d

22 sept. 2017 - Camthug League of Legends

Worlds 2017, play-in : À quoi s'attendre ?

Worlds 2017, play-in : À quoi s'attendre ?

Ce weekend, c'est le coup d'envoi de la phase préliminaire des championnats du monde 2017 en Chine, qui permettra à quatre équipes de rejoindre les douze déjà qualifiées pour la compétition. L'occasion pour nous de vous présenter le déroulement de cette phase de Play-in et les équipes qui l'animeront.

Douze équipes pour quatre places

Le 12 septembre dernier, les équipes participantes à la phase préliminaire des mondiaux ont été réparties dans quatre groupes en respectant un système de chapeau : le premier chapeau était constitué des troisièmes seeds européens, nord-américains, chinois et taïwanais, le deuxième chapeau des champions brésiliens, russes, turques et du deuxième seeds d'Asie du Sud-Est, et le troisième chapeau des champions japonnais, d'Océanie, d'Amérique centrale et du Sud.


Seules quatre équipes accéderont aux phases de groupes des championnats du monde...
Crédits : lolesport.com

Durant cette phase préliminaire, chaque équipe affrontera à deux reprises ses adversaires de groupe dans un format BO1, et les deux premiers de chaque groupe accéderont à l'étape suivante. Les équipes ayant terminé premières de leur groupe affronteront alors le deuxième d'un autre groupe dans une rencontre en BO5 qualificative pour les championnats du monde.

Un groupe A très relevé ?

Team WE (Chine)

Condi et ses coéquipiers ne sont plus vraiment à présenter. Championne de Printemps en LPL, puis demi-finaliste du MSI après une phase de groupe impressionnante, l'écurie chinoise est une valeur sûre tant sur le plan tactique qu'individuel. Cet été, après être passée à un cheveux d'une finale de LPL qui l'aurait emmenée directement aux championnats du monde, la Team WE a du passer par le tournoi régional, et devra désormais disputer la phase préliminaire si elle veut valider son ticket pour la compétition reine. Une mission qui devrait cependant n'être qu'une formalité.

Gambit (Russie)


Edward aurait vraiment préféré éviter la Team WE.
Crédits : @EdwardCarryLoL.

Les Gambits n'auront pourtant pas le choix, il faudra affronter les ogres chinois pour espérer accéder aux championnats du monde. Et s'ils n'auront ni le soutien du public, ni la faveur des pronostics dans cet affrontement, il pourront néanmoins compter sur une immense vague de soutien venue de l'Ouest. Et en cas d'échec, pas de panique, l'ancienne meilleure équipe d'Europe devrait pouvoir se consoler avec des Lyons qui semblent plus à sa portée.

Lyon Gaming (Mexique)

Les Lyons pourront, eux aussi, compter sur un soutien national indéfectible, et un carry AD (WitheLotus) qui a montré de très belle chose lors de la phase préliminaire du MSI 2017. Pas sûr que cela suffise pour sortir du groupe, mais pour l'enflammer, ça ne fait aucun doute.

Groupe B : attention à la surprise ?

Cloud 9 (Amérique du Nord)

Après un Spring Split étincelant, les Cloud 9 ont connu un été beaucoup plus compliqué. Mal classés pendant une bonne partie de la saison régulière, balayés en quart de finale des Playoffs, Jensen et ses coéquipiers ont dû attendre le tournoi régional pour décrocher leur place aux mondiaux. À Wuhan, si les qualités individuelles des joueurs nord-américains devraient leur permettre de sortir des groupes, il faudra se méfier de l'équipe qu'ils rencontreront ensuite s'ils ne veulent pas vivre une grande désillusion.

Team One (Brésil)

On connaissait les RED Canids, les INTZ et les paiN Gaming, on aura cette année droit à la Team One, débarquée en CBLoL au début du Summer Split 2017. Assez méconnue du grand public, cette équipe 100% brésilienne devrait maintenir les standards de la région avec un jeu frais et agressif en début de partie, qui pourrait bien surprendre des Cloud 9 très lents au démarrage cette année.

LG Dire Wolves (Océanie)

Après une grosse désillusion lors de la phase préliminaire du MSI 2017, les Dire Wolves sont de retour et espèrent bien montrer ce dont ils sont réellement capables. Individuellement, les champions d'Océanie n'ont pas grand chose à envier à leurs adversaires de groupe, et leur style de jeu agressif pourrait là aussi déstabiliser l'écurie nord-américaine.

Les Dire Wolves sont « préparés au mieux » pour cette phase préliminaire de championnats du monde.
Crédits : LG Dire Wolves. 

Groupe C : promenade de santé pour Fnatic ?

Fnatic (Europe)

Longtemps considérée comme la meilleure équipe d'Europe cet été, Fnatic a dû passer par le tournoi régional après une défaite surprise face à Misfits en demi-finale des Playoffs. Pour leur dernier match de la saison en Europe, Rekkles et ses coéquipiers ont de nouveau affiché un visage conquérant et balayé H2K en trois petites parties. Face à des Vietnamiens poussifs et des Sud-Américains historiquement très faibles, Fnatic ne devrait avoir aucune difficulté à écraser son groupe et éviter les grosses équipes pour l'étape suivante.

Les Fnatics parviendront-ils à redorer le blason de leur structure et de toute la région européenne lors de ces championnats du monde ?
Crédits : fnatic.com

Young Generation (Asie du Sud-Est)

Les Young Generation ont du passer par le looser bracket de la Garena Pro League et des rencontres extrêmement accrochées pour valider leur place aux mondiaux. À Wuhan, les Vietnamiens devraient être fidèles au style de jeu de leur région et prendre le maximum de risques pour décrocher l'une des deux premières places et continuer de rêver dans cette compétition.

Kaos Latin Gamers (Amérique du Sud)

Faciles tombeurs des Isurus Gaming en finale de la CLS, les Kaos Latin Gamers seront cette fois loin d'être favoris et devront espérer un miracle pour s'extirper de cette phase préliminaire.

Groupe D : groupe de la vie (ici aussi) ?

HK Attitude (Hong Kong)

Selon @Kelseymoser, les HK Attitude auraient plus de potentiel dans cette compétition que les AHQ, pourtant deuxième seeds taïwanais. Après de gros changements d'effectif et un début de Summer Split catastrophique, l'équipe est devenue efficace et est désormais capable d'évoluer dans différents styles de jeu. Avec des joueurs honkongais, taïwanais et coréens, HK Attitude semble réussir dans la diversité, et devrait parvenir à sortir de son groupe sans trop de difficultés.

Comment ne pas aimer une équipe avec un logo si mignon ?
Crédits : teamliquid.net

Fenerbahçe (Turquie)

Comme au football, Fenerbahçe e-Spor aime s'offrir les services de joueurs connus, et peuvent compter pour cela sur leur midlaner coréen : Frozen. Élément central de l'équipe, l'ancien joueur des Incredible Miracle et des Longhzu gaming aura de grosses responsabilités lors de cette phase préliminaire pour faire avancer ses coéquipiers à l'étape suivante.

Rampage (Japon)

Depuis plus d'un an, beaucoup attendent la montée en puissance des équipes japonaises et de leur jeune serveur. Après un MSI 2017 catastrophique et une dernière place de groupe, les Rampage auront à cœur de montrer un meilleur visage en Chine, et pourraient jouer les trouble-fête face à des adversaires en théorie plus solides.

Alors on se motive et on se lève tôt ! Rendez-vous ce samedi dès 7 heures (oui, ça pique) sur notre chaîne League of Legends !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.