d

18 févr. 2013 - Kere StarCraft 2

Wings of Liberty Ending : Leenock

Wings of Liberty Ending : Leenock

Retour en Corée dans ce dossier présentant les 20 joueurs les plus marquants de Starcraft II avec la présentation d’un petit magicien Zerg : Leenock, le roi de Providence.

La Corée sait former de jeunes pépites comme personne. Ils sont jeunes, ils sont forts, ils terrifient la planète entière à un âge où l’on doit faire ses devoirs et ranger sa chambre sinon, pas de dessert. Ces adolescents de talent sont nombreux dans le Pays du Matin calme, sur Brood War comme sur Starcraft II. Sur ce dernier, l’un des plus doués et des plus marquants porte un nom un peu casse-pied à prononcer. Messieurs, mesdames, dressons le tapis rouge pour celui qui ne paye pas de mine, le petit "Linock", que certains appellent encore par accident Lénock.

Passeport

Nom : Lee Dong Nyoung

Âge : 17 ans

Nationalité : Corée du Sud

Race : Zerg

Équipes : fOU puis FXOpen

Plan de vol d'un Coréen comme les autres

Encore tout petit, Leenock n’aime pas les Playmobil. Jouer avec le camion pompier et le bateau pirate, c’est rigolo, d’accord, mais ça manque d’APM. Il préfère donc s’amuser sur Brood War et épater les copains dans la cour de récré. Il faut dire que Leenock n’y est pas mauvais même s’il est encore très loin des pros. Starcraft II arrivant, Leenock s’y engage à fond. C’est sur ce jeu qu’il veut percer et il va y arriver.

C’est un Coréen, sa priorité est donc la GSL. Il y fait sa première apparition en octobre 2010. Dans l’ancien format du tournoi, et placé dans le groupe C, il domine LegalMind au premier tour 2-0 puis SuHoSin. Ce parcours ne passe pas inaperçu et la suite encore moins. Au troisième tour, Leenock tombe contre la légende NaDa, un des bonjwas de Brood War. À cette époque, NaDa jouissait d’un avantage indéniable. Même s’il n’était pas forcément meilleur que ses adversaires, ceux-ci perdaient souvent leurs moyens face à la Légende. Leenock n’est pas comme ça. Aussi respectable puisse être son illustre ennemi du jour, c’est un 6 Pool qu’il va se prendre. Le petit jeunot fait sensation, mais s’incline tout de même 2 à 1. Cette première GSL pour lui est tout de même une réussite même s’il n’est pas encore considéré comme une des terreurs à venir.

La saison suivante, Leenock avance une nouvelle fois jusqu’au troisième tour, mais s’y incline contre le phénomène MarineKing. Pas de quoi rougir. Il peut donc fièrement participer au premier Code S de l’histoire, en janvier 2011. Le bougre s’y incline malheureusement au premier tour, terminant derrière Genius et RainBOw, puis il perd sa place dans l’élite contre Cezanne.

À cette époque, Leenock est considéré comme un bon joueur, un espoir, c’est évident, mais il n’enflamme pas les foules. À l’international, sa visibilité frôle le néant. C’est un jeune Coréen parmi tant d’autres. Il continue ses études à côté du jeu et se fait rare, ne s'investissant que dans la GSL, qui ne le lui rend pas aussi bien qu’il pouvait l’espérer.

Il fait partie de l’équipe fOU, et y est un bon élément, utilisé en GSTL, aux côtés de joueurs comme GuMiho, PartinG, Lucky, TheBest, TopClass ou sC.

Tombé en Code A, en mars 2011, Leenock ne lâche rien. Il veut s’imposer en GSL et va travailler pour ça. Dans cette seconde division de la célèbre ligue, il avance bien, dominant AcE, CoCa et Virus sans perdre une map. Petit problème pour Leenock, il tombe en demi-finale de ce Code A contre un des Zergs les plus en vues en Corée, LosirA, et il s’incline 2-0. Il échoue en Up&Down mais reste en Code A. Nous sommes en avril 2011 et Leenock ne réitère pas sa performance : au premier tour il s’incline face à Creator. Arrive alors le GSL Super Tournament, gagné par Polt, où Leenock est invité et où il effectue un bien discret parcours, éliminant aLive et Clide avant de tomber contre Alicia.

