d

27 avr. 2017 - Mantrente & Perco StarCraft 2

WCS Austin : « Surprise mothafucker ! »

WCS Austin :  « Surprise mothafucker ! »

Alors que l’étape d’Austin des WCS débute demain, la rédaction vous propose de vous intéresser un peu à ces joueurs capables de créer la surprise, d’aller loin dans un arbre et d’éliminer, au passage, un ou deux favoris.

À quelques heures du début de la compétition, force est de constater que les favoris des WCS Austin sont… un peu les mêmes qu’à chaque fois ! Petite revue des troupes et, surtout, de ceux qui peuvent rebattre les cartes.

Les favoris habituels... ou presque.

On vous avait prévenus, ce n’est sans doute pas la liste la plus surprenante du monde pour qui s’intéresse un peu à la scène américano-européenne : ShoWTimE, Neeb, Nerchio, Snute, MajOr… des noms incontournables dès que l’on parle de StarCraft, des joueurs sur la « short list » de ceux qui on déjà joué la BlizzCon l'an dernier, à l'exception de MajOr, qui compense par sa présence actuelle en GSL code S. Le cocktail d’expérience et de niveau de jeu de ces oiseaux là est détonnant, on le sait.
 


Source : site officiel

On y ajoutera simplement Serral, car le Zerg finlandais nous semble dans une forme olympique et n’est plus, à nos yeux, un second couteau. En tête du classement aux points WCS, finaliste du tournoi qualificatif européen pour Austin, Serral a changé de dimension. Il peut aller au bout, il le sait.

Ceux qui sont toujours capables de produire un résultat

Voilà une première catégorie de joueurs au profil de « gêneurs », voir même de « gêneurs professionnels ». Des noms connus, qui auraient pu être des premiers choix si leurs performances actuelles ne nous laissaient pas une légère impression de doute. Bref, ceux dont on doute qu’ils soient au top de leur forme mais qui ont dans leurs besaces de quoi nous faire mentir.

Elazer :

Auteur d'une année 2016 impressionnante, ponctuée d'une demi-finale de Blizzcon, Elazer semble être moins à son avantage en ce début d'année. Sans équipe et sans résultats intéressants depuis quelques mois, son élimination rapide lors du qualifier des WCS Austin n'a finalement pas été une surprise. Cependant le joueur polonais n'a plus rien à prouver. Son talent est indéniable et ses précédentes victoires parlent pour lui.
 


Elazer lors de la DreamHack Leipzig en 2016
Photo Adela Sznajder / DreamHack

 

L'année dernière, lors de la Blizzcon, beaucoup avaient pronostiqué une rapide sortie de tournoi pour le jeune Polonais. Après un magnifique parcours, il a fallu qu'il soit opposé au Coréen Dark, alors tout puissant sur la scène internationale, pour voir son aventure parmi le gratin de Starcraft II s’arrêter. Aujourd'hui c'est un fait, il est en méforme, mais quel que soit l'adversaire, Elazer sera une menace. S'il parvient à retrouver son rythme de l'année passée, il pourrait bien gêner les favoris.

Statut : inscrit aux tours préliminaires.
Sa force : expérience du très haut niveau.

UThermal :

Si vous avez suivi les phases qualificatives européennes des WCS Austin, vous aurez obligatoirement remarqué qu'UThermal était le seul Terran inscrit. Force est de constater qu'aujourd'hui il reste très peu de Terran européens compétitifs. Lors de ces phases qualificatives, le joueur hollandais a rapidement été confronté à Snute. Malgré un match très disputé c'est le joueur zerg qui s’est imposé, envoyant UThermal affronter DnS dans le « loser bracket ». Vaincu assez largement par le Français, il peut sembler étonnant de le retrouver dans les joueurs capables de créer la surprise.



UThermal sera-t-il capable de réitérer l'exploit des IEM Shangaï ?
 

Certes, aujourd'hui, il est difficile d'évaluer l'état de forme du Terran hollandais mais il ne fait aucun doute que ce joueur peut se reprendre. Il n’y a pas si longtemps, en septembre dernier, lors des WCS Mexico, il a fini 4e du tournoi. Confronté successivement à ShoWTimE, en demi-finale, puis à Neeb, en petite finale, cette quatrième place est tout de même représentative d’un bon parcours. En somme ces WCS Mexico sont une bonne représentation de son niveau réel. Sa plus grosse performance de l'année 2016 reste sa victoire aux IEM Shangaï. Espérons pour lui qu'il sera capable de renouveler cette prouesse et de rejoindre les favoris dans le dernier carré de la compétition !

Statut : inscrit aux tours préliminaires.
Sa force : sous-estimé.

Ceux qui peuvent vraiment surprendre

Voilà, pour nous, les vrais « poils à gratter » de ces WCS. Quatre joueurs au palmarès léger mais en grande forme, et avec une capacité innée à passer entre les gouttes. L’un de ceux là peut aller loin, très loin et se baigner dans les larmes des favoris.

Cham :

Au Mexique il y a le roi Major et ses deux dauphins, Kelazhur et Cham. D’une manière assez étrange, le Zerg Cham est souvent considéré comme le troisième homme, derrière ses compatriotes terrans. Pourtant, à l’heure actuelle, il est clairement le second de Major et se permet de venir titiller le maitre. Certes, son palmarès est essentiellement constitué de médailles en chocolat mais le Zerg est actuellement dans le top 20 du classement aux points WCS hors Corée, loin devant un Kelazhur et sa 47e place.
 


(Source : @Chamsc2)


Surtout, lors de la dernière finale de Copa America, qui servait de tournoi qualificatif pour Austin, c’est un Cham accrocheur qu’on a pu voir. Rendant coups pour coups à un Major de moins en moins inaccessible, il aura fallu une septième carte pour les départager.

