d

22 févr. 2013 - Kere StarCraft 2

Wings of Liberty Ending : Life

Wings of Liberty Ending : Life

Alors qu’on attendait avec impatience les joueurs de la KeSPA, l’explosion en Corée de Stephano, l’émergence d’un bonjwa comme Mvp, DRG ou MMA, l’année 2012 nous a réservé une jolie surprise. Du haut de ses 15 ans, un petit Zerg est sorti du lot pour dominer le monde : Life.

Starcraft II manquait de phénomènes. Flash devait être le grand patron avant Mvp pour venir le titiller, mais c’est bien Life qui est venu perturber les plans des amoureux du jeu, pour notre plus grand plaisir.

Très jeune, il a explosé dans la seconde moitié de l’année 2012 et a logiquement gagné sa place dans ce dossier sur les 20 joueurs les plus marquants. C’est un peu le seul d’ailleurs à figurer dans ce top tout en explosant aussi tard. Mais franchement, qui l’aurait écarté ? Sa présence est aussi évidente que son talent.

Passeport

Nom : Lee Seung Hyun

Âge : 16 ans

Nationalité : Corée du Sud

Race : Zerg

Équipes : ZeNEX puis StarTale

Plan de vol et carte 12/25

La Corée nous sort des petits prodiges encore à l’école. C’est rageant, je sais. Nous, on galère de plus en plus avec le temps qui passe, et eux explosent alors qu’ils devraient encore jouer aux playmobils. C’est comme ça. On a ainsi eu Maru, de chez Prime, qui a commencé en GSL à 13 ans. Mais ça n’est pas le bébé ado le plus sensationnel de la scène Starcraft II. Life est loin devant, en première classe.

En mars 2011, Life n’a que 14 ans. Il est tout petit, pas bien gros, très rigolo et tu as envie de lui acheter un paquet de cartes Pokemon. Mais lorsque ce gamin enlève sa couche et se pose devant un clavier, ses doigts se mettent en action pour composer une incroyable symphonie rapide et sanglante avec pour victime toute personne se mettant en travers de son chemin.

C’est ZeNEX, découvreur de talent, qui l’engage. L’équipe défunte est la première à croire en lui.

Quelques mois plus tard, en juillet, Life fait sa première vraie sortie lors d’une weekly où il terrasse Puma et Hack et termine second. Lors de la weekly suivante, il ne se contente pas de la seconde place et domine Jjakji en finale.

Néanmoins, Life se fait encore très discret. Il doit continuer l’école, c’est la loi. Il ne joue donc pas autant qu’il le souhaiterait et doit arrêter avant minuit sinon Battle.net l’envoie au lit, contraint et forcé.

En novembre 2011, GOM.TV organise un curieux tournoi où chaque équipe de la GSTL peut aligner ses deux meilleurs joueurs. C’est l’Arena of Legends – Team Ace Invitational. On retrouve donc du Polt, du Mvp, du NesTea, du DRG, du MC. Chez ZeNEX, Line ne fait aucun doute. C’est la star de l’équipe, le capitaine, la valeur sûre, mais pour la seconde place, on peut envisager un TREME ou un Avenge. C’est finalement Life qui est de la partie. Le joueur est globalement encore méconnu. Il s’y débrouille pas trop mal, malgré l’élimination en groupe, tout en ayant battu Genius et SuperNoVa. On sent un certain potentiel chez ce petit, c’est évident.

La lente ascension d’un génie

C’est réellement en 2012 que Life se fait un nom. Imaginez, il commence l’année en étant un petit espoir méconnu et va la terminer en obtenant le très prestigieux titre de joueur de l’année donné par le PodCraft ! Personne n’a eu une ascension aussi fulgurante.

Cette année 2012, il la vit à fond. Ainsi, en janvier, il se qualifie pour le Code A. Il est alors très jeune. On ne donne pas cher de sa peau en GSL mais de plus en plus, dans les couloirs de la scène SC2, on murmure qu’un petit monstre vient d’éclore. On l’avait dit ! Pas d’eau sur le Life après minuit, ou assumez les conséquences !

Du fait de son très jeune âge, Life écrit l’histoire. En janvier toujours, il est aligné par son équipe en GSTL contre oGs. Nous sommes le 28 et Life devient alors le troisième plus jeune joueur à passer sur le plateau TV de la chaîne. Il est devancé largement par Maru et ses 13ans, ainsi que par Creator. Life a alors 15 ans et 11 jours. Vous étiez à la télé vous à 15 ans ? Moi, j’étais devant et Dragon Ball Z s’était quand même génial !

