d

12 oct. 2018 - Maginn League of Legends

Worlds 2018 : Focus sur Afreeca Freecs

Worlds 2018 : Focus sur Afreeca Freecs

Les Afreeca Freecs ne sont pas morts, mais ils saignent. Deux matchs et deux défaites, au grand dam de leurs fans coréens. Certes, KT Rolster et GenG sont les noms qui reviennent le plus souvent lorsqu'on évoque les chances de la Corée pour les championnats du monde, mais oublier la saison et les forces des Freecs pourrait être une grosse erreur. Il leur faut retrouver les qualités qu'ils ont montrées cette année.

La régularité paie

Les Freecs n'ont pas beaucoup fait parler d'eux cette saison, la superteam KingZone, les surprenants rookies Griffin ou le premier titre de Score auront fait couler bien plus d'encre en LCK. Pourtant, ils sont loin d'avoir réalisé une saison blanche, décrochant la deuxième place après un spring split au niveau très relevé, et la troisième place au terme d'un summer split encore plus disputé. Ils sont même passés tout proche d'une deuxième finale en emportant les Griffin jusqu'en game 5 d'un BO5 dantesque, qui n'aura d'égal que la finale qui suivra. Les Freecs s'emparent donc du deuxième seed coréen grâce aux points de circuits, au détriment de ceux qui les ont éliminés des playoffs cette saison, KingZone et Griffin. Un beau retour de karma pour une équipe qui a persévéré tout au long de l'année. En dépit de leur situation actuelle aux Worlds, le mot d'ordre chez Afreeca semble donc être la régularité, et cela se ressent jusque dans leur style de jeu.
 


 

La machine Afreec

Le principal point fort des Afreeca Freecs est leur macro-game chirurgicale. Ils savent gérer le splitpush et les waves et il n'est pas rare de les voir effectuer un call baron éclair au nez et à la barbe de leurs adversaires qui n'y voient que du feu (Spirit l'aurait-il appris de YellowStar ?). Et un baron pour les Freecs signifie bien souvent la fin de la partie dans les trois prochaines minutes. Ajoutez à cela leur capacité à savoir quand et comment engager les teamfights et vous obtenez une équipe qu'il ne vaut mieux pas affronter en mid-late game sans un minimum d'avance aux golds. Mais ne comptez pas sur eux pour concéder le début de partie, leurs lanes étant toujours extrêmement solides, il faut habituellement se lever tôt pour leur prendre un avantage significatif. Spirit est un aficionado du style powerfarm, qui consiste à farmer les camps de la jungle en boucle au début de partie pour avoir un plus gros impact par la suite, laissant les lanes se débrouiller seules. S'il adopte souvent ce style avec Olaf ou Skarner, Spirit sait en revanche se montrer beaucoup plus entreprenant sur d'autres champions, notamment Gragas sur lequel il excelle. Il forme d'ailleurs un duo d'engage redoutable avec TuSin. Si les carrys des Freecs, Kuro et Kramer, ne sont pas réputés pour leur capacité à sortir des plays éblouissants, ils compensent largement par leur impressionnante régularité, et on peut toujours compter sur eux lorsqu'il s'agit d'infliger leurs dégâts en teamfights.
 

afs lck spring 2018 finals by BoDe

Les Freecs concentrés avant leur entrée en jeu pour la finale du spring split.
Crédits : BoDe (@Dedicatedto_U)

 

Mais les Freecs ne sont pas parfaits, et leur principale faiblesse réside dans leurs teamfights, qu'ils ont bien souvent du mal à remporter lorsqu'ils ne sont pas à l'initiative. Ils peuvent également se retrouver en grande difficulté s'ils se retrouvent trop derrière en début de partie, surtout lorsque Spirit powerfarm, et qu'il n'atteint jamais son pic de puissance puisque la partie se termine avant. On peut également noter chez eux une tendance à la cupidité, allant parfois beaucoup trop loin pour un simple kill. De même, il leur arrive aussi de se faire attraper et de mourir bêtement, TusiN(t) s'en étant même fait une spécialité durant le summer split.

The Kiin of toplane

J'ai volontairement ignoré le toplaner Afreeca Freecs plus haut, car Kiin mérite bien un paragraphe à lui tout seul. Arrivé en tant que rookie au début de l'année, Kiin avait la lourde tâche de succéder à MaRin sur la toplane des Freecs. Mais il ne s'est pas laissé intimider par l'ombre de son illustre prédécesseur et a rempli son rôle au-delà des attentes. S'il est un coéquipier modèle sur les tanks, son plein talent ne s'exprime que lorsqu'il se retrouve avec un carry entre les mains. L'international coréen (oui on peut le dire maintenant) n'a fait qu'une bouchée de Khan et de Sword en playoffs, accumulant plusieurs solokills à son compteur, et avec la manière s'il vous plaît.
 

afs kiin team korean asian games 2018
Kiin tout sourire avec l'équipe de Corée durant les Asian Games.
Crédits : BoDe (@Dedicatedto_U)
 

Il est ingérable en lane, et il l'est encore plus en splitpush où son Ryze et sa Quinn (oui oui) font des ravages. Il n'est pas rare que la pression générée par le splitpush de Kiin oblige ses adversaires à y envoyer deux de leurs membres, permettant à des Freecs jouant parfaitement autour de cet avantage de s'engouffrer dans le trou d'air ainsi créé afin de ravager la base adverse. Et ses mécaniques ne sont pas en reste lorsqu'il s'agit de teamfight. Bref, Kiin est LA menace numéro un d'Afreeca Freecs.

Quelles chances désormais ?

Malgré toutes ces qualités, ceux qui comptaient parmi les favoris avant le début de la compétition pointent désormais à la dernière place de leur groupe. Plus inquiétant encore, Kiin (qui a mené son équipe jusqu'aux championnats du monde et fait partie des meilleurs toplaners du monde) est méconnaissable. Sans lui à son meilleur niveau et dans un état d'esprit fébrile, les Freecs peinent à déployer leur jeu et à prendre l'avantage en début de partie. Pour Spirit et ses coéquipiers, il faudra donc réagir ce samedi face à des Phong Vũ Buffalo extrêmement incisifs. Avoir des points forts est une chose, les montrer au moment crucial en est une autre. Le départ est catastrophique mais pas éliminatoire et l'équipe peut encore montrer son vrai visage. Elle doit le montrer vite. S'ils y parviennent, les Freecs pourraient continuer de rêver dans cette compétition en s'appuyant sur une phase de lane et une macro-game irréprochable.

Pour connaître l'avenir des Afreeca Freecs dans cette compétition, rendez-vous samedi à 10 heures sur O'Gaming LoL !

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.