d

03 mars 2014 - Shadakh Divers

Thief : Le test de O'Gaming

Thief : Le test de O'Gaming

J’ai toujours aimé jouer un voleur. Un autre truc que j’aime, aussi, c’est l’adage « jamais deux sans trois ». Pour ces deux raisons, croyez-moi bien quand je vous dis que le Thief de Eidos Montréal, après ses trailers alléchants, m’a bien déçu.

Des MMO aux RTS, mon cœur balance toujours vers les hommes et les femmes qui préfèrent l’ombre à la lumière. Rien de plus agréable que de laisser dans son sillage silencieux et pourpre une dizaine de cadavres. Ou bien, au contraire, de vider les coffres d’une maison, détrousser les gardes jusqu’à leurs caleçons, m’arrêter dans la cuisine pour un casse-dalle, tout ça sans laisser une trace de mon passage. Je m’arrête là, sinon on va me taxer d’être un dangereux psychopathe, mais vous m’avez sans doute compris : j’attendais Thief avec beaucoup d’impatience.  Et pour cause, le studio qui l’édite est le même que le controversé Tomb Raider et l’excellent Deux Ex : Human Revolution (aussi développé par Eidos Montréal d’ailleurs). Deux reprises de franchises ultra-connues du jeu vidéo qui s’étaient couronnées d’un succès critique, mais aussi d’un succès auprès des joueurs.

Avant de rentrer dans le vif du sujet, je précise à mes lecteurs et mes lectrices fanatiques de la série Thief que non, je n’ai pas joué aux trois précédents dans leur intégralité. Je sais que j’en ai fini un, mais je suis infoutu de vous dire si c’était le 1 ou le 2 – je crois que c’était le 1. C’est donc en parfait néophyte que j’ai abordé ce jeu. Ce qui en soit n’est pas un drame, puisque beaucoup d’entre vous, j’en suis sûr, seront dans mon cas.

Le jeu n’est pas très beau. Voilà. C’est dit. Quant au personnage principal, il est carrément moche. Je suis navré, mais c’est la triste vérité et c’est pour moi le principal gros défaut du jeu. Certes ce n’est pas à s’arracher les yeux, mais à ceux qui me rétorqueront « que Thief n’est pas un jeu où le graphisme compte », je m’arroge le droit d’affirmer que c’est faux. Parce que dans un jeu d’infiltration, l’immersion dans l’univers est primordiale. Et en 2014, un jeu où votre voleur ressemble à celui d’Oblivion (Bethesda, 2006), mais sans les mods, je ne pardonne pas.


"Moi j’appelle ça un personnage difforme"

Ce qui est dommage, car les mécaniques de gameplay, elles, sont au rendez-vous. Et pour filer la comparaison avec les Elder Scrolls, je trouve même que le système de crochetage est le meilleur que j’ai vu. Sur les serrures difficiles, il y a un vrai ressenti de la précision et de la minutie que requiert cette tâche inaliénable du cambrioleur averti. L’éventail d’outils à votre disposition est assez large : flèches d’eau, de feu, explosives, émoussées (pour distraire, pas pour tuer des rats)… Mais là encore, il y a problème.

"Le choix des projectiles est varié, et vous permet d’adapter votre style de jeu"

Si l’évolution de votre personnage dans l’espace n’est pas désagréable, elle aurait pu mériter un peu plus de liberté. La flèche grappin, par exemple ne peut pas s’accrocher n’importe où. Les aficionados des pirouettes et des grands espaces se sentiront donc vite limité dans leurs déplacements. L’histoire, quant à elle, ne casse pas trois crochets à un voleur et participe de ce manque d’immersion qui fait défaut au jeu. On sent que les développeurs ont voulu créer un univers poisseux, mais là encore ça ne fait pas mouche. Niveau re jouabilité, la pléthore d’objectifs et le niveau de difficulté modifiable donnera du fil à retordre à ceux qui apprécient le travail bien fait. Mais avant de rejouer à un jeu, encore faut-il avoir envie de le finir.

Notre avis

Le plus gros défaut de Thief, c’est de passer après Dishonored (Arkane). Alors oui, les amoureux du genre y trouveront leur compte.
Mais c’est souvent le cas des fans d’une série : ils peuvent faire fi des carences et lacunes des nouveaux opus pour apprécier l’expérience. Mais si vous êtes comme moi, et que vous n’avez pas le temps de jouer à tous les jeux qui sortent, Thief n’est définitivement pas l’incontournable qu’on attendait.

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

8 commentaires

Plax
Plax - 28/02/2014 15h07

Dur dur, je m'attendais à mieux !

Doctorslug
Doctorslug - 28/02/2014 15h44

Aie pareil pour moi ! :/

En tout cas intéressante ton impression c'est clair et conscit ^^

Lumantis
Lumantis - 28/02/2014 18h24

dur mais mérité, pour l'avoir testé, le jeu est vraiment très décevant... Sans doute à l'image de son développement plus que chaotique.

RobertOo
RobertOo - 01/03/2014 17h04

Le jeu est vraiment plat. Répétitif. Loin des espérances en fait. 

Slipenbois
Slipenbois - 01/03/2014 18h19

une jolie bouze

BabineKing
BabineKing - 01/03/2014 19h39

C'est tellement faux ! Ce jeu est un vrai plaisir ! Il est beau graphiquement ! Et il est ENORME! Il y a même la présence d'un passage à la "Outlast" tres réussi, l'histoire est sympa, les possibilités et la difficultés sont vraiment poussés, beaucoups de petits pieges, secret ou puzzle à trouver. Le côté furtif est vraiment sympa, l'IA est vraiment bien travaillé.

Une réussite dans sa catégorie !

Tanaka
Tanaka - 01/03/2014 20h31

Le plus gros défaut de Thief, c’est de passer après Dishonored (Arkham)

C'est Arkane Studio.

Sinon dès le début on savait que ça serait nul, dans les anciens Thief t'es libre de t'accrocher, de sauter, de passer où tu veux, là il n'y a pas de bouton de saut juste du contextuel, la même chose pour les flêches grappin et les niveaux sont linéaires comme pas possibles

P00K
P00K - 04/03/2014 14h33

Après Dishonored, même une licence avec un peu de bouteille comme Thief aurait eu du mal à rivaliser. On a systématiquement l'impression de revoir les mêmes éléments avec quelques futiles tentatives d'amélioration. De fait, il faut changer la formule des jeux d'infiltration. 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.