vrai jeu à part entière (près de 200 cartes, soit quasiment un stand-alone selon les normes de la références en la matière, Magic l'Assemblée) et qui offre de vraies possibilités stratégiques intéressantes, ainsi qu'un challenge agréable sans être insurmontable (d'autant qu'après avoir amassé les cartes rares, il sera ardu de vous battre). Une vraie réussite et je me suis surpris plusieurs fois à engager une partie avec un NPC non pour lui soutirer de l'argent, mais juste pour jouer, simplement. Ce n'est pas au niveau du mémorable Blitzball de FF X en terme de quêtes annexes, mais c'est extrêmement solide.

 

En tout cas, pas de RNG, ce qui est déjà très bien. Hein, Hearthstone ?

 

Mais alors, c'est parfait ?

Non. The Witcher 3 est un grand jeu, parfois un très grand jeu, mais il a ses défauts. Tout d'abord, le jeu est perclus de bugs, et je ne crois pas avoir rencontré d'autres joueurs qui n'aient pas eu les mêmes problèmes que moi. En ce sens, le jeu est un digne successeur de Skyrim : cheval volant ou sur lequel on ne peut s'assoir, quêtes buguées (la quête du fantôme des rayons et sa porte à ouvrir en se tenant à l'extrême gauche, sinon ça marche pas), blue screens of death (je n'en ai eu que deux pour l'instant, cela dit), mauvaise gestion des sauts, Ablette qui ne vient pas après l'avoir sifflé cinq fois... Ce ne sont pas des problèmes qui empêchent de jouer au jeu, mais qui sont autant de raisons de grincer des dents.

De même, l'abondance des objets à récupérer et à crafter n'est que poudre aux yeux : les équipements de sorceleur sont les seuls qui valent réellement le coup, en particulier sur la durée. Quant aux potions et aux recettes alchimiques, si elles sont nombreuses et variées, vous pouvez très bien vous en sortir avec l'elixir d'Hirondelle (régénération rapide de PV), le Tonnerre (augmentation de dégâts) et une bombe quelconque. Certes les huiles spéciales augmentent les dégâts contre certains monstres, mais le "kit" de base de Géralt (signes, frappes et potions déjà évoquées) vous permettra de progresser, même en niveau difficile.

Le vrai souci selon moi vient des combats : meilleurs que ceux de The Witcher 2, et permettant vraiment des options différentes selon le style de jeu, magique ou physique (je n'ai pas trouvé la branche alchimique très utile), ils n'en restent pas moins imparfaits. Dès qu'il y a un peu trop de monde à l'écran, contre vous ou avec vous, les joutes deviennent des foires d'empoigne, avec certaines fois quelques erreurs bizarres (pourquoi les PNJ se one-shot les uns les autres ? Pourquoi parfois, un ennemi influencé par Axii n'est pas considéré comme ennemi, parfois si ?). Certes, les combats de monstres s'en sortent relativement bien, mais dès qu'il y a trop de noyeurs ou de bandits, cela peut devenir plus compliqué. Cependant, la manière dont on peut configurer la progression de Géralt (qui gagne un point de compétence par niveau ou par point d'énergie visité) est intelligente, car elle empêche de pouvoir se construire un personnage trop bourrin (car on ne peut pas débloquer toutes les améliorations en une partie) tout en choisissant une style bien à soi. Ce qui est un progrès par rapport aux jeux précédents.

 

The Witcher 3, un très grand RPG 910Points positifs
  • Une histoire prenante...
  • ...et des quêtes annexes parfois encore plus impressionnantes et mémorables
  • Un contenu dantesque mais jamais lassant
  • Le Gwynt, une des meilleures activités annexes de RPG
  • Des personnages et des dialogues bien travaillés, y compris les PNJ les plus secondaires
Points négatifs
  • Les combats parfois vraiment très foutraques
  • Les bugs, énervants sans pour autant ruiner la qualité du jeu
  • La VF de Géralt (rendez nous le Géralt de The Witcher 1)

The Witcher 3 est un jeu de rôle d'une grande facture. Y jouer est un investissement certain, c'est évident. Mais vous allez aimer l'expérience. Personnellement, j'ai ri, j'ai pleuré, grincé quelques dents, mais après près de 60h de jeu, je continue, et je n'arrêterai qu'une fois le soft poncé. Ce jeu est empli de respect envers les gamers, dans son intérêt comme dans son univers, et pour ça, bravo CD Projekt. Allez moi, j'y retourne !

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

3 commentaires

Shadrood
Shadrood - 01/06/2015 21h18

Merci CD Projekt ! Et GG Zem pour le test !

Hoelic
Hoelic - 02/06/2015 00h27

Premier Witcher pour moi, un casu des rpg et après 13h de jeu je le trouve extra, il tourne en High assez facilement sur mon RoG I7 / GTX870M et c'est pas dégueu du tout. Le DRM-free est appréciable !

Abzalonn
Abzalonn - 02/06/2015 09h12

merci pour le test!


50h de jeu, je n'ai fais que la moitié de l'histoire tant le contenu fourmille aux quatre coins du jeu. Je plussoie l'avis présenté par le Gwynt. en étoffant un peu la diversité des stratégies, il pourrait parfaitement en faire un jeu internet compétitif de qualité.

je ai eu quelques bug, mais la difficulté du titre bien dosé nous force à faire moult sauvegarde, ce qui m'a permis de n'avoir aucun retour en arrière de plus de 10 minutes... vu la durée de vie du titre... pas grand chose en somme.

si je dois donner des défauts, je parlerai du système des bombes et de l’arbalète qui ne me convint pas du tout... je ne vois pas comment l'intégrer dans une stratégie de jeu de manière durable. L'autre soucis est le modèle des quêtes. autant la narration de celles-ci est excellente, on rentre totalement dans le jeu... autant le fonctionnement qui est de dire: va voir un png qui va t'expliquer son problème, puis aller voir la scène ou a eu lieu les morts... chercher avec notre flair le méchant et finir par le rencontrer. c'est quand même très linéaire et répétitif sur le mode de construction de la quête.
néanmoins, la vie et les détails qui sont fournies dans chacune des quête masquent parfaitement la construction des quêtes et rendent le jeu totalement jouissif à jouer.

fan de RPG, je suis sacrément impressionné par le travail et la qualité finale du titre! merci à CD projekt!

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.