d

24 févr. 2013 - Kere StarCraft 2

Wings of Liberty Ending : HuK

Wings of Liberty Ending : HuK

HuK n’est pas le meilleur des joueurs, ni même le meilleur des Foreigners. Irrégulier, controversé, il a pourtant largement marqué l’histoire du jeu de son empreinte, certes souvent trop mollassonne.

Avant l’arrivée de Scarlett, on pouvait résumer la scène nord-américaine à deux noms : IdrA et HuK, des champions de la fanbase, des professionnels qui font parler pour diverses raisons et qui parfois gagnent aussi. Si l’Américain arrivera plus tard dans ce dossier (oups, scoop), c’est au tour du Protoss Canadien de s’allonger sur la table.

Passeport

Nom : Chris Loranger

Âge : 23 ans

Nationalité : Canada (né aux Etats-Unis)

Race : Protoss

Équipes : Millenium puis Team Liquid et Evil Geniuses

Plan de vol d’un bad boy

HuK est un petit bonhomme difficile à saisir. Né aux USA, il a vécu une enfance délicate avec troubles familiaux et passage en prison pour adolescents. Il part alors avec sa famille au Canada et se rachète une bonne conduite. Il se lance alors dans les jeux vidéo, où les passages derrière les barreaux ne sont que virtuels.

Devenu excellent sur Starcraft II, il rejoint l’équipe Millenium où il fait ses premières armes. Sur la bêta, HuK se fait un nom, avec un nombre de victoires spectaculaires et des participations notables dans les tournois.

Chez les Français, HuK participe en août 2010 aux IEM Cologne où il perd contre Artosis (si, si). Il enchaîne alors par la MLG Raleigh. Nous sommes dans les premiers tournois Starcraft II. Les Coréens ne sortent pas encore et HuK en profite. Il gagne cette MLG devant KiWiKaKi et Socke. Oui, on est d’accord, un podium pareil n’est pas près de se reproduire.

HuK change alors de crémerie et voit plus gros. Il arrive dans la célèbre Team Liquid aux côtés de TLO and co. Il finit alors troisième de la MLG Washington après avoir perdu contre son grand rival IdrA. Très vite, les choses se gâtent pour lui. Il fait ainsi une piètre prestation à la MLG Dallas en novembre. Il décide alors de partir en Corée pour s’y faire un nom là bas et il va réussir.

La belle escale en GSL

En mars 2011, HuK fait partie des rares sélectionnés pour le Code A. Alors que les autres foreigners se font massacrer, HuK se débrouille bien. Il bat Curious, puis RevivaL (son coéquipier actuellement) mais perd contre LosirA. Deux tours pour un Canadien en GSL, c’est déjà bien.

En Up&Down, il arrive à se qualifier pour le Code S. Il y fait de la figuration malheureusement, s’inclinant contre InCa et July. Il arrive tout de même à s’y maintenir et en juillet il retente sa chance.

Cette fois, les choses se passent beaucoup mieux. Il domine aLive et Killer et rentre dans le bracket final. Le Canadien se fait alors décoiffer par MC. En août, il s’engage dans son troisième Code S de suite. Il sort second de son groupe derrière Bomber et tombe sur NaDa dans l’arbre final. Si HuK s’impose, c’est pour mieux tomber au tour suivant, contre un irrésistible Mvp, 3-0.

Pour HuK, peu importe, il progresse en GSL et il est pris au sérieux.

En octobre 2011, malheureusement, il sort au premier tour mais sa troisième place dans le groupe lui permet de continuer en novembre. Là, il passe le premier groupe mais chute dans le second.

HuK est stable mais ne va jamais très loin. Néanmoins, il fait figure d’habitué et il gagne à l’étranger.

En juin 2011, il avait ainsi brillamment remporter ce qui reste pour moi la meilleure des DreamHack. Dans une finale épique, il s’impose d’un rien contre Moon et son célèbre sixpool. Une semaine plus tard, il gagne la HomeStory Cup #3. Son apprentissage en Corée est très bénéfique.

HuK est le meilleur des Foreigners à cette époque, et de loin. Il se laisse alors séduire par le mastodonte Evil Geniuses en août. L’équipe américaine veut l’associer à son grand rival IdrA et communiquer au maximum sur ce rapprochement improbable. Leur rivalité est devenue légendaire en avril de cette même année. Lors de la MLG Dallas, les deux joueurs qui se détestent et se provoquent, s’affrontent à nouveau. Alors qu’IdrA a largement pris le dessus, HuK joue son va-tout et fait apparaître des void ray avec ses sentinelles. IdrA n’y voit que du feu et quitte la partie qu’il allait gagner. Cette partie restera comme une des plus célèbres du jeu.

En octobre, HuK confirme en gagnant la MLG Orlando sous le nez de MC. L’avenir s’annonce rose alors pour le Canadien. Personne n’imaginait alors qu’il gagnerait là son dernier titre.

La traversée du désert

Fin décembre 2011, HuK participe aux Up&Down pour retrouver sa place chérie en Code S. Il échoue et tombe donc dans la division inférieure. C’est une surprise, on s’était fait à sa présence dans l’élite. On se dit alors qu’il va vite corriger le tir. Il n’en sera rien.

La carrière brillante de HuK prend un sérieux coup d’arrêt à cette période. Le Canadien ne gagne plus. Il s’entraîne moins et fait preuve d’une irrégularité qu’on ne lui connaît pas.