Les débuts télévisés de Life sont difficiles. Alors que ZeNEX et oGs sont à 4-4, Life rentre en scène pour l’ultime map contre un énorme morceau, SuperNoVa. Life s’incline. Replaçons ce match dans le contexte actuel et je parie ma paie sur une humiliation du Terran. Mais à l’époque, les choses étaient différentes. Dans la foulée, il perd lors de sa seconde apparition en GSTL face à Lucky de FXOpen. En IPL TAC #2, Life se rassure en écrasant toute l’équipe Reign. C’est son premier all-kill.

En février, il avait fait également ses grands débuts en GSL. En Code A, tombé contre JYP, il se défend bien, mais le Protoss est plus fort. Life sort directement de la GSL. Son heure arrivera plus tard.

C’est du côté d’Iron Squid que Life va vraiment taper fort pour la première fois. Dans le second qualifier pour le tournoi, il déroule et montre un niveau de jeu assez dingue. Il élimine ainsi deux gros Terrans pour se qualifier, Bomber et Keen. Nous ne sommes qu’au début de l’année 2012, mais Life fait déjà partie des plus grands espoirs de la scène. Il se détache déjà du lot et nous savons qu’il va taper fort. Reste à savoir quand.

Il enchaîne alors de jolis coups en Corée dans des compétitions hebdomadaires ou avec HoSeo. Il rate néanmoins la seconde saison de la GSL, se faisant sortir par Skirt en Code B.

Les performances du Zerg ne sont pas encore à la hauteur de nos attentes.

Lors d’Iron Squid #1, il joue bien, élimine Stephano mais ne sort pas de son groupe, devancé par MMA et Jjakji. Son statut de futur poids lourd est néanmoins confirmé.

Il gagne ensuite sa place en Code A par le biais de l’Esports Weekly Match. Le gagnant de cette saison 2 obtient un précieux seed en GSL et Life en a fait son objectif. CoCa s’incline face à lui en finale.

Lors de la saison 2 de la GSTL 2012, Life impressionne. Il s’offre un all-kill contre Team Liquid, puis met trois maps à SlayerS. Il termine la compétition avec un spectaculaire 9-2.

L’été arrive alors et Life espère y faire mal. Les choses ne se passent pas comme prévu. Il n’arrive pas à se qualifier pour l’OSL, perdant dans les qualifications contre San après avoir éliminé MMA ! Il rate également les WCS Korea.

Il se tourne alors vers la GSL où il veut briller. Il affirme même vouloir attraper le Code S directement. Life montre un aspect de sa personnalité : malgré son très jeune âge, il fait preuve d’une incroyable confiance en soi et n’hésite pas à dire ce qu’il pense, quitte à passer pour quelqu’un de prétentieux. Pour cette GSL, c’est raté, Leenock lui barre la route au tour suivant.

Image : Nicolas Chaussois

Le premier août est alors une date importante. La petite équipe ZeNEX ne s’en sort pas et cherche à trouver preneur depuis un moment. StarTale, aidé par RedBull, achète alors l’équipe et ses joueurs. Les arrivées d’Avenge ou de Line dans l’équipe de Squirtle sont une bonne chose, mais c’est surtout le changement de maillot de Life qui fait peur. Sans crier gare, StarTale vient de réaliser un énorme coup, car Life fait déjà très peur, sans rien avoir gagné.

Life s’offre alors un cadre de travail plus solide sans pour autant perdre ses coéquipiers et son staff. Il peut également profiter de l’expérience de l’immense July ainsi que de Curious.

Life survole enfin

StarTale a vraiment fait le placement de l’année (avec PartinG chez SKT). C’est en effet peu de temps après son recrutement que Life explose complètement.

Tout commence réellement avec la TSL#4. Life y est qualifié. Après un premier tour délicat face à elfi, le Zerg écrase Kas pour rencontrer son nouveau partenaire Curious au tour suivant. Le match est très accroché, comme souvent avec Life, mais il s’en sort. En demi-finale, Keen ne pèse pas lourd. Life se retrouve enfin en finale d’un gros tournoi individuel. Aux termes d’une superbe finale, il s’incline néanmoins contre Creator 4-2. Life est prêt, il va pouvoir découvrir les petits plaisirs des tournois à l’étranger, les MLG & co. Mais avant cela, Life a une GSL à gagner.