En juillet, il retrouve sa place en GSL Code A, où il semble abonné. C’est encore une fois en demi-finale qu’il s’arrête, battu par le Protoss Tassadar qui a disparu depuis. Il rate encore les Up&Down et commence la GSL d’août dans ce maudit Code A qui le suit sans relâche. Vous allez rire, mais il y perd encore en demi-finale. Après avoir corrigé BoxeR 2-0, puis Maka et YoDa, Leenock s’incline contre le quatrième Terran qu’il croise à la suite, MarineKing. Le petit est maudit. Il en a marre. Mais sa frustration sera éphémère : dans le Up&Down, Leenock est enfin très bon et il retrouve le Code S.

Dans l’élite, Leenock passe le premier tour, mais tombe dans l’arbre final face à GanZi, 2-1. Il a tout de même assuré sa place en Code S et peut voir arriver tranquillement le mois de novembre 2011, celui qui va tout changer.

L'envol de Providence

Leenock découvre les États-Unis avec la MLG Providence fin novembre. Il est clairement perçu à cette époque comme un bon Coréen, mais pas une star de la scène. Petit, bouffi et très jeune, Leenock fait sourire, d’autant qu’il a l’air très cool, mais il n’inquiète pas outre mesure. Les Foreigners sont en plus confiants après l’IPL#3 qui avait vu un bus complet de Coréens se faire malmener par un petit Français sorti de nulle part, Stephano. Les joueurs Code A et Code S ne font pas spécialement peur à ce moment-là de notre belle histoire. En forme dans le Code S en cours, Leenock va prouver à la scène entière que c’est une grave erreur que de le sous-estimer.

Leenock débute à Providence de la pire des manières : il n’a aucun seed et doit donc sortir de l’horrible Open Bracket. Pas de soucis, il y martyrise de pauvres Américains, puis Oz et obtient sa place dans l’arbre final en battant State. Le petit a déjà enchaîné de nombreux matchs (il en est à 12-0), mais sa route vers le succès n’en est qu’à ses débuts. Il domine alors HayprO puis chute face à DongRaeGu.

L’aventure se corse alors sérieusement. Leenock est dans le loser bracket de l’arbre final, la pire des situations, surtout quand on sort de l’open bracket. Vous me suivez toujours ? Parfait ! En loser, Leenock affronte BoxeR, l’Empereur, et gagne 2-0 ! C’est une des premières sensations du week-end. Le grand BoxeR quitte le tournoi et Leenock avance pour massacrer SlusH. C’est alors MMA qui l’attend et le protégé de BoxeR veut venger son maître. Vous savez, un peu comme Obiwan contre Dark Maul après la mort de QuiGon Jinn. Mais MMA ne peut rien faire, la star Terran s’incline 2-1.

Leenock avance pour aller défier le plus rageux des joueurs de Providence, IdrA. L’Américain est très bon en ZvZ. On découvre alors que Leenock est super bon en ZvZ ! IdrA est traîné au sol pendant deux parties et s’incline 2-0. C’est alors l’autre icône nord-américaine qui attend Leenock, HuK, mais le Canadien ne fait guère mieux. Leenock est "on fire".

Providence envoie alors son meilleur homme pour lui casser les pattes : Mvp. Le vainqueur de la GSL, le monstre du moment. Leenock le domine 2-0.

Vent de panique sur le tournoi, qui est ce petit à l’allure rigolote qui éclate tout le monde sans prévenir ? Un mec qui sort de l’open bracket ne peut pas réussir un tel parcours ! Il est en finale du loser bracket et retrouve DRG. Cette fois, le Zerg de MVP ne gagnera pas. Leenock s’impose 4-3 et est en grande finale. NaNiwa fait le beau, mais subit. Leenock est magique et sacré. 4 à 1, score final.

Leenock remporte son premier gros titre et crée la plus sensationnelle surprise de l’histoire de la MLG. Il termine ce week-end avec un score effrayant de 34 maps gagnées pour 5 perdues. Il rentre alors au pays avec 50 000 dollars en poche.

Leenock à l'assaut de la GSL Airlines

Cette fois Leenock ne fait rire plus personne. Le nouveau joueur FXOpen (depuis le rachat de fOU par les Australiens) s’est fait un nom. Les gens l’adorent grâce à son allure et son côté baba cool, et ses adversaires le craignent. Leenock veut confirmer et le faire en Corée. En Code S, il avance alors sereinement, passant les deux premiers groupes pour arriver pour la première fois en quart. Il y étrille aLive 3-0 puis tombe contre Mvp en demi-finale. Le Terran cède 3 à 2, Leenock est en finale de GSL !

