d

16 oct. 2016 - Wicket League of Legends

Wildcards : destins croisés

Wildcards : destins croisés

A l'heure où les quarts de finale se terminent, il est temps de faire un bilan. Alors que la plupart des grosses écuries sont au rendez-vous, quelques surprises sont à noter. Intéressons-nous de plus près aux résultats des deux équipes Wildcards : INTZ e-sports et Albus Nox Luna.

INTZ ou la hype Revolta

INTZ e-sport s'est brillamment qualifiée pour ces Worlds 2016 après avoir dominé la scène brésilienne lors des derniers playoffs CBLOL, puis en remportant leur match éliminatoire contre les turques de Dark Passage, après avoir fini deuxième des phases de groupes du qualifier Wildcards. Leur entrée en lice pour ces Worlds, face à Edward Gaming, premier seed chinois, ne présageait rien de bon. Opposés à Deft et Clearlove, respectivement parmi les meilleurs ADC et jungler mondiaux, on prédisait aux joueurs brésiliens un énorme stomp. Mais un homme en avait décidé autrement : Revolta.

Jungler de son état, Gabriel Henud dit Revolta est un joueur qui a fait toute sa carrière au Brésil dans des équipes telles que CNB e-sports Club, Keyd Stars et dernièrement INTZ e-sport. Et c'est donc sous ces couleurs que Revolta va réaliser l'un des plus grands exploits de sa carrière. Celui qui devait subir la loi de Clearlove dans la jungle lors de cette première journée des Worlds 2016, va complètement dominer la game et mener son équipe à la victoire face à EDG.

Avec son pick Lee Sin et face à une opposition sans réel engage, le joueur brésilien va nous faire montre de toutes ses mécaniques sur un personnage qui, malgré son apport incontestable à la jungle de League of legends, n'avait pas les faveurs des pros lors des compétitions importantes ces derniers temps. Tout va commencer en very early, aux alentours de la septième minute, avec un gank sur la bot lane et un double kill pour le jungler INTZ et la prise de la première tour.

À partir de ce moment, Revolta sera intenable. Il va mettre en œuvre un snowball pour son top laner et complètement « nullifier » le pauvre Mouse et son pick Irelia, pourtant un champion sensé carry une game. En face, Clearlove ne semblait pas avoir de réponse face à l'agressivité du jungler brésilien et du style complètement aggro des INTZ. Avec quelques flash kick de génie permettant de nombreux pick up sur l'équipe EDG, INTZ se permettait de prendre un baron, puis un deuxième, portant l'écart avec leurs opposants jusqu'à 12K gold. Après un dernier dragon ancestral, les brésiliens termineront la game en 42 min sur un score de 19 kills à 12.

Au delà du score et de la victoire INTZ face à l'un des favoris pour le titre mondial, c'est plus la façon de jouer qui a marqué l'ensemble des fans de League of Legends. Avec un Revolta survolté sur son pick Lee Sin, les INTZ ont montré un style de jeu hyper agressif qui plaît à la communauté LoL, avide de sang, de kills en pagailles et de plays monstrueux. Le style de jeu que nous ne sommes pas habitués à observer lors des games importantes où les équipes sont parfois tétanisées par la peur de perdre. Ce style de jeu incarné par Revolta et son pick Lee Sin (pick qui va se populariser auprès des autres junglers du tournoi après cette game) va provoquer une réel hype autour de l'équipe INTZ.

Un feu de paille

Une hype qui va vite retomber. Lors de leur deuxième game de ces Worlds face à H2K, INTZ va se faire complètement stomp. Avec un pick Rek'Saï beaucoup moins porteur d'engage et d'out-play que fut son Lee Sin face à EDG, Revolta n'a pas su, ou pu, porter son équipe et la mener à une deuxième victoire. Pire même, l'agressivité et les pick up dans la jungle qui avait fait le fonds de commerce de l'équipe brésilienne en game 1 étaient désormais du côté européen, sous l'impulsion d'Odoamne et Jankos avec leurs picks Kennen et Skarner, qui ont fait la différence dans cette game avec leurs CC. En plus de cela, le laning INTZ fut compliqué avec une équipe H2K qui a complètement out-farm les brésiliens, notamment en early. Résultat : un 12 à 1 pour H2K et une game clôturée en 30 minutes.

Après cette première déconvenue, INTZ décida donc de revenir à ce qui avait fait son succès lors du premier jour et à ce qui avait provoqué la hype autour d'eux : le Lee Sin de Revolta. Mais, malgré la bonne volonté du jungler brésilien, le résultat ne fut pas le même que lors de leur game contre EDG. Face à AHQ, Revolta semblait bien trop seul pour pouvoir faire la différence. Là où Yang l'avait bien épaulé en game 1 avec son pick Gnar, le pauvre Lee Sin fut laissé un peu à l'abandon sur ce match. AHQ avait clairement ciblé le jungler INTZ en le privant de ressources, tout cela grâce à leur pick Nidalee qui n'hésitait pas à invade la jungle de Revolta en cross map dès que celui-ci apparaissait à un endroit de la carte.