Qualifié pour le Code S grâce à un bon Up&Down, Life tombe dans cette saison 4 du Code S 2012 dans un groupe avec le Patron, NesTea. C’est un choc générationnel. L’ancêtre sur le déclin face à l’étoile montante. Pas de question de respect ici, Life écrase son adversaire puis JYP. Pour son premier Code S, il s’offre un 4-0 pour commencer. On le voit venir le petit !

Au second tour, Life accepte de lâcher une map à Seed, mais pas plus. Il finit une nouvelle fois premier devant Symbol.

Dans l’arbre final, Life se lance alors dans sa croisade contre les Terrans. Il tape MarineKing 3-1 et tombe contre le phénomène du moment, celui qui doit gagner ce Code S : TaeJa. Malheureusement pour le joueur Team Liquid, Life est LE joueur à venir. Il faut savoir laisser sa place et Life la prend sans ménagement. 3-0 pour le Zerg qui tombe alors contre le grand Mvp.

Lors de cette GSL, Life a déjà battu 3 joueurs de l’équipe LG-IM, et il tombe contre un quatrième. Il a déjà le sobriquet de « LG-IM Code S Killer » et malheureusement pour LeLfe cela ne va pas changer.

Lors de cette finale, Life oscille entre le chaud et le froid. Il commence très fort en gagnant les deux premières maps mais perd les trois suivantes. On pense alors que Mvp a fait le plus dur, mais Life n’est pas d’accord. Revenu à 3-3, Mvp se rate et donne la partie. Life remporte sa première GSL, devenant le plus jeune vainqueur d’une GSL et le second plus jeune vainqueur d’un tournoi majeur sur Starcraft après Flash (vainqueur d’une OSL à 15ans et quelques jours de moins que le Zerg).

Life fait tomber les records avec cette victoire. Il devient en effet le premier à effectuer une Royal Road, le fait de gagner la GSL dès son premier Code S. La performance est immense et Life prend une stature tout autre.

Le mois suivant, il découvre la MLG et Dallas. Life fait bien évidemment partie des favoris, mais le public regarde surtout Rain. Flash fait également l’animation. C’est une erreur, le patron appartient à StarTale. Life commence sa petite ballade face à MajOr 2-0, puis s’impose contre viOLet et maltraite alors le pauvre TaeJa 4-0. Il faut dire ce qui est : TaeJa a été humilié par un Life époustouflant. Si on compte bien, ça fait donc du 7-0 pour Life face au joueur que l’on qualifiait de meilleur joueur du monde il y a encore 3 mois.

Dans le bracket final, Life se fait alors surprendre par Flash 2-0. C’est la grosse sensation ! Le Terran légendaire monte en puissance, on le voit aller au bout. Il vient de s’offrir un vainqueur de GSL ! L’histoire est en marche ! Ou pas. Life le retrouve après avoir éliminé Heart. Cette fois, le Zerg se réveille et explique bien des choses à un Flash dépassé. Alors que le Terran menait 2-0, il finit par s’incliner 4-2. Oui, Life vient de mettre quatre maps de suite à Dieu.

Il arrive alors en finale contre le régional de l’étape, Leenock. La finale est très tendue. Life est mené, Life est dans la mélasse, mais Life ne lâche rien ! Il s’impose finalement 4-3 et réalise l’incroyable doublé GSL /MLG à la suite !

En un rien de temps, Life est devenu le meilleur joueur du monde. Toute la scène le voit déjà comme un futur bonjwa. Tout le monde s’emballe. C’est gênant pour Life toute cette excitation, alors le Zerg décide de décevoir un peu, histoire de calmer la populace. Ainsi lors de la saison suivante de la GSL, il perd au second tour et il enchaîne avec une décevante IPL#5 où il tombe notamment contre Snute.

Arrive alors la fameuse Blizzard Cup. Life prend la seconde place de son groupe, derrière Sniper, l’autre nouvelle tête Zerg qui en jette. En quart de finale, Life se défait alors de DRG difficilement puis Leenock en demi-finale. C’est PartinG qui l’attend. Le Protoss paraît invincible en PvZ avec sa stratégie immortels. Sniper vient de prendre un 3-0 très douloureux. En finale, Life perd les deux premières maps, PartinG semble s’envoler. Mais Life reste Life : toujours un mauvais départ et un finish à faire pleurer. Il enchaîne alors quatre maps victorieuses, dégoûtant PartinG. Il remporte cette Blizzard Cup, symbole de sa domination sur la fin de l’année.

