d

30 sept. 2019 - La Rédac' League of Legends

Worlds 2019 : les 20 joueurs à suivre (partie 2)

Worlds 2019 : les 20 joueurs à suivre (partie 2)

Nous revoilà pour la deuxième partie des 20 joueurs à suivre pendant ces Worlds. Ne laissons pas le suspense traîner plus longtemps, voici le top 10 !

Comment a-t-on pu, toutes ces années durant, ne pas voir le talent exceptionnel de Wunder ?  À l’approche de ces Worlds, c’est définitivement une question qui persiste tant le toplaner danois semble stratosphérique depuis plus d’un an. Il pousse, il splitpush, il trouve les failles et n’a pas peur de se mettre en retrait de son équipe pour sortir au moment adéquat. Un joueur qui peut autant jouer Pyke que Fiora, qui peut sortir un Ryze démentiel et qui s’intègre parfaitement dans les rouages de l’équipe qui fait le plus peur dans ces Mondiaux n’est pas seulement un joueur à suivre. C’est une menace absolue.

 

Regarder TheShy jouer est parfois frustrant. Il lui arrive d'éteindre son cerveau, de jouer de façon complètement stupide et être un handicap massif pour IG, qui souffre déjà d'un manque de régularité. Mais à plein potentiel, ce toplaner est comme Thanos, inévitable. Le meilleur du monde, Ses mécaniques sont indécentes, son pool de champions très complet, et il a cette faculté à avoir un impact massif sur la partie même lorsqu'il a été mis au fond lors des premières minutes de jeu. Si TheShy affiche le même visage que lors des Worlds de l'an dernier, alors préparez vos plus belles épitaphes, car les dépouilles de nombreux toplaners seront laissées sur le côté de sa route.

 

SKT a mis longtemps pour trouver un successeur digne de Bengi. Peanut ne rentrait pas dans le moule. Blank semblait correspondre aux attentes avant la débâcle de l'année dernière, qui aura également eu raison de Blossom. Mais avec Clid, la jungle SKT est de nouveau entre des mains plus que compétentes.

Dans une fin de playoffs moins folle que l’on aurait pu espérer de la part de SKT, Clid est resté la valeur sûre autour de laquelle gravitent ses coéquipiers. Armé d’une panoplie de champions tant passifs qu’agressifs, le jungler coréen livre des prestations convaincantes, notamment en duo avec Faker, probablement l'un des tandems les plus dangereux de ces mondiaux. Joueur complet, Clid a su se mettre au diapason d’une équipe dont le style maîtrisé et méthodique sera l’atout principal face à deux équipes extrêmement offensives que sont Fnatic et RNG.

 

Les années passent, mais Uzi reste. L’ADC chinois est toujours une référence à son poste dans le monde, dans un style caractéristique de la LPL où le tireur à une importance cruciale dû aux nombreux combats d'équipe. Rajoutez à cela une équipe RNG qui joue essentiellement pour lui, et terminez par un grain de folie, vous obtenez une petite bombe qui peut à tous moment sortir le teamfight dont tout le monde se souviendra, la petite esquive ou le dive hyper-offensif. Dans un groupe de la mort où il affrontera Rekkles et Teddy, le challenge est difficile, mais largement à la portée de ce monstre de travail et de talent.

 

Cet été fut compliqué pour Rookie. Après s’être imposé comme le meilleur midlaner du monde lors des Worlds de l’année dernière, le capitaine de IG a eu du mal à récupérer de sa défaite face à Team Liquid, donnant ainsi lieu à un summer split bien en deçà des attentes, split également handicapé par des problèmes familiaux, le forçant à rentrer quelques semaines en Corée. Le champion du monde en titre a cependant donné signe de réveil lors des qualifications régionales, nous laissant apercevoir quelques moments de brillance qui nous rappellent à quel point Rookie est un grands de ce monde.

Ces Worlds se joueront donc sous le signe de la rédemption pour le vétéran coréen, qui fera tout son possible pour ne pas laisser le public entrevoir l’ombre de sa période de creux et d’aller aussi loin que possible pour conserver son titre, aussi féroce la compétition soit-elle.

 

Élément indispensable dans la mécanique spécifique utilisée par Fnatic, Broxah reste néanmoins celui dont on parle le moins dans cette équipe vétérane. Parfois sous-coté, le jungler danois a montré qu’il est très à l’aise sur différents types de personnages. Il se complait même à jouer des personnages clutch en jungle (Kha’zix, Elise…). Ne parlons pas de son excellente maîtrise de Lee Sin, à en faire pâlir ses concurrents coréens et chinois. A l’instar de son homologue en midlane, Mads a réalisé un Summer Split prometteur et monte en puissance au fil des saisons. Mais durant ces championnats du monde, Broxah aura fort à faire en jouant en phase de groupe contre deux junglers d’exception : Karsa et Clid. Assurément, ce sera l’occasion pour lui de briller et ainsi de compter parmi les meilleurs mondiaux à son poste. 