Statut : qualifié.
Sa force : très sous-estimé.

Iasonu :

Certes, la Chine peine encore à se hisser au niveau des plus grandes nations sur StarCraft II mais, depuis quelques temps, sa jeune génération relève la tête et montre parfois de belles choses. On commence à prendre l’habitude de voir tout ou partie du quatuor « iAsonu – TIME – MacSed – TooDming » s’inviter dans les grands rendez-vous internationaux. Cette fois, seuls les deux premiers ont réussi à s’assurer une place privilégiée à Austin, s’évitant les deux premières phases de groupes. Dans ce duo chinois, c’est iAsonu qui nous semble le plus à même de cueillir ses adversaires.
 


Premier représentant de l’empire du Milieu aux points WCS, iAsonu est surtout le plus apte à varier un peu son jeu. Sur un ou deux all-in, il peut faire mal à n’importe qui dans le circuit.

Statut : qualifié.
Sa force : plus solide qu’on ne le croit.

PiLiPiLi :

Considéré comme une valeur montante de la scène nord-américaine, PiLiPiLi n'en est pas moins une énigme pour bon nombre d'observateurs. Ce jeune Kazakh résident aux Etats-Unis pour exercer son métier de joueur professionnel semble être en pleine période de progression. Son point faible connu reste la gestion des parties trop longues. Cependant certaines de nos sources chez les joueurs professionnels nous ont susurré à l’oreille qu'il a énormément travaillé cet aspect de son jeu et semble aujourd'hui plus à l'aise dans ce domaine.


PiLiPiLi lors de la DreamHack Austin 2016
(Source : Liquipedia.net)

Actuellement classé 5e du classement WCS hors Corée, le Protoss semble pouvoir se frotter à quelques-uns des plus gros poissons du tournoi. Pour preuve, lors des phases qualificatives des WCS Austin, il a réussi à se hisser en finale face à Neeb. Même si ce dernier lui a infligé sévère 3-0, PiLiPiLi a réussi à vaincre des joueurs tels que puCK ou TRUE.

Statut : qualifié.
Sa force : dans une bonne dynamique

Bly :

L’Ukrainien Bly jouait déjà à la Dreamhack de Jönköping en 2012, c’est dire si ce n’est pas un perdreau de l’année ! Voilà pourtant un joueur plutôt habitué aux dixièmes ou vingtièmes places qu’au podium, même s’il peut occasionnellement réaliser de belles performances (la plus récente en janvier 2016, avec une finale perdue contre PtitDrogo lors de la Dreamhack de Leipzig). Et pourtant Bly fait peur à beaucoup d’adversaires, qui craignent sa palette inégalée de cheeses, fourberies et autres bassesses.
 


L'Ukrainien de la Team expert possède mille cheeses.
Le troisième va vous surprendre....les autres aussi en fait.
Photo : Team expert

 


Une partie contre Bly, c’est le film « L’arnaque », rien ne va se passer comme prévu. Bâtiments cachés, contre-timings, abus en tout genre, rien n’est trop sale pour le Zerg du moment que c’est un choix gagnant. Ses adversaires le savent et c’est presque une nouvelle force : personne n’ose croire à une partie classique contre lui. C’est notre ami Yogo qui résume le mieux le personnage :

 

Bien qu'il n'ait ni la meilleur micro ni la meilleure macro, il illustre parfaitement le principe MoMaN « mettre son pénis dans ton cerveau ». C'est vraiment un joueur contre qui il ne faut jamais baisser sa garde.


Statut : Inscrit aux tours préliminaires.
Sa force : aussi fou que sa réputation.

 

Raise your baguette !

À quelques jours des WCS Austin, où il devra passer par les tours préliminaires, PtitDrogo a accepté d’échanger avec nous sur son état d’esprit du moment. Le joueur français ne s'est pas facilité la tâche en ne sécurisant pas une place directe pour les dernières phases  de groupes. Son entrainement en Corée,  ces dernières semaines, pourrait lui permettre de surprendre bon nombre d'observateurs et de joueurs, à condition qu'il soit prêt à relever de nombreux défis...
 


PtitDrogo reste le seul espoir français.

 

Bonjour PtitDrogo !  À la rédaction d'O'Gaming nous croyons en toi. En effet, nous pensons que tu peux gêner les favoris de la compétition. Penses-tu, toi aussi, que tu seras capable de rivaliser avec des joueurs comme ShoWTimE, Neeb, Nerchio ou encore Snute ? Il y a quelques temps tu nous révélais ton objectif de faire partie de ces favoris au cours de l'année 2017, penses-tu être proche du but ?
Bonjour ! Le fait de m'entrainer uniquement sur le ladder coréen rends l'estimation de mon niveau en WCS un peu difficile. En effet mes seuls résultats récents en ligne, et sans lag, contre des « foreigners » sont un 3-0 contre Scarlett et un 4-1 contre Major lors du 11e Gauntlet de 2017. Pour tout vous dire c'était une petite victoire morale pour moi après qu'ils se soient qualifiés en Code S et pas moi (rire). J'espère qu'à Austin je vais pouvoir réitérer ces résultats mais sincèrement il m'est difficile de prédire quoi que ce soit pour cette compétition.

 

PtitDrogo retrouvera t-il son entrain lors d’une compétition sans lag ? Les outsiders préférés de la rédaction réussiront-ils à faire déjouer les favoris ? Brenda retrouvera t-elle Robbie ou partira t-elle avec son frère jumeau maléfique ?

Pour le savoir, rendez-vous de vendredi à dimanche, pour suivre la diffusion des WCS Austin en direct sur O’Gaming.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.