d

26 oct. 2016 - GhisM & Hatnuz League of Legends

Worlds – Du jeu, et des Coréens en finale

Worlds – Du jeu, et des Coréens en finale

Ce week-end avaient lieu les demi-finales des Worlds League of Legends édition 2016. Les champions du monde en titre, SKT T1, affrontaient les champions en titre des LCK, les ROX Tigers, tandis que l’autre demi-finale a vu une troisième équipe coréenne défiée par H2k.

SKT T1 – ROX Tigers – La finale avant l’heure

Les hostilités ont débuté vendredi soir, avec la rencontre SKT T1 – ROX Tigers, les deux favoris au titre mondial, qui malheureusement se sont donc croisés en demi-finale et non en finale. Une sorte de finale avant l’heure, pour notre plus grand bonheur, la partie se débridant très vite. Malgré la bonne opposition offerte par les Tigers, c’est finalement SKT T1 qui remporte la première manche du BO5, grâce à une meilleure gestion des déplacements sur la carte. Les champions du Summer Split 2016 de LCK avaient pourtant réussi à reprendre la partie en main grâce à trois dragons des Infernaux et un Nashor descendu en seulement quelques secondes. Malheureusement, les vice-champions du monde 2015 ont commis une grosse erreur en contestant l’Elder Dragon alors qu’ils reprenaient la partie en main.

Faker, déjà orienté vers un troisième titre mondial ? (photo Lolesports)

Un pick surprise

On connait l’incroyable capacité que possède GorrilA à sortir des champions de nulle part. Afin de contrer la stratégie SKT T1 évoluant avec le combo Ashe-Zyra, le support des ROX Tigers nous a dévoilé un « pocket pick » hors du commun : Miss Fortune. Grâce à une botlane prenant le dessus sur celle de son adversaire, les Tigers ont ainsi remporté les parties 2 et 3 du BO5, avec un PraY très impressionnant mécaniquement sur les arrow. De même, il était plusieurs fois à l’initiative et a permis à son équipe de prendre des kills très importants avant d’enchaîner sur des objectifs neutres.

Lors de la game 2, PraY a également été l’auteur de cette magnifique action (voir le gif ci-dessous), empêchant le retour à la base de Duke et son Ekko, pour ainsi conclure la game. Une arrow traversant toute la carte à la manière de Yellowstar face à Fnatic en 2011.

Du côté des SKT, on était encore très surpris après le best of five par le pick de Miss Fortune. Ainsi, Bang a raconté au micro de Scarra : « Au début, nous avons cru que c’était une erreur. Puis en voyant la chose se confirmer, nous avons compris qu’ils avaient préparé ça à l’avance. Honnêtement, c’était intelligent et j’ai été très surpris par la force de ce pick. Ce dernier m’a vraiment étonné et j’ai eu du mal à comprendre comment le contrer. »

Malheureusement pour ROX Tigers, les champions du monde en titre ont réussi à revenir au score et à remporter le BO5, les rapprochant ainsi d’un troisième titre mondial. De l’avis de pas mal d'experts de la scène League of Legends, ce BO5 était le meilleur tous Worlds réunis.

Samsung – H2k : Jankos, meilleur jungler des Worlds ?

La seconde demi-finale avait lieu samedi soir au Madison Square Garden de New York entre les champions du monde 2014, les Coréens de Samsung, et le dernier représentant du « reste-du-monde », les Européens d’H2k. Les fans attendaient énormément des coéquipiers de Forgiven, et Ryu voulait « rendre fière l’Europe ». Du côté de Samsung, l’équipe est progressivement montée à son meilleur niveau durant la compétition, de quoi offrir aux spectateurs une assez belle performance.

Très rapidement, le BO se lance côté H2K, avec un first blood pris par le carry AD Grec sur Ambition. Malheureusement, la performance de la botlane et de Jankos ne suffira pas à effacer celle de Ryu. Installé à la midlane sur Cassiopeia, l’ancien midlaner de KT n’aura jamais réussi à rentrer dans sa demi-finale (voir ci-dessous).

Pour Jankos, il est l'heure de penser à 2017 (photo Lolesports).

Très en forme lors de la demi-finale, Jankos aura été le joueur H2k le plus en vue, notamment lors des parties une et deux, où il a évolué sur Olaf et Lee Sin. Lors de la première game, Olaf était mis en orbite grâce à la Gloire du Juste et à l’ultime de Sivir, lui permettant de ramasser assez facilement des kills et de terminer en 5/1/10 malgré la défaite. Lors de la seconde partie, il était une nouvelle fois très présent, au secours de ses lanes, Odoamne tombant très loin derrière le Jayce de CuVee. Seul point noir à sa grande mobilité sur la carte, Ambition profitait à chaque fois de la présence du Polonais sur la toplane pour prendre les dragons et tous les buffs de la jungle adverse.  

Jankos - Worlds 2016
% First Blood KDA % Kill Participation CS/minute % Gold % Dégâts
62% 5.0 68,9 3,9 18,6 14,2

Statistiques oracleselixir.com

Comme on peut le voir dans le tableau ci-dessus, Jankos a produit de très bonnes performances aux Worlds. Il se fait notamment remarquer par son excellent pourcentage de first blood, le meilleur des Worlds. On peut voir également qu'il possède le meilleur pourcentage aux kills parmi les junglers présent en demi-finale (Blank 67,5% et Peanut 66,8%). Malgré un farm bien moins important qu'Ambition (5 CS par minute), il inflige presque autant de dégâts que lui tout en bénéficiant de moins de gold (19,8% des golds de l'équipe pour Ambition, 18,6% pour Jankos). Une preuve de plus que le jungler polonais est parvenu à se hisser au niveau international lors de la compétition. Une performance qui n'aura malheureusement pas suffit, Samsung s'imposant nettement 3-0 face à H2K. 