En plus de cela, la bot lane brésilienne ne faisait pas son travail. Avec deux porteurs d'engage que sont Ashe et Bard, Micao et Jockster se devaient d'initier les team fights, ou tout du moins appuyer les initiations du Lee Sin de Revolta, mais il n'en fut rien. Pas une arrow bien placée, pas un destin tempéré bien lancé ou timé. Le pauvre Lee était isolé (nous ne parlerons même pas du Kennen de Yang complètement au fond dans cette game). Qui plus est, les AHQ était bien plus agressifs que INTZ, et ce sur toutes les lanes, alors que cette même agressivité avait pourtant fait le succès des brésiliens. Sans map control, avec une passivité profitable à leurs opposants, les INTZ ont perdu la guerre macro sur cette game en se faisant out-rotate continuellement. C'est donc tout naturellement que les AHQ gagneront cette game en 35 minutes sur un score de 17 à 9.

Il serait fastidieux de décrypter le reste des games INTZ. En effet ils ne retrouveront jamais ce qui avait fait leur charme lors de cette première game épique contre Edward Gaming. Là où ils maîtrisaient leurs engages, où ils faisaient montre d'une agressivité toute en contrôle et où leur decisionning semblait sans faille, tout cela a brûlé tel un feu de paille. L'équipe brésilienne wildcards s'est fait stomp sur l'ensemble de leurs matchs retours. C'est alors que nous avons fait face aux mauvais côtés INTZ, ou plutôt à leurs limites. Erreurs de decisionning ou de calculs (comme lors de leur game face à H2K où ils tentent de dive entre la T1 et la T2 bot et où ils se font complètement backfire par la structure européenne, ou bien encore quand ils tentent désespérément de prendre un kill sur Rumble en fin de partie alors que leur nexus est sur le point de tomber), agressivité non maîtrisée, recherche du kill à outrance aux dépends de la prise d'objectifs neutres ou ennemis,  les INTZ ont alors adopté un style proche d'une équipe de solo Q plutôt que de celui digne d'une équipe de Worlds, ceci par manque d'expérience mais également de talents intrinsèques malheureusement.

Néanmoins, leurs attitudes in et hors game et la hype que leur premier match a provoqué en ont fait une équipe intéressante de ce mondial 2016 et une des plus rafraîchissantes. Par ailleurs, ils ont également prouvé que la scène brésilienne était en plein essor et qu'il faudrait peut-être compter avec eux à l'avenir. Souhaitons qu'ils reviennent et qu'ils nous offrent des games d’anthologie comme celle face à EDG. Ils quittent donc ces Worlds 2016 avec un bilan d'une victoire pour cinq défaites.

Albus Nox Luna, première mondiale

La seconde équipe Wildcards est Albus Nox Luna. Précédemment connus sous le nom de Hard Random, ils ont gagné leur cinquième titre de la région russe, puis ont éliminé les latino- américains de Lyon Gaming au tournoi de qualification international Wildcards pour finalement obtenir leur billet pour les Worlds.

Engagée dans un groupe hyper relevé, avec Rox Tigers (premier seed coréen), G2 e-sport (premier seed européen) et CLG (deuxième seed nord-américain), l'espoir de qualification de l'équipe russe était infime voir quasi nul. Malgré tout, Albus Nox a réussi là où INTZ et toutes les autres équipes Wildcards avant eux avaient échoué, c'est à dire à se qualifier pour les quarts de final d'un championnat du monde de League of legends.

Tout commença pourtant mal pour l'équipe russe avec une défaite face à Rox Tigers. Ils montraient quand même une bonne agressivité (caractéristique de toutes équipes Wildcards ? ) en early game, prenant même le first blood sur Smeb et en jouant le kill pour le kill. Mais passé les 15 minutes de jeu, une accélération de Rox grâce à un Pray stratosphérique sur Lucian, qui multipliait les plays de haut vol, et un Smeb dissuasif avec son Rumble, aura eu raison des bonnes intentions russes.

La deuxième game sera celle du début de la belle histoire Albus Nox. Face à CLG, les russes vont faire montre de la même agressivité que celle mise en place face à Rox Tigers. Les deux équipes se rendent kills pour kills et le match est très rythmé et plaisant à regarder. Mais à 26 minutes les Albus Nox vont faire LE move. Un sneaky baron, non vu et donc non contesté par CLG. À partir de ce moment, les ANX vont commencer à out-rotate les CLG. Après cela c'est sur un autre baron que la game va se décider. À 35 minutes de jeu, les CLG se lancent à leur tour dans un baron et ce qui devait arriver arriva : le NA baron throw. 4 morts côté CLG, 1 du côté Albus Nox, et la récupération du baron pour les russes. Les CLG perdent cette game sur une erreur courante pour les équipes nord-américaines.