Un Poulpe dans l'avion

En 2013, c’est lors d’Iron Squid II que Life fait parler la poudre. Il sort premier de son groupe devant Creator mais tombe contre Leenock dès les huitièmes pour une finale avant l’heure. Life s’en sort une nouvelle fois alors qu’il était mené 2-1. En quart de finale, Goswser le mène 2-0. L’Américain pense avoir fait l’essentiel, mais tombe de haut. Life gagne son ticket pour Paris 3-2.

Nous découvrons alors au Palais des Congrès ce petit bonhomme tout à fait atypique. Lors de la séance dédicace dans la boutique Numericable, Life rigole beaucoup. Très jeune, on sent que ses trois camarades de jeu le titillent beaucoup. Le lendemain, dès 7 heures et premier arrivé, il s’entraîne en avalant un énorme saladier de pâtes. Il fait preuve d’un incroyable sérieux, d’une grande plénitude, tout en gardant un côté très sympa et abordable. Face au public parisien, il est impressionné. MarineKing se fait ouvrir en deux. Life est en finale sans trembler.

Il y rencontre alors DRG pour la plus improbable des finales : mené 3-0, Life touche le fond. Il sort de sa cabine pour faire ralentir les ventilateurs, puis pour aller aux WC, histoire d’évacuer le surplus de RedBull, son sponsor.

Life a visiblement un problème avec les débuts de partie. Il les gère mal. Il observe aussi son adversaire. C’est alors qu’il se trouve dans sa situation préférée : la corde au cou, traîné sur l’autoroute, à 1 km de la sortie définitive, il se cramponne, monte sur le véhicule et le prend d’assaut, expédiant son conducteur à l’extérieur bien mieux que le ferait Stallone.

DRG menait 3-0, mais Life revient à 3-3. Dans une ultime map, il défend l’impossible, faisant preuve d’un talent exceptionnel. DRG abdique. Life vient d’écrire la page la plus incroyable de sa carrière. Timidement, il lève le drapeau coréen, écoute Soe et brandit le trophée.

Le lendemain, Life a le sourire et rigole encore beaucoup avec les trois autres joueurs. Il découvre Paris, émerveillé. Sur le bateau-mouche, il se pose face à la Seine et regarde attentivement. Il reçoit son PodCraft Award plié en deux. Lorsque l’on fait un bras de fer, il rigole tellement que je me demande si je n’ai pas un morceau de patate collé sur la joue. Life est un gamin adorable, ça rend ce petit génie encore plus sympathique.

PodCraft Award du meilleur joueur 2012, et son prix : une Tour Eiffel à 50 centimes. Désolé.

Aux portes du terminus Wings of Liberty

Après Iron Squid II, Life était très attendu en Code S. Il sort sans soucis de son premier groupe, mais tombe à la surprise générale lors du second. Après avoir humilié PartinG 2-0, il s’incline contre RorO 2-1 puis contre PartinG sur le même score pour la revanche. Life a le cœur sur la main : il laisse des morceaux de gloire aux autres aussi.

Casier judiciaire

Life est souvent passé pour quelqu’un d’arrogant. C’est faux, il dit juste ce qu’il pense. Il n’a aucun mauvais fond. Carton rouge tout de même sur l’addiction au smartphone. Il est toujours dessus !

Distinctions

• Septembre 2012 : Finaliste de la TSL#4

• Octobre 2012 : Vainqueur de la GSL, premier Royal Road

• Novembre 2012 : Vainqueur de la MLG Dallas

• Décembre 2012 : Vainqueur de la Blizzard Cup

• Janvier 2013 : Vainqueur d'Iron Squid II

L’avis de la compagnie « Wings of Liberty »

« Life est un adorable prodige, le mieux armé pour prendre le contrôle de la scène eSport SC2. Flash n’est plus le seul à briguer au titre de bonjwa. »

Un avant-goût de demain ?

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

1 commentaire

Asarha
Asarha - 23/02/2013 19h17

"s’était quand même génial !"

Euh... Juste le modifier quand même, là ça fait tâche.

Bel article, pour un *** de joueur.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.