Le long chemin de Ryu

Au milieu de tout cela, se tient l’impassible Ryu, dont la contre-performance de dimanche doit être tempérée par une exceptionnelle remontée des abysses. Un coup de projecteur sur son long et fastidieux chemin ne serait pas superflu.

La Genèse

Notre histoire, comme tout conte, prend vie à une époque et un temps bien lointain en années eSport, une époque brumeuse où Gambit faisait la loi, tandis que Nono nous gratifiait de son merveilleux accent anglais avec les aAa’s et où l'on commence seulement à parler des impressionnantes équipes coréennes. Dans ce qui était encore la ligue OGN, la trinité CJ-SKT-KT se dispute le podium et ce sont ces deux derniers qui s’affrontent dans une finale anthologique comprenant, de l’avis de tous, les deux meilleurs joueurs de la saison : Ryu et un certain Faker. Dans une ultime partie jouée en  Blind Pick qui nous offre ce duel Zed vs Zed ponctuée de l’action de la décennie, Ryu  perdra bien plus que la bataille pour le meilleur joueur de 2013.

Beaucoup de gens n’ont pas hésité à critiquer Ryu à cette époque, confondant son impassibilité à la caméra – souvent tournée en meme, il faut le dire – avec une non-implication dans son équipe…

Il n’est plus au top de sa forme et accuse le coup avec son équipe. Le niveau global monte d’un cran avec la dynastie Samsung, et rapidement le midlaner KT ne trouve plus sa place sur l’échiquier. D’autant plus durant l’été où la lineup sœur (les KT Arrows et leur midlaner Rookie) décroche le titre régional. Pour Ryu la situation est claire, il n’y a plus de place pour lui en Corée. Il faut donc trouver une nouvelle terre d’accueil.

L’Exode

En novembre 2014, une annonce apparemment anodine va accélérer les choses. La tenue d’un Extension Tournament consécutif au passage de huit à dix équipes en LCS pousse des structures – qui voient là une excellente opportunité d’acquérir un slot facilement – à recruter. C’est le cas notamment de Millénium qui, à la surprise générale, annonce le bon Ryu au sein de sa lineup. Même si le midlaner a perdu de sa superbe, on le considère comme largement supérieur à tous ses vis-à-vis. Mais là, c’est le drame. Millénium chute contre Giants et le fameux « scripted Xerath » de Pépii. Un échec cuisant pour le Coréen qui s’en va alors vers Roccat, amputée de Jankos, pour le début du Spring Split. Passage éclair d’une dizaine de jours également marqué par les échecs et l’impossibilité de communiquer correctement. Démoralisé, loin de son foyer, Ryu échoue dans la toute frêle équipe H2K qui cherche un midlaner dans l’urgence après le départ de Febiven chez Fnatic. Un enchaînement d’évènements mécaniques qui nous montre à quel point un destin peut basculer sur un détail, ou pas.

L’Ascension

Après plusieurs semaines poussives durant lesquelles, soyons francs, Ryu ne brille toujours pas, l’arrivée de Kasing et la routine des matchs feront le plus grand bien à la structure qui gagne en expérience et en communication à chaque match. L’équipe monte lentement les échelons et décroche en août son ticket pour les Worlds 2015 où, coincé entre SKT et EDG, Ryu et ses coéquipiers retiendront surtout l’expérience engrangée. Commence alors cette fameuse saison 2016, marquée par le travail et la rigueur d’un Ryu que les problèmes de visa ne retarderont que quelques semaines, en février. D’abord sur ses picks de conforts, il se détache petit à petit, retrouvant ses sensations sur Viktor ou Vladimir. Ryu ne tient plus seulement sa lane, il regagne des 1v1 et est extrêmement agressif.

Ryu observe, analyse, perçoit. Des sources inconnues auraient avancé que, sur cette image, le midlaner essaie de voir l’écran géant situé derrière lui dans les lunettes du spectateur au premier rang afin de connaître la position du jungler adverse.

Malgré un titre régional qui leur échappe continuellement, c’est à nouveau grâce aux points de championnats que l’équipe s’envole pour les Worlds de cette année. La suite n’est pas moins belle. H2K passe à côté de sa première semaine mais utilise sa force de caractère et ses laners Ryu et Forgiven pour se surpasser en deuxième semaine, gagnant son tie-break pour la première place contre Edward gaming  – l’envoyant par le fait défier une équipe coréenne à coup sûr. Une belle revanche pour Ryu que beaucoup avaient déjà enterré six pieds sous terre. L’homme qui fut condamné en ce maudit soir de 2013 à vivre dans l’ombre de Faker a préféré repartir de zéro, dans une région considérée comme mineure, pour revenir sur la scène et battre un monument comme Pawn. Quelle victoire pour Ryu !

Opposés à la surprenante équipe Albus Nox, Ryu piétine ses adversaires avec Vladimir mais, aux portes d’une finale contre son plus grand rival, manque la marche et passe à côté de son BO contre Samsung. Une fausse note dans une partition parfaite ou presque. Aujourd’hui, Ryu est à nouveau reconnu comme un grand midlaner sur la planète League of Legends, mais c’est également le porte-étendard de la réussite par le travail et la rigueur en Europe. Monsieur Ryu, nous te saluons.

 

Acheter vos jeux avec notre partenaire G2A.com

 

Poster un commentaire

Vous devez être connecté pour pouvoir poster un commentaire.