d

15 oct. 2018 - Bobinou League of Legends

Vitality : la tête haute

Vitality : la tête haute

Si cruel et pourtant si beau… Troisième de la « poule de la mort » des Worlds 2018, les abeilles sont déjà éliminées de la compétition. Malgré cet échec, Vitality rentre en Europe la tête bien haute : en régalant les spectateurs, elle a déjà marqué de son empreinte ces huitièmes championnats du monde.

RNG, le grandissime favori à la victoire finale. Gen.G, tenant du titre, à deux reprises. Le tableau de chasse de Vitality dans ces Worlds a de l’allure. Confronté à des géants de la planète Lol, l’équipe européenne a été plus qu’à la hauteur, avec trois victoires pour autant de défaites. Elle a su profiter parfaitement de la méforme de ses prestigieux adversaires pour les surprendre, à commencer par les ex-Samsung. Crown et ses coéquipiers ont été méconnaissables durant deux semaines, commettant des erreurs indignes de leur palmarès, qui leur ont valu une place de bons derniers.



Surprise pour ce jour cinq : C9 se qualifie au détriment de Gen.G. Crédits : Riot Games

 

Le K-O par le chaos

Mais les errements adverses ne sauraient expliquer seuls les performances de la structure française. Ses victoires, elle les doit surtout à son style de jeu unique. Vitality utilise le chaos pour trouver le K-O. Elle agresse en permanence et prend ses adversaires à la gorge. Cette philosophie de jeu, inculquée par le coach YamatoCannon, est suivie de tous les joueurs de l’équipe sans exception, ce qui fait que le danger peut vraiment surgir de n’importe où et à n’importe quel instant, à l’image de l’improbable invade contre C9.

 

Pour Peter Dun, coach de Splyce, le style de Vitality s'assimile au rugby. 

 

Pour qu’un tel projet fonctionne face aux meilleures écuries mondiales, il fallait que les individualités soient à la hauteur. Parfait sur ses tanks, Cabochard en particulier a donné à un Jiizuke ,de retour à son meilleur niveau, les armes pour briller. Dans cette réussite collective, VIT a été bien aidée par la fâcheuse tendance des Asiatiques de ne pas bannir ses champions de confort. Avec le Draven d’Attila, le Thresh de Jactroll et le Ekko de Jiizuke, le vieux continent a imposé sa meta ce dimanche. Tous ces éléments mis bout à bout ont fait de Vitality une équipe spectaculaire, explosive et très agréable à suivre pour les spectateurs.

Un exemple à suivre

Paradoxalement, ce sont aussi les forces de Vitality qui ont causé sa perte. En tentant des plays en permanence, les abeilles ont pris le risque d’échouer et de se faire piquer en retour. Pas toujours irréprochables mécaniquement, pas forcément juste au niveau de la macro game, peut-être encore un peu tendres pour le niveau international, elles sont tombées contre un os impossible à ronger : Cloud 9.



Après avoir tout donné sur la faille, Jiizuke ne peut cacher sa déception. Crédits : Riot Games

 

Sneaky et les siens sont les seuls à avoir trouvé par deux fois la solution contre VIT dans le groupe B. Annihilant les tentatives d’agression européennes grâce au Zilean de Jensen, les Américains ont méthodiquement détruit les espoirs de Cabochard et de ses poulains, se qualifiant pour les quarts en compagnie de RNG. Ils ont également montré au second seed européen ses limites, en même temps que la porte de sortie. Qu’importe : à l’heure du bilan, il n’y a pas à rougir. Vitality a rendu ses supporters fiers et a montré aux équipes occidentales, à commencer par C9, la voie pour faire tomber les géants asiatiques. Nul doute, Busan se souviendra du passage des abeilles.

Maintenant que Vitality a rendu les armes, c'est au tour de G2 et Fnatic d'essayer de sortir des poules : rendez-vous lundi et mercredi à 10 heures sur O'Gaming LoL !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.