d

19 oct. 2017 - Camthug League of Legends

Worlds 2017 : de la joie et des larmes pour l'Europe

Worlds 2017 : de la joie et des larmes pour l'Europe

Après une première semaine de championnats du monde décevante, les équipes européennes ont (une fois de plus) réussi a faire battre le coeur des supporters lors de la deuxième semaine. Entre les larmes de PerkZ, la rage de vaincre de Rekkles et la folle aventure des Misfits, retour sur un début de mondial riche en émotions.

Impossible n'est pas Fnatic !

Un chose est sûre : lorsque Fnatic s'engage dans une compétition internationale, l'émotion est au rendez-vous.

En 2014, les rêves de xPeke et ses coéquipiers s'effondraient après une partie d'une rare intensité face aux OMG, laissant le nexus chinois à une poignée de points de vie. En 2015, après avoir laissé tomber le troisième inhibiteur face aux AHQ, Febiven faisait exploser le Dock Pullman avec une double distorsion venue d'ailleurs. Et cette année, à Wuhan, Fnatic est devenue la première équipe à se qualifier pour les quarts de finale après avoir perdu ses trois premières rencontres.

Après une première semaine désastreuse et des défaites crève-coeurs contre Gigabytes Marines et Immortals, peu croyaient encore en Rekkles et ses coéquipiers. Mais Fnatic ne pouvait pas se laisser mourir. Alors au bord du gouffre, face aux Immortals, les anciens rois de l'Europe ont décidé de forcer le destin. Après un teamfight remporté, les oranges foncent sur la base adverse et savent qu'il n'en ressortiront pas. Les Nord-Américains sont pris de vitesse, et laissent la Janna de Jesiz porter le coup fatal au Nexus. Rekkles exulte, les supporters aussi. Il n'en fallait pas plus pour relancer l'équipe la plus titrée d'Europe, qui remportera tous ses matchs pour se hisser en quarts de finale.

Les Fnatic semblent de retour à leur meilleur niveau !
Crédits : Riot Games.

Ce samedi, c'est avec une confiance retrouvée que SoaZ et ses coéquipiers iront défier la meilleure équipe chinoise de ces mondiaux, pour venger un autre géant européen : G2 Esports.

G2 : perdants magnifiques

Malgré l'élimination, c'est la première fois que les G2 échappent à une vague de critiques qui leur colle à la peau depuis l'arrivée en LCS EU fin 2016. Pourquoi ? Sans doute parce que cette fois, les joueurs ont laissé entrevoir leur sensibilité, leur fragilité. Après le match contre Fenerbahçe (qui était sûrement le dernier que l'équipe disputait avec cet effectif), PerkZ et Zven ont salué la foule avec les yeux embués. Il n'en fallait pas plus pour déclencher une vague de compassion chez des supporters occidentaux toujours avides d'émotions fortes.

Mais si les G2 ont gagné la sympathie des observateurs, c'est aussi parce qu'ils n'ont pas démérité sur la faille. Dans un groupe extrêmement relevé, ils ont tenu la dragée haute aux Samsung et ont infligé aux Royal Never Give Up leur seule défaite de la compétition. Mieux encore, Luka « PerkZ » Perkovic a confirmé qu'il pouvait rivaliser avec les meilleurs midlaners du monde.

T'en fais pas, Luka, la prochaine est pour toi !
Crédits : Riot Games.

Finalement, pas de regrets pour les G2, qui ont affiché leur vrai visage dans ces championnats du monde et ont simplement été battus par plus fort qu'eux. Mais avec les probables changements d'effectif à venir, pas sûr que PerkZ et ses coéquipiers subissent la même déconvenue l'an prochain.

Misfits : vous avez dit EUphoria ?

S'il est une équipe que personne n'attendait en quart de finale des mondiaux, c'est bien Misfits. Le troisième seed européen était même considéré comme le plus faible du groupe D, dans lequel TSM, Team WE et Flash Wolves devaient se jouer les premières places. Mais rien ne s'est passé comme prévu, puisqu'après une première défaite logique contre la Team WE, Misfits a créé la surprise en battant Flash Wolves et TSM pour finir la première semaine en 2-1. Power Of Evil est ses coéquipiers étaient alors la seule note positive pour l'Europe dans ces championnats du monde, mais beaucoup craignaient leur chute en deuxième semaine.

Seulement une fois lancée, l'EUphoria ne s'arrête pas, du moins pas tout de suite. Dans le rôle des Origen en 2015, Misfits a poursuivi son effort et arraché sa qualification aux dépens de TSM une nouvelle fois impuissants. Cerise sur le gâteau, les Misfits ont conquis le cœur des supporters avec des compositions d'équipe surprenantes et un Hans Sama virevoltant.

Challenger à 14 ans, quart de finaliste des mondiaux à 18, Hans Sama est en avance sur tous les temps de passage.
Crédits : Riot Games.

En quart de finale, les Misfits affronteront les triples champions du monde SKT T1, et devraient une fois de plus se battre avec panache pour tenter de prolonger leur rêve international ! Et c'est bien sûr à suivre demain sur O'Gaming !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.