d

27 oct. 2017 - Camthug League of Legends

Worlds 2017 : les clés des demies

Worlds 2017 : les clés des demies

Ce week-end auront lieu les demi-finales des championnats du monde à Shanghai, opposant chacune une équipe chinoise à une équipe coréenne. Assistera-t-on à une nouvelle finale 100% coréenne ? Les équipes chinoises, portées par leur public, parviendront-elles à bousculer la hiérarchie ? Éléments de réponse.

Royal Never Give Up-SKT T1 : le sort de la rencontre entre les mains de Mlxg ?

Une chose est sûre, cette première demi-finale verra s'affronter deux équipes au style de jeu très différent. D'un côté, les Royal semblent avoir parfaitement embrassé la méta et évoluent la plupart du temps autour d'Uzi, sur un hyper carry boosté à l'encensoir ardent et à qui toutes les ressources sont allouées. De l'autre, SKT T1 doit composer avec un toplaner agressif (4 Jayces, deux Trundles et un Jarvan pour Huni dans cette compétition) et très demandant en ressources (Huni s'occtroie 21,9% des golds de son équipe, plus que tout autre toplaner) et peine à mettre en avant son carry ad : Bang.

À y regarder de plus près, les deux autres équipes qui ont évolué avec un toplaner très demandant en ressources dans ces championnats du monde sont TSM et Longhzu, et toutes deux ont peiné à rentabiliser cet investissement. Il se pourrait donc que SKT choisisse d'évoluer avec un champion plus récessif en toplane durant cette demi finale, à moins que kkOma ne trouve le moyen de rendre viable ce système (ce dont je ne doute pas).

Huni a été préféré à Untara pour ces championnats du monde, un choix qui peine à porter ses fruits.
Crédits : Riot Games.

Mais venons en au cœur du jeu, au point clé de la méta de ces championnats du monde : la botlane, et plus précisément le carry AD. Comme nous l'avons mentionné, les RNG ont tendance à placer Uzi au cœur du jeu et à se reposer sur lui dans les moments décisifs, quand SKT préfère évoluer sur toute la carte. Pour mettre son carry AD dans les meilleures conditions, les RNG ont adopté deux stratégies différentes depuis le début de la compétition : contre les équipes supposées plus faibles, les Royal ont opté pour des compositions relativement passives en début de partie, avec l'objectif d'atteindre les teamfights de fin de partie et de protéger au mieux Uzi avec une énorme frontline. Contre Samsung, en revanche, les RNG ont opéré différemment : conscients de la qualité tactique du troisième seed coréen, les Chinois ont opté pour une composition ultra agressive, pour éviter d'avoir à disputer des situations trop « ouvertes » en fin de partie. Face aux SKT, la stratégie des Royal devrait être la même, car si la faiblesse des SKT T1 en début de partie est avérée, nul ne saurait douter de la qualité de leurs décisions en fin de partie.

Les Misfits l'avaient eux aussi compris, et ont réussi à emballer la partie en mettant Ignar sur des champions agressifs. Mais si l'ancien support des KT Rolster a réussi à faire parler la poudre avec Blitzcrank et Leona, Ming ne devrait pas prendre ce pari risqué, car les RNG ont une autre stratégie pour faire plier l'équipe adverse. Au lieu de viser directement la botlane, les Royal aiment jouer des champions agressifs sur le reste de la carte, pour créer un avantage et libérer toute la place dont Uzi a besoin pour atteindre son pic de puissance, avec un support porteur d'encensoir ardent. Et souvent, dans ce schéma de jeu, c'est Mlxg qui lance son équipe vers la victoire. Face aux SKT T1, il aura donc une immense responsabilité, et s'il parvient à punir la faiblesse des Coréens sur la partie haute de la carte, les Royal pourraient réaliser l'exploit et se hisser en finale de leurs championnats du monde. S'il n'y parvient pas, la rencontre se déroulera alors sur le terrain des triples champions du monde, dont peu d'équipes sont ressorties vainqueur.

Comme en 2014, Uzi et les Royal semblent porter tous les espoirs chinois !
Crédits : Riot Games.

Samsung Galaxy-Team WE : Samsung en patron ?

En beaucoup de points, la deuxième demi-finale de ces championnats du monde devrait ressembler à la première. D'un côté, la Team WE aime évoluer autour de son carry AD et se repose sur un duo mid/jungle agressif, qui essaie de libérer de l'espace pour le reste de l"équipe. De l'autre, les Samsung adoptent un style plus conservateur et évoluent sur l'ensemble de la carte en punissant les erreurs adverses. Cependant, malgré une opposition de style assez similaire à celle de la première demi-finale, la rencontre entre Samsung et WE pourrait être beaucoup moins disputée.

Pourquoi ? Déjà, parce que les WE ne semblent pas maîtriser l'art de l'agression en début de partie aussi bien que les RNG. Ensuite, parce que Samsung, après deux défaites cuisantes contre RNG en phase de groupes, semble avoir appris à contrôler l'agressivité de son adversaire, et l'a montré contre Longzhu en quart de finale. Finalement, parce que le duo Xiye/Condi, censé faire basculer la partie du côté des chinois, devra faire face à Crown, et surtout à un Ambition infranchissable depuis le début des championnats du monde. Cerise sur le gâteau pour les Samsung, ceux-ci ne seront pas dérangés par le style de jeu de leur toplaner, CuVee, qui peut évoluer sur des champions agressifs et des tanks avec la même efficacité. 

Alors que reste t-il à la Team WE ? Eh bien la possibilité de se sublimer, devant un public acquis à leur cause, et de retrouver une agressivité qui leur a permis de faire tomber les SKT T1 durant les phases de groupe du MSI 2017.

Dans les moments décisifs, la Team WE pourrait se reposer sur Condi, surnommé « Son of Baron » pour sa capacité à voler le Nashor.
Crédits : Riot Games.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.