Likkrit enflamme San Francisco

Vint alors la game face aux européens de G2. Sans doute la game qui va construire la hype autour de l'équipe Albus Nox. En guise de support, ANX va alors choisir Brand, un des picks signature de Likkrit, un pick que l'on ne voit habituellement qu'en solo Q. Les russes vont capitaliser sur ce pick, bien combiné avec celui d'Anivia en mid lane, pour contrôler la game, ajouter des dégâts à leur compo par rapport à celle de G2, et zoner ces derniers dans les team fight. Puis vint à nouveau le sneaky baron à 3 (Brand, Elise et Anivia) à 24 minutes de jeu, ce qui va accélérer la game Albus Nox. Résultat : une game qui se finit en 40 minutes par une victoire des russes qui ont eu le contrôle de toutes la game, tant sur les objectifs neutres que sur les tours ennemies, avec un style de jeu bien plus agressif caractérisé par ce pick brand de Likkrit.

Que dire des autres games ? Une game parfaite face à CLG où les Albus Nox ne perdent aucunes tours, où les russes mettent toujours autant d'agressivité tout au long du match grâce à leur support Likkrit, mais aussi et surtout grâce au jungler PvPStejos, autre grand artisan de la réussite des Wildcards, qui se permet de montrer une grande présence avec un Graves, et ce même en early game là où d'autres se seraient contentés de farmer. Une victoire, ensuite, face à Rox Tigers en 66 minutes, avec une défense « à l'européenne » du nexus coréen, c'est à dire au Zz'Rot, qui permet de valider l’accession d'Albus Nox Luna aux quarts de finale des Worlds 2016, une première pour une équipe Wildcards.

Néanmoins et malgré tous les éloges que nous pouvons faire aux russes pour cette qualification historique, on peut encore reprocher certaines choses à cette équipe, comme une propension à forcer certains objectifs ou certaines phases de jeu par moment. Lors de cette même game face à Rox, les russes ont eu tendance à forcer les choses, comme ces 2 barons qu'ils se font steal par Peanut, ce qui retarde leur victoire et qui aurait même pu les faire perdre.

On peut encore leur reprocher une certaine déconcentration comme face à G2, équipe déjà éliminée, et qui les privera du premier seed pourtant accessible. Des catchs trop faciles, des erreurs de positionnement et des joueurs pas assez concentrés sur les objectifs mèneront les Albus Nox à la défaite malgré leur qualification acquise précédemment.

Enfin leur dernière game face à Rox fut un non match pour les russes, malgré un early game encore une fois positif sous l'impulsion de PvPStejos.

Et maintenant ?

Qu'est ce qui attend désormais les Albus Nox Luna ? Certains diront l'enfer face à des H2K qui ont fini premiers de leur groupe devant les EDG, pourtant l'un des grands favoris pour le titre mondial 2016. Sous l'impulsion d'un Ryu en mode God Like sur des picks comme Cassiopeia (avec laquelle il a réglé son problème d'ulti) ou Ryze (avec lequel il reste invaincu sur ces Worlds 2016), et d'un Forgiven ("Godgiven" pour la fan base de l'adc grec) qui semble enfin être arrivé à maturité pour se mettre au service de son équipe, même s'il peut toujours être sujet à quelques moves discutables (on se souvient encore de son flash in dans le baron pit contre AHQ, le premier jour pour tenter de récupérer un kill sur une Jinx low life), les H2k sont bien armés pour remporter cette série face aux russes. Qui plus est, nous pouvons nous interroger sur le niveau réel d'Albus Nox sur un BO5, toujours plus compliqué à gérer qu'un BO1, bien entendu.

Néanmoins, certains diront que tout reste possible. PvPStejos n'a rien à envier en terme d'agressivité et de présence sur la map à Jankos. Likkrit paraît à même de détruire Vander avec des picks offensifs comme Brand ou peut être Zyra, qui sait (surtout si le support européen continue de face check les bushs Lvl 1). Enfin, Smurf sur la top lane a montré une bonne solidité sur sa lane et peut tout à fait contester Odoamne.

Seul l'affrontement entre ces deux équipes nous apportera des réponses claires. Néanmoins, la hype et le capital sympathie qui se sont créés autour des russes ainsi que leur qualification historique pour les quarts de finale sont déjà une grande victoire pour l'équipe d'Albus Nox Luna, qui porte les espoirs de tous les fans russes. Souhaitons pour eux que le conte de fée continue. Souhaitons également, pour nous, que Likkrit nous gratifie une nouvelle fois d'un de ses discours enflammés et de quelques plays endiablés.

 

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.