Il commet aussi de grossières erreurs. Lors de l’IPL#3 par exemple, fin 2011, il place un superbe pylône dans la B1 d’Inori. S’il peut warp, il gagne la partie, mais il utilise alors sa sonde pour aller scout la ligne de minerai. Inori comprend alors tout de suite qu’il y a un pylône. Même moi, avec mon faible niveau, je n’aurais pas commis une telle erreur.

Qu’arrive-t-il à HuK ? On parle d’EG Curse. C’est surtout un problème d’encadrement. Il est de loin le joueur le mieux payé de la planète SC2 avec 8 000 dollars par mois. Il n’a pas vraiment besoin de se détruire la santé à s’entraîner. Il se fait rare, même si son stream est suivi.

HuK s’efface alors progressivement même s’il est capable de quelques rares bons coups.

En janvier 2012, il disparait de la GSL, s’inclinant au premier tour du Code A contre le modeste Terius. C’est le symbole de sa chute en Corée mais on pense qu’il peut se refaire avec les MLG. Lors de la MLG Winter Arena, il prend une très jolie troisième place. Il enchaîne alors par la Winter Championship où il termine quatrième. Mais ce regain de forme ne perdure pas. Il échoue ensuite dans quasiment toutes ses sorties. On prend même l’habitude de le voir sortir très tôt des tournois, un peu comme IdrA ou iNcontroL.

Cet été, les WCS Canada apparaissent comme un grand test pour lui. On attend de voir s’il est fini ou non. Le public est dur. HuK y est attendu mais se fait totalement voler la vedette par Scarlett. C’est elle qui l’envoie en loser bracket très sèchement. TT1 lui barre ensuite la route. Dans les derniers matchs de barrage, il perd même contre l’inconnu Tubbythefat, lui, le Roi du Canada. 

Il se qualifie alors pour les WCS Nord Amérique avec une très triste dernière place qualificative. Lors de ce tournoi, c’est une nouvelle fois Scarlett qui le bat, puis MajOr. HuK termine neuvième de la grande finale de son continent, ce qui l’envoie tout de même à Shanghai pour la finale mondiale. Il s’y fait tout petit, dernier de son groupe, fin de l’histoire.

A la fin de l’année 2012, on sent que HuK se rebelle. Il est vexé, il veut effacer ces derniers mois et faire taire les critiques. Toujours convalescent et boiteux, il fait tout de même un beau parcours lors de l’IPL#5, sortant du Winner face à Life (normal) mais éliminant ensuite Goswser, Ryung et YoDa. HuK joue mieux.

GOM.TV le sait et l’invite pour la première GSL de l’année 2013. Il participe aux Up&Down et personne ne le voit sortir de son groupe. NaNiwa loue même un cinéma pour assister à sa déroute. Mais HuK est brillant, de retour, et il réalise l’exploit de sortir de son groupe, direction le Code S. On est tous sur le cul. Là, le Canadien tombe dans un groupe immonde avec Sniper, Bomber et GuMiho. Il ne peut rien faire face à cela et tombe en Code A.

Aux portes du terminus Wings of Liberty

Après sa défaite en Code S, HuK s’incline au premier tour du Code A contre l’excellent joueur de Samsung KHAN Shine. Il sort alors de la GSL. Les critiques pleuvent, souvent très injustes. HuK craque sur Twitter. S’il a lâché prise pendant un bon moment, reconnaissons humblement qu’il a été à la hauteur de son nom lors de cette GSL, ce qui est de bons augures pour la suite.

Casier judiciaire

Taper sur HuK a été tellement facile en cette année 2012 qu’il a bien mérité qu’on le lâche un peu. Allez hop, si tu as fait des conneries, c’est amnistie.

Distinctions

• Août 2010 : Vainqueur de la MLG Raleigh

• Octobre 2010 : Troisième de la MLG D.C.

• Juin 2011 : Vainqueur de la DreamHack Summer

• Juin 2011 : Vainqueur de la HomeStory Cup #3

• Octobre 2011 : Vainqueur de la MLG Orlando

• Février 2012 : Troisième de la MLG Winter Arena

• Mars 2012 : Quatrième de la MLG Winter Championship

• Août 2012 : Qualifié pour la finale mondiale des WCS

• Janvier 2013 : Qualifié pour le Code S en sortant de son groupe en Up&Down

L’avis de la compagnie « Wings of Liberty »

« HuK est un très bon foreigner, un des plus marquants, notamment pour sa longue présence en GSL, mais il ne se donne pas à fond, au grand détriment de sa carrière. »

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

GL999
GL999 - 24/02/2013 18h23

Huk est un joueur au parcours atypique sur de nombreux aspects dont notamment une enfance difficile, ce qui rend son histoire d'autant plus belle. On se souviendra de lui pour avoir été le foreigner qui aura le plus durablement réussi en Corée avec une dizaine de GSL, 6 code S dont un Ro8, le tout étalé sur 2 ans... Il détient toujours un des plus gros palmares de WoL avec notamment une HSC, une DH, 2 MLG et de nombreuses places d'honneur. Il restera aussi un des joueurs les plus sympathiques, charismatiques, et humoristiques du circuit... Son PvP restera dans les annales comme un des meilleurs de WoL...

Un grand joueur, qui aura éclaboussé WoL de son talent et marqué la scène de son empreinte.

http://fr.twitch.tv/jabba_sp/b/282882263

http://www.youtube.com/watch?v=hctUYFMdv5Y

NicolasFerrie
NicolasFerrie - 25/02/2013 06h00

Merci pour la vidéo GL999 ça faisait un moment que je la cherchais , cette game est juste un bijou de micro

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.