Deux semaines après son sacre en MLG, Leenock est l’immense favori d’un match qui l’oppose à Jjakji, un Terran sorti de nulle part. La pression est visiblement trop grande, son adversaire trop fort, Leenock laisse filer son rêve, 4 à 2. Jjakji est sur le toit du monde, lui, l’homme d’un tournoi, lui qui ne fera jamais rien après.

L’année 2011 se termine ainsi pour Leenock. Il est alors perçu comme un des meilleurs joueurs de la planète, à seulement 16 ans. Son style de jeu est très varié, il est imprévisible, fort à tous les niveaux, contre toutes les races.

Le curieux voyage de 2012

Pendant de longs mois, occupé par ses études, Leenock arrive presque à se faire oublier. En GSL, il ne brille guère, il est ailleurs. En janvier, il perd au premier tour du Code S. En Code A, il bat July mais perd contre Seed et doit passer par les Up&Down qu’il domine facilement. Dans le second Code S de l’année, il passe le premier tour, mais s’arrête au second. Il garde néanmoins sa place dans l’élite en battant aLive.

En mai, il termine dernier au premier tour sans gagner la moindre map. On est inquiet pour lui. Tombé en Code A, il se reprend pour retrouver sa place en Code S. En septembre, il se réveille enfin. Il atteint de nouveau les quarts de finale du Code S mais se fait plier par le phénomène du moment, TaeJa. Lors de la dernière GSL 2012, Leenock tombe au même stade, face à Sniper le futur vainqueur. La GSL lui échappe décidément sans relâche.

Pilote de MLG

C’est en dehors de Corée que Leenock fait de nouveau parler de lui en 2012. En août, il gagne une seconde MLG, la Summer Championship à Raleigh. Son parcours est parfait et il finit en corrigeant First 4 à 1. Lors de la MLG suivante, il arrive de nouveau en finale, une habitude, mais perd aux termes d’un match incroyable contre Life 4 à 3. Il est temps alors pour Leenock de faire mal ailleurs. L’IPL#5 est pour lui. À Las Vegas, dans un tournoi très relevé, il domine tout le monde et s’impose face à viOLet en finale. Quelques jours plus tard, il atteint les demi-finales de la Blizzard Cup.

Il finit 2012 comme 2011, avec un statut de tueur.

Aux portes du terminus Wings of Liberty

Leenock voulait Iron Squid mais Life, le futur vainqueur l’en a empêché en huitième. La dernière GSL de Wings of Liberty lui a également échappé, puisqu’il est sorti, à la surprise générale, dès le premier tour. Actuellement en Code A, il fait le travail pour retrouver sa place dans l’élite et bien commencer sur Heart of the Swarm.

Leenoctopus, terreur en MLG, vaincu face au monstre Iron Squid.

Casier judiciaire

C’est le néant total. Leenock est un amour. Il est cool, il est marrant, il porte un gros jogging, il est fidèle à son équipe avec qui il a gagné deux GSTL de suite. Tout va bien.

Distinctions

• Juillet 2011 : demi-finaliste du Code A

• Août 2011 : demi-finaliste Code A

• Novembre 2011 : Vainqueur de la MLG Providence en sortant de l'open bracket

• Novembre 2011 : Finaliste Code S

• Août 2012 : Vainqueur de la MLG Raleigh

• Octobre 2012 : Vainqueur des World eSports Masters 2012 en Chine

• Octobre 2012 : Vainqueur de la Ritmix Russian Saison 2

• Novembre 2012 : Finaliste de la MLG Dallas

• Décembre 2012 : Vainqueur de l'énorme IPL#5

• Décembre 2012 : Demi-finaliste de la Blizzard Cup

L’avis de la compagnie « Wings of Liberty »

« Leenock est clairement un des meilleurs Zergs de Wings of Liberty, un petit génie qui n’a pas peur de danser Gangnam Style après un succès en MLG. Cool, skill et jogging, la recette de l'ado heureux. »

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

2 commentaires

Meojifo
Meojifo - 19/02/2013 09h17

j'adore la tête blassée d'Idra :D

pani0508
pani0508 - 19/02/2013 10h48
 
Merci pour le partage!
 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.