d

11 avr. 2017 - Nepou StarCraft 2

WCS : Un monde sans Coréens

WCS : Un monde sans Coréens

Alors que les qualifications régionales pour le premier événement de la saison 2017 des WCS, qui se jouera lors de la DreamHack Austin, sont presque terminées, la rédaction revient sur les succès et échecs de vos joueurs favoris.

La première grande étape du circuit WCS, qui regroupe tous les pays hors Corée, se jouera à Austin, au Texas, à la fin du mois d'avril. Qui dit « WCS », dit « qualifications » et elles ont été nombreuses. Alors que le reste du monde s'est limité à un simple tournoi en plusieurs phases, en Europe et en Amérique du Nord la qualification s'est déroulée en trois longues étapes. La première a consisté en une qualification par le biais du classement sur le ladder, les huit premiers joueurs éligibles du classement Grand Maître recevant une place pour le tour suivant. Ce sont ensuite deux tournois qualificatifs qui ont permis de fournir les huit autres qualifiés. Un arbre à double élimination a enfin permis de sélectionner les quatre candidats retenus. Mais, cela ne fait que 16 candidats, « n'y en avait-il pas 32 l'année dernière ? » nous demanderez-vous. Vous avez vu juste chers lecteurs, les 16 derniers participants seront issus d'un tournoi qualificatif hors-ligne joué directement sur place. On revient donc au format DreamHack classique : trois phases de groupe pour rejoindre les 16 joueurs déjà qualifiés recevant une place directe en troisième tour.

Ne pas avoir pris une place qualificative dans un tournoi préliminaire est un gain manqué sensible en points WCS et en argent frais, mais il sera ainsi possible de se rattraper en se qualifiant sur place, dès lors qu'on a les moyens de s'y rendre. Les qualifications déjà jouées, si elles ne sont donc pas exclusives, sont tout de même riches d'enseignements. Nous vous emmenons dans un petit tour du monde des places, tous frais payés, pour le Texas.

 


Qui succédera à TRUE, vainqueur de la dernière DreamHack en date ?
Photo : Pierre Yves Laroche / DreamHack

 

ShoWTimE domine, DnS si près du but

Pour trouver le meilleur joueur européen, il n'y a pas à chercher loin. Au terme d'un parcours splendide, ShoWTimE entame cette nouvelle saison WCS de la plus belle des manières en devançant trois Zerg. Le Protoss allemand, qui a déjà participé à une BlizzCon, semble bien parti pour renouveler son haut fait de l'année 2016 : un titre à Tours. Derrière lui on retrouve Snute et Nerchio, tous deux habitués des podiums européens et qualifiés sans surprise. Pourtant aucun des deux n'obtient la deuxième place (et la coquette somme de 1200$ agrémentée de 140 points WCS) qui revient au jeune Serral. Après s'être fait éliminer à deux reprises au premier tour des WCS l'année dernière, le Zerg Finlandais essaiera de monter plus haut. Il a montré qu'il en était capable et doit désormais confirmer.

Côté français, c'est la déception pour les quatre engagés. Bons mais pas assez pour briguer une des quatre places, ils ne sont pas parvenus à se qualifier. DnS était pourtant particulièrement près du but, échouant à une seule partie de la qualification contre Nerchio. En ouvrant à tous l'open bracket, le nombre de places de qualifiés internationaux diminue et c'est bien dommage : tous les joueurs n'ont pas les moyens de s'offrir un billet d'avion pour les États-Unis afin de concourir. PtitDrogo saisit pourtant le taureau par les cornes en se rendant à Austin, on ne peut que lui souhaiter bon courage afin d'atteindre les hauteurs du classement. Il sera le seul représentant de la baguette à retenter sa chance.

 


En 2016, à Leipzig,c'est lors de la première DreamHack de la saison que PtitDrogo avait décroché un titre !
Photo Adela Sznajder / DreamHack

 

L'Amérique du Nord délivrée des Coréens

Nous vous entendons crier ! Oui, c'est évident. Oui, tout le monde le sait. Néanmoins, c'est la première fois depuis 2013 qu'aucun joueur coréen expatrié ne s'est qualifié à une saison WCS. Si TRUE peut encore espérer passer par l'open bracket, il a été sèchement éliminé du tournoi qualificatif après avoir perdu contre Neeb et PiLiPiLi. Après plusieurs années d'essais, de durcissement des régimes d'immigration et de départs en retraite, Blizzard est enfin arrivé à ses fins : les foreigners sont protégés de la domination totale et sans partage que faisait peser la Corée sur le reste du monde. Le tournoi global « GSL vs the World » dans lequel tout le monde se retrouvera en juillet dira si c'était une bonne chose.

Une autre surprise de ces WCS est l'élimination de Scarlett, pourtant passée en GSL, qui échoue à se qualifier pour la DreamHack Austin. C'est plus logique lorsqu'on sait qu'elle jouait de Corée, en horaires décalés et que, n'aimant pas le ZvZ, elle a décidé de jouer Protoss dans le matchup. Il semblerait que la race ne soit pas si « a-click » que cela puisque le redoutable JonSnow l'a écrasée 3 à 0 dans un match à sens unique.

On peut se rassurer en se disant que si une chose ne change pas en Amérique du Nord, c'est que Neeb reste le patron. Avec un arbre final quasiment parfait – il ne perd que deux cartes – le Protoss états-unien a massacré sans pitié ses adversaires et s'affiche d'ores et déjà comme l'un des favoris pour un titre à Austin.

 


Neeb, un patron qui s'affirme en Amérique du Nord
Photo : Robert Paul / DreamHack

 

Le reste du monde s'enracine

Avec la réduction du nombre de places qualificatives, l'importance du reste du monde est considérablement renforcée cette année. Et l'élément notable de ces qualifications régionales est l'impressionnante réussite de l'équipe Root Gaming. Avec le Mexicain Cham et les Australiens Probe et iaguz, l'équipe américaine aura donc au moins quatre représentants au plus haut niveau dans cette DreamHack Austin – l'américain puCK ayant également réussi à se qualifier. Si cela peut sembler anodin, l'exposition médiatique d'une qualification WCS et un voyage tous frais payés sont une excellente opération pour des joueurs océaniens peu souvent présents dans les grandes compétitions internationales. Par ailleurs, affronter ses adversaires sans avoir une seconde ou deux de latence est incontestablement plus confortable et devrait leur permettre de donner le meilleur d'eux-mêmes.

En Chine, iAsonu confirme son statut de patron de la scène et la domination de son équipe : Invictus Gaming. Les vétérans TooDming et MacSed ne seront cependant pas du voyage puisque le Terran TIME – ex-équipier de ByuN – leur chipe la seconde place. Entre Hong-Kong, Macao et Taïwan les jeux ne sont pas encore faits, il faudra attendre le 13 avril pour savoir si Has pourra se rendre aux États-Unis. 


Has se qualifiera-t-il pour les WCS ? La réponse dans quelques jours !

Si les dernières qualifications ne seront pas diffusées sur la TV qui poutre, vous pourrez bien évidemment retrouver la DreamHack Austin – avec vos commentateurs favoris – du 28 au 30 avril sur O'Gaming TV !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.