d

22 sept. 2014 - Félix League of Legends

World Championship : et ce n'est que le début...

World Championship : et ce n'est que le début...

Nous savions tous que les World Championship 2014 allaient être passionnants, mais ils posaient aussi beaucoup de questions. Les Coréens sont-ils toujours au sommet ? La Chine peut-elle rivaliser avec le monde ? L’Europe est-elle assez préparée ? L’Amérique arrivera-t-elle enfin à performer aux World ? Dans quelle mesure la Turquie, Taïwan et le Brésil peuvent-ils rivaliser avec les ténors de la scène internationale ? Ces quatre jours de compétition nous ont déjà apporté quelques éléments de réponse.

Riot joue la carte de l’entertainment

Encore une fois, Riot montre sa maîtrise de ce genre d’évènement par une organisation quasi parfaite. Le choix des horaires à 11 heures en France, 18 heures en Corée et 2 heures du matin à Los Angeles a permis à Riot d’atteindre une nouvelle fois des sommets sur twitch.tv : plus de 435 000 spectateurs se sont amassés sur le stream officiel, sans compter les autres diffuseurs officiels. Le match d’ouverture fut précédé par un preview show d’une heure animé par les très connus Montecristo, Phreak, Quickshot, Krepo et Doublelift, et conclu par une très belle vidéo avec une musique composée par Imagine Dragons. Les matchs d’ouverture et de clôture ont été minutieusement sélectionnés et opposaient deux mêmes équipes : Samsung Galaxy White contre Edward Gaming, soit l’affiche de cette première semaine pour faire simple. Et pour rajouter à cela, l’organisation des World dans trois lieux différents permet de toucher un public plus large.  

Comme quoi, rien n’a été laissé au hasard et le « hype » est clairement là.

White montre les crocs

Pas encore devant son public mais déjà d’attaque, les Samsung Galaxy White ont tout simplement montré qu’ils n’avaient qu’un seul objectif : gagner les World avec la manière. La première étape était de vaincre Edward Gaming, et ils l’ont fait. Partis sur les chapeaux de roues en enchaînant kills et objectifs, les White se sont pendant un moment fait peur face à la résistance impressionnante des Chinois qui étaient tels un bambou : pliant mais ne rompant pas. Mais Mata et Looper ont fini par faire la différence grâce à une très bonne anticipation d’un bait Nashor.

Et quand l’adversité était moins grande, les Coréens ont fait le show en faisant le « beau jeu ». Ils l’ont dit et l’ont montré : les Samsung White ont faim, faim de victoire.

La Chine au top mais…

Bien qu’ils aient perdu contre les White, les Edward Gaming ont très bien commencé la phase de poules en se débarrassant aisément des Dark Passage et des ahq tout en bougeant les Samsung White. Mais contrairement aux matchs aller, les matchs retour se sont très mal déroulé : les ahq, devant leur public, ont battu les EDG, ce qui leur a permis à la surprise générale d’aller jouer leur qualification en tiebreaker, mais ce seront finalement les EDG qui reprendront le dessus et qui obtiendront leur ticket pour les quarts de finale après une quatrième journée à rebondissements. Dans l'autre groupe de cette semaine, les Royal Club se sont montré quelque peu fébriles, notamment en mid game lorsqu’ils n’arrivaient pas à imposer leur jeu en début de partie bien qu’ils n’aient pas rencontré beaucoup d’adversité.

Les deux équipes chinoises de ce début de World ont montré des points forts et des faiblesses, mais l’approximation des SHR et la difficulté des EDG en early game leur seront-t-elles préjudiciables lorsqu'il faudra affronter les Coréens ?

SK dans le dur, TSM surprend

La bêtise de Svenskeren, pour ne pas être grossier, aura clairement coûté très cher aux SK. Remplacé par Guilius pendant les trois premières games, ils ont été transparents, abandonnant même la première partie au bout de vingt minutes contre les TSM.


Les SK ont eu un visage tendu durant toute la semaine

Le retour du Danois correspondait à la fin du calvaire pour l’équipe européenne avec deux victoires lors des matchs retour contre TPA et TSM, mais le handicap était trop important à rattraper. Les TSM, quant à eux, ont réalisé une belle performance puisqu’ils terminent deuxièmes derrière les SHR : Dyrus a fait forte impression avec un Rumble très solide et Bjergsen toujours au point sur ses mécaniques. En revanche, Amazing et Wildturtle n’ont pas brillé et pourraient être la cause d’une élimination prématurée en phase finale.

Les TPA n’ayant pas montré grand-chose et les SK n’ayant pas joué au complet, les SHR et les TSM ont facilement sorti leur épingle du jeu sans que l'on puisse toutefois donner un vainqueur dans le duel à distance entre l’Europe, la Chine et l’Amérique du Nord.

La Corée intouchable ?

Alors qu’une seule équipe coréenne est entrée en lice, les Coréens paraissent déjà intouchables. Les groupes C et D nous permettent encore d’espérer avec Fnatic, Alliance, C9 ou encore OMG, mais les Samsung Blue et les Najin White Shield auront à cœur de faire au moins aussi bien que leur consœur déjà qualifiée. Le miracle aura-t-il lieu ou les World vont-ils se transformer en playoff coréen ?

Seul l’avenir nous le dira… et ce sera sur O’Gaming bien sûr !

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.