 

Comment ne pas être ébloui par les performances de Mikyx ? Considéré comme un très bon joueur sur le plan mécanique lors de son arrivée chez G2, Mihael a pris une toute nouvelle dimension cette année, devant l'une des pierres angulaires de G2 grâce à ses initiations fulgurantes et ses rotations incessantes, mettant une pression monstrueuse sur toute la faille. S'il est vu comme l'un des meilleurs joueurs de Pyke et de Thresh en LEC, il est également capable de briller sur des picks moins communs au poste de support, tel que Gragas. 

Même s’il lui reste encore beaucoup de choses à apprendre et qu’il lui arrive de faire des erreurs, comme il l’a lui-même admis, il semble plutôt confiant pour les Worlds à venir, et à raison au vu de ses récents résultats. L’évolution de Mikyx est donc à suivre de près, car il est encore loin de nous avoir dévoilé tout son potentiel.

 

Présenter Faker ne serait pas quelque chose d’utile.Qui n’a jamais entendu parler de ce midlaner mythique ? Celui que certains casteurs O’Gaming appellent plus communément “Dieu”. C’est l’un des plus grands joueurs de notre époque, un triple champion du monde qui a longtemps trôné en tête du classement des meilleurs joueurs. Si ce n’est plus forcément le cas aujourd’hui, Faker n’a pas encore dit son dernier mot, et il a su nous le montrer lors du Summer Split. Il est le pilier de l’équipe SKT et a su la mener à la victoire à de nombreuses reprises. C’est en effet un joueur très mobile, présent sur toutes les lanes et qui sait parfaitement endosser le rôle du “pompier” pour venir sauver ses alliés de certaines situations périlleuses.

Une chose reste sûre, notre vétéran coréen sera probablement plus déterminé que jamais à remporter ces Worlds, afin de prendre sa revanche sur les deux années précédentes qui n’ont pas été placées sous le signe de la victoire.

 

Une grande majorité d'entre vous ne connaissent Doinb que par le nom. Certains n'en ont peut être même jamais entendu parler. Alors pourquoi le mettre si haut dans la liste ? Est-il un laner surdoué ? Non. Possède-t-il des mécaniques d'un autre monde ? Non plus. Mais il a une force unique : son style de jeu. Personne ne joue comme Doinb. Il a un éventail de champions bien à lui, et surtout une lecture de la carte et une capacité à se déplacer partout exceptionnelles, qui font de lui le moteur de FPX. Après des années de malédiction, Doinb s'apprête enfin à participer à sa première compétition internationale. Impossible de prédire si ces louanges seront justifiées ou si nous tenons le prochain gagnant de la Dade award, mais ce qui est certain, c'est que Doinb est la définition même du joueur à suivre pendant ces Worlds.

 

Forcément, on ne pouvait s'empêcher de le placer ici. Inutile de présenter Caps, qui, au cours des derniers mois, a su s’imposer comme étant incontestablement le meilleur midlaner européen, mais également l’un des meilleurs du monde. Ses coups de génie font des ravages dans les rangs adverses et beaucoup ont déjà plié le genou devant ce roi incontesté de la ligne du milieu. S’il maîtrise Akali ou encore Sylas comme personne, attention cependant à ses moments de int qui le rendent imprévisible et peuvent changer du tout au tout le dénouement d’une partie qui semblait pourtant gagnée d’avance.

Néanmoins, son surnom de “Baby Faker” n’a pas été volé et il est certain que le jeune danois saura encore nous surprendre au cours de ces Worlds, durant lesquels les G2 seront bien décidés à aller chercher la victoire pour réaliser l’année parfaite.

 

Et voilà, c'est la fin de notre top 20. Qu'en avez-vous pensé ? Êtes vous d'accord avec nous, ou est-ce que nous vous avons fait criser à tel point que vous êtes en train de hurler à l'incompétence tout en proférant moult injures diverses et variées devant votre écran (ne dites rien, on connait déjà la réponse) ?

Quoi qu'il en soit, ne ratez pas le début de la compétition, qui commence dès mercredi avec le play-in, toujours sur O'Gaming LoL !

2 commentaires

Syrius
Syrius - 01/10/2019 20h46

Bah vous avez oublié les LCSNA dans ce top 20 ! Vice champion du MSI quand même :P

Nan en vrai il y a déjà que 20 places pour faire rentrer le top 3 LEC/LCK/LPL (soit 45 joueurs). J'aurais pas hurlé si j'avais vu un Jensen ou Huni en 20ème place mais comme il manque déjà Bwipo, Rekkles, Khan, Rookie, Karsa et d'autre c'est compliqué.

Je trouve le choix de Nemesis pas déconnant. Il a été très solide tout au long de la saison dans une équipe qui suit G2 de très prêt. Après c'est un rookie à l'inter et là c'est déjà plus osé.

Ce qui est fou dans ces championnat du monde 2019, c'est qu'il y aura déjà obligatoirement des perdants à la fin de phase de poule parmi ces 20 joueurs (cf: SKT/FNC/RNG)

Syrius
Syrius - 01/10/2019 20h50

Au passage j'aime bien la présentation avec la nationalité, l'équipe, le poste et avoir le nom complet du joueur.

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.